A l'affiche Foot Ligue 1

Ligue 2 : Et si Lens avait conservé ses meilleurs joueurs ?

Actuel leader de Ligue 2 avec 40 points au compteur, le Racing Club de Lens se pose en favori pour retrouver une Ligue 1 qu'il a quitté en 2015. Depuis une descente précédente en 2008, le club lensois connait des hauts et surtout des bas, qu'ils l'ont poussé à vendre ses meilleurs éléments mercato après mercato. Que se serait-il passé si le club Artésien avait pu conserver l'ensemble de ses joueurs ?

Actuel leader de Ligue 2 avec 40 points au compteur, le Racing Club de Lens se pose en favori pour retrouver une Ligue 1 qu’il a quitté en 2015. Depuis une descente précédente en 2008, le club lensois connait des hauts et surtout des bas, qu’ils l’ont poussé à vendre ses meilleurs éléments mercato après mercato. Que se serait-il passé si le club Artésien avait pu conserver l’ensemble de ses joueurs ?

Avant-propos : Afin de réaliser cet article, nous avons pris en compte les joueurs, toujours en activité, ayant passé au moins une saison au sein du club Sang et Or, que ce soit en centre de formation ou en équipe sénior. De plus, pour composer le meilleur onze possible, nous nous sommes basés sur les valeurs marchandes en cours sur le site spécialisé, transfermarkt. Le onze titulaire est formé des valeurs marchandes les plus élevées en respectant les positions habituelles ou secondaires de chaque joueur (Ex : Benjamin Bourigeaud est placé en ailier gauche puisqu’il a joué à ce poste avec le Stade Rennais).

Mai 2008, suite à une saison cauchemardesque, le RC Lens est relégué en Ligue 2 pour la première fois depuis 1989. Le point de départ d’une décennie de difficultés sportives et administratives. Malgré deux remontées entre-temps (2009 et 2014), Lens s’enlise dans le purgatoire de la Ligue 2 depuis. Perdant au passage une partie de son standing, Gervais Martel ayant pour objectif de se qualifier régulièrement en Ligue des Champions avant la première descente. Pas vraiment utopique pour un club champion de France 10 ans plus tôt, demi-finaliste de Coupe UEFA en 2000 et participant à la LDC en 2002-2003. Mais le club Sang et Or a payé cash ses erreurs de casting (Guy Roux, Jean-Louis Garcia, Hafiz Mammadov) qui le plongea même dans une grande difficulté. Cependant à quoi ressemblerait le RC Lens s’il n’avait pas connu autant de déboire ?

Alphonse Aréola (Gardien) : Le gardien champion du monde en 2018, n’a connu qu’une saison sous les couleurs Sang et Or, c’était en 2013-14. Prêté par le Paris SG, le titi arrive avec le statut de grand espoir français à son poste, après une Coupe du monde U20 qu’il vient de remporter avec Thauvin et Pogba. Très vite son talent fait la différence et il s’impose comme l’un des piliers de la montée du Racing en Ligue 1. Pour preuve, il est élu meilleur gardien de Ligue 2 cette saison là. Après deux autres prêts réussis à Bastia et Villarreal, il effectue son retour au PSG où il peine à s’imposer comme titulaire. Ce dernier le prête de nouveau, depuis le début de la saison, au Real Madrid où il joue le rôle de doublure de Thibault Courtois.

Valeur marchande : 16 millions d’euros

Jean-Philippe Gbamin (Def. central) : Formé à la Gaillette, l’international Ivoirien effectue ses débuts avec le groupe pro du RC Lens en 2013, à l’âge de 18 ans. Il jouera par la suite 3 saisons complètes (99 apparitions), dont une en Ligue 1, avant de partir pour Mayence en Allemagne. Milieu défensif de formation, il alterne avec le poste de défenseur central selon les besoins. En Bundesliga il s’impose très vite au point d’intéresser des grands clubs européens, Arsenal notamment. C’est finalement du côté d’Everton qu’il s’engage cet été avant de malheureusement se blesser gravement lors de sa 2ème apparition.

Valeur marchande : 28 millions d’euros

Raphael Varane (Def. central) : Pur produit de la formation lensoise, Raphael Varane est probablement le joueur le plus talentueux ayant joué pour les Sang et Or. Son passage avec les pros n’aura duré qu’une saison, durant laquelle il devient capitaine à l’âge de 18 ans. Relégué à l’issue de celle-ci (2011), le RCL ne peut le retenir face aux avances des plus grands clubs du monde. Il signe alors au Real Madrid pour 10 millions d’euros où il s’impose comme un cadre en remportant 2 Liga et 4 Ligues des Champions, ainsi que le mondial 2018 avec les Bleus (64 sélections).

Valeur marchande : 80 millions d’euros

Serge Aurier (Def. central) : Si l’Ivoirien est un pur latéral droit, il peut à l’occasion, jouer comme défenseur central dans un système à 3 axiaux. À l’instar de Varane et Gbamin, lui aussi est un talent formé au club et à connu une intégration au groupe pro très jeune (17 ans). Il passe moins de 3 saisons dans le Nord avant de retrouver la Ligue 1 à Toulouse en janvier 2012 et de s’imposer comme l’une des références à son poste. Il cède aux sirènes du PSG en 2014, sans connaitre le même succès, allant jusqu’à être placardisé pour des propos injurieux envers son entraineur, Laurent Blanc. Un scandale médiatique qui l’envoie à Tottenham, où alterne le chaud et le froid depuis 2017.

Valeur marchande : 20 millions d’euros

Colin Dagba (Arrière gauche) : Autre latéral droit mais pouvant jouer à gauche, Colin Dagba est l’un des rares talents de la Gaillette à ne pas avoir eu sa chance en pro. Pensionnaire du centre de formation en 2010 et 2013, il est victime des difficultés financières du club Artésien qui ne le garde pas. Il est dès lors récupéré par le voisin Boulognais en National avant d’être repéré par le PSG. À force de persévérance le jeune homme de 20 ans s’impose depuis 2018, dans la rotation de Thomas Tuchel.

Valeur marchande : 18 millions d’euros

Kenny Lala (Arrière droit) : Le dernier latéral droit de ce onze a pas mal bourlingué avant de percer au haut niveau. Formé au Paris FC, il y connait le National avant un transfert à Valenciennes en Ligue 1 (2011), mais doit attendre la descente en Ligue 2 pour y devenir un titulaire indiscutable. Après quatre saisons, il se délocalise chez le voisin Sang et Or où il s’impose tantôt latéral gauche, tantôt latéral droit (2015). 75 matchs et 2 buts plus tard, il quitte le Racing pour un autre, en signant dans l’élite chez le promu Strasbourgeois (2017), où il explose véritablement en remportant une Coupe de la Ligue.

Valeur marchande : 12 millions d’euros

Geoffrey Kondogbia (Milieu centre) : International français puis centrafricain, le natif de Seine et Marne effectue toute sa formation à Lens avant de connaitre sa première apparition en Ligue 1 à 17 ans. C’est lors du retour du RCL en Ligue 2 qu’il perce véritablement au point d’être courtisé de toute part en Europe. C’est du côté de Séville (2012) qu’il confirme les espoirs placés en lui avant de revenir en France à Monaco (2013). Désireux d’intégrer une écurie plus ambitieuse, il s’envole pour l’Inter Milan au bout de deux saisons (2015), sans grand succès. Il décide par la suite, de se relancer en Espagne (2017), à Valence où il joue toujours.

Valeur marchande : 28 millions d’euros

Wylan Cyprien (Milieu centre) : Après avoir débuté sa formation au Paris FC (2006-2008), c’est à la Gaillette qu’il la termine avant de faire ses débuts en 2013 avec les séniors. Il connait alors la montée puis une saison galère en Ligue 1, mais reste deux saison de plus malgré la descente et les sollicitations des clubs de l’élite. Finalement, il quitte le nord à l’été 2016 pour l’OGC Nice où il s’intègre rapidement. Dans un rôle plus offensif il se montre particulièrement adroit sur les coups de pied arrêtés avec déjà 22 réalisations en 104 matchs pour les Aiglons.

Valeur marchande : 18 millions d’euros

Benjamin Bourigeaud (Ailier gauche) : Véritable chouchou de Bollaert, Bourigeaud arrive dès 2005 à Lens, avant de connaitre l’équipe pro entre 2013 et 2017. Avec plus de 100 apparitions au compteur, il est le joueur le plus expérimenté de ce onze. C’est un peu à contrecœur qu’il quitte son club de toujours en 2017 pour rejoindre le Stade Rennais, afin de regoutter à une Ligue 1 que les Sang et Or ne peuvent lui offrir. En Bretagne, il connait les joies d’une victoire en Coupe de France et deux campagnes d’Europa League, en jouant principalement ailier gauche. À l’été 2019, il proche de partir à l’étranger (Naples et Séville le sollicite) mais reste finalement chez les rouge et noir.

Valeur marchande : 15 millions d’euros

Jeff Reine Adélaïde (Ailier droit) : S’il n’a jamais porté la tunique Sang et Or en pro, Reine Adelaide a permis au RCL de se maintenir en Ligue 2. En 2015, Lens est en effet en grande difficulté financière suite au passage cauchemardesque d’Hafiz Mammadov. La vente de plusieurs joueurs est vitale pour renflouer les caisses et valider le passage devant la DNCG, mais sans valeur marchande, Lens doit vendre ses pépites du centre. Yacine Fortune et JRA partent alors à Arsenal pour 5 millions d’euros. Le premier ne perce pas et le second gratte à la porte de l’équipe première sans s’imposer. Il se relance ensuite en France, du côté d’Angers (2018) où il se montre extrêmement polyvalent et percutant. Le talent parle enfin et c’est à Lyon qu’il s’exporte, cet été, pour 25 millions d’euros. Cependant comme Gbamin, il se blesse gravement au genou au bout de quelques semaines.

Valeur marchande : 25 millions d’euros

Thorgan Hazard (Avant-centre) : Le frère d’Eden est formé à Lens entre 2007 et 2012 mais il ne fait que de rares apparitions avec les pros. Recruté par Chelsea en même temps que son frère, il n’y jouera pas et est envoyé en prêt, d’abord à Zulte Waregem puis à Mönchengladbach. C’est en Allemagne qu’il se fait un prénom et enchaine les bonnes prestations. En cinq ans, il s’impose comme le leader offensif d’une équipe qui participera à la Ligue des Champions avec Lucien Favre. Un coach qu’il a rejoint durant l’été, au Borussia Dortmund en tant que titulaire indiscutable.

Valeur marchande : 40 millions d’euros

Remplaçants : J-L.Leca (1), T.Kolodziejczak (6), M.Sagnan (3), A.Masuaku (10), M.Tisserand (7,5), J-R.Bellegarde (4), M.Diamé (5), A.Taarabt (5), M.Chouiar (8), A.Knockaert (8), Y.Boli (4,5)

Une formation en 3-4-3 semble la meilleure option afin d’aligner une équipe dont la valeur totale serait de 300 millions d’euros. Celle du banc étant de 62 millions d’euros, l’ensemble donnerait une équipe à 362 millions d’euros. Ainsi, selon les chiffres de Transfermarkt, le RC Lens serait actuellement la troisième formation en Ligue 1 avec la plus grande valeur comptable, derrière le Paris Saint-Germain (1 milliard d’euros) et l’Olympique Lyonnais (382 millions d’euros).

Le centre technique de la Gaillette (Photo : RC Lens)

Plusieurs constats sont à mettre en évidence. Le premier étant l’écrasante majorité de joueurs issus du centre de formation du club. Sur les 22 joueurs retenus, 18 ont effectué leurs classes à la Gaillette. Créé au début des années 2000 par Gervais Martel, l’académie lensoise est un formidable pourvoyeur de talent pour le Racing. Au fur et à mesure des années, elle s’est révélée être le poumon économique d’un club en grande difficulté financière, au point d’être au bord de la faillite après le départ d’Hafiz Mammadov. La vente des plus grands talents s’avérant vital, Lens a fourni les clubs de Ligue 1 et d’Europe à contre cœur.

Ainsi, seuls Aréola, Leca, Tisserand et Lala sont arrivés à Lens via une période de mercato en étant déjà professionnels. Ce qui démontre dans une certaine mesure, les difficultés des dirigeants artésiens à réaliser des bons coups sur le marché des transferts depuis une décennie.

Malgré la polyvalence des joueurs du onze type, on peut s’interroger sur le manque de talent à certains postes. Par exemple, aucun gardien formé au Racing n’a réussi à s’imposer durablement dans les cages lensoises ou dans celles d’un club de niveau supérieur (Vachoux, Belon, Dutoit). Fort heureusement, Aréola vient combler ce vide. Il en est de même pour le poste d’avant-centre, que le seul Thorgan Hazard, pourtant ailier ou second attaquant de formation, peut occuper. Un constat qui s’applique également pour Bourigeaud, Gbamin ou Aurier.

Enfin, Jean-Louis Leca est le seul joueur de l’effectif actuel à être présent dans ce groupe de 22 joueurs, symbolisant la réalité de la deuxième division à Lens.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :