Site icon Café Crème Sport

ATP Tour : Que s’est-il passé cette semaine ?

En 2020, chaque semaine, le Café Crème Sport fera un tour d’horizon des faits marquants du circuit mondial. Les joueurs majeurs, les contre perfs, les français, les performances de la nouvelle génération, le CCS essaiera d’être le plus complet possible. Pour cette première de l’année, seul l’ATP Cup et le tournoi 250 de Doha avait lieu. Mais il n’y a pas que le grand circuit dans la vie, et nous parlerons également du Challenger de Nouméa.

Le joueur de la semaine :
Il a dominé outrageusement la dernière décennie. La nouvelle part sur les mêmes bases. L’ATP Cup a lancé à la perfection la saison de Novak Djokovic. Imbattable, il a été l’artisan principal du triomphe Serbe. 5 matchs, 5 victoires, contre 4 top 15, dont 3 top 10, avec, en point d’orgue, la victoire contre Rafael Nadal pour sauver la patrie en finale. Tancé par la puissance et le culot de Denis Shapovalov, puis par l’incroyable intelligence tactique de Daniil Medvedev, il a réussi à répondre aux 2 défis, prouvant encore une fois que le Djoker a réponse à tout les styles de jeux. Le recordman de victoire à Melbourne apprécie particulièrement l’Australie. En finale, c’est donc le seul homme au monde le devançant au classement ATP qui se dressait en face de lui. Mais comme sur les 8 derniers matchs entre les deux sur dur, Nole a écrasé l’espagnol. Depuis 7 ans, Djokovic a remporté 9 matchs de suite contre Nadal sur cette surface, remportant 19 sets consécutifs et ne concédant que 2 breaks.
Intraitable, il a une nouvelle fois laisser l’espagnol sans solution. Solide des 2 côtés, excellent aux retours, il a cette faculté à rendre toute velléité offensive vaine. Casse tête sans nom, il devient injouable quand il se met à servir. 77% de première balle, pour 41 points remporte sur 49 derrière sa première, auquel il faut rajouter 12 aces, c’en était bien trop pour Nadal. Il s’avancera à Melbourne en tant que grand favori.

Les vainqueurs de tournois :
Un seul tournoi cette semaine, à Doha, qui a vu la victoire Andrey Rublev. Le russe a fait ce qu’il sait faire : Frapper dans chaque balle comme si sa vie en dépendait. Que des victoires en 2 manches et une démonstration de puissance pure pour un joueur pourtant très fin. Impérial derrière sa première balle, il a commencé de la meilleure des manières une saison qui devrait le voir exploser à la face du monde. 3eme russe au classement ATP, le Moscovite vise désormais la place de dauphin, dans un futur assez proche. Très solide en double l’an dernier avec, justement, Karen Khachanov, il avait réalisé un très gros US Open, s’imposant notamment contre Stefanos Tsitsipas. Sa puissance le rend dangereux sur dur. Un joueur a suivre dès Melbourne.

La contre perf’ de la semaine :
Peu de joueurs décevant cette semaine, mais le cas de Felix Auger Aliassime intrigue. Blessé en fin de saison, il avait terminé plus tôt que ses camarades l’année 2019. Requinqué, on l’attendait avec impatience. Mais, malgré la qualification du Canada en quart de finale, il a déçu. Vainqueur du grec Michail Pervolarakis, 486ème mondial, il a ensuite été sévèrement battu par John Millman, Jan-Lennard Struff puis Dusan Lajovic, des solides top 100 mais des joueurs qui, en principe, semble largement jouable pour le 21ème mondial. En difficulté dans tout les compartiments du jeux, il a été le point faible d’une équipe qui paraissait armé pour jouer la gagne lors de cette ATP cup. Une légère déception sans grande conséquence si le gamin arrive à se remettre dans le droit chemin.

Le français de la semaine :
Première semaine de l’année, premier tournoi, et première finale pour un français. Corentin Moutet a surpris tout son monde en atteignant la finale du tournoi de Doha. Solide physiquement, il a surtout réussi à bien servir toute la semaine, affichant un gros pourcentage de première balle et de réussite derrière celle ci. Lui qui n’est pas, et qui ne sera sans doute jamais un gros serveur, a réussi à se protéger des agressions des le retour de service, malgré un nombre d’ace famélique. Solide en coup droit, on l’a vu capable de gros changement de rythme. Surtout, il a démontré une nouvelle fois qu’il était un très gros combattant et qu’il possédait une main de folie et un tennis des plus créatif. Battu en finale par la surpuissance de Rublev, il en profite malgré tout pour rentrer dans le top 80 et obtenir son meilleur classement en carrière.

Le teenager de la semaine :
Un moins de 20 ans qui brille, mais surtout, un jeune français qui brille. Pas encore majeur, Harold Mayot a frappé fort à Nouméa. Invité par les organisateurs, le finaliste du dernier Masters Junior a impressionné par sa maturité. Vainqueur en 3 manches de Colin Sinclair, il a surtout réalisé un gros match pour s’offrir Facundo Bagnis, 135eme mondial et ancien top 100, après avoir perdu la première manche. Encore méconnu, le Messin s’appuie sur un très beau revers à 2 mains et sur une grosse caisse physique. Malgré une défaite au 3ème tour, Celui qui reviendra sur le circuit junior des Melbourne engrange de précieux points ATP. Principal talent de la génération tricolore 2001-2002, il sera l’un des grand favoris de l’open d’Australie Junior, avant de le voir, on espère, effectuer définitivement sa transition chez les grands.

Quitter la version mobile