Foot

Le Tour d’Europe du CCS : Ligue 1 (11e journée)

Une riche onzième journée au programme en cette fin de mois d’octobre. Entre un « Classique » à sens unique et le réveil de plusieurs équipes en difficulté, ce week-end de Ligue 1 a été intéressant à plus d’un titre. Cela faisait longtemps que Lille, Monaco, Lyon et Rennes n’avaient pas tous gagné pour suivre le PSG et (enfin) relancer la course au podium.

Une riche onzième journée au programme en cette fin de mois d’octobre. Entre un « Classique » à sens unique et le réveil de plusieurs équipes en difficulté, ce week-end de Ligue 1 a été intéressant à plus d’un titre. Cela faisait longtemps que Lille, Monaco, Lyon et Rennes n’avaient pas tous gagné pour suivre le PSG et (enfin) relancer la course au podium.

Le focus de la semaine : PSG – OM  (4-0)

Un « match marketing », une « fausse rivalité », un match comme les autres… Les critiques pleuvent sur l’affrontement entre Parisiens et Marseillais ces derniers temps. Même André Villas-Boas, le coach marseillais voulait désamorcer le battage médiatique naissant dès le début de la semaine en faisant de ce match un affrontement comme les autres contre une équipe « d’un autre championnat ».

En voyant les compositions d’équipe, on ne pouvait pas totalement lui donner tort. Le PSG s’avance au Parc avec un Onze niveau Ligue des Champions tandis que l’OM doit toujours composer avec plusieurs absents dont Florian Thauvin qui n’a toujours pas joué cette saison. Au milieu, le trio Strootman-Rongier-Lopez est aligné pour faire face à Ander Herrera, Marquinhos et Marco Verrati, chargés d’alimenter l’infernale attaque parisienne : Di Maria, Mbappé, Icardi. Pour contrer cette machine à marquer, Sakai est titularisé à gauche de la défense olympienne, Sarr à droite, entourant la paire Kamara – Caleta Car.

Malgré l’écart abyssal sur le papier, l’entame de match est étonnamment plaisante et équilibrée. Les Marseillais mettent de l’agressivité et de l’envie dans chacune de leurs actions et on se dit alors que l’on pourrait revivre un match comme celui d’il y a deux ans (2-2 au Vélodrome). Mais rapidement, et de manière tout à fait logique, les Parisiens accélèrent. Lancé sur le flanc droit de l’attaque parisienne, Angel Di Maria centre en direction de son compatriote Mauro Icardi, qui prend le dessus sur Boubacar Kamara et adresse une tête en direction de Steve Mandanda. Le portier marseillais repousse mais ne peut rien faire quand le buteur parisien reprend le ballon dans un second temps (1-0, 10ème). Les Marseillais n’auront tenu que 10 minutes.

Comme Zlatan et Neymar, Mauro Icardi marque pour son premier Classique.
Source : Football.fr

A partir de l’ouverture du score parisienne, l’envie marseillaise semble se dilater peu à peu. Le milieu de terrain est moins resserré et Marco Verrati est de plus en plus à l’aise pour mener le jeu parisien. Fort de 5 matchs consécutifs durant lesquels il marque, Mauro Icardi réalise le doublé un quart d’heure plus tard en devançant Mandanda de la tête après un centre du « petit hibou » italien (2-0, 26ème). Icardi est en feu pour son premier Classique, tout comme l’ensemble du collectif PSG qui se met en mode Ligue des Champions.

Le PSG mène 2 buts à 0, certes, mais le Monsieur But n’a toujours pas marqué. Qu’à cela ne tienne, le voilà en action 5 minutes plus tard après un service de Di Maria. Après un mouvement de grande qualité dans l’axe du terrain, l’ailier argentin lance Kylian Mbappé sur sa gauche. L’attaquant français ne tremble pas et crochète Steve Mandanda, son coéquipier en sélection avant de pousser le ballon dans les filets (3-0, 32ème). Ce « Classico » tourne à la déculottée. Après une demi-heure de jeu, les Marseillais qui étaient pourtant bien rentrés dans ce match n’y sont plus. Dario Benedetto et Valère Germain n’ont aucune occasion d’inquiéter Keylor Navas ; ils ne cadrent aucun tir en première période.

Presnel Kimpembe et la défense parisienne n’ont laissé aucune chance à Payet et ses coéquipiers.
Source : MadeInMarseillais.com

Côté parisien, les attaquants sont à la fête. Après Mauro Icardi, c’est Kylian Mbappé qui y va de son doublé. Après une magnifique action d’école initiée par Navas, le ballon traverse le terrain en trois passes et se retrouve dans les pieds du petit prodige du Parc des Princes qui trompe une nouvelle fois un Mandanda plutôt bon mais trahi par sa défense. Le ballon, même dévié par le Chat marseillais, fini dans les cages phocéennes (4-0, 44ème). 4-0 à la mi-temps, le Classique est remporté par un PSG des grands soirs.

Kylian Mbappé n’en finit plus de marquer. Et dire qu’on lui demande d’être plus présent dans les « grands matchs »…
Source : Orange Football Club

Au retour des vestiaires, la donne ne s’inverse pas, les Marseillais ne font pas le poids. Mais les Parisiens ne font plus lever le public du Parc. Le match devient moyen et lent. Toutefois, une bonne nouvelle est venue faire rugir l’enceinte parisienne, l’entrée en jeu d’Edinson Cavani après plusieurs semaines d’absence, à la place de Kylian Mbappé, lui aussi ovationné. Autre satisfaction que l’on peut avoir, l’entrée en jeu de Leandro Paredes. Après de longs mois de performances médiocres, le milieu de terrain transfuge du Zenit commence à montrer ce qu’il pourrait apporter au PSG : un peu de vice et de roublardise, déjà entrevu face à Nice le week-end dernier. Au printemps, cela pourrait aider le PSG…

Un PSG-OM n’est pas un match comme les autres. En tout cas, c’est un match qui permet au PSG version 2019/2020 de montrer de quoi il est capable, au moins le temps d’une mi-temps. Dans le cœur des supporters, ce match est toujours particulier et nul ne doute que Mauro Icardi a fini de conquérir le cœur des fans. Avec 27 points glanés en 11 matchs, le PSG est toujours en tête de Ligue 1, avec 8 points d’avance sur le dauphin nantais. L’OM rate une opportunité de se rapprocher de ce fauteuil de dauphin et se classe 7ème, avec 16 points.

Le fait marquant : Lyon renoue avec le succès face à Metz

Rudi Garcia doit se sentir soulagé. Après un triste match nul face à Dijon et une amère défaite en Ligue des Champions à Lisbonne, le nouveau coach Lyonnais goûte enfin à la victoire sur le banc de l’OL. Face à Metz, il a pu compter sur son capitaine du jour Memphis Depay pour ouvrir la voie à ses partenaires. A la demi-heure de jeu, le néerlandais marque après un superbe rush dans la défense lorraine. Quelques minutes plus tard, c’est Moussa Démbélé qui double le score sur penalty.

Moussa Dembélé et Memphis Depay donnent trois points à l’OL.
Source : France tv sport

Grâce à ce succès, l’OL évite de traîner une semaine de plus dans les abords de la zone rouge et remonte  à la 13ème place d’un classement toujours aussi serré (avec 13 points). Avant d’affronter Toulouse, Marseille, puis Nice, Rudi Garcia prend un bon bol d’air. Cela faisait plus de deux mois que l’OL ne s’était pas imposé en championnat. Metz, de son côté, est 19ème avec 11 points au compteur.

Le MVP de la journée : Yusuf Yazici (Lille OSC)

Yazici a pris l’ascendant sur les défenseurs bordelais (ici Pablo).
Source : La Voix du Nord

« Enfin ! » doivent se dire les supporters des Dogues. Enfin, le jeune turc recruté à Trabzonspor cet été s’est montré efficace. Face à Bordeaux samedi, Yusuf Yazici a largement contribué au succès lillois (3-0), en étant impliqué sur tous les buts de son équipe. Il a d’abord servi Benjamin André sur l’ouverture du score après une mauvaise relance girondine. En deuxième mi-temps, il ne tremble pas pour transformer un penalty brillamment obtenu par Celik. Enfin, Yazici lance parfaitement Loïc Rémy dans le temps additionnel pour le troisième but des Nordistes. Après un début de saison moyen, le jeune milieu offensif turc monte en puissance et pourrait profiter d’un calendrier chargé et de la méforme de certains de ses partenaires pour avoir l’occasion de briller. Christophe Galtier, son coach, sait récompenser les travailleurs.

Tous les résultats :

23 buts marqués

1 victoire à l’extérieur

3 matchs nuls

2 cartons rouges

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :