Rookie Report

Rookie Report #7 – Semaine du 26 décembre au 01 janvier 2020

Si votre regard se dirige à chaque instant vers le futur, cette chronique est faite pour vous. Chaque année, ils sont au centre des attentions mais aussi des interrogations. Excitants, décevants, porteurs d’espoir ou de simples illusions, les rookies constituent cette part d’imprévisible qui entretient notre intérêt pour la NBA. Pour cette raison, le Café Crème Sport vous propose son propre Rookie Report. Chaque semaine, la rédaction basket se mobilise pour façonner un classement évolutif pour rendre compte des performances des dix meilleurs rookies de la ligue.

⚠️ Avertissement : À mesure que ce classement hebdomadaire avance, il nous semble important de préciser que ces rapports se basent uniquement sur les performances proposées par les rookies sur la semaine écoulée. Nous savons que ce n’est pas représentatif de la saison de ces jeunes joueurs, c’est pour cela que nous vous proposerons un classement mensuel pour relativiser cette hiérarchisation.

Aujourd’hui, on revient sur la semaine de nos rookies. Les cadors de la cuvée 2019 semblent avoir du mal à digérer les repas de fin d’année et laissent ainsi les premières places à de nouvelles têtes plutôt séduisantes. Les statistiques utilisées pour cet article sont réalisées par nos soins sur les matchs qui se sont disputés entre le 26 décembre et le 1er janvier 2020.

1 – Brandon Clarke (Memphis)

Stats : 3 matchs (0 titulaire), 22,33min/match // 15,33pts (69% FG dont 3/5 à 3pts) – 3,33reb – 3,33ast

Bilan : 2 victoires – 1 défaite

Brandon Clarke n’en finit pas de surprendre et de progresser sur sa première saison en NBA. Si la semaine dernière, c’est son irrégularité qui lui a coûté quelques places au classement, Clarke est parvenu cette fois-ci a exprimer ses qualités sur la durée. Un élément plutôt rare chez les rookies cette semaine. Auteur de 13pts contre OKC, puis 15 dans la défaite contre les Nuggets et enfin 18 pts contre les Hornets, Brandon Clarke est toujours aussi efficace et permet aux siens de remporter deux matchs cruciaux. Des Grizzlies qui ne sont qu’à deux victoires de la 8ème place à l’Ouest. Inespéré. L’ailier fort est l’un des grands artisans de cette bonne forme de Memphis. Souvent aligné aux côtés de Jaren Jackson Jr., Clarke assure offensivement dans la raquette adverse en jouant sur sa tonicité et sa science du placement. Une maturité que nous avons déjà souligné et qui lui permet de prendre le dessus sur les rotations dans la raquette adverse. Cette semaine, Clarke a également mis en lumière un autre aspect de son jeu : le playmaking. Avec plus de 3ast en moyenne par match, Brandon Clarke montre qu’il est capable de passer le ballon lorsque ses adversaires l’entourent dans la raquette. Solide et intelligent, cette première place récompense le beau début de saison du natif de Vancouver.

2 – Coby White (Chicago)

Stats : 2 matchs (0 titulaire), 29,5min/match // 18pts (52% FG dont 5/9 à 3pts) – 4,5 reb – 0,5 ast – 2 stl

Bilan : 1 victoire – 1 défaite

Il semble que le rookie des Bulls lit le Rookie Report du CCS ! Après une 10ème place synonyme d’encouragement, Coby White retrouve les sommets du Top 10 après deux matchs dans lesquels il a retrouvé son adresse et son influence sur le jeu de la second unit des Bulls. Agressif et virevoltant, nous avons retrouvé le Coby White qui nous avait tant séduit en début de saison. Auteur de 18 pts dans ses deux matchs, le combo-guard affiche de très bon pourcentage. Il semble que ce soit la clé de sa réussite. Dans la victoire face aux Hawks, White rend une évaluation de +14, ce qui est plutôt rare chez lui. En revanche, dans ce match, il perd 5 ballons. Un secteur dans lequel il devra assurément progresser, surtout lorsqu’il délivre si peu de passes décisives. Progressivement, il apparaît que White prenne les traits d’un arrière scoreur plus qu’un meneur capable d’organiser une attaque. Mais il ne s’agit que de sa première année, il a encore du temps pour améliorer son playmaking. White numéro 2, c’est une belle performance qui récompense sa belle mais petite semaine. Il faudra surveiller sa régularité lors des prochains matchs.

3 – Ja Morant (Memphis)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 28min/match // 10,67pts(46% FG dont 1/3 à 3pts) – 3,67 reb – 6 ast

Bilan : 2 victoires – 1 défaite

Oh Ja Ja… Petite baisse de régime au scoring pour le meneur des Grizzlies. Si ses pourcentages restent dans ses moyennes de saison, c’est son volume de tir qui est en baisse cette semaine. Sur ses trois matchs, Morant ne prend que 28 tirs alors que la semaine dernière, il en a pris 54. Cette différence s’explique probablement par la bonne forme de son partenaire de backcourt, Dillon Brooks. Mais pas de panique, au contraire, cette statistique est plutôt positive. Elle nous confirme la capacité de Morant a laisser ses coéquipiers s’exprimer lorsqu’ils sont en confiance. Une qualité essentielle qui témoigne de sa capacité à être un véritable leader d’équipe. De plus, comme à son habitude, Morant compense son manque de scoring par des passes décisives : 8 contre les Nuggets et 7 contre les Hornets, avec seulement 6 turnovers sur les 3 rencontres. Plutôt très honnête pour une rookie. Pour la première fois, Morant n’est pas dans le top 2 de notre Rookie Report. Mais pas de panique, il semble que cela ne dure pas.

4 – Kendrick Nunn (Miami)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 28min/match // 13,67pts (42% FG dont 6/17 à 3pts) – 3,67 reb – 3,3ast

Bilan : 2 victoires – 1 défaite

À l’instar de Morant, son rival, les statistiques de Nunn sont un peu en baisse cette semaine. Rien d’alarmant. Le calendrier du Heat était plutôt corsé lors des 8 derniers jours. Premièrement, ce sont les toujours solides et sous-estimés Pacers que Miami a du affronter. Le meneur du Heat réalise une belle performance, compilant 17pts, 4reb et 4ast en 28 minutes. Ensuite ce sont les 76ers qui se sont présentés en Floride dans une rivalité qui s’installe à mesure que la saison progresse. Encore une fois, Nunn se montre décisif avec certes, seulement 10pts, mais une évaluation de +14. En revanche, encore une fois, Miami s’effondre face à des Wizards privés de Bradley Beal. Une anomalie dans laquelle Nunn inscrit 14pts et termine avec +/- de -14. Ces statistiques montrent que Nunn est un élément déterminant dans les bonnes performances du Heat, sans contestation possible. Le constat est simple : lorsque Nunn est en forme, le Heat gagne. Dans le cas inverse, c’est souvent la défaite qui attend Miami. Peut-on dire qu’il y a, déjà, une Nunn dépendance en Floride ? Ce serait peut-être un peu trop présomptueux, mais cette tendance semble se confirmer au fil des matchs. La saison est encore longue mais Nunn s’affirme progressivement comme une pièce majeure de cette surprenante et séduisante équipe du Heat.

5 – PJ Washington (Charlotte)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 33,67min/match // 15pts (49% FG dont 7/13 à 3pts) – 4,67 reb – 1,33 ast

Bilan : 0 victoire – 3 défaites

PJW is back ! Et le moins que l’on puisse dire c’est que sa blessure ne semble pas avoir affectée son talent. Si Washington est de retour pour le grand bonheur des Hornets, lui seul ne suffit pas à Charlotte pour décrocher la moindre victoire cette semaine. Pour son retour, PJ affrontait le Thunder d’un Shai Gilgeous-Alexander en feu. Il compile 14pts et 5reb et rend une évaluation de +20 en 37 minutes (oui, on a connu plus tranquille pour un match de reprise) mais il ne peut empêcher les siens de s’incliner. Les matchs se suivent et se ressemblent pour la franchise de MJ. Deux défaites vont suivre la première, une face aux Grizzlies et l’autre face à Boston. Malgré tout, PJ Washington continu son excellente saison dans le contexte difficile de Charlotte. Adroit à 3pts, solide dans la raquette et avec une bonne vision des rebonds, PJ connaît ses forces et les utilise à merveille. Pour autant, il n’est pas (encore) suffisamment décisif pour son équipe. Washington fait ses stats, déploie son jeu, mais ne parvient pas à faire gagner des matchs pour Charlotte. Évidemment, il n’est pas le leader de cette équipe. D’ailleurs, il est difficile d’en identifier un. Mais s’il parvient à passer un (encore) un cap, Washington pourrait rapidement prendre cette place si les choses ne s’améliorent à Charlotte, notamment dans le backcourt. PJW aura des opportunités, à voir comment il les exploitera.

6 – Jarrett Culver (Minnesota)

Stats : 3 matchs (2 titulaires), 25,33min/match // 11pts (37% FG dont 4/12 à 3pts) – 3,33 reb – 1 ast – 2,33stl1,67blk

Bilan : 2 victoires – 1 défaite

Jarrett Culver fait son grand retour dans notre Top 10 ! Et ce, pour le grand bonheur du CCS qui adore le profil de l’ancien arrière de l’Université de Texas Tech. Après des semaines difficiles où Ryan Saunders l’a remis sur le banc des Wolves, Jarrett Culver retrouve des couleurs pour cette dernière semaine de l’année 2019. En l’absence de Wiggins et Towns, Culver engrange les minutes et montre progressivement ses belles capacités. D’abord, défensivement, Culver dévoile (enfin) ses talents qui nous avaient impressionné lors du Tournoi NCAA 2019. Ses qualités physiques (envergure + déplacement latéral impressionnant) et sa vision du jeu permettent à Culver de mettre en déroute les attaques adverses. Face à Darius Garland, il compile 2 interceptions et 3 contres et force le meneur à perdre 5 ballons mais ne peut empêcher la défaite des siens. Le match suivant contre les Nets, Culver termine avec 3 interceptions et 1 contre. Et oui, il n’y a pas que Matisse Thybulle qui défend dans cette cuvée 2019. Au cours de ce dernier match, Culver a également montré qu’il était capable de s’occuper du scoring. Il signe son record de point en match avec 21 unités et termine avec +/- de +7. Malgré des pourcentages encore décevant, c’est une performance qui ne peut que satisfaire le staff et les fans des Wolves. Culver doit maintenant prendre ce beau jeu en habitude.

7 – Kevin Porter Jr (Cleveland)

Stats : 3 matchs (0 titulaire), 27,67min/match // 13pts (39% FG dont 2/12 à 3pts) – 4 reb – 3,33 ast

Bilan : 1 victoire – 2 défaites

L’ancien d’USC semble de plus en plus s’éclater avec les Cavaliers et ça nous fait plaisir au CCS ! Avec le départ de Jordan Clarkson (qui s’éclate aussi à Salt Lake City), le temps de jeu de KPJ augmente constamment et il est exploite de mieux en mieux. Malheureusement, comme beaucoup de rookies dans la second unit des équipes en reconstruction ou en transition, Kevin Porter Jr ne brille par forcément dans la victoire. Lors des deux défaites de Cleveland, Kevin Porter Jr inscrit 16pts (contre Boston) et 13pts (contre Toronto). Et lorsque que les Cavs gagnent, comme contre les Wolves, l’arrière n’inscrit que 10pts. Outre le constat qu’il difficile d’être impactant depuis le banc des Cavs cette saison, ses statistiques nous montre que Kevin Porter Jr aime affronter les grosses écuries, il aime la pression et répond très bien sur le terrain. Agressif aussi bien en attaque qu’en défense, KPJ est en train de faire regretter aux 29 franchises qui l’ont laissé filer à la Draft. Si Kevin Porter Jr développe son adresse derrière l’arc et progresse dans sa régularité, il peut rapidement devenir une arme létal pour Cleveland qui en a bien besoin.

8 – Tyler Herro (Miami)

Stats : 3 matchs (0 titulaire), 25,33min/match // 10,67pts (38% FG dont 7/18 à 3pts) – 5,67 reb – 2 ast

Bilan : 2 victoires – 1 défaite

Tyler Herro fait parti de ceux qui ont probablement la dinde de Noël. Son impact avec le Heat est toujours dans la même veine : de l’agressivité et du scoring en sortie de banc. Cependant, cette semaine, il semble que la coqueluche de Miami soit en difficulté avec son adresse. De ce fait, son influence fût limitée sur les trois matchs disputés par le Heat. Contre les Pacers et les Wizards, Herro a tourné aux alentours des 30% au tir et n’a pas vraiment pesé sur les résultats de son équipe, notamment face à Washington. Mais pas de panique, Herro reste un excellent élément en sortie de banc pour son équipe. Contre les Pacers, il compense son déficit de réussite par une excellente présence aux rebonds (9 captés). Sa performance majuscule de la semaine est évidemment contre les 76ers. Auteur d’un 3pts dans la dernière minute, Herro était persuadé de donner la victoire au Heat. C’était sans compter sur un panier improbable de Ben Simmons, envoyant les deux équipes en prolongation. Miami s’imposera finalement et montre une nouvelle fois, sa grande force à domicile. Au cours de ce match, Herre a fait du Herro : 16 pts à 43% au tir dont un jolie 4/8 à 3pts et 5 reb. A l’instar de son coéquipier Kendrick Nunn, Tyler Herro brille dans les grands rendez-vous et témoigne d’un esprit combatif comme on les aime au CCS.

9 – Michael Porter Jr (Denver)

Stats : 4 matchs (1 titulaire), 15,5min/match // 10,5pts (65% FG dont 6/13 à 3pts) – 3,5 reb – 0,5 ast

Bilan : 2 victoires – 2 défaites

ENFIN. Michael Porter Jr. a disputé son premier match en tant que titulaire avec les Nuggets de Denver, et en jouant quatre matchs cette semaine il a déjà montré qu’il avait toute sa place dans notre Top 10 des rookies. Après une saison blanche durant l’exercice 2018-2019 qui a déçu de nombreux fans, MPJ a enfin retrouver les parquets cette saison. Pourtant, son retour fût plus que progressif. Mike Malone semble connaître la pépite qu’il a entre ses mains mais connaît aussi sa fragilité physique. Avant cette semaine, il n’a disputé qu’environ 10 minutes par match. Sur ses 4 derniers matchs, il est resté sur le parquet 15,5 minutes en moyenne. Michael Porter Jr a joué et il a bien joué. S’il n’a disputé que 6 petites minutes contre les Pels, il a joué 19 minutes dans la victoire des Nuggets sur Memphis. L’ex-ailier de Missouri inscrit 11 pts à 57% au tir, capte 4 rebonds, intercepte 2 ballons et délivre 1 contre pour une évaluation de +7 en sortie de banc. Une performance qui a séduit Malone qui choisit de le titulariser au match suivant contre les Kings. Délivrance pour les fans de Denver qui découvre un joueur aux capacités offensives impressionnantes, rappelant sur de nombreuses séquences le jeune Kevin Durant. Face à Sacramento, il reste 26 minutes sur le parquet et inscrit 19pts à des pourcentages excellents : 8/10 au tir dont 1/2 à 3pts. Mais voilà, il semble que Malone protège son diamant. Lors de la grosse confrontation contre les Rockets, MPJ a retrouvé son temps de jeu habituel : seulement 11 minutes sur le banc. Dans tous les cas, cette semaine est peut-être la première où l’on a vu le talent offensif pur de Michael Porter Jr. Mike Malone semble le laisser prendre de plus en plus de place dans la rotation et MPJ peut rapidement devenir une pièce essentielle de la réussite de Denver. Ses talents de scoreur naturel et ses qualités athlétiques semblent correspondre parfaitement aux lacunes de l’effectif des Nuggets. Attention MPJ est dans la place.

10 – Darius Garland (Cleveland)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 30,33min/match // 10,67pts (48% FG dont 4/13 à 3pts) – 2,33 reb – 2,33 ast

Bilan : 1 victoire – 2 défaites

Darius Garland fait l’ascenseur dans notre Rookie Report. 8ème il y a deux semaines, 3ème la semaine dernière après un exercice victorieux, le meneur des Cavs descend à la 10ème place cette semaine. Ses performances sont dans la lignée de sa saison et la dernière semaine semble être une exception. Rassurons tout de suite les fans des Cavs, cette chute au classement n’a rien d’alarmant. Le CCS attend tout simplement de l’ancien meneur de l’Université de Vanderbilt. Contrairement à des rookies comme Tyler Herro ou même son coéquipier Kevin Porter Jr, Darius Garland semble manquer de caractère face aux grosses écuries de la Ligue. Bien évidemment, en tant que titulaire, le matchup n’est pas simple : Garland s’est confronté directement à Kemba Walker puis à Kyle Lowry cette semaine. Mais ces affrontements ont mis en lumière les limites défensives du meneur des Cavs. Face à Boston, il rend un évaluation de -21… Contre Toronto ? Son ratio +/- est de -14. Le problème n’est pas simplement le fait de déjouer contre ces meneurs d’expérience, beaucoup sont dans ce cas. Le problème est qu’à l’inverse de Trae Young, Darius Garland ne compense pas ses lacunes en défense par son apport offensif. Pour le moment, Cleveland est dans une période de transition et les performances du meneur sont un peu noyer dans ce contexte. En revanche, sur le long terme, il faudra surveiller ce secteur du jeu si Garland veut passer un cap et s’imposer comme une meneur titulaire en NBA. Ça serait dommage de finir en Brandon Knight…

OUT cette semaine :

  • Grant Williams (Boston – #5) : 2,33 pts – 1,33 reb – 2 ast

La dernière semaine est synonyme de passage éclair dans notre classement pour le rookie des Celtics. Après avoir donner quelques indications sur son potentiel offensif, Grant Williams s’est rendormi cette semaine. Si son impact défensif est toujours aussi probant, il n’a pas réussi à conserver son apport offensif. Avec deux matchs contre les Raptors, Boston a préféré réduire les minutes du rookie qui n’a pas pu exprimer ses talents en attaque. On espère que Grant Williams reviendra notre classement en profitant des rares opportunités que lui offre Brad Stevens.

  • Cameron Jonhson (Phoenix – #6) : 5,67 pts – 2,33 reb – 1 ast

La semaine dernière, Cam Johnson brillait malgré les défaites des Suns. Cette semaine, l’ailier semble s’être fondu dans les déboires collectifs de la franchise de l’Arizona. Si Phoenix remporte deux matchs cette semaine c’est principalement grâce aux excellentes prestations des titulaires. Sur le banc, Jonhson s’est fait voler la vedette par Mikal Bridges, autre remplaçant productif pour les Suns. Ce passage à la trappe est probablement éphémère mais il apparaît comme un avertissement pour le rookie qui doit encore trouver une certaine stabilité en NBA.

  • De’Andre Hunter (Atlanta – #7) : 9 pts – 3 reb – 1,33 ast

Voilà quelques semaines qu’une exclusion de notre Top 10 pendait au nez de De’Andre Hunter. Souvent sauvé par une prestation au-dessus des autres, Hunter n’a pas réussi à réitérer ce genre de performance cette semaine. S’il a brillé en l’absence de John Collins, Hunter peine lorsque Trae Young manque à l’appel. Sur les 3 matchs, l’ailier des Hawks affiche une évaluation moyenne de -20,67 (avec une pointe à -36 contre les Bucks…). Un ratio plus que horrible qu’il faudra corriger rapidement si Hunter veut retrouver les hauteurs du classement auxquels il s’était habitué.

Les liens utiles :

Retrouvez les critères utilisés pour réaliser ce classement hebdomadaire en suivant ce lien : https://cafecremesport.com/2019/11/21/rookie-report-1-presentation-et-premier-classement/

Si vous souhaitez consulter le Rookie Report #6 de la semaine précédente, cliquez ici :  https://cafecremesport.com/2019/12/26/rookie-report-6-semaine-du-19-au-25-decembre/

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :