A l'affiche Bundesliga Foot

Le TDE du CCS : Bundesliga (14ème journée)

14ème joute riche en enseignement en Allemagne. Avec leurs victoires respectives, Mönchengladbach (2-1) et Leipzig (3-1) se détachent en haut du classement pour former un duo de tête. À l'inverse le Bayern décroche et se retrouve 7ème ! Dortmund, Leverkusen et Fribourg en profitent pour se replacer dans la course au podium. Dans le bas de tableau, Paderborn se donne les moyens d'y croire en s'imposant à Brême (0-1)

14ème joute riche en enseignement en Allemagne. Avec leurs victoires respectives, Mönchengladbach (2-1) et Leipzig (3-1) se détachent en haut du classement pour former un duo de tête. À l’inverse le Bayern décroche et se retrouve 7ème ! Dortmund, Leverkusen et Fribourg en profitent pour se replacer dans la course au podium. Dans le bas de tableau, Paderborn se donne les moyens d’y croire en s’imposant à Brême (0-1)

Le focus du Week-end : Borussia Mönchengladbach – Bayern Munich (2-1)

C’est le choc tant attendu de cette 14ème journée de Bundesliga. Un duel vintage, qui sent bon les années 1970, décennie au cours de laquelle M’gladbach et le Bayern se livraient une bataille épique pour la suprématie nationale (quatre titres chacun entre 1969 et 1977). En effet, pour la première fois depuis 1976, les Poulains reçoivent les Bavarois dans une position de leader. Suite à la défaite de la semaine passée, ces derniers sont même dans l’obligation de s’imposer au Borussia Park pour ne se retrouver distancer au classement par leur adversaire du Week-end. Mais cette saison, les hommes de Marco Rose ont fait de leur antre une forteresse quasi imprenable. Malgré les revers contre Leipzig et Dortmund, ils ont également appris à aborder les grands rendez-vous, pour preuve ils se sont imposé durant les semaines précédentes contre Leverkusen et la Roma, en Europa League.

Pourtant le scénario du match semble montrer que les jeunes élèves de Rose n’ont pas retenu la leçon. Fébriles dans le jeu et largement dominés par des Munichois qui abordent le premier acte tambour battant, les Föhlens ne respirent pas. Avec plus de 70% de possession de balle, les sextuples champion en titre enquillent les occasions, à l’image de Müller tout d’abord (8′) puis Lewandowski par deux fois (14′ et 16′), qui échouent à quelques centimètres du cadre. Et lorsque la mire est enfin trouvée, de nouveau par Müller, décidément intenable (25′) puis Kimmich par la suite (27′), c’est un Yann Sommer en état de grâce qui maintient le score nul et vierge. Il en a fallu d’un rien pour que le gardien helvète concède l’ouverture du score sur la frappe de l’ancien joueur de Stuttgart, mais après que la balle lui soit passée sous le corps, il effectue un arrêt miraculeux avec.. son index alors que 95% du ballon a franchi la ligne ! Suffisant pour relancer les locaux ? pas vraiment puisque seule la maladresse qui poursuit le Rekordmeister depuis une semaine, vient au secours de la bande à Bensebaini sur la tentative de Périsic (36′). 0 à 0 à la pause, dans un match dont l’issue parait plus que certaine.

Longtemps infranchissable, Yann Sommer a réalisé l’un des arrêts les plus incroyables de la saison (Photo : Lars Baron/Bongarts/Getty Images)

Le second acte confirme l’impression d’autant que le FCB concrétise, enfin, en ouvrant le score par Périsic. La huitième passe décisive de Müller trouve le Croate dans la surface qui transperce le bras de Sommer d’une reprise de volée surpuissante (0-1, 49′). C’est le moment choisi par Marco Rose pour faire entrer Embolo à la place de Benes. Choix judicieux, le Suisse apportant plus de présence offensive en soutien du trio Stindl, Thuram, Pléa. Contre le cours du jeu, M’Gladbach égalise alors par Bensebaini, de la tête, sur un corner d’Hoffmann (1-1, 60′). Le cours du match s’inverse et l’instabilité défensive du Bayern fait son grand retour. Après un premier frisson signé Stindl (80′), la folie s’empare du Borussia Park lorsque Javi Martinez est expulsé pour avoir fauché dans la surface Marcus Thuram. Bensebaini possède la balle de match au bout du pied dans les derniers instants. L’Algérien, sur une saison 2019 euphorique rythmée par une victoire en Coupe de France avec Rennes et à la CAN avec la sélection des Fennecs, ne tremble pas et remporte son duel avec Neuer (2-1, 90+2′). Le stade explose et le leader conserve son bien en s’imposant sur le fil.

Gladbach réalise le coup parfait. Malmenés pendant une heure, les Poulains sont finalement parvenus à renverser les Bavarois. Avec ce succès, le Borussia prend sept longueurs d’avance sur les Munichois. À l’instar de la semaine précédente, les hommes d’Hansi Flick ont payé cher leur maladresse et leur manque d’efficacité, malgré la pléiade d’occasion.

Le fait marquant de la semaine : Jour de fête au Borussia Dortmund

Pour le 110ème anniversaire du club, le Borussia Dortmund n’a pas fait dans la dentelle. Vêtus d’un maillot noir collector, les hommes de Lucien Favre, ont comme à leur habitude, mis du temps avant de trouver la faille contre une équipe de Düsseldorf très regroupée défensivement. Les occasions de Reus puis Guerreiro avaient donné le ton avant l’ouverture du score de capitaine Reus sur un service du vétéran, Piszczek (42′). Une fois le verrou sauté, tout s’est accéléré en deuxième période où successivement Hazard (58′), Sancho (63′ et 74′) et de nouveau Reus (74′) parachèvent la nette domination des Borussens (73% de possession). Les sifflets ont cette fois laissé place aux acclamations d’un public comblé, pour cause Dortmund est de retour sur le podium avant de jouer son destin en Ligue des Champions contre Prague.

Pour le 110ème anniversaire du club, Dortmund s’impose avec la manière (Photo : INA FASSBENDER/AFP via Getty Images)

Scénario quelque peu similaire pour Leverkusen, vainqueur de Schalke 04 à la BayArena (2-1). Die Werkself s’impose grâce à un doublé de Lucas Alario et confirme sa dynamique positive en enchainant un sixième match sans défaite, toutes compétitions confondues (dont des victoires contre l’Atletico et le Bayern). Un succès qui coïncide avec le retour de blessure de Kai Havertz et ça, à quelques jours d’affronter la Juventus Turin pour espérer une qualification miracle en LDC.

Pour le reste, Fribourg continue d’impressionner en arrachant un succès dans son Schwarzwaldstadion contre un Wolfsburg qui n’y arrive plus. Dans un match sans saveur, la délivrance est venue d’un coup franc de Jonathan Schmid qui termine au fond des filets d’un Casteels impuissant (86′). Les locaux rêvent de plus en plus d’Europe, alors qu’ils occuperont un nouveau stade la saison prochaine. Actuellement c’est à la 5ème qu’ils sont installés à un point du podium. Autre victoire qui s’est décidée dans les derniers instants, celle de l’espoir pour Paderborn à Brême (0-1). Frustrés par les scénarios des matchs précédents contre Dortmund (3-3) et Leipzig (3-2), le promu s’est livré jusqu’au bout et à vu ses efforts récompensés par Sven Michel (90+3′). Toujours lanterne rouge, la bande de Steffen Baumgart se rapproche du premier non relégable, désormais à quatre petites longueurs.

Le MVP de la journée : Timo Werner (RB Leipzig)

À l’instar du RB Leipzig ces dernières semaines, Timo Werner plane sur la Bundesliga (Photo : ODD ANDERSEN/AFP via Getty Images)

Seule équipe à suivre le rythme du leader Mönchengladbach, Leipzig impressionne par ses performances hors normes depuis quelques semaines. Déjà assuré de figurer en huitième de finale de Ligue des Champions, le RB est un véritable rouleau compresseur en Bundesliga. Après un mois d’octobre difficile et marqué par une chute des résultats, les Roten Bullens ont depuis repris leur marche en avant et s’impose désormais comme le favori pour le titre, avec six points d’avance sur le Bayern. Après avoir infligé un 19-5 en cumulé sur les quatre dernières rencontres (quatre victoires), la bande à Nagelsmann s’est offert le scalpe d’Hoffenheim, ancien club du coach de 32 ans. Un succès net et sans bavure trois buts à un dont l’inévitable Timo Werner est le principal artisan avec un énième doublé. Quelque peu éclipsées par les records de Lewandowski, les performances de l’international Allemand n’en restent pas moins hors normes. Pour preuve 15 buts en quatorze matchs de Bundesliga mais un rythme de 11 buts et 7 passes décisives sur les.. 7 derniers matchs. Absolument phénoménale et inquiétant pour les protéger de Rudi Garcia avant la rencontre décisive de Mardi.

Résultats et classement :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :