MMA

L’UFC 241 : une soirée historique

Ce samedi, en Californie, l’UFC nous a offert pas un mais bien trois gros combats : Costa – Romero, Diaz – Pettis et Cormier – Miocic pour les titres des poids lourds. Il y a beaucoup de choses à dire sur cet event historique pour les fans de MMA.

Costa – Romero: le choc des titans

Que dire de combat entre les deux monstres physiques des poids moyens et de l’UFC ? Le combat a été annulé puis reporté puis officialisé. Il est évident de voir cet affrontemment comme un rendez-vous très attendu, d’une part car ce combat se présentait comme un « King Kong » contre « Godzilla » et aussi parce que ce duel a été alimenté par de longs mois de trashtalk entre les deux protagonistes.

PEGI -18.

Nous y voilà. Les deux combattants rentrent dans l’octogone, renvoyant chacun l’autre au sol dès le premier round, et c’est là que commence le gameplan habituel de Costa : harcelé son adversaire avec des coups que seul lui peut envoyer avec autant de volume et de puissance, Romero riposte avec brio. Le combat est haletant et va alors à son terme. Au bout des trois rounds, Paulo Costa est annoncé vainqueur par décision unanime et se place en excellente posture pour un combat pour le titre contre Whittaker ou le virevoltant Adesanya.

Diaz – Pettis : le main event du peuple

Vous l’aurez compris, l’UFC 241 a eu lieu en Californie, terres du fameux Nate Diaz, absent depuis presque 3 ans. Pour son come-back, le fantasque américain a affronté le très en forme Anthony Pettis qui est sorti d’une superbe victoire contre Wonderboy Thompson.

C’est sous une foule en délire que Diaz rentre dans la cage, prêt à en découdre avec Pettis qu’il avait « call out » déjà depuis 2012. Dans la cage, côté Diaz, le combat ne débute pas comme prévu. Ses qualités ne se sont pas perdues en chemin, l’américain voulant comme d’habitude faire briller sa boxe, mais c’est sur le physique que les choses ne vont pas dans le bon sens. En effet, Diaz se retrouve sans cardio dès la fin du premier round. Ce début de combat n’empêcha pas le natif de Stockton de s’imposer par décision unanime.

Au micro de Joe Rogan à la fin du combat, il réclame un combat contre Masvidal pour le titre du « Vrai Gangster de l’UFC » ce qui a l’air de plaire à tout le monde et surtout Masvidal qui réclamait soit un combat pour le titre ou un combat qui lui rapporterait beaucoup d’argent. Pour le coup, il pourra remplir ses deux objectifs en un.

Cormier – Miocic : la revanche

Tout a commencé lors de l’UFC 226 où Daniel Cormier, d’une droite éclair, a réussi à terrasser le tenant du titre Miocic. Pour tous les spectateurs, un goût d’inachevé est resté dans les têtes après un tel scénario. C’est donc environ un an plus tard que les deux poids lourds se retrouvent, prêts a écrire l’histoire.

C’est Daniel « DC » Cormier qui brille majoritairement dans ce combat, mais délaisse sa lutte pour combattre debout contre Miocic comme lors du premier combat. Ce parti pris lui a été fatal. Miocic nous a offert une combinaison chirurgicale, en commençant par un uppercut au corps pour déstabiliser DC, puis par des combos à la tête forçant l’arbitre à arrêter le combat pour sauver Cormier de cette avalanche de coups.

Miocic s’impose et peut célébrer : il s’impose une fois de plus comme l’un des GOAT des poids lourds en UFC.

Miocic s’impose donc, récupère son titre, lui qui l’avait défendu plus que n’importe quel heavyweight dans l’histoire de l’UFC.

le combo magistral de Miocic qui atomise DC.

L’UFC a voulu nous en mettre plein les yeux avec cette event, c’est mission accomplie. En plus d’avoir satisfait les fans, cet event a permis de mettre de l’ordre dans les catégories middleweight et welterweight et rendu son titre au grand Miocic.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :