Foot Ligue 1

Saint-Étienne : quelle importance accorder à la C3 ?

En difficulté dans son groupe d’Europa League, l’ASSE pourrait être tentée de lâcher la compétition, préférant se concentrer sur le championnat. Une pratique peu sportive mais très utilisée par les clubs français empêtrés dans des campagnes européennes chronophages. Mais Sainté doit-il vraiment s’y résoudre ?

En difficulté dans son groupe d’Europa League, l’ASSE pourrait être tentée de lâcher la compétition, préférant se concentrer sur le championnat. Une pratique peu sportive mais très utilisée par les clubs français empêtrés dans des campagnes européennes chronophages. Mais Sainté doit-il vraiment s’y résoudre ?

3 points. En 4 matchs. Le bilan est faible.

Face à des adversaires qui n’ont rien d’effrayant, les Verts ont mal commencé leur phase de poule d’Europa League. D’abord battus par La Gantoise (3-2), les joueurs coachés à l’époque par Ghislain Printant avaient redressé la tête pour aller prendre un point difficile face à Wolfsburg (1-1). Dans le jeu, il n’y avait pas grand-chose à conserver. Mais pour un début de saison galère en Ligue 1, la priorité n’était pas là.

Vint alors la double confrontation contre Oleksandriya. Printant parti, c’est Claude Puel qui l’a remplacé, mais le constat est le même : les Verts n’y arrivent pas en Europe. Deux matchs nuls, deux matchs pourtant promis aux Stéphanois. Mais comme dans un mauvais film, les Ukrainiens égalisent à deux reprises et rappellent aux Verts que rien ne leur sera facile.

Robert Beric n’a toujours pas trouvé le chemin des filets en Europa League.
Photo : Goal.com
Sainté en ballotage défavorable

Ils ne restent que deux matchs, l’un à Geoffroy Guichard face à La Gantoise, et l’autre en déplacement à Wolfsburg. Pas les plus faciles donc. Mais malgré ses trois petits points et ses performances timides, l’ASSE est dans le coup. La Gantoise est en tête du groupe (8 pts), suivie par Wolfsburg (5 pts), ce qui permet aux Verts de croire encore à la qualification. Il est envisageable que les Verts l’emportent face à l’un de ses deux adversaires, mais il ne faut pas oublier que les deux en question vont affronter Oleksandriya eux aussi, l’autre mauvais élève du groupe. Pour Saint-Etienne, pas le choix : il faut prendre des points deux fois. Et 6 de préférence.

« C’est une chance d’avoir une « finale » à jouer devant La Gantoise jeudi, après nos résultats dans cette campagne européenne »

Timothée Kolodziejcak à L’Equipe.

Mais un autre problème se pose : celui du calendrier. En effet, les Verts vont affronter de gros morceaux en Ligue 1 puisque se profilent des matchs face au PSG, Rennes ou Nice entre autres. Quid de l’énergie et de l’effectif disponible alors ?

Une magie inopérante en Europa League

Parlons donc de la Ligue 1. Depuis l’arrivée de Claude Puel, l’AS Saint-Etienne est métamorphosée. C’est bien simple, l’entraîneur castrais est invaincu. En 8 matchs, dont 2 européens, les Verts n’ont pas connu la défaite. Mais Puel n’a toujours pas connu la victoire en Europa League. Comment expliquer que la magie qui semblait animer l’effectif stéphanois en championnat soit inopérante sur la scène européenne ?

Il y a plusieurs raisons à cela. La première est toute simple : le manque de réussite. Cela peut paraître tout bête, mais il faut bien reconnaître que les Verts n’ont pas eu de chance face au club ukrainien. Choix arbitraux, manque de réussite, absences de joueurs importants… Les hommes du Forez ont joué de malchance, certes, mais cela ne peut pas tout expliquer.

Zaydou Youssouf a dû faire face à des Ukrainiens très accrocheurs (ici Dmytro Hrechyshkin)
Photo : France Bleu

Bien que ce soit un adversaire méconnu et abordable, Oleksandriya a particulièrement bien joué le coup. Et son entraîneur Volodymyr Sharan est à féliciter. Manager d’un effectif mêlant trentenaires et joueurs de moins de 25 ans, il a su faire les choix opportuns en particulier lors du dernier match. Devant la maîtrise stéphanoise et l’incapacité de ses joueurs à produire un jeu offensif correct, Sharan a fait entrer deux joueurs sur la pelouse en seconde mi-temps. Les deux ont marqué.

Le peuple vert est prêt à vibrer

Les planètes ne semblent pas alignées pour une qualification stéphanoise. Cependant, il ne faut pas enterrer l’AS Saint-Etienne. Ce jeudi, la réception de La Gantoise à Geoffroy-Guichard est une véritable demi-finale et qui sait, l’exploit peut être réalisé. Ni les Belges ni Wolfsburg n’est imbattable, et l’ASSE version Claude Puel est capable de bien des exploits. En témoignent les victoires face à Nantes, Bordeaux, ou Lyon, cette équipe a les capacités de faire basculer un match de son côté dans les moments importants.

«On donnera tout et on verra bien le résultat. Ce n’est pas une question d’optimisme. Je suis sûr qu’on sera présent. […] En termes d’envie et de solidarité, depuis le début je suis très satisfait de l’état d’esprit général du groupe. […] On sait qu’on joue une demi-finale face à La Gantoise. »

Claude Puel pour Le Progrès

Parmi les joueurs en forme en ce moment, Denis Bouanga et Zaydou Youssouf sont deux atouts indéniables de l’équipe de Claude Puel. En l’absence d’Hamouma, les clés offensives devraient être confiées au Gabonais tandis que le néo-international espoir a de bonnes raisons d’espérer être une nouvelle fois titularisé par le coach : c’est le joueur le plus utilisé par Claude Puel. Le nouvel entraîneur des Verts a également profiter de son arrivée en cours de saison pour lancer des jeunes comme il en a l’habitude. Ainsi Charles Abi, Wesley Fofana ou encore Madhi Camara profitent d’un temps de jeu qui ne leur était pas accordé sous Ghislain Printant.

Claude Puel fait confiance à ses joueurs, mais sait la difficulté de la tâche qui l’attend.
Photo: Le Progrès

Mais au regard des quatre premières journées d’Europa League, on pourrait être tenté de dire que l’ASSE ne mérite pas de jouer le tour suivant, ou du moins qu’elle n’a pas le niveau. C’est là que la mi-saison a toute son importance. Rappelons tout de même que Claude Puel est arrivé au début du mois d’octobre, prenant en charge un effectif qu’il n’a pas composé lui-même. A quoi ressemblera l’AS Saint-Etienne à la fin du mois de janvier. Maintenant que Claude Puel a appréhender l’effectif qu’il avait pour aller jusqu’à la trêve, nul doute que le jeu proposé en deuxième partie de saison sera plus intéressant.

Si David Wantier devrait faire les frais de la prise de pouvoir de Claude Puel, il en est de même pour certains joueurs tels que Loïs Diony ou Léo Lacroix, qui ne sont plus en odeur de sainteté du côté du Forez. Assane Dioussé devrait lui aussi quitter le club tandis que Franck Honorat et Harold Moukoudi qui était un temps annoncés partants devrait finalement poursuivre leur aventure stéphanoise. Toutefois, avec la liste de blessés qui ne cesse de s’allonger de jour en jour, il n’est pas impossible de voir Loïs Diony jouer un petit peu en Europa League.

Une chose est sûre, le public sera au rendez-vous face à La Gantoise. Qu’on parle de demi-finale ou de finale, cela reste un match de football et les supporters stéphanois le savent : leur équipe a besoin d’eux. L’ambiance sera au rendez-vous, car le Chaudron n’attend qu’une chose : bouillonner de plaisir au printemps lors des matchs à élimination directe. Pour cela il faudra gagner face à La Gantoise ce jeudi soir.

Le groupe retenu par Claude Puel

Gardiens : Vermot, Ruffier, Moulin

Défenseurs : Moukoudi, Kolodziejczak, Trauco, Palencia, Perrin, Fofana

Milieux : M’Vila, Boudebouz, Camara, Benkhedim, Aholou, Youssouf

Attaquants : Diony, Honorat, Nordin, Bouanga, Beric

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :