Articles NBA Basket

Preview NBA : Utah Jazz, les avis de la rédac’ basket

La NBA reprend ses droits dans la nuit du 22 Octobre avec un opening night très alléchant. D’ici là, le CCS vous proposera chaque jour les avis de la rédaction basket sur chacune des équipes pour vous permettre d’être armé au soir de la reprise. Vingt-neuvième équipe aujourd’hui : le Jazz d’Utah.

Le Jazz vu par Alex

Serions-nous en train d’apercevoir le retour du grand Jazz de Utah des années 90 ? Peut-être un peu présomptueux à l’heure actuelle mais il y a matière à espérer du côté de Salt Lake City, explications…

Porté par son duo star Gobert-Mitchell le Jazz se hisse l’année passée au 5èmerang d’une conférence Ouest extrêmement élevé, une progression pas franchement étonnante au vu du développement de Rudy, de l’arrivée du jeune Donovan Mitchell doté d’une bonne paire de c******* et de l’apport de nombreux joueurs très intéressants à l’image du surprenant Joe Ingles avec sa dégaine de joueur du dimanche mais aussi des joueurs comme Jae Crowder, Derrick Favors ou encore Royce O’neal gros energizer en sortie de banc. Un collectif bien huilé (le groupe vit bien comme dirait l’autre), très difficile à jouer dans sa salle et capable de battre à peu près tout le monde dans la ligue. Connu d’abord pour ses qualités défensives, Utah parvient au fil des saisons à combler son déficit en attaque, notamment grâce à l’arrivée du phénomène Mitchell qui d’ailleurs fut l’un des seuls Américains à sortir un peu du lot durant le Mondial de cet été. Grâce à cette addition, Utah peut désormais s’appuyer sur une base défensive solide et peut construire autour de Donovan Mitchell en attaque, ce que la franchise s’est attelé à faire cet été.

Du côté des départs, Ricky Rubio, Grayson Allen, Derrick Favors et Kyle Korver ont quitté le Jazz et furent remplacés par l’expérimenté meneur des Grizz Mike Conley, le pistolero des Pacers Bojan Bogdanovic, le jeune et prometteur Emmanuel Mudiay et deux joueurs expérimentés avec les venues de Jeff Green et de Ed Davis. Le cinq de départ devrait vraisemblablement ressembler à ceci : Conley – Mitchell – Ingles – Bogdanovic – Gobert. Un cinq ultra compétitif auquel s’ajoute un banc fourni avec des joueurs comme Jeff Green, Dante Exum, Emmanuel Mudiay ou encore Ed Davis.

Qualitativement Utah est donc plus fort que l’an passé et pourra compter sur son nouveau Big Three (Conley, Mitchell, Gobert) afin de porter une attaque déficiente depuis de nombreuses années. Si la franchise ne devrait, selon moi, pas joué le podium de la conférence Ouest en saison régulière, elle se présentera comme un véritable contender en PlayOffs.

5ème à l’ouest : 51-31

Classement Conférence OUEST : 1. Houston 2. LAC 3. Golden State 4. Lakers 5. Jazz 6. Denver 7. Portland 8. Sacramento 9. Spurs 10. Dallas 11. OKC 12. New Orleans 13. Minnesota 14. Phoenix 15. Memphis

Le Jazz vu par Ben

Voici la franchise qui cherche à faire trembler les cadors de l’Ouest. La saison 2017/2018 s’était conclue avec panache, laissant de grands espoirs aux fans du Jazz pour la saison dernière. Mais l’exercice précédent fût plus compliqué que prévu. Rapidement, nous avons vu que le scooting mis en place sur l’arrière Donovan Mitchell entravait les performances offensives de l’équipe. Pourtant « Spider », bien aidé par la montée en puissance de Rudy Gobert et l’aide de papi Ingles, le Jazz s’accapare la 5ème place à l’Ouest. Problème, Utah hérite de Houston au premier tour des Playoffs… La marche est trop élevée pour la bande à Quin Snyder. Harden & co. mettent la franchise de Salt Lake City dans le rouge et mettent en lumière les lourdes lacunes offensives de l’équipe lorsque Donovan Mitchell est muselé. Pour préparer la nouvelle saison, le board d’Utah décide de passer à l’offensive. Au revoir Derrick Favors, bye bye Ricky Rubio. Il faut du scoring et de la viande dans la raquette pour aider le trop esseulé Rudy Gobert. L’objectif semble totalement rempli avec les arrivées du très convoité Mike Conley au poste de meneur et celui de Bojan Bogdanovic à l’aile. Le premier soulagera la pression portée sur Donovan Mitchell alors que le second devra profiter des pénétrations de « Spider » pour sanctionner derrière l’arc. Un recrutement très intelligent. Pour renforcer le secteur intérieur, ce sont les expérimentés Jeff Green et Ed Davis qui rejoignent les rangs du Jazz. Encore une fois, très malin.

Sur le papier, le Jazz semble avoir passé un cap, d’outsider à prétendant au titre à l’Ouest. Même si je suis très confiant sur la réussite collective de cette équipe, qui pourra notamment joueur les troubles faites en Playoffs, je crains que la saison régulière soit un peu plus compliquée que prévue. En effet, l’adaptation pourrait prendre du temps. Si les joueurs recrutés sont connues pour leur intelligence, il faudra surveiller l’intégration de Donovan Mitchell. Comment se comportera-t-il aux côtés de Conley ? Quelle sera son attitude avec moins de balles en main ? Je ne doute qu’il s’entende avec l’ex-meneur des Grizzlies, mais je pense que la machine du Jazz mettra un peu de temps à prendre son rythme et c’est pour cela que je ne le classe qu’à la 7ème place à l’Ouest.

7ème à l’ouest : 45-37

Classement Conférence OUEST : 1. Portland 2. Denver 3. LAC 4. Golden State 5. Houston 6. Lakers 7. Jazz 8. Spurs 9. Sacramento 10. Dallas 11.New Orleans 12. Phoenix 13. Minnesota 14. OKC 15. Memphis

Le Jazz vu par Olive

Une saison encore très correcte du Jazz, qui avec un bilan de 50-32 se sont hissés 5èmede la conférence Ouest. Au premier tour des Playoffs, les Rockets étaient bien trop fort pour le Jazz mais Utah donne l’impression qui leur manque un petit quelque chose dans leur effectif pour pouvoir être un véritable contender.

Car avec Donovan Mitchell, Joe Ingles et Rudy Gobert qui a remporté pour la deuxième année consécutive le DPOY, le noyau du Jazz est solide et leur été améliore l’équipe très clairement. Le front office a frappé fort, Ricky Rubio partant, il met la main sur Mike Conley qui va apporter toute son expérience et toute sa vista à cette équipe. Gestionnaire, bon passeur et pouvant scorer aisément, son vécu aux Grizzlies est un véritable plus pour cette équipe. Parallèlement, Bojan Bogdanovic fait son arrivée également chez les mormons. Sorti d’une saison très solide avec les Pacers, Bogdanovic va amener tout son QI basket mais aussi son shoot extérieur à cette équipe du Jazz. Utah a donc décidé de passer la vitesse supérieure dans le but de devenir un véritable contender à l’Ouest. Bien que la conférence se soit fortement renforcée, Utah accédera aux Playoffs et ensuite ils devront faire leurs preuves à ce moment-là. Mené par Quin Snyder, cette équipe à tout pour réussir et sera vraiment très intriguante durant cette saison.

6ème à l’ouest : 45-37

Classement Conférence OUEST : 1. Houston 2. LAC 3. Golden State 4. Lakers 5. Denver 6. Jazz 7. Portland 8. Spurs 9. Dallas 10. New Orleans 11. Sacramento 12. OKC 13. Minnesota 14. Phoenix 15. Memphis

Le Jazz vu par Clem

C’est mon pari de la saison régulière. Le Jazz d’Utah a réussi l’une voire la meilleure intersaison de son histoire, avec les venues combinées de Mike Conley et Bojan Bogdanovic. Le premier nommé est le meneur de jeu le plus sous-côté de NBA, vu que Damian Lillard est enfin jugé à sa juste valeur. Conley a des qualités de basketteur hyper complètes : shoot extérieur, lecture du jeu, QI passe, QI défensif, vice dans les écrans reçus, gestion du P&R/P&P, déplacement latéral, enfin bref… le CV qualités est monstrueux. Le seul gros bémol dans son profil est sa propension à se blesser. Dommage, ce serait trop beau. L’association Conley/Mitchell pue le basket et va permettre à la star du Jazz d’avoir de meilleurs ballons, d’avoir moins besoin de créer pour lui en fin de possession etc etc. L’arrivée de Conley est aussi une merveilleuse nouvelle pour le frenchie Rudy Gobert qui va avoir dans son P&R un passeur de poids, et un passeur régulier. Bref, l’axe triangulaire Conley/Mitchell/Gobert est tout simplement flippant car complet et dangereux dans plusieurs zones du terrain. Au poste 3/4, un croate denommé Bojan Bogdanovic vient apporter du shooting, de l’attaque au cercle (parfois) et une défense somme toutes assez correcte. Il est lui aussi un complément parfait au duo Mitchell/Gobert, et il a en plus montré qu’il savait prendre ses responsabilités en fin de match. C’est un excellent ajout à Utah. La perte de Derrick Favors, parti aux Pels, est par contre préjudiciable car l’ex top 5 de draft a un impact énorme dans les petites tâches. Sa protection du rebond défensif semble être un bon exemple.

Passons au banc qui est peut-être la plus grosse interrogation. Quid du multiple blessé Dante Exum par exemple ? Il serait bon d’avoir enfin un peu de régularité dans la présence sur la feuille de match.
La prolongation de Tony Bradley (il faut croire en son profil, sneaky dans la dureté mais pas maladroit balle en main), l’arrivée de Ed Davis permettront au Jazz d’avoir une rotation pas inintéressante sous le cercle. Jeff Green lui sera un véritable facteur x sur le banc à condition que les pépins physiques le laissent tranquille, tout comme un Royce O’Neale, faible dans le playmaking mais physique et capable de rentrer des tirs à mi-distance. Enfin, Emmanuel Mudiay est là et peut parfaitement coller à Utah. À ses détracteurs : il a éte dans une faible période pour Denver et puis les Knicks… bon, vous avez pigé l’idée. La rigueur défensive d’Utah peut lui correspondre pour progresser. Bref, Utah sera de mon point de vue leader de l’Ouest puisque le 5 de départ est juste excellent, complémentaire à souhaits et exigeant défensivement. Le banc n’est pas si pauvre que ça et Utah a besoin d’avoir un peu de lumière pour être crédible et par lumière, on entend une lumière par le jeu, pas parce qu’un illuminé insulte la couleur de peau de Russell Westbrook.

1er à l’ouest : 59-23

Classement Conférence OUEST : 1. Jazz 2. Lakers 3. Warriors 4. Clippers 5. Nuggets 6. Rockets 7. Portland 8. Spurs 9. Mavericks 10. Sacramento 11. New Orleans 12. Grizzlies 13. Minnesota 14. Phoenix 15. OKC

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :