Basket NBA

Preview NBA : San Antonio Spurs, les avis de la rédac’ basket

La NBA reprend ses droits dans la nuit du 22 Octobre avec un opening night très alléchant. D’ici là, le CCS vous proposera chaque jour les avis de la rédaction basket sur chacune des équipes pour vous permettre d’être armé au soir de la reprise. Vingt-septième équipe aujourd’hui : les Spurs de San Antonio.

Les Spurs vus par Titouan

Voilà 22 ans que les Spurs de Gregg Popovich vont en Playoffs. Une 23ème fois et le record de l’histoire du basket américain serait battu. Mais, est ce possible de réaliser cette performance dans cette conférence si homogène ? Il est certain que la route sera rude, mais la force de cette effectif est qu’il n’a presque pas bougé. Seul David Bertans a quitté le Texas, et l’on compte 3 arrivée. DeMarre Caroll, en difficulté depuis quelques saisons qui semble être extrêmement Spurs Compatible, Trey Liles ainsi que le rookie Luka Samanic, dont le caractère devra être maîtriser. Le reste est donc connu, et avait été très performant l’an passé. Rudy Gay et LMA sont vieillissant, mais l’âge ne semble avoir d’emprise sur les joueurs de Spurs. Dejounte Murray sera attendu lui qui n’a pas jouer de la saison passé et sur qui beaucoup de monde à énormément d’attente. La profondeur d’effectif est impressionnante, mais face aux grosses écuries de l’ouest, il faudra espérer une mise en route rapide pour accrocher le bon wagon. Très dense, selon les circonstances et les adversaires, les Spurs pourraient très bien jouer le top 5 comme sortir du grand 8. Mais l’on ne peut que souhaiter un record de qualification consecutive en PO pour une équipe qui symbolise à merveille la longévité.

8ème à l’ouest : 46-36

Classement Conférence OUEST : 1. LAC 2. 3. Golden State 4. Lakers 5. Denver 6. Houston 7. Portland 8. Spurs 9. Sacramento 10. Dallas 11. New Orleans 12. Suns 13. Minnesota 14. OKC 15. Memphis

Les Spurs vus par Alex

Pas la joie pour les Texans ces dernières saisons. Toujours présent en PlayOffs, les Spurs doivent se contenter des premiers tours, loin des deux finales consécutives de 2013 et 2014. San Antonio a également dû dire au revoir à son trio historique (Duncan, Parker, Ginobili), qui pour rappel est le trio le plus prolifique de l’histoire de la NBA. A cela on peut ajouter la situation de Gregg Popovich, coach historique de la franchise qui officie depuis 1996 (!!). Il s’agit donc d’un réel changement de cycle que les Spurs tentent d’enclencher depuis l’an passé.

Pas énormément de mouvements cet été dans le Texas, pas habitué aux grandes révolutions. On note tout de même les arrivées de Demare Carroll et de Trey Lyles, pas hyper clinquant mais il s’agit de belles additions pour un effectif déjà compétitif. Pour composer le cinq de départ on va retrouver Dejounte Murray (que l’on espère remis de sa blessure de l’an passé), Derrick White, DeMar Derozan, Rudy Gay, Lamarcus Alridge. Plutôt gaillard comme cinq, d’autant plus quand on sait qu’on trouve un Patty Mills sur le banc ou un Marco Belinelli, ou bien DeMarre Carrol ou encore un Jakob Poeltl à l’intérieur (spécimen rare). Les Spurs sont donc taillés pour les PlayOffs, d’autant plus quand on voit l’expérience de pas mal de gars, ajouté à celle de coach Pop’, mais pourront-ils espérer mieux que la saison passée ? Pas sûr quand on voit que bon nombres d’équipes se sont renforcées à l’Ouest.

8ème à l’ouest : 45-37

Classement Conférence OUEST : 1. Houston 2. LAC 3. Golden State 4. Lakers 5. 6. Denver 7. Portland 8. Spurs  9. Sacramento 10. Dallas 11. OKC 12. New Orleans 13. Minnesota 14. Phoenix 15. Memphis

Les Spurs vus par Ben

Les Spurs ne meurent jamais. Chaque année c’est la même chanson : « cette fois, c’est la fin pour les Spurs » et chaque année, c’est la même réponse : « Toujours vivant, toujours debout ». Tant que Gregg Popovich tiendra les reines de la franchise, San Antonio sera compétitif. Après l’affaire Kawhi, on prédisait l’enfer pour les Spurs et pourtant ils parviennent, non sans difficulté, à accrocher la 7ème place qualificative pour les Playoffs avec 48 victoires. Emmené par le duo DeRozan/Aldridge, San Antonio cause de réels problèmes à Denver au premier tour, mais doit s’incliner lors du match 7 face à un Jokic de gala (21pts/15reb/10pad). Sans être transcendant, les Spurs ont une nouvelle montré qu’ils ont de la ressource, de l’expérience et une organisation tactique efficace. Comment gérer un été où l’on sait que les concurrents vont se renforcer ? Et bien, à la Spurs. Avec peu de cap disponible, San Antonio devait flairer les bons coups pour améliorer l’effectif. On commence avec la draft 2019, où les Spurs sélectionnent le prometteur ailier fort Luka Samanic (#19) et l’arrière/ailier Keldon Johnson en 29ème position. Issu de l’excellente université de Kentucky, ce couteau-suisse semble avoir le profil idéal pour se fondre dans l’organisation des Spurs. Sur le marché de l’été, San Antonio parvient à re-signer Rudy Gay et à enrôler l’expérimenté DeMarre Carroll et l’encore prometteur Trey Lyles. À noter également le transfert avorté de Marcus Morris aux Spurs qui, outre le fait de perdre un potentiel renfort d’expérience, se privent de David Bertans libéré pour laisser de la place à l’ancien C’s. San Antonio pourra surtout compter sur le retour des jeunes talents que sont Dejounte Murray et Lonnie Walker IV.

Encore plus que l’année dernière, les Spurs possèdent un roster qui allie jeunesse et expérience. Ainsi des talents comme Murray, Walker IV, Johnson, Poetl ou encore les arrières Derrick White et Bryn Forbes pourront bénéficier de l’encadrement de Aldridge, DeRozan, Bellineli et Gay. Alors oui, les Spurs iront en Playoffs. Mais quel est le véritable plafond de cette équipe ? Pour moi DeRozan et Aldridge ne sont pas de réels franchise players. Il faudra qu’un des jeunes talents passent un cap pour former un trio compétitif et à ce jeu-là, je mets une pièce sur l’un des deux jeunes revenus de blessure.

8ème à l’ouest : 43-39

Classement Conférence OUEST : 1. Portland 2. Denver 3. LAC 4. Golden State 5. Houston 6. Lakers 7. 8. Spurs 9. Sacramento 10. Dallas 11.New Orleans 12. Phoenix 13. Minnesota 14. OKC 15. Memphis

Les Spurs vus par Clem

Un seul mot : confiance. C’est ce qui anime les pré-saisons depuis l’antéchrist avec les Spurs. « Oh mais l’effectif a perdu en qualité… » allez paf, 50 wins. Cette équipe des Spurs et plutôt son institution sont d’une telle force qu’ils continuent année après année à perfer. Et cette année ne semble pas partie pour changer les bonnes vieilles habitudes. De plus, un petit chouchou retrouve les parquets : Dejonte Murray. Ce meneur de jeu qui fait office d’outsider ultra-crédible (pour moi) au titre de MIP en fin de saison a tout a faire : talent à la création, talent à la finition (ses bras c’est l’A10), défense, rebond avec un timing assez bluffant pour un poste 1, etc etc… Un bon billet peut être mis sans stresser sur ce joueur. Du reste, la jeune garde Texane a du talent plein les mains (Lonnie Walker, Luka Samanic, Keldon Johnson etc) hormis Jakob Poeltl qui m’inquiète sérieusement dans ses aptitudes et son potentiel de développement. Tout ça encadré par le duo qui marche toujours en saison régulière, DeRozan-Aldridge. DeMarre Carroll peut vraiment apporter au système Spurs à partir du moment où sa sélection tirs sera un argument (ou non) pour jouer. L’autre arrivant Trey Lyles est aussi un profil type pour SAS. Bref, encore une fois cette saison la confiance règne pour « la bande à Pop » même dans cette conf Ouest démentielle.

8ème à l’ouest : 43-39

Classement Conférence OUEST : 1. 2. Lakers 3. Warriors 4. Clippers 5. Nuggets 6. Rockets 7. Portland 8. Spurs 9. Mavericks 10. Sacramento 11. New Orleans 12. Grizzlies 13. Minnesota 14. Phoenix 15. OKC

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :