Foot

Le Tour d’Europe du CCS : Ligue 1 (13e journée)

Les journées de Ligue 1 Conforama se suivent et se ressemblent. Chaque semaine, les supposés gros de notre championnat ont l’opportunité de définitivement lancer leur saison en allant accrocher le podium. Au final, le classement est toujours aussi serré, les écarts sont inexistants, personne n’a de marge sur personne. C’est peut-être ça la Ligue 1 Conforama.

Les journées de Ligue 1 Conforama se suivent et se ressemblent. Chaque semaine, les supposés gros de notre championnat ont l’opportunité de définitivement lancer leur saison en allant accrocher le podium. Au final, le classement est toujours aussi serré, les écarts sont inexistants, personne n’a de marge sur personne. C’est peut-être ça la Ligue 1 Conforama.

Le focus de la semaine : Marseille – Lyon (2-1)

Match bouillant au Vélodrome en ce dimanche soir ! L’Olympique de Marseille recevait l’Olympique Lyonnais pour un match qui devient au fil des années LE grand match de notre championnat. Le contexte sportif n’était cependant pas le plus important cette fois-ci. L’OL accuse un retard de 3 points sur les Marseillais, certes, mais ce qui excite les Phocéens, c’est la présence sur le banc lyonnais de leur ancien coach : Rudi Garcia. Supporters et joueurs sont unanimes : il faut fêter ça. Dimitri Payet avait d’ailleurs eu un petit mot pour son ex-entraîneur la veille en conférence de presse, histoire de donner à cet « Olympico » une saveur un peu plus piquante.

Toutefois, si ce genre d’anecdote rajoute quelque chose au jeu, il ne faut pas non plus éclipser ce qui se passe sur le pré. Le plus important, c’est les trois points.

Jacques-Henry Eyraud avait promis un beau tifo
Source: Le Phocéen

Lyonnais et Marseillais se partagent le ballon en début de match. Pour les Gones, Jeff Reine-Adélaïde est le maître à jouer. En l’absence de Memphis Depay blessé, c’est le jeune français qui dirige techniquement le jeu. Placé en 10 derrière Moussa Dembélé, il est dans tous les bons coups lyonnais. Mais le premier coup va être porté par les joueurs d’André Villas-Boas.

A la 12ème minute, Dimitri Payet tire un corner vers le second poteau. Après un premier duel aérien entre Koné et Sanson, Thiago Mendes manque son contrôle de la poitrine et touche le ballon de la main. Penalty. Après de  longues minutes de vérification VAR, une paire de claque de Benedetto à Léo Dubois et une chasse aux lasers, Dimitri Payet s’élance devant Lopes. Lopes plonge du bon côté… mais pas assez haut (1-0, 17ème). Le Vélodrome s’embrase et plonge encore un peu plus dans le mode « grand soir ».

Mais c’est à la 39ème minute que le Vélodrome chavira dans l’ivresse pour de bon. Alors que les Lyonnais tentent de développer une attaque côté droit, Dimitri Payet (encore lui) récupère le ballon dans les pieds de Bertrand Traoré. Rapidement, il oriente le jeu à droite d’un habile extérieur du droit. Le cuir lui revient à l’entrée de la surface, et au milieu de trois lyonnais, Payet parvient tout de même à tromper Anthony Lopes (2-0, 39ème). Le Stade Vélodrome explose, tout comme son chouchou réunionnais.

Dimitri Payet balle au pied. Le Réunionnais a été au four et au moulin contre l’OL
Source: Le10sport.com

La seconde mi-temps ne ressemble cependant pas à la première. L’intensité mise par les joueurs de l’OM se dissipe au fur et à mesure que la rencontre avance. L’agressivité mise par les Phocéens pendant 60 minutes a fait déjouer l’Olympique Lyonnais, qui s’est tout de même accordé un peu d’espoir. A l’heure de jeu, le critiqué Bertrand Traoré adresse un centre vers les cages de Steve Mandanda. Alvaro, fautif, laisse passer le ballon et Moussa Dembélé le reprend (2-1, 59ème). Dans la foulée, les Lyonnais mènent une seconde attaque au cours de laquelle Alvaro va une nouvelle fois manquer son intervention. Cette fois-ci, il commet une faute grossière sur Dembélé qui filait au but. Carton rouge.

Mais sans Jeff Reine-Adélaïde, sorti à la pause, et sans Houssem Aouar qui s’est blessé à la 57ème minute, Lyon n’arrive pas à enflammer la fin du match. Les Lyonnais de Rudi Garcia patinent toujours en championnat, alors qu’ils se sont imposés en Ligue des Champions dans la semaine. 14èmes après 13 journées, ce n’étaient surement pas les plans de Jean-Michel Aulas, qui a eu du mal à digérer cette défaite. L’OM s’impose dans son stade au terme d’un match qui aura été compliqué, malgré l’excellente première période phocéenne. Marseille enchaîne un second succès consécutif après sa victoire à Lille. Les Marseillais se classent troisièmes et peuvent espérer continuer sur ce tempo-là aux vues de leur calendrier jusqu’à la trêve.

Le fait marquant : Strasbourg se rassure

Les Alsaciens enchaînent le bon et le moins bon depuis le début de la saison. De leur presque-qualification en Europa League à leur victoire face à Nîmes ce week-end, ils n’ont pas vraiment su trouver le temps de se reposer. Empêtrés dans le fond du classement, les hommes de Thierry Laurey ne brillaient pas par leur efficacité offensive jusque-là. Mais face aux Crocos, ils ont inscrits 4 buts, histoire de refaire le plein de confiance avant d’attaquer la dernière ligne droite avant la trêve de mi-saison. Ajorque, Liénard et Mothiba par deux fois ont fait trembler les filets de Paul Bernardoni, donnant aux Strasbourgeois trois points d’avance sur la zone rouge.

Ludovic Ajorque et Lebo Mothiba se tombent dans les bras: la victoire face à Nîmes fait du bien au moral
Source: France Bleu

Le MVP de la journée : Denis Bouanga (AS Saint-Étienne)

Face à Nantes, il évoluait un cran plus haut qu’à l’accoutumée, ce qui peut se comprendre au regard de son apport offensif. Menés par deux fois, les Verts sont revenus dans un premier temps par Trauco. Puis, Denis Bouanga a inscrit un doublé, dont un but chanceux car dévié par un défenseur nantais, et ainsi permis à l’ASSE de s’imposer et de poursuivre son excellente série en championnat.

Denis Bouanga et Miguel Trauco (de gauche à droite), deux hommes forts de la victoire stéphanoise à Nantes
Source: Le Télégramme

Son doublé face à Nantes permet à l’attaquant gabonais d’être MVP de cette 13ème journée de Ligue 1, mais c’est surtout sa constance et son nouveau rôle dans l’équipe stéphanoise qui sont ici récompensés. Sur les quatre derniers matchs de championnat, Denis Bouanga c’est 4 buts et une passe décisive.

Tous les résultats :

26 buts marqués

2 victoires à l’extérieur

3 matchs nuls

3 cartons rouges

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :