Foot

Le Tour d’Europe du CCS : Ligue 1 (16e journée)

Une journée de Ligue 1 en semaine, c’est forcément synonyme de surprises. Nous n’avons pas été déçus cette fois encore. Saint-Etienne Bordeaux et Brest se régalent, l’OM et le LOSC assurent dans la douleur ; Toulouse et Nîmes distinguent de plus en plus les contours de la Ligue 2 et le record de but établi le week-end dernier tombe déjà.

Le focus de la semaine : Lyon – Lille  (0-1)

Duel d’européens au Groupama Stadium ! L’Olympique Lyonnais de Memphis Depay recevait le LOSC de Jonathan Ikoné. Les deux équipes engagées en Ligue des Champions comptent le même nombre de points en championnat (22) et peuvent donc espérer de gratter la quatrième place en cas de victoire. Mais sur le papier, le match semble déséquilibré. L’OL a récupéré Memphis, nommé capitaine, et Houssem Aouar, tandis que le LOSC n’a plus gagner un match à l’extérieur depuis le 31 mars dernier à la Beaujoire contre Nantes. Huit longs mois de disette que les Dogues espèrent oublier face à Lyon.

Dès la première minute, les hommes de Rudi Garcia prennent les devants. Au bout de 40 secondes de jeu, Mike Maignan est déjà sollicité et repousse la tentative de Memphis. Mais les Lillois ne se laissent pas faire. Renato Sanches pourtant en difficulté depuis le début de la saison, semble plutôt en jambes. A la 10ème minute, il est décalé par Zeki Celik sur le côté droit et adresse un centre parfait à Victor Osimhen dans les six mètres lyonnais. Le Nigérian s’élève dans les airs mais Anthony Lopes réalise la parade nécessaire.

Zeki Celik a su contenir les fulgurances de Jeff Reine-Adélaïde (Photo : Football 365)

Le premier accroc lyonnais intervient à la 23ème minute. Sur une action pourtant bénigne, Youssouf Koné se blesse à la cheville. Il est alors remplacé par Kenny Tete, ce qui décale Rafael sur le côté gauche. Les latéraux lyonnais ne vont pas bien. Après la blessure de Léo Dubois qui devrait le tenir éloigné des terrains plusieurs semaines. Malgré tout, Lyon reste dominateur. Memphis se procure une grosse occasion à la 35ème minute mais Maignan est une fois de plus sur la trajectoire pour écœurer le Néerlandais. A la mi-temps, le score est nul et vierge. Ikoné semble loin de son niveau de l’an dernier, tout comme Jonathan Bamba. Un seul être vous manque…

La seconde période est semblable à la première. L’OL est dominateur et utilise notamment le côté droit que ce soit par l’intermédiaire de Cornet, de Tete ou encore du capitaine Memphis. Domagoj Bradaric ne réalise pas sa meilleure performance sous le maillot lillois et finira même le match perclus de crampes. Aouar remplace Memphis, Dembélé remplace Cornet, mais rien ne change. Les Lyonnais se cassent les dents sur une chernière Gabriel-Fonte inébranlable. Et à la 68ème minute, les visiteurs vont refroidir le Groupama Stadium. Marcelo manque complètement sa relance et rend le ballon à Benjamin André qui lance immédiatement Victor Osimhen. D’une habile tpouche de balle, il décale Jonathan Ikoné qui remporte laborieusement son duel et trompe Lopes (0-1, 68ème).

Jonathan Ikoné n’a rien lâché dans on duel avec Rafael, et ça a payé (Photo : La Voix du Nord)

Ni les gestes techniques de Reine-Adélaïde, ni les coups de pied arrêtés d’Aouar ne changent les choses. La fin de match est tendue, Renato Sanches et Rafael sont avertis pour des comportements limites et des propos véhéments. Finalement, rien de plus ne sera marqué et les Lillois s’en vont gagner leur premier succès à l’extérieur de la saison. Par la même occasion, les Dogues grimpent à la 4ème place du championnat. Deuxième succès consécutif en Ligue 1 pour les Nordistes, une première cette siason, et deuxième but pour Jonathan Ikoné.

Côté lyonnais, Rudi Garcia concède sa première défaite à domicile. Cette défaite met fin à une courte série de deux victoires de suite. Même si le jeu n’y était pas, au moins les Lyonnais prenaient des points. Ce n’est pas le cas cette fois, et il ne faut pas le négliger. Cette défaite face à Lille n’est pas juste un accident, c’est la preuve que l’OL n’aura aucune large cette saison dans un championnat ultra resserré. Déjà battu par le PSG, l’OM, Saint-Etienne et maintenant Lille, les protégés de Jean-Michel Aulas vont devoir se battre s’ils veulent obtenir la deuxième place qui leur semblait réservée en début de saison. Rien n’est fait, mais tout peut très vite changer.

Duel de pépites au Groupama Stadium: Aouar entré en jeu n’a pas su faire la différence, Renato a fait son match (Photo : France 3 Régions)

Le fait marquant : Le coup de gueule des Ultras bordelais

Mardi soir, les Girondins de Bordeaux recevaient le Nîmes Olympique, 19ème de Ligue 1 au coup d’envoi. Ce match était important à plus d’un titre pour la formation de Paulo Sousa. Tout d’abord, sur le plan sportif, les Girondins pouvaient profiter de ce latch pour monter sur le podium puisque dans le même temps, l’OM affrontait le SCO d’Angers, respectivement 2ème et 3ème. Ensuite, ce match entre Girondins et Gardois était l’occasion pour les supporters Marine-et-Blancs de faire part de leur mécontentement. La situation financière et administrative du club étant très perturbée, le groupe des Ultras Marines en a profité.

Des bons résultats et une crise en interne: le paradoxe girondin vu par le CCS

A peine le match avait-il démarré que des supporters de Bordeaux sont descendus devant leur tribune. Sans envahir le terrain, ils se sont postés derrière la cage de Benoît Costil. Dès lors, Clément Turpin décidait de suspendre la partie. Pendant plus de 2 minutes, le jeu fut arrêté. On a vu Costil parlementer avec ses supporters ; puis ces derniers ont (re)sorti une banderole invectivant les dirigeants « pantins » de King Street.

Finalement, une fois tout ce petit monde revenu à sa place, le jeu a pu reprendre… et heureusement !! Le jeune Josh Maja a éclaboussé le Matmut Atlantique de son talent. Avec ses trois buts et sa passe décisive pour Nicolas De Préville, il aurait largement pu être désigné MVP du CCS ! L’avantage s’accentue grâce à un doublé d’Otavio. Les Girondins s’imposent 6-0 face à Nîmes et se classent 3ème de Ligue 1. Un succès « MAJ-estueux ».

Le MVP de la journée : Cristian Battocchio (Stade Brestois)

Il n’avait pas marqué le moindre but en Ligue 1 avant ce match contre le Racing Club de Strasbourg. Il en a marqué 3 désormais. L’italo-argentin Cristian Battocchio a participé au festival brestois face aux joueurs de Thierry Laurey. Alors que les Alsaciens restaient sur deux victoires probantes (face à Nîmes et Amiens), ils n’ont rien pu faire contre la déferlante rouge au stade Francis Le-Blé. Bien aidé par ses compères Gaëtan Charbonnier et Irvin Cardona, Battocchio a réalisé sa meilleure performance depuis son arrivée en Bretagne. Brest l’emporte 5-0 et se donne encore plus de marge au classement.

Cristian Battochio a été l’acteur majeur de la démonstration brestoise (Photo : Eurosport)

Tous les résultats :

  • Brest 5-0 Strasbourg
  • Angers 0-2 Marseille
  • Bordeaux 6-0 Nîmes
  • Lyon 0-1 Lille
  • Metz 0-1 Rennes
  • Toulouse 1-2 Monaco
  • Dijon 2-2 Montpellier
  • Saint-Etienne 4-1 Nice
  • Paris 2-0 Nantes

29 buts marqués

4 victoires à l’extérieur

1 match nul

0 carton rouge

1 match reporté (Amiens-Reims)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :