Basket NBA

Preview – Trophées NBA : Le Défenseur de l’année, les avis de la rédac’ basket

La NBA a repris ses droits le 22 Octobre pour notre plus grand plaisir. C’est l’heure pour le CCS de vous proposer les avis de la rédaction basket sur chacun des trophées individuels. Aujourd’hui, le trophée du meilleur défenseur de la saison : le Defensive Player of the Year

Le Défenseur de l’année pour Titouan

Ses favoris : Joel Embiid (Sixers)/ Rudy Gobert (Utah)
Attaquant monstrueux, il ne faut pas oublier l’impact colossal en défense du pivot Camerounais. Si les stats ne disent pas tout, loin de là, surtout lorsqu’il s’agit de l’impact défensif, on sait que le garçon tournera aux alentours de 13 rebonds, 2 contres et 1 interception. Surtout, il est une arme de dissuasion massive et il est entouré de joueur ayant le même intérêt pour le travail défensif. Dans la même veine, difficile de ne pas faire de Rudy Gobert un grand favori. Double tenant du titre, le pivot frenchie à pour avantage dans l’inconscient des votants d’être surtout un excellent défenseur, au contraire de Joël Embiid. Avec ses bras terriblement long et son envergure démentiel, il ne pourra qu’être dans la course. Les 2 hommes risquent qui plus est de truster le haut de leur conférence respective, et jouent à un poste qui compte 15 titres de DPOY depuis 2000.

👁️‍🗨️ Son outsider : Giannis Antetokounmpo (Bucks)
Encore une fois, l’outsider à une bonne tête de co favori. Le MVP de la saison passé était déjà cité dans cette catégorie en 2019, faisant même parti des 3 finalistes. Capable de défendre quasi n’importe qui, doté d’un mix vitesse laterale/explosivité/puissance unique dans la ligue, le grec veut montrer qu’il peut être le patron défensif de la ligue, 1 an après avoir été élu meilleur joueur. Depuis 2 ans, il tourne à au moins 10 rebonds, 1.4 contres et 1.3 interception. Désavantagé par son poste (bien que celui ci soit vague) il pourrait entrer dans la discussion en cas de probable grosse saison des Bucks.

🎁 Sa surprise : Kawhi Leonard (Clippers)
Quoi ? Kawhi Leonard, une surprise ? Difficile à première vu de comprendre ce choix. Déjà élu à 2 reprises meilleur défenseur de l’année (le seul extérieur de l’histoire à l’avoir été 2 fois avec Sydney Montcrief), le MVP des dernières Finales a en effet tout pour être sérieusement dans la discussion, surtout dans une équipe défensive avec des joueurs comme Paul George ou Pat Beverley. Mais, surtout, Kawhi Leonard briguera cette saison un autre trophée, un trophée encore plus prestigieux qu’il aura forcément dans un coin de la tête. Quand on sait que seul Olajuwon et Jordan ont réussi à doubler MVP et DPOY, c’est une tâche qui s’annonce compliqué pour Leonard. Mais avec lui, les surprises n’en sont plus vraiment.

Le Défenseur de l’année pour Alex

Son favori : Kawhi Leonard (Clippers)
Après deux titres consécutifs pour la montagne Gobert, je vois bien le DPOY retomber entre les mains d’un arrière et en parlant de mains, celles de Kawhi semblent adéquates. The Glove évoluera dans une des meilleurs équipe de la ligue et formera avec Paul George et Patrick Beverley une ligne arrière ultra solide défensivement. Capable de défendre à tous les postes et déterminé à remporter un nouveau titre, Kawhi sera sur le devant de la scène et à la tête d’une équipe qui devrait avoir l’un des meilleurs defensive ratings de la ligue. Quoi de plus logique que de décerner le DPOY au meilleur défenseur de la meilleure équipe de la ligue ?

👁️‍🗨️ Son outsider : Rudy Gobert (Utah)
On peut difficilement ignorer Rudy Gobert dans la course au DPOY. Double tenant du titre le Français est reconnu comme la tour de contrôle de l’une des équipes les plus solides de la ligue. Avantage supplémentaire, les ricains raffolent des statistiques et Rudy régale au niveau des contres depuis de nombreuses années. Raison supplémentaire d’y croire, un temps jugé trop frêle Gobert se développe physiquement chaque saison et il semblerait qu’il soit arrivé à maturité, en témoigne ses centaines de photos torses nus sur les réseaux (le fameux tee-shirt-gate). Si le pivot Français parvenait à glaner un troisième titre consécutif, il deviendrait le deuxième joueur de l’histoire a réalisé cette perf’ après un certain Dwight Howard (celui du Magic hein), la classe.

🎁 Ses surprises : Joel Embiid (Sixers)/ Giannis Antetokounmpo (Bucks)
Les noms proposés ne peuvent que très rarement être considérés comme des surprises mais dans ce cas précis nous pouvons les considérer comme tel. En effet, si ces deux phénomènes ne sont pas voués et attendus pour leurs performances défensives, leurs développements fulgurants pourraient faire d’eux des machines défensives. Tout d’abord physiquement, que ce soit Giannis ou Jojo, les deux sont absolument monstrueux. Tant l’évolution du Grec est fulgurante sur ces dernières années, il ne serait pas étonnant de le voir tourner autour des 2,5 contres par match avec quelques interceptions en prime. Pour Embiid, il va pouvoir se développer défensivement avec la venue de Al Horford dans la raquette des Sixers et quand on sait qu’il est capable de dominer physiquement à peu près tous les intérieurs de la ligue, ça fait flipper.

Le Défenseur de l’année pour Olive

Son favori : Rudy Gobert (Utah)
Double vainqueur du trophée, Rudy est clairement le favori à sa propre succession et pourra réalisé l’exploit d’en gagner un troisième consécutivement comme Dwight Howard en 2009,2010,2011. Dans une équipe réputée pour sa défense, Gobert en est le patron naturel. Car au-delà de ces statistiques individuelles, c’est par sa dissuasion et sa faculté à changer l’approche des équipes adverses que notre frenchie tire sa force. Il est donc naturellement le favori cette année encore

👁️‍🗨️ Son outsider : Joel Embiid (Sixers)
JoJo l’a annoncé et souhaite pouvoir décrocher un trophée individuel. Il est largement capable de décrocher celui du DPOY de part ses performances défensives individuelles mais aussi par le fait que Phila sera probablement l’une des toutes meilleures défenses de la ligue. Avec Al Horford maintenant à ses côtés, le camerounais sera dans la course au défenseur de l’année et prétendre décrocher ce magnifique trophée

🎁 Sa surprise : Anthony Davis (Lakers)
Lui aussi a envie de montrer ses véritables facultés de ce côté du terrain. Individuellement, AD peut être l’un des tous meilleurs contreurs de la ligue. Si les Lakers continue a imprégné une forte valeur défensive et que l’équipe de LA est l’une des meilleures défenses de la ligue alors Davis pourra être dans cette course du DPOY. Il faudra qu’il soit encore plus dissuasif mais il a les atouts pour décrocher ce titre

Le Défenseur de l’année pour Ben

Son favori : Anthony Davis (Lakers)
The Unibrow sera scruté de très près cette saison. Fini les excuses de la mauvaise franchise et des mauvais coéquipiers, Anthony Davis a toutes les cartes en main pour prouver au monde entier qu’il fait partie des meilleurs joueurs au monde. Si les Lakers veulent créer une identité de jeu capable d’atteindre le temps convoité trophée Larry O’brien, cela passera par une défense irréprochable. Danny Green et Avery Bradley devraient donner le ton en défense extérieur, c’est bien AD qui devra imposer son rythme défensif dans la raquette des Lakers. Avec son envergure digne d’un pélican et ses qualités athlétiques hors du commun, Davis sera assurément la pièce maîtresse de la défense de Franck Vogel. S’il tourne déjà à 3 contres par match, Anthony Davis devra être plus efficace dans les gros matchs face à des pivots dominants comme Towns, Drummond ou encore Joel Embiid.

👁️‍🗨️ Son outsider : Joel Embiid (Sixers)
Réel outsider ou deuxième favori ? Telle est la question. Depuis le recrutement intelligent des Sixers cet été, les analystes ne parlent que de ça : le potentiel défensif de l’équipe de Philadelphie. Sur cette première semaine de compétition, les attentes et les espoirs des fans se sont confirmés. Pourtant, les Sixers devront trouver un réel leader de cette défense de fer pour pouvoir aborder sereinement les Playoffs prochains. Joel Embiid semble avoir les épaules assez solides pour endosser ce rôle. Si Ben Simmons aura lui aussi un rôle clé dans la défense de Phila, il est plutôt rare de voir un extérieur remporter ce trophée tant les stats sont aussi importantes que trompeuses. Embiid marche sur les raquettes adverses, à voir maintenant comment il peut les éteindre en défense.

🎁 Sa surprise : Dejounte Murray (Spurs)
Comme énoncé plus haut : il est difficile de voir un extérieur remporter ce titre. Depuis sa création, seuls sept extérieurs ont remporté ce trophée et Gary Payton est l’unique meneur à l’avoir reçu en 1996. Alors pourquoi Dejounte Murray pourrait-il l’obtenir ? Doté d’une excellente vision du jeu et de qualités athlétiques impressionnantes, le meneur de 23 ans possède des talents défensifs incroyables qui peuvent le propulser vers les sommets. Il est encore jeune et devra montrer ses forces dans des matchs références comme par exemple éteindre un Kyrie Irving ou un Damian Lillard en feu. Dejounte Murray est assurément le futur pilier de la défense des Spurs, reste à savoir dans quelle mesure peut-il exprimer ses talents cette saison et écraser la concurrence en défense.

Le Défenseur de l’année pour Clem

Son favori : Draymond Green (Golden State)
Si les premiers matchs ne sont pas franchement rassurants au niveau défensif, les Warriors ont dans leur effectif un vrai couteau suisse, que ce soit en attaque… comme en défense, et c’est ce qui nous intéresse aujourd’hui. Draymond Green. Homme à tout faire en défense, capable de défendre sur un poste 1 (grand)-2-3-4 et d’embêter un poste 5 dans le périmètre avec son vice, il a tout d’un profil de DPOY si jamais les Warriors défendent mieux. A l’instar d’un PJ Tucker à Houston, vrai chef de troupe quand il s’agit de défendre sa zone arrière, Draymond Green est capable de gérer les copains tout en assurant les missions qui lui sont données. Avec un Curry/Rusell très faible en défense sur le backcourt, les Warriors n’ont tout de façon pas le choix…

👁️‍🗨️ Son outsider : Al Horford (Sixers)
C’est un candidat crédible au sein d’une défense flippante. J’ai hésité entre lui, Embiid et Ben Simmons pour au final porter mon choix sur le capt’aine défense, Al Horford. Leader vocal, communicatif sur un terrain, il use souvent de son aura naturel pour haranguer les troupes lorsqu’il s’agit de passer dessus/dessous un écran, trapper à l’intérieur etc etc… En plus, l’ex-Celtic a une contribution régulière au contre et à l’interception, deux statistiques essentielles pour taper dans l’oeil des votants pour ce titre. Bref, Al Horford est une nouvelle fois un outsider hyper sérieux.

🎁 Sa surprise : Bam Adebayo (Miami)
Miami a et aura une grosse défense cette saison, et le sergent chef protecteur d’arceau n’est autre que Bam Adebayo. Il a enfin sa chance. Whiteside parti, il peut exprimer son potentiel sur 32/35 minutes avec régularité et il ne demandait que ça. Bam Adebayo, c’est quoi ? Grosse détente verticale qui lui permet d’aller cueillir des floaters ou des attaques au panier sur lesquels il peut être un peu en retard / réactivité latérale / difficile à enfoncer quand un intérieur adverse vient le provoquer sous le cercle. De plus, il a des mains actives. Bref, tous ces arguments font qu’Adebayo est un candidat qui peut vite grimper dans le ranking du DPOY, d’autant plus qu’il est dans une team qui défend très bien en collectif. Demandez à Rudy Gobert, ça aide…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :