Foot

Le Tour d’Europe du CCS : Ligue 1 (18e journée)

L’ennui est-il une forme de plaisir ? Pas sûr. Cette 18ème journée ne restera pas dans les mémoires pour ses éclats offensifs. Elle ne restera même pas dans les mémoires du tout. Lille et Renato Sanches ont pourtant bien entamé ce nouveau week-end de foot, mais c’était sans compter sur le reste.

L’ennui est-il une forme de plaisir ? Pas sûr. Cette 18ème journée ne restera pas dans les mémoires pour ses éclats offensifs. Elle ne restera même pas dans les mémoires du tout. Lille et Renato Sanches ont pourtant bien entamé ce nouveau week-end de foot, mais c’était sans compter sur le reste.

Le focus de la semaine : Saint-Etienne – Paris SG (0-4)

Depuis l’arrivée des Qataris, les affrontements entre Paris et l’ASSE ne sont pas des matchs communs. Les Stéphanois étaient une des équipes qui posaient beaucoup de problèmes au club de la capitale il y a quelques années, mais depuis trois saisons, c’est bien l’inverse : Paris a désormais l’habitude d’étriller les Verts. Auréolé d’une cinquième victoire dans son groupe de Champion’s League, les joueurs de Thomas Tuchel viennent dans le Chaudron en étant assurés d’être champions d’automne. Sérénité positive ou abus de confiance ?

La compo alignée par Thomas Tuchel a quand même de quoi faire pâlir des Stéphanois moins en jambes qu’il y a un mois. Icardi et Mbappé sont aidés par Neymar et Di Maria ; la première fois que les 4 fantastiques sont alignés ensemble au coup d’envoi d’un match. En face, Bouanga et Nordin ont la lourde tâche de rivaliser avec leurs homologues cités précédemment. Mais le match ne vas pas tarder a prendre un tournant irrémédiable.

Toujours concerné, Denis Bouanga n’a pas su faire la différence, ici face à Meunier
(Photo : Homme du match)

A peine 9 minutes de jeu à Geoffroy Guichard, et après la première occasion stéphanoise pour Bouanga, les joueurs du PSG squattent sévèrement le camp des Verts. Après de multiples tentatives de Mbappé puis Bernat, le ballon revient sur Leandro Paredes à vingt mètres du but de Stéphane Ruffier. L’argentin reprend de vollé et le ballon termine sa course dans les filets stéphanois (0-1, 9ème). Finalement accordé à Neymar puisqu’il a dévié le ballon, ce but vient briser des espoirs trop timides pour les hommes de Claude Puel qui vont encore plus s’écrouler quelques minutes plus tard quand Jean-Eudes Aholou est expulsé pour une faute grossière sur Paredes (25ème).

Ni Meunier (18ème) ni Neymar (30ème, 37ème) ne parviennent à aggraver le score, mais ce n’est que partie remise. Les Verts s’en remettent à Denis Bouanga pour égaliser mais ce dernier se montre maladroit et ne parvient pas à inquiéter Keylor Navas sur ses rares occasions. C’est finalement Kylian Mbappé qui crucifie les joueurs de l’ASSE juste avant la mi-temps après une très belle ouverture de Neymar. Le jeune attaquant parisien ajuste Ruffier du droit (0-2, 43ème). Des Verts trop frileux et nettement dominés par le PSG rentrent aux vestiaires avec deux buts de retard et à 10 contre 11.

Complices, Neymar et Mbappé ont fait mal aux Verts (Photo : Bleacher Report)

Le PSG a cadré 7 frappes en première période, l’ASSE 1. Avec une possession écrasante, les joueurs de la capitale ne laissent aucune chance aux Verts. Et alors que l’entame de seconde période est bien entamée par les coéquipiers de Loïc Perrin, la tendance du premier acte se confirme ensuite. Angel Di Maria touche le poteau (54ème) juste avant qu’un penalty ne soit accordé à Neymar. Le Brésilien n’a pas plus de chance que son homologue argentin et frappe lui aussi le montant droit de Ruffier (60ème).

Denis Bouanga accumule les opportunités mais Mauro Icardi vient lui donner une leçon de réalisme à 20 minutes de la fin. Après un centre de Kurzawa dévié par Debuchy, le buteur parisien pousse le ballon dans le but d’un Stéphane Ruffier battu pour la troisième fois de la soirée, lui qui réalise pourtant un match de très haut niveau (0-3, 72ème). En fin de match, Kylian Mbappé vient clore un festival offensif bien mérité. Lancé une nouvelle fois par son ami Neymar, Mbappé trompe Ruffier pendant que les Ultras stéphanois proposent un spectacle pyrotechnique inédit dans les tribunes (0-4, 89ème). Des feux d’artifices qui ne plairont pas à la LFP. En revanches, les fusées parisiennes ont fait le travail.

Un spectacle pyrotechnique impressionnant, mais à quel prix? (Photo : Zoomdici)

Alors que dire après un match à sens unique comme celui-ci ? Le PSG est trop fort. Trop fort pour une équipe amoindrie comme l’était l’ASSE privée de Khazri, Hamouma, Saliba et les autres. A l’image de ses 4 offensifs, le PSG dégage une sérénité et une complicité bienvenue à l’approche des matchs décisifs de Février. Tuchel peut désormais compter sur un Leandro Paredes enfin au niveau, en attendant le retour de Gueye. Mbappé continue de briller avec ses 8ème et 9ème buts, confirmant ainsi un peu plus la première place du PSG, comme s’il était nécessaire de le faire. La trêve va faire un bien fou aux joueurs de Saint-Etienne, qui semblent exténués par une campagne d’Europa League jamais vraiment entamée. Le mercato d’hiver fera du bien.

Le fait marquant : L’OM freiné, l’OL décimé

Fin de série pour les hommes d’André Villas-Boas. Le déplacement à Metz avait pourtant tout du match piège, ce qui aurait pu alerter les Olympiens. Même avec les titularisations de Payet, Benedetto et compagnie, le match n’a pas tourné en faveur des Marseillais. Pire, il aurait même pu se conclure par une victoire de Metz si Pelé n’avait pas arrêté le penalty de Diallo. Comme un symbole, c’est le désormais décisif Nemanja Radonjic qui sauve les siens en égalisant à la 70ème minute. L’OM a été tenu en échec par de valeureux Grenats qui comptent bien profiter de chaque occasion pour avancer vers le maintien. Actuellement barragistes, les Messins creusent l’écart avec Nîmes et Toulouse reléguables.

Capitaine et leader technique, Memphis s’est gravement blessé contre Rennes (Photo : L’Equipe)

Lyon recevait le Stade Rennais pour un match qui pouvait remettre les hommes de Garcia dans le droit chemin. Mais le match a viré au cauchemar. Pendant qu’Edouard Mendy écœurait les attaquant du Rhône, Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde ont du quitter leurs coéquipiers avat la pause. Dans la soirée, la nouvelle est tombée comme un coup de couteau. Les croisés. Pour les deux. Meilleur joueur de l’OL et capitaine investi, Memphis à son apogée apportait à Lyon tout juste ce qu’il fallait pour ne pas sombrer. Quelle sera la réaction des Gones? Quel mercato? Quelle deuxième partie de saison? Les interrogations sont pléthores…

Le MVP de la journée : Renato Sanches (Lille OSC)

Le Portugais Renato Sanches, sans contestation Homme du match (Photo : En24 News)

Enfin ! La jeune pépite portugaise Renato Sanches, attendu dans le Nord pour relancer une carrière commencée très (trop ?) tôt, a enfin livré un match taille patron. Passements de jambes, roulettes, et surtout de réelles différences faites, l’ancien du Bayern a profité de la venue de Montpellier pour re-braquer les projecteurs sur lui. Très remuant dès le début de la partie, Renato Sanches a livré un récital. S’il n’avait pas donné la victoire aux Dogues, son but aurait même pu paraître anecdotique à côté de ses démonstrations techniques. Toujours est-il qu’il a donné 3 points aux siens. Un Renato dans cet état-là, on en veut tous les jours !

Tous les résultats :

15 buts marqués
5 victoires à l’extérieur
4 matchs nuls
1 carton rouge

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :