Café Crème Sport

Que peut-on attendre des Bleus face à la Moldavie et l’Albanie ?

Les Bleus de Didier Deschamps affrontent la Moldavie et l’Albanie cette semaine. Deux affrontements abordables pour l’Équipe de France mais qui ont un enjeu crucial : assurer la qualification pour l’Euro 2020. Petit tour d’horizon des attentes et des interrogations sur ces deux matchs à venir.

Demain, le Stade de France aura sans doute l’occasion de faire la fête. En effet, si les Français battent la Moldavie, les joueurs de Didier Deschamps seront qualifiés pour le prochain championnat d’Europe. Selon le résultat de Turquie-Islande, un match nul pourrait même suffire. Cependant, cela fait longtemps que les observateurs des Bleus attendent que la manière accompagne le résultat. Peut-on vraiment compter là-dessus ?

L’objectif : la qualification

Cela ne devrait pas poser trop de problème. Les gens de plus de 30 ans parleront sans doute de 1993, de Ginola et de Kostadinov, mais il est quand même permis d’avoir de bons espoirs cette fois-ci. Avec 19 points, la France est seconde du Groupe H. La Turquie, première, a le même nombre de points mais devance la France au goal average particulier. Ainsi, un faux pas des Turcs combiné à deux belles performances de la France permettraient aux Bleus de finir en tête du groupe. Il suffit de prendre plus de points que la sélection de Şenol Güneş.

Antoine Griezmann et les Bleus s’étaient cassé les dents en Turquie en juin dernier
(2-0 en faveur des turcs le 8 juin 2019)
Source: Courrier Picard

Toutefois, si la Turquie venait à ne pas lâcher sa première place, pas de panique. La seconde place est elle aussi qualificative. C’est d’ailleurs ce que Didier Deschamps a souligné en conférence de presse, affirmant que la première place n’est pas LA grande préoccupation de tout le monde à la Fédé, le plus important étant de se qualifier. D’ailleurs, une première place en qualif n’est même pas gage d’être tête de série lors du tirage au sort des poules de l’Euro.

Les précédents matchs contre ces deux équipes avaient été plutôt faciles pour les Bleus qui s’étaient imposés deux fois sur le score de 4 buts à 1. La réception de la Moldavie ne devrait pas inquiéter les Bleus, puisque les Moldaves n’ont pas marqué à l’extérieur depuis le mois de novembre 2018, c’était contre Saint-Marin. En revanche, le déplacement en Albanie, chez les coéquipiers d’Elseid Hysaj s’annonce un peu plus chaud. Toutefois, si la bande à Grizou assume son rôle, la victoire devrait être au rendez-vous.

Le pragmatisme de Deschamps

Depuis que DD a repris l’Équipe de France, son pragmatisme a suscité des réactions diverses. D’abord, tout le monde s’accordait à dire que les résultats primaient sur le reste. Puis, peu à peu, les critiques ont émergé pour réclamer un jeu plus attrayant, plus flamboyant, en raison du vivier incroyable de joueur à disposition. Aujourd’hui, une grande partie des analystes s’accordent à dire que l’Équipe de France devrait mieux jouer.

La Coupe du Monde 2018, même gagnée, n’a pas convaincu tout le monde. Le manque d’emprise sur une poule abordable, la maîtrise de la possession laissée aux joueurs belges, une opposition croate plus méritante que nous… Vraiment ? Comme souvent, les critiques sont biaisées par l’avis que les gens ont sur Deschamps. Ceux qui ne l’aiment pas n’arrivent pas à lui reconnaître son mérite et donc cherchent à critiquer son jeu, même lorsque celui-ci rapporte à la France le titre footballistique le plus prestigieux du monde.

Face aux critiques, Didier Deschamps a toujours su rester de marbre
Source: Football.fr

Depuis cette Coupe du Monde, on ne peut pas vraiment dire que DD est changé sa manière de faire. Les joueurs appelés sont en grande partie les mêmes que pour la Coupe du Monde, la tactique change peu puisque Matuidi continue d’être aligné à gauche de temps en temps. Les seuls changements notables sont en défense, et encore… L’ Équipe de France va continuer à s’appuyer sur une défense forte. Une paire de milieu récupérateur sera toujours alignée et le jeu offensif proposé ne changera pas: des phases de transitions rapides et une animation percutante sur les ailes. Ce jeu est jugé moche par certains, et efficace par d’autres.

Alors doit-on vraiment s’attendre à gagner avec la manière ? Quand on sait que l’objectif de Deschamps est simplement de gagner, et qu’il laisse peu de place aux fioritures et à la folie, on peut légitimement s’attendre à voir ce que l’on a déjà vu. Depuis que Deschamps est à la tête de l’Équipe de France, celle-ci n’a jamais manqué une qualification, alors pourquoi changerait-il ? Certains estiment qu’à trop s’entêter dans ses choix, Didier Deschamps va se retrouver avec un groupe de joueurs trop suffisants, plus assez motivés, à l’image de la sélection allemande à la Coupe du monde 2018. Peut-être… Mais s’il y a bien une chose qu’on ne peut lui retirer, à DD, c’est quand-même sa force de persuasion et sa capacité à construire un groupe soudé et déterminé.

Les joueurs retenus…

Le nerf de la guerre entre Didier Deschamps et les journalistes (ou même tous les français), c’est évidemment sa liste de joueurs. Depuis l’affaire Benzema-Valbuena, tous les choix que DD fait sont analysés et souvent mal perçus. Certains joueurs ne sont pas appelés par le coach des Bleus alors qu’ils brillent dans de grands clubs européens. Que ce soit Alexandre Lacazette, Aymeric Laporte ou même Nico Pallois (qui a d’ailleurs annoncé avec beaucoup d’ironie sa retraite internationale), tous les choix de DD sont contestés.

Avec Mbappé, Griezmann, Dembélé, Coman, Lacazette et compagnie, on reproche à Deschamps de s’entêter à titulariser Olivier Giroud. On estime que le joueur de Chelsea n’apporte pas autant qu’un autre pourrait le faire. Mais le problème, c’est que les Bleus gagnent. Pire encore, les Bleus gagnent et Giroud marque. Résultat : le score donne raison à Didier Deschamps, une fois de plus. Le cas Olivier Giroud est le plus parlant car en ce moment, le 3ème meilleur buteur de l’histoire des Bleus ne peut même plus justifier sa présence dans le groupe France par son temps de jeu en club : Franck Lampard ne le fait plus jouer.

En manque de temps de jeu en club, Olivier Giroud profite de la sélection pour briller
Source: Le Monde

Néanmoins, le reste de sa sélection ne souffre pas non plus d’une grande contestation. Du côté des latéraux, Benjamin Mendy fait son grand retour à gauche. A droite, Léo Dubois a été préféré à Mukiele pour être remplaçant de Benjamin Pavard. Pour le reste de la défense, c’est du grand classique signé « DD ».

Au milieu, Le taulier Moussa Sissoko est bien là, avec son coéquipier chez les Spurs Tanguy Ndombele. On retrouve bien là les joueurs que Didier Deschamps apprécie, et ceux en qui il a confiance. Matteo Guendouzi remplace Matuidi forfait.

Nabil Fekir est bien présent malgré son début de saison compliqué avec le Betis Séville. Enfin, Wissam Ben Yedder est également de la partie. Une belle récompense pour celui qui réalise un excellent début de saison à l’AS Monaco.

… et les absents

Si Alexandre Lacazette est un des joueurs dont l’absence fait le plus parler à chaque rassemblement, il y a d’autres joueurs qui ne figurent pas dans cette liste et qui pourtant entendent bien disputer l’Euro dans moins d’un an, comme Hugo Lloris. Pour lui, une vilaine blessure au bras qui le tient éloigné des terrains pour un long moment. Mais s’il revient à temps, il sera à coup sûr de la partie en juin. Lucas Hernandez est aussi dans cette situation-là. S’il est opérationnel physiquement, il est l’un des noms cochés en premier par DD. A cette liste, on peut également rajouter Paul Pogba, blessé depuis le dernier rassemblement en octobre. Blaise Matuidi, avait été appelé mais a dû déclarer forfait au dernier moment.

En revanche, d’autres sont absents et peuvent légitimement s’inquiéter. Ousmane Dembélé et Anthony Martial par exemple. Depuis quelque temps, leur irrégularité et leurs pépins physiques les tiennent éloignés de l’Équipe de France, Didier Deschamps préférant s’appuyer sur Kingsley Coman et Thomas Lemar. Au rang des blessés de longue date, il ne faut pas oublier Florian Thauvin. Lui qui n’a pas encore joué de la saison était pourtant un chouchou de Deschamps. Depuis la Coupe du Monde, le Marseillais n’a pas vraiment retrouvé le niveau qui était le sien. Pire même, il n’a pas encore joué depuis le mois d’août. Aura-t-il le temps de retrouver sa place avant l’Euro ? Rien n’est moins sûr. Le défenseur barcelonais Samuel Umtiti est dans une situation inconfortable également puisqu’il a vu son compatriote Clément Lenglet profiter de ses blessures pour lui prendre sa place en club et en sélection.

Même s’ils sont dans les petits papiers de Deschamps,
Ousmane Dembélé et Anthony Martial vont devoir batailler pour revenir en Bleu.
Source: Daily Express

Alors que peut-on imaginer d’ici l’Euro 2020 ? Rien de bien nouveau. Sauf énorme surprise ou avalanche de blessures, le groupe convoqué pour l’Euro sera composé des mêmes joueurs que depuis un an. La confirmation de Ben Yedder ou de Guendouzi peut être une belle surprise. Et si ils profitaient de ces deux matchs à venir pour briller…

Le groupe retenu pour France-Moldavie et Albanie-France

Les matchs :

Exit mobile version