Bundesliga Foot

Le Tour d’Europe du CCS : Bundesliga (7ème journée)

Cette saison 2019/20 de Bundesliga est plus indécise que jamais ! Alors que la prise de pouvoir du Bayern le Week-end dernier faisait craindre d'un cavalier seul, le Rekordmeister s'est rendu coupable d'une indigestion suite à son festin de mercredi, en s'inclinant à la surprise générale face à Hoffenheim (1-2). Pas de cadeaux pour les Poulains et les Loups qui s'installent aux deux premières places. Pour le reste, Les Franzosen se sont montrés décisifs. Tour d'horizon du championnat le plus spectaculaire d'Europe.

Cette saison 2019/20 de Bundesliga est plus indécise que jamais ! Alors que la prise de pouvoir du Bayern le Week-end dernier faisait craindre d’un cavalier seul, le Rekordmeister s’est rendu coupable d’une indigestion suite à son festin de mercredi, en s’inclinant à la surprise générale face à Hoffenheim (1-2). Pas de cadeaux pour les Poulains et les Loups qui s’installent aux deux premières places. Pour le reste, Les Franzosen se sont montrés décisifs. Tour d’horizon du championnat le plus spectaculaire d’Europe.

Le focus du week-end : Bayern Munich – TSG Hoffenheim (1-2)

Difficile de ne pas craindre le pire pour Hoffenheim avant le coup d’envoi de ce match, samedi. Le Bayern, qui a pris les commandes de la Bundesliga le week-end précédent, est au meilleur de sa forme après l’incroyable démonstration faite en milieu de semaine face à Tottenham en Ligue des Champions (victoire 2-7 à Londres). De plus le Rekordmeister est encore invaincu en ce début de saison en championnat et peut compter sur la quasi totalité de son effectif pour la réception d’Hoffenheim (Goretzka et Arp sont les seuls absents à déplorer). À l’inverse, le club de Dietmar Hopp, en reconstruction depuis le départ de Julian Nagelsmann cet été, piétine depuis la reprise. Une seule victoire en six matchs et une attaque en berne (la pire du championnat), en partie dû à l’absence de son buteur maison, Andrej Kramaric, toujours à l’infirmerie. Alfred Schreuder et ses hommes doivent réagir afin de ne pas plonger au classement. Mais l’Allianz Arena ne semble pas l’endroit adéquat à première vue.

Hoffenheim bénéficie pourtant de la première opportunité de la partie. Suite à un service en profondeur de Bebou, l’avant-centre Sargis Adamyan part seul à la limite du hors-jeu et se retrouve en face à face avec Manuel Neuer, in extremis Jérôme Boateng intervient pour contrer l’international Arménien (4′). Peu en vu jusque là, le Bayern se réveille par l’intermédiaire de son héros de mercredi, Serge Gnabry. Auteur d’un quadruplé plein de réussite face à Tottenham, l’ailier Allemand pense ouvrir le score mais son but est logiquement refusé pour une position de hors jeu de Lewandowski au départ de l’action (24′). Dans un temps fort, les Munichois poussent. Gnabry suite à un décalage de Lewandowski butte sur Baumann, opportuniste Thiago Alcantara parvient a récupérer le cuir dans la foulée, sans être plus efficace face à l’ancien gardien de Fribourg (25′). Enfin, dans les minutes qui suivent, Tolisso pourtant très bien placé gâche l’offrande de Kimmich en expédiant sa tentative dans les nuages (27′). Dominants dans le jeu mais inefficaces devant le but, les locaux s’exposent face à un Hoffenheim qui refuse de reculer. Suite à un pressing très haut et d’un manque de concentration de Gnabry, Stefan Posch est proche de conclure aux 18 mètres mais sa tentative finit directement dans les bras de Manuel Neuer (39′). Score de parité dans une mi-temps où chacun aura eu sa chance.

Le début de seconde période est semblable au premier acte. À l’image de Sébastian Rudy et Denis Geiger, Hoffenheim presse haut, ces derniers récupèrent un ballon dans les pieds de Tolisso à 35m des cages bavaroises, le milieu de 21 ans transmet dans la surface à Adamyan,. L’ex pensionnaire de Jahn Regensburg, titulaire pour la première fois en Bundesliga conclut par une frappe au premier poteau et ouvre le score (0-1, 54′). Fort de cet avantage les hommes de Schreuder resserrent le bloc défensif, les Munichois réagissent alors avec les entrées de Thomas Müller et Ivan Perisic. Choix payant puisque le champion du monde 2014 délivre sa quatrième passe décisive de la saison sur la tête du phénoménale Lewandowski (1-1, 73′). 11ème réalisation en 7 matchs pour le Polonais qui entre un peu plus dans l’histoire de la Buli. Encore une fois dominateur (62% de possession, 16 tirs), le champion reste fragile et apathique en défense. Ainsi quelques minutes après l’égalisation, Skov retrouve Adamyan dans la surface, l’ancien joueur de Religionaliga (4ème division) est chirurgical et trompe une nouvelle fois Neuer avec une frappe au ras du poteau (1-2, 79′). Avantage définitif pour les visiteurs malgré les tentatives successives de Müller, Süle, Pavard ou Gnabry dans les dernières minutes pour décrocher le nul.

Succès inespéré pour Hoffenheim mais ô combien mérité au vu de la performance collective de l’équipe du Bade-Wurtemberg, celle-ci tient peut-être son match référence pour la suite du championnat. S’ils restent 12ème les hommes d’Alfred Schreuder se donnent un peu d’air vis à vis des équipes de bas de tableau. Par excès de confiance face à un adversaire jusque là moribond en championnat, le Bayern a déjoué et s’incline pour la première fois. Rien ne s’est passé comme prévu pour le Rekordmeister qui connait là son plus mauvais début de saison depuis 10 ans. C’est un peu la gueule de bois pour Munich en cette période d’Oktoberfest.

Le fait marquant de la semaine : Wolfsburg dernier des invincibles, M’gladbach nouveau leader

Avec la défaite des Bavarois, Wolfsburg est la dernière équipe invaincue de Bundesliga (4 victoires et 3 matchs nuls). Redevenus des outsiders l’an passé après une année 2017/18 cauchemardesque qui a failli leur couter une descente en deuxième division (vainqueur en barrage d’accession de l’Holstein Kiel), les Loups confirment leur renouveau en ce début de saison. Vainqueur sur la plus petite des marges (Weghorst, 69′) d’un Union Berlin accrocheur mais limité dans le jeu, le club de Volkswagen semble capable de jouer sur tous les tableaux (invaincu également en Europa League) et s’installe sur le podium dans la position de dauphin.

Auteur d’un but sensationnel, Nkunku réalise des débuts satisfaisants en Allemagne (Photo : Le Figaro)

Dans le même temps les poursuivants, Fribourg, Dortmund, Leverkusen et Leipzig se sont neutralisés lors des chocs au sommet du Week-end. Un partage des points qui n’arrange personne mais les Français se sont montrés décisifs. Au Schwarzwald Stadion de Fribourg c’est Jonathan Schmid qui était à l’œuvre, L’arrière droit revenu en forêt noire cet été a délivré une passe décisive sur l’égalisation de la pépite locale, Luca Waldschmidt à la 55ème. Par deux fois ses coéquipiers ont été mené au score (Witsel puis Hakimi) mais à chaque fois ils ont su profiter des difficultés défensives des Borussens pour revenir à hauteur et finalement arracher le nul par l’intermédiaire de Grifo (90′). Dortmund accumule les points perdus avec ce troisième résultat nul d’affilé, une série qui inquiète de plus en plus les dirigeants, poussant Lucien Favre sur la sellette. Scénario différent à la BayArena de Leverkusen, où Leipzig a dominé mais s’est montré particulièrement inefficace devant le but, à l’image d’un Timo Werner muet depuis 5 matchs. Le RB, mené contre le cours du jeu, s’en est remis à son supersub, Christopher Nkunku (2 buts et 2 passes décisives) pour ne pas subir une troisième déconvenues de suite après les revers face à Schalke et Lyon. Leverkusen de son côté peut s’en satisfaire et remerciera au passage son gardien, Lukas Hradecky, sans conteste l’homme du match. Enfin l’information majeure de cette 7ème journée, c’est la prise de pouvoir du Borussia Mönchengladbach. Fort d’une écrasante victoire à domicile (5-1), les Poulains profitent du surplace des leaders et retrouvent la tête de la Bundesliga pour la première fois depuis huit ans. C’est déjà la quatrième équipe différente à s’installer en tête du championnat d’Allemagne après Dortmund, Leipzig et le Bayern Munich.

Le MVP de la journée : Patrick Herrmann

Porté par son collectif et son attaque de feu, M’gladbach retrouve le sommet de la Bundesliga (Photo : Borussia Mönchengladbach)

Sargis Adamyan représente un candidat plus que crédible à ce titre de MVP de la journée mais si M’gladbach est en tête de la Buli, elle le doit à sa formidable attaque qui n’a fait qu’une bouchée des Bavarois d’Augsbourg. Dès l’entame de match cette rencontre semblait d’ailleurs pliée. Par l’intermédiaire de son duo de Französen, Thuram-Pléa, qui s’est encore manifesté de fort belle manière, 1 but et 3 passes décisives (une implication sur 9 des 11 derniers buts de leur équipe), les Fohlens mènent rapidement 3-0 en à peine 13 petites minutes. Thomas Koubek n’aidant pas ses coéquipiers pour se maintenir dans le match, avec cette énorme erreur sur le quatrième but des locaux (Pléa, 39′). Pourtant un homme a volé la vedette aux anciens de Ligue 1, c’est l’ailier droit Patrick Herrmann. Auteur de 2 buts et d’une passe décisive, l’ancien international (2 sélections) de 28 ans lance enfin sa saison sur le plan statistique. De bonne augure pour le club mythique des années 70-80 qui s’il cartonne en Allemagne, connait plus de difficulté en Europa League. Pour preuve, une défaite à domicile 0-4 contre les Autrichiens de Wolfsberger et un match nul arraché à la dernière minute, jeudi dernier à Istanbul (1-1) grâce à un but de.. Herrmann.

Résultat et classement : Un haut de tableau très serré, les 3 promus aux dernières places

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :