Articles NBA Basket

Preview – Trophées NBA : La Meilleure Progression de l’année, les avis de la rédac’ basket

La NBA a repris ses droits le 22 Octobre pour notre plus grand plaisir. C’est l’heure pour le CCS de vous proposer les avis de la rédaction basket sur chacun des trophées individuels. Aujourd’hui, le trophée de la meilleure progression de la saison : le Most Improved Player of the Year.

Le MIP de Titouan

Son favori : Jason Tatum (Boston)
Étincelant en tant que rookie dans la formidable saison des Celtics il y’a 2 ans, il a, à l’image de sa franchise, connu un passage à vide l’an dernier. Lui qui devait confirmer et exploser encore plus a régressé. Mais cette saison, les voyants semblent au vert pour lui, avec notamment plus de tickets shoot en attaque. Il faudra augmenter son pourcentage mais c’est en shootant que la confiance revient, et sur ses 4 premiers matchs de la saison, il tire en moyenne 21 fois, presque 8 tirs de plus par matchs que l’an dernier. L’an dernier il n’avait pas réussi à s’imposer dans un effectif si danse, mais, avec Kemba Walker, il semble avoir les clés du camion. Merveilleux niveau fondamentaux, imposant physiquement, il devrait augmenter drastiquement sa moyenne de points. Si tout le reste est en légère progression, que les Celtics sont sur le podium à l’est et que Tatum est dans la discussion pour être All star, alors il pourrait bien rafler ce prix.

👁️‍🗨️ Son outsider : Fred VanVleet (Toronto)
Champion NBA l’an passé, VanVleet est ammené, comme le tenant du titre Pascal Siakam, a changé encore de dimension. Remplaçant efficace, notamment en playoff où il avait été dévastateur derrière l’arc, il est désormais starter à l’arrière en compagnie de Kyle Lowry. Dans l’opening night, il a battu son record de points. En confiance à 3 pts, il distribue également parfaitement la balle. Plus de temps de jeux, plus de confiance, plus de liberté, 3 facteurs très important pour le titre de MIP. En hausse sur ce début de saison dans toutes les catégories statistiques, « le cycliste » pourrait très bien succéder à son coéquipier Pascal Siakam.

🎁 Sa surprise : Markelle Fultz (Orlando)
Un calvaire , voilà comment décrire le début de carrière de Markelle Fultz. Numéro 1 de draft 2017, il a traverser blessures et périodes de doutes, floppant totalement aux Sixers, malgré de très rares belles promesses. Désormais au Magic, il semble avoir laisser les doutes derrière lui, et n’a plus la pression qu’il a subit pendant 2 ans. Comme souvent, les 3emes années auront de toute façon des membres dans la course à ce trophée. Si le début de saison est encourageant, il est encore trop faible pour en faire un candidat sérieux. Mais celui qui n’a encore que 21 ans a du talent à revendre, et bénéficiera paradoxalement de 2 premières saisons totalement loupés en NBA.

Le MIP d’Alex

Ses favoris : Trae Young (Atlanta)/ Jayson Tatum (Boston)
Tout deux considérés comme des superstars en devenir, il semblerait que cette saison soit la bascule pour ces deux talents qui devrait les rapprocher du niveau All Star. Tout d’abord Trae Young. Après une début de saison rookie compliquée où il a été critiqué pour son déchet au shoot et son physique trop frêle, le meneur des Hawks a ensuite démontré par séquence ce qui faisait de lui un grand malade en NCAA. Cependant ses performances manquaient encore de régularité, pas alarmant pour un rookie. Mais cette saison Trae Young joue avec une confiance incroyable et a déjà délivré deux énormes cartons en se rapprochant des 40pts, et bien qu’il soit légèrement stoppé par une blessure à la cheville, Trae va sans aucun doute nous éblouir cette saison. Pour Jayson Tatum, on parle ici d’une des plus belles promesses de la ligue, mais qui tarde encore à prendre le lead de son équipe. Difficile de s’imposer dans un effectif tel que Boston avec un jeu hyper collectif mais les C’s cherchent un véritable leader cette saison et Tatum pourrait le devenir. S’il parvient à s’approcher des 25pts il sera évidemment dans la discussion du MIP.

👁️‍🗨️ Son outsider : Terry Rozier (Charlotte)
Parti à Charlotte dans le trade de Kemba Walker, Terry Rozier passe d’un prétendant au titre à un cancre de la NBA, c’est dur la vie. Mais Rozier peut désormais profiter d’une place dans le cinq de départ et d’un temps de jeu conséquent. Déjà convaincant sur le peu de temps de jeu qu’il avait aux C’s et très performant en PlayOffs en back-Up d’Irving, Rozier possède une grande marge de progression et devrait gonfler sérieusement ses statistiques (moins de 10pts la saison passée) pour se rapprocher des 21-22pts de moyenne. Seul problème, Charlotte et l’une des pires équipes de la ligue, ce qui pourrait peser dans la balance.

🎁 Sa surprise : Thomas Bryant (Washington)
Une grosse côte ça fait pas de mal. Alors qu’on entendait peu voir pas du tout parler de Thomas Bryant par le passé, le jeune intérieur des Wizards se fait petit à petit un nom dans la ligue (Bryant, banal comme nom). Envoyé en G-League par les Lakers, il débarque à DC la saison dernière après avoir claqué près de 20pts de moyenne à l’échelon inférieur de la grande ligue, mais il est barré par Howard et Mahinmi dans le secteur intérieur des Wiz’. Bryant a gagné du temps de jeu petit à petit pour un rendement correct mais sans plus (10pts, 4rbds). Cette saison c’est lui l’intérieur titulaire de Washington et ses stats sont en nette progression (14.5pts, 10.5rbds, 2.3blk) avec en prime quelques actions Top10 pour gagner un peu en visibilité. Peu de chances qu’il devance les noms cités auparavant mais Thomas Bryant pourrait tourner autour des 15pts, 10rbds cette saison, ce qui en fait un candidat pour le MIP.

Le MIP d’Olive

Son favori : Jason Tatum (Boston)
Après une très belle saison rookie ponctuée par une campagne de Playoffs très solide, son année sophomore a été en dents de scies à l’instar de la saison mitigée de Boston. Mais si Jayson développe son potentiel comme escompté et qu’il se rapproche du niveau All-Star alors il pourra prétendre de décrocher ce trophée. Car la condition pour le remporter est bien celle d’une forte progression statistique dans une équipe avec un bilan positif qui se rapprochera d’une accession au match des étoiles. Et Tatum coche bien potentiellement toutes ses cases, incroyable talent offensif avec maintenant deux ans NBA, il est temps pour lui de confirmer tout le talent qu’il a laissé transpirer.

👁️‍🗨️ Son outsider : Bam Adebayo (Miami)
Avec le départ d’Hassan Whiteside cet été, l’ancien de Kentucky est maintenant le patron de la raquette du Heat. Très fort défensivement, ses qualités offensives sont en constantes progression et après deux premières saisons a 7-8 points de moyenne, Bam peut clairement exploser dans ce secteur et affirmé sa force défensive. Avec une équipe de Miami très séduisante en ce début de saison, si cela se poursuit Bam sera dans la discussion de la meilleure progression de l’année.

🎁 Sa surprise : Markelle Fultz (Orlando)
L’ancien numéro 1 de la Draft 2017 va pouvoir commencer une saison dès son début avec toute la préparation en amont qui s’accompagne. N’ayant pas pu s’exprimer comme il se doit à Philly, dû notamment à une blessure à l’épaule qui derrière s’est transformé en une perte de sa mécanique de shoot et une perte de confiance, Fultz est à l’heure de la rédemption à Orlando. Ces premières sorties sont extrêmement encourageantes et montrent au combien ce joueur a du talent et de véritables qualités offensives. Dans un environnement plus propice il va pouvoir pleinement s’exprimer et si Orlando décroche un spot en Playoffs, Fultz sera un joueur sur lequel compter pour le MIP

Le MIP de Ben

Son favori : Shai Gilgeous-Alexander (OKC)
Auteur d’une première saison surprenante et convaincante avec les Clippers, le 11ème choix de la draft 2018 passé par l’Université de Kentucky a fait preuve d’une grande maturité aussi en régulière qu’en Playoffs. Ses qualités défensives étaient plus ou moins attendues dans la grande ligue, mais SGA a surpris par ses fulgurances offensives comme ses 25pts (record personnel sur la saison) face aux Warriors au game 4 du premier tour des PO 2019. Mais voilà, la loi des gros marchés a mis fin à l’aventure de SGA à Los Angeles. Il fait ses valises pour OKC dans le cadre du transfert de Paul George. Un mal pour un bien ? Possible. Il est déjà reconnu comme l’avenir de la franchise de l’Oklahoma et assume ce rôle à merveille sur ce début de saison. Le titre de MIP pourrait lui revenir cette saison s’il continue sur ces bases, pour le moment il affiche : 21,6 pts (contre 10,8 l’année dernière) et 7 rebonds (contre 2,8 la saison passée) en 5 matchs pour 34 minutes de moyenne. Une sacrée upgrade que SGA devra perpétuer.

👁️‍🗨️ Son outsider : Justise Winslow (Miami)
L’ancien joueur de Duke entame sa 5ème saison en NBA et il lui reste encore tout à prouver. Joueur extrêmement complet, polyvalent et très athlétique, Justise Winslow peut réellement passer un cap cette saison. Repositionné au poste de meneur du côté de Miami par Erik Spoelstra, Winslow semble trouver ses marques en ce début de saison. Il a montré ses qualités de playmaker qui font de lui un réel atout pour l’attaque et la défense du Heat. En compagnie de Jimmy Butler, Winslow va pouvoir renforcer son âme de guerrier et, j’en suis persuadé, atteindre le niveau que tout le monde lui promettait au collège et au lycée. Winslow MIP ? Pourquoi pas. Tout dépendra dans quelle mesure il parvient à influencer le collectif et les résultats de son équipe.

🎁 Sa surprise : Markelle Fultz (Orlando)
J’entends déjà les rires derrière vos écrans. Quelle tristesse de voir cet acharnement médiatique et populaire, presque injustifié, sur le premier choix de la draft 2017. Ok le mec s’est blessé. Ok le mec a déraillé mentalement dans sa rééducation. Ok on l’a vu faire des airs ball sur Insta… Ok, on a vu tout ça. Mais cette saison, du moins je l’espère, sera différente. Il a obtenu la confiance de Steve Clifford qui lui a confié le rôle de 6ème homme dans la rotation du Magic. Preuve déjà que le garçon n’est pas le peintre que l’on essaie de nous faire croire. Sur les matchs de pré-saison et sur ce début d’exercice 2020, Markelle Fultz a montré de très belles choses : ardent défenseur, playmaker plus qu’intéressant et athlète impressionnant. Fultz possède cette rare capacité de pouvoir rendre ses coéquipiers meilleurs sur un terrain de basket. S’il parvient à solutionner ses problèmes de shoot (même si ça va mieux), Markelle Fultz pourra assurément montrer tout l’étendue de son talent et candidater au titre de MIP et surtout, faire fermer un paquet de bouche. Mais… Aura-t-il les épaules assez solides ?

Le MIP de Julien

Son favori : Jason Tatum (Boston)
Après une saison rookie d’excellente facture marquée par des Play-Offs très séduisants, Jayson Tatum à montrer plus de difficulté l’an passé. La faute au marasme des Celtics où l’alchimie n’a jamais prit malgré les fortes attentes. Avec le départ de nombreux cadres (Irving, Rosier, Morris, Horford), Boston reste cependant une des places fortes de la conférence Est avec un effectif relativement jeune. Tatum devra y assumer un rôle de leader offensif et si les bilans collectif et personnel (22-23 pts de moyenne et discussion pour le All Star Game) suivent, il devrait avoir son mot à dire.

👁️‍🗨️ Son outsider : Bam Adebayo (Miami)
Avec le départ de Hassan Whiteside, Bam Adebayo va avoir le champ libre pour laisser ses qualités athlétiques et défensives s’exprimer. La réorganisation du Heat autour de Butler et de la jeunesse dorée de South Beach (Herro, Nunn, Winslow) va lui octroyer un rôle significativement plus important au point de devenir l’un des lieutenants de Jimmy Buckets. Sa mobilité en attaque sera un atout non négligeable dans la perspective pour Miami d’accrocher les PO.

🎁 Sa surprise : Lauri Markkanen (Chicago)
Longtemps absent durant la saison dernière, le Finlandais a malgré tout montrer d’excellentes choses, pour preuve un bilan moyen à presque 19 points et 9 rebonds, avec quelques séquences à plus de 20/10. Son profil de shooteur à grande taille doté d’un très bon QI Basket fait de lui un intérieur moderne par excellence et potentiellement l’un des meilleurs poste 4 dans les années à venir. Cette saison il devra passer un cap pour devenir le Franchise Player que les Bulls attendent et pourquoi les emmener dans la lutte aux PO. Pour cela il faudra se montrer régulier et rééditer sa performance de l’Opening night où il a lâché un 35/17 sans forcer.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :