Articles NBA Basket

Preview NBA : Washington Wizards, les avis de la rédac’ basket

La NBA reprend ses droits dans la nuit du 22 Octobre avec un opening night très alléchant. D’ici là, le CCS vous proposera chaque jour les avis de la rédaction basket sur chacune des équipes pour vous permettre d’être armé au soir de la reprise. Trentième et dernière équipe aujourd’hui : les Wizards de Washington.

Les Wizards vus par Alex

Fort d’une des meilleures lignes arrières de la ligue depuis de nombreuses années, Washington se trouve désormais enlisé dans une belle impasse, une situation provoquée principalement par les pépins de son meneur star Jonh Wall. Dans un premier temps blessé au talon (blessure nécessitant une opération), Jean Mur se blesse dans la foulée au tendon d’achille à cause… d’une chute chez lui. Le moins que l’on puisse c’est que ce n’était pas l’année de la mobylette de DC qui a dû faire une croix sur sa saison. S’il est tranquillement en phase de reprise, on ne devrait pas le revoir à son niveau d’ici un moment d’autant que son jeu est grandement basé sur son physique.

La franchise a donc dû s’adapter et ce sont Kelly Oubre et Otto Porter qui en ont fait les frais dans premier temps, mais il a fallu attendre l’été pour s’attaquer au plat principal : Bradley Beal. En l’absence de son homologue de toujours, l’arrière des Wizz a été à un niveau All Star sur la deuxième partie de saison et attire naturellement les convoitises de toute la ligue. Si beaucoup ont imaginé un trade, c’est contre toute attente que Beal a finalement prolongé dans la capitale Américaine et a déclaré son désir de rester toute sa carrière à DC, c’est beau. Néanmoins la franchise a vu partir Jabari Parker, Sam Dekker, Trevor Ariza et Dwight Howard. En contrepartie, Washington a récupéré Davis Bertans, CJ Miles, Ish Smith et Isaiah Thomas. Une belle ligne arrière qui se profile et c’est à peu près tout. Si Rui Hachimura est porteur d’espoir, les postes 3-4-5 sont quand même bien légers. Pour faire court les joueurs qui ressortent sont CJ Miles, Bertans et Mahinmi… un peu léger pour espérer quelque chose. La franchise risque donc de passer une saison galère, d’autant plus dans l’attente du retour au premier plan de John Wall. Entre temps, Bradley Beal pourra porter DC sur ses épaules et confirmer les promesses de la saison dernière mais dans les bas-fonds de la conférence Est.

12ème à l’est : 30-52

Classement Conférence EST : 1. 76ers 2. Milwaukee 3. Indiana 4. Brooklyn 5. Boston 6. Toronto 7. Miami 8. Detroit 9. Atlanta 10. Orlando 11. Chicago 12. Washington 13. Charlotte 14. New York 15. Cleveland

Les Wizards vus par Ben

« Ce n’est pas parce nous sommes des magiciens que nous sommes épargnés par les coups des sorts. » Voilà une sentence que peut très bien résumer la saison 2018-2019 des Washington Wizards. Si les mois d’octobre et de novembre furent laborieux, la suite est encore plus terrible : en décembre, John Wall doit se faire opérer du tendon d’Achille. En janvier, out pour la saison. En janvier, il tombe chez lui… Sur son tendon d’Achille : le dragster de DC doit repasser sur le billard cet été et on annonce qu’il manquera probablement la saison 2020… Quel coup dur pour lui qui a signé un contrat à 170M$ et surtout pour la franchise de la Capitale américaine. Résultat, malgré un Bradley Beal intenable et la révélation de Thomas Bryant, les Wiz’ terminent à la 11ème place de la Conférence est, eux que les analystes annonçaient en Playoffs… Alors que faire dans ces conditions dramatiques ? D’abord tourner une première page : au revoir Ernie Gurnfeld, GM de la franchise depuis 15 ans et bonjour Tommy Shepart, promu en interne à ce poste décisionnaire. L’été des Wiz’ commence à la draft 2019 avec le choix controversé de Rui Hachimura en 9ème position. Le Japonais de Gonzaga possède de véritables capacités offensives, mais son physique entre deux postes (3 & 4) ainsi que les interrogations sur son réel potentiel inquiètent les scoots NBA. Auteur d’une bonne pré-saison, Rui Hachimura a montré qu’il pouvait scorer en NBA, mais sera-t-il capable de le faire sur 82 matchs ? C’est sur point que le Japonais devra répondre à ses détracteurs. Beaucoup de monde ont pris la porte du côté de Washington : Dwight Howard, Trevor Ariza, Tomas Satoransky, Jeff Green, Jabari Parker, Bobby Portis, Jonathon Simmons, Devin Robinson, Sam Dekker. Des joueurs cruciaux pour la rotation qui ont réussi (globalement) à épauler la superstar Bradley Beal. Du côté des arrivées, c’est un peu l’angoisse : Isaiah Thomas, Isaac Bonga, C.J. Miles, Moritz Wagner, Davis Bertans, Jemerrio Jones… Dur. Hormis Bradley Beal, Rui Hachimura et Thomas Bryant, aucun poste ne semble avoir de réel titulaire, ni de back-up convenable…

Si des joueurs comme Mo Wagner, Davis Bertans ou Troy Brown Jr. peuvent trouver chez les Wizards suffisamment de temps de jeu pour exprimer leurs talents, la saison s’annonce, encore une fois, très compliquée. Seule lueur d’espoir : la prolongation surprise de Bradley Beal il y a quelques semaines. Lui qu’on voyait quitter la Capitale pour aller jouer chez un prétendant au titre, a décidé de rester fidèle et loyal à sa franchise. Qu’est-ce que cela annonce sur la politique à venir de Washington ? Pleine confiance en John Wall, ou bien sera-t-il échangé pour apporter du soutien de poids à Beal ? Personne ne le sait pour le moment, mais l’hiver sera agité du côté de Washington. Dans l’état, DC semble destiné à prendre place dans le bas du classement de la Conférence est.   

12ème à l’est : 28-54

Classement Conférence EST : 1. 76ers 2. Milwaukee 3. Toronto 4. Boston 5. Indiana 6. Brooklyn 7. Orlando 8. Miami 9. Detroit 10. Atlanta 11. Chicago 12. Washington 13. New York 14. Cleveland 15. Charlotte

Les Wizards vus par Olive

Sans les performances exceptionnelles de Bradley Beal, Washington aurait sûrement sombré dans les bas-fonds de la conférence Est. Pour autant le bilan n’est pas fameux, 11ème de la conférence Est avec un bilan de 30-52, les Wizards ont vu john Wall se blesser (bêtement) au tendon d’achille le tenant éloigné des terrains pour le reste de la saison passée et surtout celle avenir. L’été a été compliqué également avec beaucoup de départs et quelques ajustements d’effectif qui n’augure pas une grande saison des magiciens. La draft en #9 de Rui hachimura est à la fois intrigante et un pari pour Washington, à surveiller de près. Arrivée également d’isaiah Thomas, qui après un passage quasi inexistant à Denver, voudra prouver qu’il peut être encore le joueur exceptionnel comme à Boston. Pas de grande arrivée mais le management était surtout focalisé à garder Bradley Beal, convoité un peu partout dans la ligue. Et c’est chose faite, avec une extension de 2 ans de 72 millions de dollars, Beal est Wizard sous contrat jusqu’en 2023.

La saison des Wizards risque d’être assez moribonde et mis à part le développement de Rui Hachimura, rien de bien attrayant risque de se passer dans la capitale.

13ème à l’est : 30-52

Classement Conférence EST : 1. 76ers 2. Milwaukee 3. Toronto 4. Brooklyn 5. Boston 6. Indiana 7. Detroit 8. Miami 9. Orlando 10. Atlanta 11. Chicago 12. New York 13. Washington 14. Cleveland 15. Charlotte

Les Wizards vus par Clem

On ne va pas se le cacher très longtemps, je ne crois pas du tout en cette saison pour les Wizards. Alors, la première interrogation c’est : pourquoi ? John Wall est encore absent et pour longtemps. Bradley Beal est un arrière fabuleux des deux côtés du terrain, peut être ce joueur qui sait passer de lieutenant de luxe à vrai franchise player. Sur Beal, il n’y a que des louanges à faire et nous pourrions en parler dix minutes. C’est le reste qui inquiète. Quel sera le relais de Beal on the floor ? Deux candidats se dégagent : Rui Hachimura le rookie et Isaiah Thomas, qui apparemment est dans une forme bien correcte. Derrière, le roster des Wiz ressemble vraiment à un empilement de joueurs et par empilement, on est obligés de penser aux arrivées de Bonga et Wagner qui sont là aussi et surtout pour décharger les Lakers et faire de la place dans leur effectif. Les deux vraies arrivées à surveiller sont donc Hachimura et peut-être aussi Admiral Scofield, un forward bondissant. Le reste a vraiment du mal à m’enthousiasmer. Quelques indices peuvent malgré tout nous faire penser à des principes tactiques comme par exemple les présences de Bertans, CJ Miles et Wagner pour apporter du spacing et de la qualité au tir de loin (Bertans à 90°, CJ Miles partout et Wagner à 60/90°), Thomas Bryant est aussi capable de libérer un peu de place sous le cercle. Mais autrement vraiment… la direction sportive et la construction de cet effectif me laissent de marbre. J’attends qu’ils me surprennent.

13ème à l’est : 31-51

Classement Conférence EST : 1. Milwaukee 2. 76ers 3. Brooklyn 4. Boston 5. Toronto 6. Indiana 7. Miami 8. Detroit 9. Orlando 10. Atlanta 11. Chicago 12. Knicks 13. Washington 14. Cavs 15. Hornets

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :