A l'affiche News NFL Omnisport

NFL : Les Patriots au tapis, les Saints aussi !

Le Week-end des Wild Card marque le premier rendez-vous des séries éliminatoires en NFL et le moins que l'on puisse dire, c'est que le spectacle a été à la hauteur des attentes. Avec 3 victoires en quatre matchs à l'extérieur, les outsiders ont su faire déjouer les pronostics, comme les Titans contre les champions en titre ou les Vikings au Superdôme de la Nouvelle-Orléans. Retour sur un Week-end riche en émotion.

Le Week-end des Wild Cards marque le premier rendez-vous des séries éliminatoires en NFL et le moins que l’on puisse dire, c’est que le spectacle a été à la hauteur des attentes. Avec trois victoires en quatre matchs à l’extérieur, les outsiders ont su faire déjouer les pronostics, comme les Titans contre les champions en titre ou les Vikings au Superdôme de la Nouvelle-Orléans. Retour sur un Week-end riche en émotion.

Patriots (13) – (20) Titans : New England en vacances, fin de carrière pour Brady ?

À Foxborough, les Patriots sont plongés dans le brouillard. À l’issue d’un match à deux visages, les champions en titre sont éliminés dès les Wild Cards comme en 2010, c’était contre les Ravens de Baltimore. Pourtant largement favoris, Tom Brady et les siens n’ont jamais réussi à prendre les commandes du match face à une équipe des Titans bien organisée. Ces derniers ont pris l’avantage en première période (3-7) grâce à la puissance d’un Derrick Henry intenable (34 courses, 182 yards – record de la franchise-, 1 TD, 1 réception, 22 yards) puis par Anthony Frisker, bien trouvé dans la Endzone sur l’une des rares action décisive de Ryan Tannehill (13-14). Entre temps, les locaux ont répondu par Julian Edelman (10-7), sans réussir à creuser l’écart.

La deuxième période est complétement cadenacée, sous l’impulsion de deux blocks défensifs bien organisés. Notamment du côté de Tennessee, dont le coach défensif n’est qu’autre que Mike Vrabel, trois fois champions avec .. Tom Brady et les Patriots. C’est d’ailleurs un autre ancien « Pats » qui va sceller le sort du match. Alors qu’il reste 9 secondes à jouer et que les locaux sont bloqués juste devant leur Endzone, Tom Brady est intercepté par Logan Ryan qui inscrit le touchdown de la victoire (13-20). Si le résultat est une surprise, les raisons de celle-ci le sont moins. Inefficaces dans la Redzone adverse, les Patriots payent le manque de menaces extérieurs depuis le départ de Rob Gronkowski, à l’image de la saison régulière dont le bilan de 12 victoires et 4 défaites est flatteur. Ainsi, si la défaite est une certitude, l’avenir de Tom Brady l’est beaucoup moins, à 42 ans et après 6 Superbowls, la question de la suite de sa carrière est soulevée par les médias Américains. Pour les Titans, l’avenir est plus concret avec une demi-finale de conférence à disputer chez les Ravens de Baltimore, meilleur bilan de saison régulière.

Texans (22) – (19) Bills : Houston revient de nul part !

Les Bills pourront nourrir des regrets, eux qui étaient pourtant si proche de gagner un match de post-season pour la première fois depuis 1995. Porté par son quarterback, Josh Allen (24/46, 264 yards, 9 courses, 92 yards), Buffalo survole les débats pendant les trois premiers quart-temps, avec une avance de 16-0 à 20 minutes de la fin. Puis à l’image de son QB, les Bills se sont peu à peu écroulés, subissant le sursaut de Deshaun Watson (20/25, 247 yards, 1 TD, 14 courses, 55 yards, 1 TD).

Ces derniers avaient pourtant bien géré le QB local avec 7 sacks en début de match, annihilant l’attaque adverse. Mais celui-ci a su se remobiliser pour porter les siens. À la course comme à la passe, le natif de Gainsville est intenable et mène un run de 19-0 pour Houston. Cependant réduire le Comeback des Texans à la simple performance de Watson serait rédhibitoire. Si les Bills ont perdu pied petit à petit, c’est aussi grâce à l’action de JJ Watt (3 fois défenseur de l’année), qui a mis une pression énorme sur un Josh Allen, de moins en moins en confiance au fil de la partie. Si Buffalo arrache la prolongation à 5 secondes du terme grâce à un Field Goal (19-19), la différence est déjà faite et Watson parachève son œuvre en plaçant Ka’imi Fairbairn pour le botté de la victoire (22-19). Aux Bills les regrets, aux Texans la victoire et le périlleux déplacement chez les Chiefs de Kansas City

Saints (20) – (26) Vikings : La revanche de Kirk Cousins

Il a fallu attendre l’overtime pour voir les Vikings triompher à la surprise générale, des Saints de New Orleans de Drew Brees, pourtant favoris pour retrouver le Superbowl pour la première fois depuis 2009. C’est finalement son adversaire direct, le quarterback Kirk Cousins qui a forcé la décision avec une passe de 43 yards salvatrice, réceptionnée par un Adam Thielen impeccable durant tout le match (7 réceptions, 129 yards, 1 fumble perdu). Critiqué pour son incapacité à répondre présent dans les grands matchs, Captain Kirk (19/31, 242 yards, 1 TD) conclut dans la foulée en envoyant Kyle Rudolph dans la Endzone adverse. Une finalité pas illogique à la vue du déroulement du match.

Auparavant, les locaux ont longtemps été incapables de percer la solide défense des Vikings -portée par Danielle Hunter et Everson Griffen-, à l’image de leurs leaders offensifs, Michael Thomas (7 réceptions pour 70 yards) et Alvin Kamara (21 yards au sol, 34 à la réception, 1 Touchdown), trop discrets. Seul Taysom Hill à su tirer son épingle du jeu, notamment avec une passe de 50 yards pour Deonte Harris sur le premier TD des Saints (10-3). Si Drew Brees à su ramener les siens au score dans le quatrième quart (26/33, 208 yards, 1 TD), il n’a pas su les porter dans les moments opportuns (4/11 sur les 3ème down, turnover dans le 4ème quart). À l’inverse, Minnesota a saisi les opportunités pour faire mal aux Saints, par l’intermédiaire de Dalvin Cook, intenable au sol ou dans les airs (2 TD, 94 yards au sol, 36 en réception), leur permettant de prendre les commandes du match dans les 2ème (10-13) et 3ème quarts (10-20). Minnesota continuera sa route en Play-Off, en déplacement dimanche prochain, chez les Niners de San Francisco, meilleure bilan de NFC en Saison régulière. Elle s’arrête de nouveau prématurément pour New Orleans, et encore une fois à domicile, après la défaite en finale de Conférence l’an passé, contre les Rams (23-26).

Eagles (9) – (17) Seahawks : Philadelphie maudit

Jamais menés, les Seahawks ont fait respecter la logique en s’imposant à Philadelphie pour le dernier match des Wild Cards. Avec ses deux Touchdowns, Seattle a pris un avantage décisif, sans vraiment forcer son talent. Le premier est l’œuvre du revenant, Marshawn Lynch, à la course juste avant la pause (10-3). Le second est pour le duo, Russell Wilson (18/30, 325 yards, 1 TD) et DK Metcalf (7 réceptions, 160 yards -record pour un rookie en Play-Off- et 1 TD). Leur connexion a fait la différence avec une spectaculaire réception de 53 yards de Metcalf, pour porter le score à 17-6.

Je le voulais vraiment ce touchdown. Quand il a annoncé le système, je savais que le ballon viendrait à moi », a rapporté Metclaf après la rencontre.


À vrai dire, les Eagles n’avaient pas vraiment les armes pour rivaliser. Vainqueur de sa division grâce à une belle série de 4 victoires en fin de saison régulière (9-7), Philadelphie n’était pourtant pas au mieux avec une infirmerie déjà pleine. Cette dernière que Carson Wentz (commotion cérébrale) a rejoint dès le premier quart-temps à la suite d’un choc avec Jadeveon Clowney, qui n’a au passage, rien laissé passer de la partie (5 plaquages dont 2 pour perte, 1 sack). Malgré ses 17 années de présence en NFL, son remplaçant fraichement sortie d’une brève retraite, Josh McCown, n’a pas réussi à se mettre au niveau pour son premier match en Play-Offs à 40 ans. Combattifs jusqu’au bout et jamais largués, les Eagles ont manqué de solution offensive pour espérer revenir, à l’image de deux rentrées dans la Redzone, manquées sur 4ème tentative en fin de match. Dommage pour les Champions 2018 qui s’arrête prématurément sans avoir pu véritablement défendre leur chance. Pour les Seahawks, la suite s’annonce beaucoup plus difficile avec un déplacement à Green Bay chez les Packers.

Programme demi-finale de Conférence :

Conférence Nationale (NFC) :

Samedi 22h35 : San Francisco 49ers (1) – Minnesota Vikings (6)

Dimanche à lundi 0h40 : Green Bay Packers (2) – Seattle Seahawks (5)

Conférence Américaine (AFC) :

Samedi à dimanche 2h15 : Baltimore Ravens (1) – Tennessee Titans (6)

Dimanche 21h05 : Kansas City Chiefs (2) – Houston Texans (4)

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :