Foot Ligue 1

Millenials de Ligue 1, les pépites club par club (1/4)

Présentation d'un espoir, né au XXIe siècle, club par club, d'Amiens à Dijon.

Ca y est. Les championnats se relancent, et avec eux les espoirs de voir son club de cœur briller de quelque manière que ce soit. Du côté de Marseille ou de Monaco, on veut retrouver l’Europe. Pour les fans Parisiens, on rêve toujours de la Champions League. Pour les Messins, comme pour les Brestois, l’objectif est de pérenniser le club en Ligue 1. Mais il existe dans le cœur de chaque supporter ce petit espoir de voir un jeune du club émerger et s’imposer dans le 11 de départ. Le championnat de France, loué pour sa formation, va encore cette saison voir des « pépites » apparaître ou confirmer. Si certains clubs sont connus pour leurs formations, d’autres le sont moins. Mais, dans chacun d’entre eux, au moins un millenial (né au XXIe siècle) pourrait se démarquer. Premier épisode du tour d’horizon (plus que subjectif) des 20 clubs qui composent notre tendre et chère Ligue des Talents.

Amiens – Valentin Gendrey : #PremierContratPro, et après ?

Après une belle 14e place l’an dernier, Amiens commence cette saison 2019/2020 avec un nouveau coach, Luka Elsner, le Slovène de 37 ans. Le coach le plus jeune de Ligue 1 va t’il s’aventurer à faire jouer ses éléments les plus juvéniles ? Après le départ d’Emil Krafth, et malgré le recrutement de Cristophe Jallet, le tout jeune Valentin Gendrey, né en 2000, pourrait avoir une carte à jouer au poste de défenseur droit. Déjà retenu 2 fois dans le groupe lors des deux premières journées, et après avoir disputé deux matchs amicaux, ou son coach l’a trouvé « satisfaisant », il doit désormais justifier son contrat de stagiaire. Après deux saisons en N3 et plusieurs sélections dans les équipes de jeunes Françaises, il sait ce qu’il doit faire pour devenir la doublure d’un Cristophe Jallet en proie aux blessures ces dernières saisons.

Angers – Rayan Aït Nouri : devenir un rouage important du 11 de Stéphane Moulin

Aït-Nouri, à gauche, avec Neymar, en début de saison dernière. Source: Lfp.fr

Rayan Aït Nouri démarre, à 18 ans, sa seconde saison dans le groupe pro. Latéral gauche au penchant offensif, lui aussi aux multiples sélections dans les équipes de jeunes, il a l’an dernier été sélectionné à multiples reprises dans le groupe pour seulement 53’ de jeu. Cette saison, c’est déjà 3 matchs complets en 3 journées. Contre l’OL, il est d’ailleurs le seul à s’être mis en valeur côté Angevin. Rapide, technique, pas avare d’efforts, une qualité appréciée par son coach Stéphane Moulin, il possède toutes les qualités du latéral moderne. Souvent proche des deux surfaces, il soignera sûrement ses statistiques de quelques buts ou passes décisives. Nul doute qu’il sera surveillé par les plus grands clubs Européens, tant sa maturité impressionne. Côté Angevin, on pourrai aussi miser sur Waniss Taibi (2002), après une belle saison en U17/U19 et un #PremierContratPro signé cet été, ce 8/10 pourrait disputer quelques minutes cette saison…

Bordeaux – Aurélien Tchouaméni : briller dans le nuageux horizon bordelais

Le nouveau n8 Bordelais aura a cœur de s’imposer dans l’entrejeu Girondin. Source: FranceFootball.fr

Aux Girondins, dont l’avenir paraît assez flou, la place a été donnée aux jeunes pour s’exprimer. Lors de la défaite inaugurale contre le SCO d’Angers, 3 millenials se trouvaient titulaires : Bellanova (2000), Tchouaméni (2000), Lottin (2001). Bien que Yacine Adli (2000), transfuge hivernal venu du PSG l’an dernier, fera partie aussi des prospects à suivre, Tchouaméni paraît aujourd’hui le plus armé. 3 fois titulaires lors des 3 premières journées, formé au club et avec plus de 30 sélections de jeunes, son profil plaît à son entraîneur, qui voit en lui un milieu complet. Capable de jouer 6/8, bon tacleur, puissant, avec une forte tendance à renverser le jeu grâce à ses bonne qualités techniques et de jeu long, il aura sa carte à jouer dans le désert du milieu de terrain Bordelais. Le droitier, déjà suivi l’an dernier par l’AC Milan, comptera sur cette saison pour bonifier ses quelques apparitions remarquées de la saison dernière.

Stade Brestois – Killian Belvindo : le bon coup des scouts Brestois ?

Du côté des Bretons, et malgré un effectif comprenant plusieurs jeunes joueurs, de 99, 98, 97 ou 96, aucun millenial ne semble crever l’écran. Cependant, le contrat pro signé par Killian Belvindo (2001), arrivé cet été du Stade Montois, peut laisser rêveur. Un ailier dribbleur, rapide, qui a disputé 12 matchs en N2 l’an dernier, dont 3 titularisations et 3 buts. Observé par plusieurs clubs, il a choisi Brest pour continuer sa progression. Son coach en N2 soulignait cependant sa difficulté à exister dans le défi physique imposé par les défenseurs adverses. Il va donc sûrement être compliqué de trouver sa place dans un groupe soudé, réduit, qui va lutter durement afin d’obtenir son maintien.

Dijon – Enzo Loiodice : apprendre, jouer, progresser… s’imposer ?

Ceux qui suivent les jeunes espoirs des terrains Français le savent : Enzo Loiodice (2000) en est un. Utilisé à 12 reprises la saison dernière, majoritairement avant la trêve hivernale, le milieu de terrain est habitué des sélections de jeunes. Gaucher doté d’un bon pied droit, on loue souvent chez les recruteurs sa qualité de passe, son intelligence sur et en dehors du terrain. Deux entrées en jeu lors des 3 premières journées, on imagine sans mal l’impact que peut avoir ce créateur d’espaces sur des fins de matchs. Aux côtés de Balmont, Ndong ou encore Amalfitano, Loiodice aura beaucoup à apprendre de ces différents profils pour progresser. Notamment dans l’impact physique, ou il doit muscler son jeu, comme dirait l’autre.

Rendez vous dans deux jours pour les 5 prochains clubs, de Lille à Monaco.

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :