Foot

Le Tour d’Europe du CCS: Ligue 1 (7e journée)

A peine l’épisode 6 terminé, nos écuries de Ligue 1 Conforama se remettent en selle pour une journée de championnat en semaine. Paris a perdu pour la deuxième fois déjà cette saison (0-2 contre Reims), Lyon stagne en milieu de tableau et Saint-Etienne continue de s’enfoncer dans une crise dont on a du mal à entrevoir une fin heureuse. Mais le plus spectaculaire était ailleurs…

A peine l’épisode 6 terminé, nos écuries de Ligue 1 Conforama se remettent en selle pour une journée de championnat en semaine. Paris a perdu pour la deuxième fois déjà cette saison (0-2 contre Reims), Lyon stagne en milieu de tableau et Saint-Etienne continue de s’enfoncer dans une crise dont on a du mal à entrevoir une fin heureuse. Mais le plus spectaculaire était ailleurs…

Le focus de la semaine : Amiens – Bordeaux (1-3)

Peut-être pas l’affiche la plus « sexy » du multiplex de mercredi, cet Angers-Bordeaux a été de loin le match le plus animé de la soirée, reléguant les divers derbys au second plan (Nantes-Rennes & Montpellier-Nîmes). Sur la pelouse, des Amiénois qui n’avait plus gagné à domicile depuis 3 matchs. En face, des Bordelais forts de 5 matchs consécutifs sans défaite. La compo bordelaise est alléchante : Koscielny titulaire dans une défense à 3, le duo Tchouaméni-Otavio au milieu et le trio Adli-Kalu-Kamano pour entourer le taulier Jimmy Briand.

Le match démarre sur les chapeaux de roue puisque dès les premiers instants, Otero prend de vitesse la défense bordelaise côté droit et trouve Stiven Mendoza qui ajuste Costil (1-0, 2ème). Mais malgré cette entame cruelle, les Bordelais, loin d’être abattus, mettent la pression sur les joueurs de Luka Elsner. Sur un dégagement précipité de Gurtner le portier picard, Otavio intercepte le cuir et le transmet immédiatement à Yacine Adli. La suite ? Une frappe enroulée chirurgicale qui ne laisse aucune chance au gardien adverse (1-1, 8ème).

Dans un match animé, dans lequel le ballon allait d’un but à l’autre, la paire de milieux bordelais Tchouaméni-Otavio a réalisé une très bonne partie, enchaînant duels gagnés et pression mise sur les adversaires. A quelques secondes de la mi-temps, Arturo Calabresi concède un coup-franc dangereux aux abords de sa surface. Adli, plein d’insouciance et de détermination, le tire… Une frappe parfaite qui finit sa course dans la lucarne de Gurtner (1-2, 45+1ème). On pensait que Yacine Adli, transfuge du PSG pour 5 millions d’euros, était un joueur de foot. Non. C’est un nettoyeur de lucarnes.

A l’issue d’une première mi-temps dominée par les Girondins, le score n’est que de 1-2. Au retour des vestiaires, les Amiénois sont plus entreprenants que leurs adversaires mais la réussite les fuit. Les rentrées de Kakuta et de Gnahoré n’y changent rien. Il était écrit que les Bordelais n’encaisseraient pas d’autre but ce soir. A un quart d’heure du terme, les joueurs de Paulo Sousa enfonce même le clou grâce à une belle frappe de Kalu qui trompe Gurtner sur sa gauche (1-3, 73ème).

Peu à peu, les Girondins de Bordeaux gravissent les échelons du classement de Ligue 1 (5ème avec 3 victoires, 3 nuls et 1 défaite). La patte Sousa est là. Peut-être pas encore parfaite, certes, mais avec une réelle adhésion de la part des joueurs qui prennent du plaisir sur le pré. Prometteur à quelques jours de la réception du Paris Saint-Germain, battu par Reims ce mercredi.

Le fait marquant : Un PSG (trop ?) remodelé tombe encore

A l’occasion de cette journée en semaine Paris, qui doit compter avec ses matchs européens et ses nombreux blessés, s’avançait avec un onze très remanié. Kurzawa et Mbe Soh titulaires en défense, Bernat et Paredes alignés au milieu accompagnait Eric-Maxim Choupo Moting qui n’en finit plus de jouer en ce début de saison. Neymar lui aussi était aligné, mais contrairement aux deux dernières sorties parisiennes, il n’a rien pu faire pour éviter la déconvenue.

Tuchel a-t-il sous-estimé son adversaire ? Pouvait-il faire autrement sans mettre en danger le physique de ses joueurs ? Le résultat, lui, est sans appel. Une victoire 2-0 de Reims au Parc des Princes. Une victoire qui permet d’ailleurs aux Champenois de se hisser à une belle 8ème place au classement.

Le MVP de la journée : Aleksandr Golovin (AS Monaco)

Aleksandr Golovin a-t-il sonné l’heure du réveil monégasque?
Source: Sport 24 – Le Figaro

Rien de mieux qu’un derby pour renverser une situation critique. En manque de points depuis le début du championnat, l’ASM a pu compter sur son petit prodige russe pour s’imposer dans l’affrontement méditerranéen entre Monaco et Nice. Sur la pelouse du Stade Louis II, Golovin a d’abord surpris les Niçois sur une frappe surpuissante. Après l’égalisation de Burner, le milieu monégasque récidive sur un amour de passe d’Islam Slimani. Enfin, il distille une passe décisive impeccable pour Wissam Ben Yedder qui enchaîne un troisième match à domicile au cours duquel il marque. Mention « Très Bien » pour Golovin.

A noter : les doublés d’Adli (Bordeaux, voir ci-dessus), d’Alioui (Amiens) et de Court (Brest).

Tous les résultats :

                Dijon 0-0 Marseille

                Monaco 3-1 Nice

                Amiens 1-3 Bordeaux

                Brest 2-2 Lyon

                Lille 2-0 Strasbourg

                Montpellier 1-0 Nîmes

                Nantes 1-0 Rennes

                Saint-Etienne 0-1 Metz

                Toulouse 0-2 Angers

                Paris 0-2 Reims

21 buts marqués

                4 victoires à l’extérieur

                2 matchs nuls

                0 carton rouge

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :