Articles NBA Basket

Preview NBA : Philadelphie 76ers, les avis de la rédac’ basket

La NBA reprend ses droits dans la nuit du 22 Octobre avec un opening night très alléchant. D’ici là, le CCS vous proposera chaque jour les avis de la rédaction basket sur chacune des équipes pour vous permettre d’être armé au soir de la reprise. Vingt-troisième équipe aujourd’hui : les 76ers de Phila.

Les 76ers vus par Titouan

Comme la saison passée, Philadelphie se présente avec une équipe taillée pour jouer le titre. L’axe Ben Simmons-Joël Embiid est sans commune mesure en NBA, que ce soit en attaque ou en défense. Si l’on ajoute les bon échos de la progression au shoot de l’australien, ce duo pourrait devenir encore plus dévastateur. 2 départs majeurs du côté de Phila, celui de Jimmy Butler, qui n’a pas forcément trouvé sa place la saison passé, et celui de JJ Redick, problématique dans le sens où il apportait du shoot et du spacing. En revanche, l’excellent coup vient de la raquette, avec Al Horford qui va venir prendre place à côté de Embiid. Là encore, de quoi faire peur à tout le monde. Le banc se devait de se renforcer, et le travail à été en parti réalisé. James Ennis et Mike Scott ont été conservés, et pour le reste, beaucoup de nouveautés. De Raul Neto a Kyle O’Quinn, en passant par le rookie Matisse Thybulle, les 76ers présentent une rotation mêlant experience et jeunesse. La seule question reside à l’intérieur ou cela semble faible, surtout en comparaison des 2 monstres titulaires. Malgré tout, l’effectif est cohérent, se connaît, et, surtout, est terriblement talentueux. Difficile d’imaginer Phily ne pas jouer le titre.

1er à l’est : 58-24

Classement Conférence EST : 1. 76ers 2. Milwaukee 3. Boston 4. 5. Brooklyn 6. Indiana 7. Orlando 8. Atlanta 9. Miami 10. Detroit 11. Chicago 12. New York 13. Cleveland 14. 15. Charlotte

Les 76ers vus par Alex

Battus par les Raptors sur un shoot déjà historique de Kawhi Leonard, les 76ers ont engrangé de l’expérience et montré qu’ils pouvaient rivaliser avec les meilleures équipes de la ligue. Si l’effectif semblait adapté pour tenter de décrocher un titre, la franchise a procédé à pas mal de mooves cet été dans le but d’effectuer les derniers ajustements pour arriver à l’aboutissement du fameux Process. Tout d’abord, trois départs majeurs avec Jimmy Butler parti en Floride, TJ McConnell dans l’Indiana et JJ Redick à New Orleans auxquels nous pouvons ajouter ceux d’Amir Johnson, Boban Marjanovic et Greg Monroe. De nombreux mouvements qui viennent chambouler le groupe de Philly et qui ont été plutôt, voire carrément bien compensé. En grande progression l’an passé, Josh Richardson pose ses valises à Philadelphie et sera suivi par le All Star Al Horford en délicatesse à Boston. Les départs de nombreux joueurs permettent à la franchise de proposer un gros contrat à Tobias Harris et d’ajouter quelques éléments à la création en sortie de banc à l’image de Trey Burke et Raul Neto.

Tout ce petit jeu de chaise musicale permet aux 76ers de présenter, à l’heure actuelle, le meilleur 5 de départ de toute la ligue, tout simplement : Ben Simmons, Josh Richardson, Tobias Harris, Al Horford, Joël Embiid. Du talent, de la défense, de l’attaque, de la taille (2,05m de moyenne) et de l’expérience, tout est réuni dans ce cinq de départ pour dominer n’importe quelle équipe. La seule interrogation sera de savoir si cette équipe est capable de maintenir un niveau de performance élevée sur 82 matchs mais également de préserver un Joel Embiid trop souvent blessé, mais il semblerait que le Process soit arrivé à maturité, d’autant plus si Ben Simmons commence à mettre dedans à 3pts (no joke)…

1er à l’est : 60-22

Classement Conférence EST : 1. 76ers 2. Milwaukee 3. Indiana 4. Brooklyn 5. Boston 6. 7. Miami 8. Detroit 9. Atlanta 10. Orlando 11. Chicago 12. 13. Charlotte 14. New York 15. Cleveland

Les 76ers vus par Ben

Cette saison sera-t-elle celle de la confirmation pour le « Process » ? L’exercice 2018-2019 a été plus que concluant pour les 76ers : 51 victoires en saison régulière synonyme de 3ème place à l’est et une demi-finale de conférence perdue 4-3, au buzzer, contre les futurs champions : les Toronto Raptors. Alors oui, les larmes de Joel Embiid et celles des fans de Phila ont coulé mais avec ce parcours, la bande à Brett Brown a prouvé qu’elle peut être une sérieuse prétendante aux Finales NBA. Et comme tous les prétendants, l’été fut agité dans la franchise de Pennsylvanie. Du côté des départs, le plus tonitruant est sans aucun doute celui de Jimmy Butler qui part pour avoir sa franchise à lui, à Miami. Outre le All-Star, ce sont des départs de la rotation qui pourront être préjudiciable notamment ceux de JJ Reddick et de TJ McConnell. Du côté des arrivés, celles de Josh Richardson et d’Al Horford apparaissent comme une réelle upgrade de l’effectif. Si en terme de talent Richardson est bien en dessous de Butler, je trouve que son profil est bien plus adapté aux 76ers, lui n’a pas spécialement besoin du ballon pour exister. Et que dire d’Al Horford… L’un des joueurs les plus intelligents de la ligue, excellent défenseur capable de s’écarter et d’apporter une expérience cruciale à l’équipe de Phila.

Si le cinq de départ est impressionnant (Simmons /Richardson/ Harris/Horford/Embiid) peut faire frémir toute la NBA, les interrogations concernent sur le banc des 76ers. Qui pour prendre l’organisation du jeu dans la second unit ? Trey Burke ? Qui pour prendre le scoring ? Korkmaz ? Qui pour défendre la raquette ? Kyle O’Quinn ? Pour moi pas d’inquiétude. Brett Brown est suffisamment compétant pour utiliser ses stars sur l’ensemble du match. Ne soyez pas surpris donc, de voir Richardson et Horford être sur le terrain en compagnie des joueurs du banc par séquence. Même chose pour Harris je pense. Hâte également de voir Zaïre Smith sans blessure, et le rookie Matisse Thybulle qui a été élu meilleur défenseur de la NCAA avec Washington (presque 3 contres et 3 inter. par match). Bref, ces Sixers sont effrayant et peuvent être une machine à gagner en saison régulière surtout si Ben Simmons passe encore un step et si Joel Embiid peut se reposer sur Horford sur certains matchs.

1er à l’est : 59-23

Classement Conférence EST : 1. 76ers 2. Milwaukee 3. 4. Boston 5. Indiana 6. Brooklyn 7. Orlando 8. Miami 9. Detroit 10. Atlanta 11. Chicago 12. 13. New York 14. Cleveland 15. Charlotte

Les 76ers vus par Olive

Demi-finale de Conférence Est, Game 7, 90-90, 4.2 secondes à jouer, remise en jeu Toronto, système pour Kawhi qui récupère la gonfle, se déporte dans le corner à droite, Joel Embiid le suit comme son ombre, il déclenche son tir, Joel saute désespérément pour le contrer, la balle rebondit plusieurs fois sur l’arceau et rentre. Toronto remporte ce Game 7 et remportera le titre de champion alors que Phila est éliminé sur l’un des shoots les plus incroyables de ces dernières années. Bien sûr, la saison de Phila ne peut se résumer à cette défaite mais l’élimination est rude, les larmes de Joel en sont la définition. Le bilan de Phila est encore très propre l’an dernier, 3ème de la Conférence Est avec un bilan de 57-25, les arrivées de Jimmy Butler et Tobbias Harris en cours de saison pour donner encore plus de consistance à cet effectif. Mais cette défaite doit servir de catalyseur pour la saison à venir et l’été de Phila bien que mouvementé promet des choses intéressantes pour la suite. Prolongation de Ben Simmons, prolongation de Tobbias Harris, signature d’Al Horford et arrivée de Josh Richardson. Les 76ers verrouillent et ajoute un renfort d’expérience, doté d’un grand QI basket et très fort défensivement. A contrario, ils perdent Jimmy Butler est son côté hargneux et surtout JJ Reddick véritable sniper qui savait soulager Phila dans les matchs difficiles.

On part sur un 5 majeur Simmons-Richardson-Harris-Horford-Embiid. Evidemment ce starting lineup est effrayant défensivement mais aussi offensivement. Est-il complémentaire pour autant ? Le banc est-il suffisant pour insuffler un deuxième souffle lors des matchs ? Ce sont les interrogations que les 76ers vont devoir vite balayer. Mais au vu du talent indéniable du 5 majeur, de la progression de Ben Simmons (avec un shoot correcte ajoutée à sa panoplie), un Joel Embiid avec moins de restrictions et toujours plus dominant et un Al Horford plein d’expérience pour orchestrer tout ça. Philadelphie fera très probablement une grande saison régulière mais avec un banc qui paraît léger pourront-ils batailler aussi durement durant les playoffs…

1er à l’est : 61-21

Classement Conférence EST : 1. 76ers 2. Milwaukee 3. 4. Brooklyn 5. Boston 6. Indiana 7. Detroit 8. Miami 9. Orlando 10. Atlanta 11. Chicago 12. New York 13. 14. Cleveland 15. Charlotte

Les 76ers vus par Clem

La NBA tremble devant le starting lineup des Sixers. Tous, y compris Clippers et Lakers. Le 5 de départ : Simmons – Richardson – Harris – Horford – Embiid fait très peur puisqu’il y a à la fois plusieurs axes de jeu en attaque, à la fois quatre excellents défenseurs et un défenseur correct (Harris). Très honnêtement, c’est le 5 le plus complet et le plus fort de NBA. Après, peut-on chercher le titre avec un cinq majeur dominant ? Les Raptors, pour donner un exemple récent, prouvent que non. C’est toute une équipe qui mène au titre. Le banc des Sixers est un peu léger et si une blessure vient affecter le 5, l’impact risque de se sentir. Venons-en au cas Brett Brown. Tancé, contesté sur la saison comme en playoffs, l’ex-adjoint des Spurs dispose de la confiance d’Elton Brand sur la saison avec une nouvelle fois un gros effectif sous la main. L’idée sera de trouver un vrai alliage dans les rotations comme dans les principes de jeu. L’avantage d’un Richardson c’est sa faculté à vivre avec comme sans la balle. Pareil avec Tobias Harris. Ça aide pas mal. Sur les rotations, Simmons-Harris fonctionne à merveille ensemble et il faudra affiner la relation Richardson-Embiid. Confiance optimale donc pour les 76’ers même si quelques options posent question.

2ème à l’est : 59-23

Classement Conférence EST : 1. Milwaukee 2. 76ers 3. Brooklyn 4. Boston 5. 6. Indiana 7. Miami 8. Detroit 9. Orlando 10. Atlanta 11. Chicago 12. Knicks 13. 14. Cavs 15. Hornets

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :