Foot Ligue 1

Millenials de Ligue 1, les pépites club par club. (2/4)

Ca y est. Les championnats se relancent, et avec eux les espoirs de voir son club de cœur briller de quelque manière que ce soit. Du côté de Marseille ou de Monaco, on veut retrouver l’Europe. Pour les fans Parisiens, on rêve toujours de la Champions League. Pour les Messins, comme pour les Brestois, l’objectif est de pérenniser le club en Ligue 1. Mais il existe dans le cœur de chaque supporter, ce petit espoir de voir un jeune du club émerger et s’imposer dans le 11 de départ. Le championnat de France, loué pour sa formation, va encore cette saison voir des « pépites » apparaître ou confirmer. Si certains clubs sont connus pour leurs formations, d’autres le sont moins. Mais, dans chacun d’entre eux, au moins un millenial (né au XXIe siècle) pourrait se démarquer. Deuxième épisode du tour d’horizon (plus que subjectif) des 20 clubs qui composent notre tendre et chère Ligue des Talents.

Lille – Timothy Weah : Le moment de prouver

Dans un club ou les jeunes talents pullulent (24 ans de moyenne d’âge et seulement 2 joueurs nés avant 1990), les millenials ne manquent pas : Tiago Djalo, Timothy Weah, Virgiliu Postolachi, arrivés cet été, ou encore Arton Zekaj, Alexis Flips (parti en prêt du côté d’Ajaccio) sont tous nés en 2000. Evidemment, Weah en est la star incontestée : fils de, sélections internationales, débuts au PSG à 17 ans, il jouit déjà d’une certaine notoriété. L’ailier doit faire de cette saison celle de la confirmation d’un talent certain, et s’imposer au sein d’un LOSC ou, à son poste (à droite ou en pointe) la concurrence n’est pas aussi forte qu’à Paris. Deux ans après ses débuts en Ligue 1, et après son prêt au Celtic l’an dernier (11 matchs 3 buts), il doit concrétiser les espoirs placés en lui, par le public comme par le LOSC (10 M d’euros pour s’attirer ses services).

Lyon – Rayan Cherki, diamant brut, si précoce…

On le sait, Lyon est un formidable centre de formation. Nommé 6 ans de suite jusqu’à cette année meilleur centre de formation Français et reconnu au niveau Européen. Et dans ce centre, celui vers qui tous les yeux sont tournés, en France comme en Europe, c’est Rayan Cherki. Sélectionnable en Ligue 1 depuis le 17 Août (puisqu’il faut avoir 16 ans) , l’ailier gauche né en 2003 est vendu comme l’un des meilleurs espoirs Lyonnais des 20 dernières années. Précoce, oui, talentueux oui, mais en Ligue 1 ? Pourquoi pas. Utilisé par Sylvinho dans les matchs de prépa, il vient de signer son #PremierContratPro cet été, après de longues négociations en raison des différents clubs Européens lorgnant sur son profil. Et il est certain qu’un certain temps de jeu lui ai été promis en raison de son énorme talent. 16 ans le 17 août donc, et buteur pour son premier match en N2 la semaine dernière, le jour de son anniversaire. Bien qu’il mériterait un article à part entière (incoming?), Cherki doit encore polir son talent pour entrer dans la rotation Lyonnaise. Mentions aussi à Amine Gouiri, Maxence Caqueret, Oumar Solet, Titouan Thomas, etc.

Marseille – Isaac Lihadji : L’appui des fans pour le talent local.

Les supporters Marseillais scandent son nom sous chaque tweet des groupes retenus par André Villas Boas, comme ils l’avaient fait pour Bouba Kamara. Isaac Lihadji (2002) est sur toutes les lèvres phocéennes en ce moment. Et pour cause : son #PremierContratPro tarde, comme souvent à Marseille… Seulement, son talent brut crève les yeux : rapide, vif, sa capacité d’élimination en 1 contre 1 épate, et le franco-comorien, Marseillais pur sang, impressionne lors des matchs qu’il dispute. Cette saison, dans un effectif marseillais qui semble léger sur le flanc droit, ou hormis Thauvin, seul Sarr semble pouvoir y jouer, Lihadji doit pouvoir gratter du temps de jeu. Convoqué lors du dernier rassemblement de l’EDF U18, Lihadji espère sûrement entrer dans la rotation de l’effectif. De plus, il offre au coach Portugais un profil différent de Payet, Thauvin, Sarr, Radonjic, les différents ailiers du groupe pro.

FC Metz – Amadou Ndiaye : Nouvelle star de Génération Foot ?

Metz et Brest, même combat. Tous deux promus, tous deux dotés de plusieurs jeunes joueurs entre 99 et 96, mais pas de millenial. A moins que… Bien que Diallo, Ambrose et Niane semblent être devant lui dans l’effectif et dans les plans de Vincent Hognon, Amadou Ndiaye (2000) semble pouvoir être une belle surprise. Pur produit du lien entre Génération Foot (Sénégal) et le FC Metz, il pourrai suivre le pas des Ismaïla Sarr ou Sadio Mané, tous deux en Premier League aujourd’hui. Ndiaye, attaquant de pointe, meilleur buteur et meilleur joueur du championnat Sénégalais à 18 ans, déjà sélectionné avec le groupe pro en coupe l’an dernier, semble pouvoir jouer les troubles fêtes. Loué pour son sens du but, le n°23 d’1m86, aura fort à faire pour déloger Habib Diallo (26 buts en Ligue 2 la saison dernière).

Monaco – Benoit Badiashile : confirmer dans la défense centrale de l’AS Monaco

Le gaucher va montrer à Leonardo Jardim qu’il peut compter sur lui. Photo : France3.fr

Ah Monaco… Plus de 50 contrats pros, 20 départs, une dizaine d’arrivées, un effectif désorganisé : quel millenial va pouvoir tirer son épingle du jeu ? Alors que Monaco empile les joueurs devant, ou Pellegri (2001) et Geubbels (2001) vont tout de même devoir prouver leurs statuts de cracks, que les milieux relayeurs ou offensifs sont nombreux, ou cela s’avère compliqué pour Sofiane Diop (2000), malgré son talent connu et reconnu, c’est derrière que les jeunes vont pouvoir s’exprimer, ou ni Glik, ni Naldo, ni Jemerson n’impressionne. Bien que Guillermo Maripan vienne d’arriver sur le rocher, le profil de Benoit Badiashile (2001) interpelle : gaucher, 1m94, déjà 20 matchs de Ligue 1 la saison dernière. Malgré des offres importantes cet été, Monaco a (pour une fois) tenu à conserver son joueur. Et pour cause, ses capacités sont intéressantes : coté défensif, son anticipation est louée, tout comme sa capacité à choisir entre tacler et rester debout. Il sait aussi protéger un ballon qui va sortir, ou le conserver afin d’attendre la solution d’un coéquipier. Fort dans les airs, dans les deux surfaces, il doit en revanche utiliser d’avantage sa capacité de jeu long. Car s’il possède une bonne qualité technique pour un défenseur central, il ne s’en sert pas assez, notamment dans la relance. Observé par Manchester United (notamment) cet été, il doit faire du côté gauche de la défense monégasque sienne afin de capitaliser sa bonne saison dernière.

Rendez-vous dans deux jours pour le trosième épisode, de Montpellier à Paris.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :