Cyclisme Omnisport

TDF 2019 : Preview de la Planche des Belles Filles

Si l’étape menant à la Planche des Belles Filles n’est souvent qu’une étape dite de « moyenne montagne », et n’amène pas les coureurs en haute altitude, elle donne à chaque fois lieu à de grandes victoires qui marquent le Tour de France.

Ce jeudi, la Planche des Belles Filles, sommet du Massif des Vosges culminant à 1140 mètres, accueillera l’arrivée de la 6eétape du Tour de France. Empruntée seulement depuis 2012 par la Grande Boucle, elle a très rapidement séduit spectateurs et spécialistes par son côté atypique. Cette ascension relativement courte mais intense donne souvent lieu à du grand spectacle. Et c’est d’ailleurs pour cela que les organisateurs décident déjà d’y retourner pour la 4efois en 7 ans. Si l’étape menant à la Planche des Belles Filles n’est souvent qu’une étape dite de « moyenne montagne », et n’amène pas les coureurs en haute altitude, elle donne à chaque fois lieu à de grandes victoires qui marquent le Tour de France.

            En 2012, lors de la 7eétape du Tour de France, elle a accueilli sa première arrivée. La formation britannique Team Sky, venue pour faire remporter sa première Grande boucle à Sir Bradley Wiggins, imposa un train d’enfer dans la montée (comme elle a su si bien le faire dans diverses ascensions du Tour par la suite). Boassen Hagen, Rodgers et Porte imprimèrent un rythme qui réduit petit à petit un peloton pourtant bien groupé au début de cette montée. A 1km du sommet, ils n’étaient plus que 5 : les deux britanniques de Sky Froome et Wiggins, l’italien Vincenzo Nibali, le vainqueur sortant Cadel Evans et le jeune estonien Rein Taaramäe. Cette étape se solda par la première victoire dans une étape du Tour pour Christopher Froome, 2 secondes devant Evans et Wiggins, après une terrible rampe finale atteignant les 20 %. Elle marque également la première grande impression de la Sky sur la Grande Boucle, pour cette équipe crée en 2010, et le début de leur suprématie (6 victoires sur les 7 derniers Tours).

Le Tour 2014 marque la 2e arrivée à la Planche des Belles Filles au cours de la 10eétape. Après avoir laissé son maillot jaune la veille au français Tony Gallopin, le champion d’Italie Vincenzo Nibali s’imposa devant le français Pinot et l’espagnol Valverde. Ce Tour fut marqué par la domination totale de Nibali qui porta le maillot jaune 18 jours et remporta 4 victoires d’étapes, en terminant au général avec plus de 7 minutes d’avance sur le second, Jean-Christophe Péraud.

En 2017, la Team Sky avait une nouvelle fois choisi d’imprimer son rythme afin de permettre à son leader Froome d’être dans un certain confort. Mais à 2.4 km de l’arrivée, l’italien Aru attaqua de façon sèche et majestueuse pour prendre quelques hectomètres d’avance. Champion d’Italie quelques jours plus tôt après avoir renoncé au Giro à cause d’une blessure, il revint dans un grand tour de la plus belle des manières en tenant la dragée haute à la Team Sky et en s’imposant devant Dan Martin (16’’) et Christopher Froome (20’’). Quelques jours plus tard, il endossa même le maillot jaune durant deux jours durant l’épisode Pyrénéens, avant de se le faire subtiliser par le vainqueur de l’édition, l’inévitable Froome.

Cette année, il y aura au programme de cette étape 7 ascensions (plus ou moins longues) sur une distance de 160.5 km où les premiers favoris pour le général vont devoir se découvrir. Avec une longueur prolongée d’1 km et une dernière pente terrible à 24 %, la Planche des Belles Filles nous offre 7km de montée ; une ascension plutôt courte mais qui devrait se monter très vite avec un bon pourcentage de moyenne (8.7 %). Les deux derniers vainqueurs italiens Aru et Nibali seront présents pour rééditer leurs belles performances du passé. La Team Ineos va-t-elle frapper un grand coup ? Alaphilippe pourra-t-il garder son maillot jaune ? Tant de questions et de suspens pour une étape qui fait frémir tous les amateurs de cyclisme.

La Stat du jour : à chaque arrivée à la Planche des Belles Filles, le futur vainqueur du Tour y a subtilisé le maillot jaune (Wiggins en 2012, Nibali en 2014 et Froome en 2017).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :