Bundesliga Foot

Le Tour d’Europe du CCS : Bundesliga (4ème journée)

Fin de la trêve internationale et pour cette reprise, la Bundesliga a mis les petits plats dans les grands. Au programme deux chocs entre les favoris dans la course au titre (RB Leipzig - Bayern Munich ; Borussia Dortmund - Bayer Leverkusen) et des derbys à tous les étages (Cologne - Mönchengladbach ; Sankt Pauli - Hambourg). Un Week-end riche en performance et en émotion dont voici le tour d'horizon.

Fin de la trêve internationale et pour cette reprise, la Bundesliga a mis les petits plats dans les grands. Au programme deux chocs entre les favoris dans la course au titre (RB Leipzig – Bayern Munich ; Borussia Dortmund – Bayer Leverkusen) et des derbys à tous les étages (Cologne – Mönchengladbach ; Sankt Pauli – Hambourg). Un Week-end riche en performance et en émotion dont voici le tour d’horizon.

Le focus du Week-end : RB Leipzig – Bayern Munich (1-1)

Difficile de faire plus belle affiche en ce samedi 14 septembre à la Red Bull Arena de Leipzig. Le RB, leader au coup d’envoi, reçoit son dauphin Bavarois qui semble avoir enfin lancé sa saison après des victoires éclatantes contre Schalke (0-3) et Mayenne (6-1). Ce duel au classement se matérialise par les deux hommes en forme depuis la reprise du championnat : d’un côté Timo Werner, 5 buts, de l’autre Robert Lewandowski et ses 6 réalisations. Mais face à l’attaquant polonais se dresse la meilleure défense de la saison dernière (29 buts encaissés, 16 clean sheets).

Une réputation qui est cependant très vite mise à mal par les Bavarois. En effet, ces derniers ouvrent le score dès la 3ème minute. Profitant d’un gros pressing, Thomas Müller récupère le ballon près de la ligne médiane et lance dans un timing parfait l’inarrêtable Lewandowski. L’attaquant polonais parti à la limite du hors-jeu se retrouve seul face à Peter Gulacsi et crucifie ce dernier pour inscrire son 7ème but de la saison (1-0). Une ouverture du score rapide mais symbolique d’un début de match à sens unique. Puisque à la 12ème minute c’est d’abord Lewandowski puis son compère Müller qui sont proches de doubler la mise, mais l’arrêt reflexe de Gulacsi puis une intervention d’Orban permettent aux Roten Bullen de se maintenir dans la rencontre. Le duo bavarois insiste pourtant, on les retrouve quelques instants plus tard. Après un nouveau gros pressing, Thomas Müller intercepte le dégagement du gardien adverse, son centre trouve Lewandowski dans la surface mais la tête du polonais n’accroche pas le cadre pour quelques centimètres (15ème). Le RB survit tant bien que mal mais revient pourtant dans la partie au meilleur des moments. À la 45ème minute, Timo Werner adresse une passe dans les pieds de Poulsen, ce dernier oblige une intervention maladroite de Lucas Hernandez qui le pousse à l’entrée de la surface, le point de pénalty est désigné par Sacha Stegemann. Forsberg le transforme et inscrit son premier but en championnat (1-1, 45+3). Un score de parité heureux pour Leipzig à la mi-temps mais qui a le mérite de réveiller les coéquipiers de Nordi Mukiele.

Et c’est par l’intermédiaire de l’ancien montpellierain que les taureaux montrent un tout autre visage en deuxième période. D’abord à un doigt (celui de Manuel Neuer) de permettre aux siens de passer devant (49ème), il se distingue en sauvant sur sa ligne la frappe croisée de son compatriote, Kingsley Coman (51ème). Des Français à leur avantage dans cette rencontre, 5 étant titulaires au coup d’envoi, alors que Nkunku et Tolisso font leur entrée au cours de la partie. Leipzig est poussé par les 41 939 spectateurs de son antre et à la suite d’un contre mené par Sabitzer, Mukiele est proche de délivrer un délice de passe décisive à Werner, mais la Madjer de celui-ci passe de peu à côté du cadre (59ème). Le match s’emballe et c’est au tour des gardiens de se mettre en lumière. Neuer a tout d’abord la main ferme sur une tentative lointaine de Diego Demme (60ème) puis Gulacsi lui répond avec un arrêt reflexe sur celle de Corentin Tolisso (64ème). Le rythme ne retombe pas, comme si ce match représentait déjà un tournant dans la course au titre. De nouveau sur un contre, Werner est proche de punir le Bayern mais sa frappe croisée n’accroche toujours pas le cadre (65ème). Coman pense donner un avantage définitif au Rekordmeister mais son tir (contré) est repoussé in extremis sur la barre par Peter Gulacsi, Lewandowski a bien suivi mais son centre, au deuxième poteau, est trop fuyant (77ème). La fin de match est irrespirable et chaque camp à son opportunité pour tuer le match. Werner, encore lui, bute sur un Manuel Neuer très inspiré (89ème). La dernière chance sera pour les Munichois mais la tête de Niklas Süle (monté pour l’occasion) est déviée par Gulacsi, encore une fois décisif, sur le poteau (90+2).

Un match nul certes mais seulement sur le tableau d’affichage. D’abord largement dominé, le leader, à l’image de Mukiele, a trouvé les ressources pour revenir dans le match. Grâce à ce point, le RB conserve la tête du championnat et reste invaincu. Le Bayern pourra lui s’en vouloir de ne pas avoir tuer le match quand il en a eu l’opportunité.

Le fait marquant de la semaine : Dortmund retrouve la forme

C’est sans doute la très bonne opération du Week-end. Profitant du nul entre Leipzig et le Bayern, Dortmund retrouve la 2ème place suite à une victoire écrasante face à Leverkusen. Pourtant au coup d’envoi, la rencontre est tout aussi sexy que l’affiche entre le leader et son dauphin. Leverkusen affiche un bilan de 7 points en 3 matchs et dispose d’un effectif capable d’accrocher le podium voir mieux. Le Borussia, lui, est en plein doute, malgré deux victoires autoritaires lors des deux premières journées (5-1 ; 3-1), les Borussens se sont inclinés avant la trêve face à l’Union Berlin (3-1). Un revers symptomatique des difficultés collectives de la bande de Lucien Favre. Mais match il n’y a pas eu au Signal Iduna Park ce samedi après-midi. Trop inoffensif et dépassé par l’organisation tactique adverse, le Bayer n’a pas existé face au Borussia. Hradecky a pourtant tout tenté pour maintenir les siens dans le match (notamment sur une double occasion à la 25ème), sans succès. Alcacer ouvrant le score à la 28ème minute (c’est la première fois que Dortmund y parvient cette saison). La suite, c’est un Dortmund réaliste et efficace à l’image de son intenable trio : Alcacer-Reus (50ème, 90ème)-Sancho (10 buts et 7 passes décisives à eux trois). Une victoire tout en maitrise qui rassure pour les échéances à venir.

Grâce à un doublé de Marco Reus, Dortmund s’impose facilement face à Leverkusen (Photo : Friedemann Vogel)

Dans le même temps, l’autre vainqueur de cette journée n’est qu’autre que le SC Fribourg. Vainqueur à Hoffenheim (0-3), le club de Luca Waldschmidt enchaine une 3ème victoire en 4 matchs. À la clé, une 3ème place (à égalité avec Dortmund) pour le club pensionnaire du Schwarzwald-Stadion, qui réalise un excellent début de saison. Schalke et Mönchengladbach profitent eux du revers de Leverkusen pour se replacer dans le haut du classement. Le club de Gelsenkirchen s’est amusé face à Paderborn (1-5) grâce notamment à Amine Harit (doublé pour l’ancien nantais), tandis qu’Alassane Pléa a permis aux Fohlens (les Poulains) de prendre les 3 points dans le RheinDerby contre Cologne (1-0). Wolfsburg, enfin, a raté une belle occasion de prendre les commandes du championnat à Düsseldorf vendredi en ouverture de la journée (1-1).

Le MVP de la Journée : La performance du FC Sankt Pauli

Victoire historique du FC Sankt Pauli dans le derby d’Hambourg face au HSV (Photo : St Pauli France)

On aurait pu mettre en avant la performance d’Amine Harit avec Schalke ou encore celle de Christian Günter (capitaine du SC Fribourg, buteur et passeur face à Hoffenheim), mais la performance du Week-end est collective et n’est pas en Bundesliga. En affiche du lundi soir, le choc de la 2.Bundesliga voyait un StadtDerby entre le Hambourg SV qui « se déplaçait » au Millerntor du FC Sankt Pauli. Dans ce 102ème derby d’Hambourg, le HSV apparait très logiquement comme le favori (invaincu en championnat) contre un club de quartier et à l’univers totalement atypique, à l’image d’Union Berlin. Pourtant c’est bien le Sankt qui domine sur le terrain, plus agressif et physique à l’image des milieux Knoll et Daehli. Une domination récompensé par des buts de Diamontakos (buteur maison) et de Van Drongelen (capitaine du HSV) contre son camp. Dans une ambiance indescriptible (pluie de fumigène à la 82ème entre les kops des deux équipes), Sankt Pauli signe ainsi une performance historique. C’est en effet sa première victoire contre le « Dino » depuis le 16 février 2011 et même la première à domicile en championnat depuis 1960

Résultat et classement : Leipzig conserve la tête, Fribourg sur le podium, Schalke recolle et le Hertha au plus bas

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :