Basket Rookie Report

Rookie Report #9 – Semaine du 09 au 15 janvier

Si votre regard se dirige à chaque instant vers le futur, cette chronique est faite pour vous. Chaque année, ils sont au centre des attentions mais aussi des interrogations. Excitants, décevants, porteurs d’espoir ou de simples illusions, les rookies constituent cette part d’imprévisible qui entretient notre intérêt pour la NBA. Pour cette raison, le Café Crème Sport vous propose son propre Rookie Report. Chaque semaine, la rédaction basket se mobilise pour façonner un classement évolutif pour rendre compte des performances des dix meilleurs rookies de la ligue.

⚠️ Avertissement : À mesure que ce classement hebdomadaire avance, il nous semble important de préciser que ces rapports se basent uniquement sur les performances proposées par les rookies sur la semaine écoulée. Nous savons que ce n’est pas représentatif de la saison de ces jeunes joueurs, c’est pour cela que nous vous proposerons un classement mensuel pour relativiser cette hiérarchisation.

Aujourd’hui, on revient sur la semaine de nos rookies. Ja Morant écrase la concurrence ! Le numéro 3 et 6 de la dernière Draft gagnent en régularité alors que les rookies de Miami retrouvent peu à peu leurs niveaux respectifs. Les statistiques utilisées pour cet article sont réalisées par nos soins sur les matchs qui se sont disputés entre le 2 et la 8 janvier 2020.

1 – Ja Morant (Memphis)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 33,67 min/match // 19,67pts (58% FG dont 4/8 à 3pts) – 6,33reb – 10,67ast

Bilan : 3 victoires – 0 défaite

Quel semaine pour Ja Morant ! Le meneur de Memphis n’en finit pas d’impressionner ses adversaires, les analystes et toute la NBA !!! Leader incontestable de l’attaque de Memphis et probablement, premier responsable de la grande forme de sa franchise, c’est un Ja Morant taille patron que nous avons eu la chance de voir évoluer cette semaine. Les Grizzlies restent sur 6 victoires de rang et 13 sur les 19 dernières rencontres. Depuis que Ja est revenu, Memphis est 1er en passes décisives, 2ème en pourcentage au tir, 3ème au pourcentage à 3pts, 3ème (ex aequo) en victoires et 5ème en efficacité offensive. Des stats qui prouvent toute l’influence de Morant sur le collectif de Memphis. Dernier exploit en date ? Son énorme performance contre Houston hier soir. Avec ses 26 pts, 5 rebonds et 8 passes à 91% au tir (!), il a mené sa franchise à la victoire et permet à Memphis de s’accrocher à 8ème place de la Conférence Ouest. Morant est le premier rookie a afficher ces stats sur un match avec un pourcentage si élevé. Spectaculaire et agressif, Morant profite de son formidable handle pour mettre en déroute les intérieurs adverses lorsqu’il entre dans la raquette. C’est à se demander qui est en mismatch. Une semaine très accomplie pour Morant qui montre une meilleure régularité au tir extérieur et dans la prise de rebonds. Il exploite de plus en plus les excellents systèmes offensifs de Taylor Jenkins pour augmenter encore et encore sa moyenne de passes décisives. Gardera-t-il se rythme ? Difficile de répondre tant l’ancien de Murray State épate cette saison.

2 – Darius Garland (Cleveland)

Stats : 4 matchs (4 titulaires), 34 min/match // 17pts (47% FG dont 8/26 à 3pts) – 1reb – 7,25ast

Bilan : 2 victoires – 2 défaites

Darius Garland progresse de semaine en semaine. Il semble prendre de plus en plus confiance à mesure que John Beilein lui confit de nouvelles responsabilités. Aux côtés de Collin Sexton dans le backcourt, Garland s’éclate et ça profite aux Cavaliers. Artisan décisif de la victoire en prolongation contre les Pistons avec ses 20pts/7ast, le meneur récidive à la surprise générale contre les Nuggets le lendemain. Auteur d’une jolie prestation avec 18pts/8ast/2stl en 38 minutes, Garland rend une évaluation de +11 dans la victoire des siens face à Denver. Si Cleveland est plus difficulté dans les deux matchs suivant contre les grosses cylindrés de Los Angeles, il n’en demeure pas moins que Garland continue sur sa lancée avec 16 et 14pts. Véritable mobylette, Garland profite des bons écrans de Kevin Love et Tristan Thompson pour gonfler son total de passes décisives. Il montre de réel de progression dans sa gestion des pick & roll et améliore logiquement ses pourcentages au tir près du cercle. La marge de progression est encore importante pour Garland. Il prend un gros volume de tir extérieur mais semble encore maladroit dans cette exercice (8/26 en 4 matchs). Des shoots souvent forcés ou en toute fin de possession qui peuvent corriger si Garland améliore sa sélection de tir. Au vu de sa progression constante, on ne doute de sa capacité à faire évoluer cet aspect de son jeu. Continuez comme ça Monsieur Garland.

3 – RJ Barrett (New-York)

Stats : 4 matchs (4 titulaires), 33 min/match // 17,75pts (42% FG dont 7/15 à 3pts) – 6reb – 2ast

Bilan : 1 victoire – 3 défaites

RJ Barrett semble trouver ses marques au sein des New-York Knicks version Mike Miller. L’entraîneur par intérim de la franchise new-yorkaise exploite son expérience en Université pour utiliser de mieux en mieux les armes qu’il possède. En donnant les clés du camion à Julius Randle et RJ Barrett, Miller leurs accordent de grosses responsabilités offensives et les deux joueurs en profitent. Agressif des deux côtés du terrain, le Canadien a démontré cette semaine qu’il pouvait aussi bien défendre tout en se montrant efficace en attaque. En difficulté contre le Jazz (qui ne l’est pas en ce moment ?), RJ Barrett a corrigé le tir progressivement. Face aux Pelicans, il a encore manqué d’adresse avec un triste 5/15 au tir mais inscrit tout de même 16pts. Le match suivant fût le plus abouti pour l’ex-Dukies. Au four et au moulin, RJ Barrett a clairement donné la victoire aux Knicks face au Heat. Auteur de l’interception décisive sur une mauvaise passe de Butler pour Adebayo dans la raquette, il conclu froidement le match en rentrant ses deux derniers lancers. Il termine avec 23pts/5reb/3ast/2st en 40min et un superbe 7/10 au tir. Face aux Bucks, l’issue est différente mais la performance de Barrett est dans la continuité de sa précédente : 22pts/8reb/2ast et un très jolie 5/7 à 3pts. Enfin un peu d’adresse derrière l’arc ! Rassurant pour les analystes et pour les Knicks. Miller peut continuer à donner des responsabilités au Canadien et envisager de créer de nouveaux systèmes pour exploiter ses talents, notamment en transition et en percussion. C’est très encourageant dans une franchise si exigeante que celle des Knicks.

4 – Jarrett Culver (Minnesota)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 31,67 min/match // 13,67pts (45% FG dont 3/9 à 3pts) – 6,33reb – 2,67ast

Bilan : 1 victoire – 2 défaites

Jarrett Culver continue tranquillement sa progression dans le calvaire des Wolves. Installé durablement au poste de titulaire en lieu et place de Jeff Teague, Culver s’éclate. Towns toujours absent, Andrew Wiggins en galère depuis son retour, l’ancien de Texas Tech trouve une certaine régularité au scoring tout en conservant son agressivité en défense. Bien que statistiquement ses performances sont bien moins visible que les semaines précédentes, Jarrett Culver reste un excellent défenseur aussi bien sur le porteur de balle que sur les joueurs en déplacement. Dans la seule victoire des siens cette semaine, face aux Blazers, Culver a fait déjoué l’un des meilleurs backcourt de la ligue. Il termine avec 12pts/6reb et une évaluation de +8. Le match suivant, contre les Rockets, le meneur des Wolves noircit la feuille avec un 15pts/8reb/5ast. Au cours de ce match il montre avec ses 5 passes qu’il est capable de créer pour ses coéquipiers et qu’il peut aussi être une menace extérieure.En effet, Culver termine à 3/6 à 3pts, lui qui depuis le début du mois ne tourne qu’à 28% derrière l’arc. Régulièrement présent dans le Top 10 des nuits NBA, Culver engrange de plus en plus de hype dans le Minnesota et dans la Grande Ligue. Prometteur, Culver pourrait bien être le seul rayon de soleil chez les Timberwolves cette saison.

5 – Jaxson Hayes (New-Orleans)

Stats : 4 matchs (2 titulaires), 24,5 min/match // 15pts(74% FG) – 7,5reb – 0,5ast – 2blk

Bilan : 3 victoires – 1 défaite

En voilà un qui témoigne de la réussite de son équipe actuellement ! Avec 8 victoires sur les 10 derniers matchs, les Pelicans reviennent dans la course aux Playoffs. Le pivot rookie issu de l’Université de Texas engrange du temps de jeu et montre une belle efficacité dans son rôle en tant que finisseur près du cercle. Propulsé dans le 5 majeur de NOLA lors de deux rencontres, Jaxson Hayes a profité de cette opportunité pour montrer ses qualités athlétiques. Décisif face aux Bulls avec 14pts/12reb/4blk, Hayes a clairement réalisé sa meilleure performance contre les Knicks au match suivant. Il termine avec 18pts à 88%, capte 10 rebonds et contre 2 tirs pour livrer une évaluation de +23. Jaxson Hayes est le premier à profiter de l’excellente forme de Lonzo Ball qui prouve une fois de plus qu’il est un passeur de grand talent. Hayes signe son record de point dans la défaite face à Boston avec 20 unités. Le pivot des Pels retrouve le banc face aux Pistons où il inscrit 8pts et prend 6 rebonds. Encore un peu frêle physiquement, Jaxson Hayes compense par une explosivité prometteuse. En revanche, son manque de capacité à absorber le contact semble quelque peu l’effrayé. Une lacune déjà détectée à l’Université qui est toujours inquiétante aujourd’hui. Si Hayes parvient à rendre deux matchs à +10 rebonds, cela ne reflète pas tellement sa capacité à être présent sous son cercle. Pour l’instant il n’est pas un bon rebondeur dans le sens où son placement sur les tirs adverses est encore douteux. Mais avec son physique, s’il le développe suffisamment, Hayes pourra corriger progressivement ce défaut préjudiciable pour un pivot NBA. Il faut aller à la cantine avec Zion et Favors…

6 – Brandon Clarke (Memphis)

Stats : 3 matchs (0 titulaire), 22 min/match // 11pts (55% FG dont 0/2 à 3pts) – 9reb – 2,67ast

Bilan : 3 victoires – 0 défaite

Après une semaine un peu galère en terme de stats, Brandon Clarke semble reprendre sa marche en avant. Bien évidemment, son scoring n’est pas aussi élevé que lors de ces grandes semaines à plus de 15pts, mais son apport au sein de la second unit de Memphis est toujours aussi crucial et déterminant. Si ce n’est pas spécialement en attaque qu’il s’illustre en ce moment, même s’il termine son dernier match avec 14pts contre les Rockets, Clarke devient progressivement l’un des leaders défensif du banc des Grizzlies. Avec ses 9 rebonds de moyenne en 3 matchs, en plus de ses 3 contres et 2 interceptions, Clarke possède un QI défensif élevé et une mobilité exemplaire lui permettant de défendre sur plusieurs postes, du 2 au 5 grossièrement. Avec De’anthony Melton et Grayson Allen, Clarke compose l’un des banc les plus excitant et prometteur de la ligue. Ces trois garçons participent à la belle réussite de Memphis en ce moment, comme nous l’expliquions dans le paragraphe sur Ja Morant (#1). Le 5 majeur des Grizz’ tourne très bien offensivement avec plusieurs prestations où quatre joueurs marquent plus de 20 points sur une même rencontre. C’est peut-être ici que l’on trouve la cause de la baisse du volume de tir pris par Clarke. Rien d’alarmant sur son apport offensif. Au contraire, on pourrait même penser que Brandon Clarke est capable de se mettre un peu en arrière lorsque ses coéquipiers sont en forme. Une autre preuve de sa maturité. Et puis tant que l’équipe gagne… Tout va bien.

7- Kendrick Nunn (Miami)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 29,67 min/match // 14,67pts (50% FG dont 3/14 à 3pts) – 1,67reb – 2,67ast

Bilan : 1 victoire – 2 défaites

Après une semaine compliquée où il avait clairement manqué de réussite, Kendrick Nunn corrige un peu le tir au cours de ses trois matchs disputés. Mais voilà, même avec un Nunn adroit, Miami continue de perdre des matchs contre des équipes (normalement) bien inférieures. Ces « anomalies » se répètent de semaine en semaine et peuvent s’expliquer par la target qui s’est installé sur le Heat. Deuxième de l’Est, une énergie folle et une grosse hype : ça suffit largement pour être ciblé par les équipes qui veulent absolument faire tomber la franchise qui déjoue les pronostics. Si la semaine commence très bien pour Kendrick Nunn avec une victoire importante sur les Pacers dans laquelle il inscrit 14pts et rend une évaluation de +11, les deux matchs qui suivent sont loin d’être satisfaisant pour la franchise floridienne et le meneur rookie. Cela commence par une défaite sur le fil contre les Nets, où Kendrick Nunn n’a rien pu faire pour contenir Spencer Dinwiddie (26pts/4reb/14ast). Ensuite, après Washington et Orlando, ce sont les Knicks qui déjouent les pronostics en s’imposant face au Heat. Nunn inscrit 20pts à 60%, mais ne peut rien faire contre la fin de match tonitruante de New-York. Si l’adresse du meneur du Heat semble être revenue, il galère un peu plus avec son tir extérieur. Cette semaine, Nunn shoot à seulement 21% à 3pts. Nunn n’est pas le seul à être en difficulté avec son adresse extérieure, il semble que tout le Heat soit en difficulté dans ce secteur. Nous verrons quelques éléments de réponse en abordant la semaine de Tyler Herro.

8 – Sekou Doumbouya (Detroit)

Stats : 3 matchs (3 titulaires), 28 min/match // 12pts (54% FG dont 5/8 à 3pts) – 4reb – 1ast

Bilan : 0 victoire – 3 défaites

Après une première apparition dans notre Top 10, Sekou Doumbouya perd quelques places cette semaine mais rien d’inquiétant pour notre Français. L’ailier fort titulaire des Pistons paye les difficultés collectives de son équipe qui enchaîne trois défaites cette semaine. Face aux Cavs, le Français ne reste que 20 minutes sur le parquet, handicapé par des fautes prises trop rapidement dans la rencontre. Doumbouya score seulement 8pts mais avec des pourcentages très intéressants, 60% au tir et 2/2 à 3pts. Pour les deux rencontres qui suivent, Sekou Doumbouya prend un peu plus de responsabilités offensives. Dans la défaite des siens contre les Bulls, l’ailier-fort inscrit 12pts et prend 3reb en 29 minutes. Il rend sa meilleure feuille statistiques face aux Pels avec 16pts/8reb à 67% au tir, mais aussi au cours de ce match qu’il affiche sa moins bonne évaluation de la semaine avec un triste -11 en 35min. Si son nombre de rebonds captés est bien moins impressionnant que la semaine dernière c’est en partie à cause des matchs de mammouth de son coéquipier Andre Drummond qui capte notamment 23 rebonds contre les Cavs. Mais avec le changement de politique annoncé du côté de Detroit, les présences de Drummond recule. Contre les Pels, il n’a pas disputé les 20 dernières minutes du match. Et Doumbouya n’a pas profité de son absence pour s’imposer au rebond. Autre point noir pour le rookie français, son nombre de fautes : 4 contre les Cavs, 5 contre les Bulls et 4 contre les Pels. Si son agressivité en défense est à saluer, il devra défendre plus intelligemment pour rester plus longtemps sur le parquet. En revanche son adresse extérieure est une belle satisfaction cette semaine. Avec un jolie 5/8 cumulé, Sekou affiche la meilleure réussite à 3pts chez nos rookies. Même si ses tirs sont souvent pris en spot-up, Sekou sait se rendre disponible dans le corner pour ses coéquipiers. Une stat encourageante pour un joueur dont le tir extérieur était une zone d’ombre. Continue comme ça Sekou, tu progresse à chaque match. Cocorico.

9 – Tyler Herro (Miami)

Stats : 3 matchs (0 titulaire), 26,33 min/match // 11,67pts (43% FG dont 6/17 à 3pts) – 4,67reb – 2,67ast

Bilan : 1 victoire – 2 défaites

Exactement comme Kendrick Nunn, Tyler Herro va un peu mieux mais il est encore loin de son niveau de début de saison. Comme mentionné dans la partie consacrée à Nunn, Miami a triomphé des Pacers avec un Herro en 11/5/3 mais s’est écroulé lors des deux matchs suivant. Dans la défaite contre les Nets, l’ex de Kentucky n’inscrit que 9pts, capte encore 5reb et distribue 4 passes. Pas mal mais insuffisant pour remporter le match. Face aux Knicks, Tyler Herro, faisant encore preuve d’un gros caractère, a essayé de maintenir son équipe en fin de rencontre mais il n’a pu empêcher la défaite des siens. Il termine avec 15 pts à 42% au tir mais rend une évaluation de -14 en seulement 22 minutes. Alors si la réussite peut paraître aléatoire, nous pouvons émettre l’hypothèse que les équipes commencent à bien cerner les forces du Heat. Les Nets comme les Knicks ont focalisé leur défense sur les lignes de passe, notamment entre la raquette et les excellents shooteurs extérieurs de Miami. Que ce soit autour de Bam Adebayo ou après les pénétrations de Jimmy Butler et Nunn, les défenses adverses tentent d’isoler un maximum les « playmakers » du Heat pour éviter de prendre une pluie de 3pts. Plutôt efficace mais avec un Erik Spoelstra on sait que cette impasse stratégique ne durera pas bien longtemps. Come on Tyler, garde ton agressivité et comme dirait David Bowie : You could be HERRO just for one day.

10 – Coby White (Chicago)

Stats : 4 matchs (0 titulaire), 26,5 min/match // 11,75pts (44% FG dont 6/19 à 3pts) – 4,25reb – 2,75ast

Bilan : 1 victoire – 3 défaites

Que ce fût difficile de trouver un nom pour la dixième de notre classement cette semaine… Notre choix s’est porté sur le combo-guard des Bulls même si, une nouvelle fois, sa semaine est décevante. Contrairement aux neuf rookies qui le précèdent, l’influence de Coby White sur le jeu et les résultats de sa franchise est quasiment inexistant, voir pénalisant. C’est un triste constat pour l’ex Tar Heels, mais c’est une vérité qui se confirme de semaine en semaine. Il est loin d’être le seul responsable de la mauvaise saison des Bulls mais on attendait clairement plus de Coby White, surtout après un excellent début de saison. Offensivement, il n’y a pas grand chose à redire sur ses prestations. White brille par son inconstance, mais ce n’est pas le seul rookie dans ce cas. Dans la défaite contre les Pels, Coby White inscrit 10 pts à 5/10 et rend une triste évaluation de -17. Contre Indiana, le combo des Bulls inscrit 23pts à 47% au tir dont 5/9 à 3pts. Excellente prestation mais en apparence seulement puisque son évaluation finale est de -11… Bien évidemment on ne peut pas imputé à White toutes les misères des Bulls. Concrètement seul Thaddeus Young lui vient en aide sur le banc. Et lorsqu’il est aligné avec des titulaires sur le parquet, White semble ne pas trouver sa place. Bref, vous le savez déjà, ça tourne très mal à Chicago et le rookie plonge avec son équipe. Difficile de lui en vouloir dans cette équipe où la hiérarchie fait débat et où les ballons coûtent cher. On connaît son talent et on espère qu’il pourra s’épanouir davantage sur la fin de saison.

OUT cette semaine :

  • PJ Washington (Charlotte – #3) : 7,67 pts – 5,67 reb – 3 ast

Après deux semaines très satisfaisantes en sortie de blessure, PJ Washington a vécu un exercice difficile. Malgré un premier match complet contre les Raptors (12pts/12reb/6ast), PJ s’est éteint lors des deux rencontres suivantes, comme ses Hornets. Face aux Suns et au Jazz, Washington affiche une évaluation moyenne de -18… Compliqué pour l’ailier fort mais on sait qu’il trouvera la force de redresser la barre sans aucun soucis.

  • Michael Porter Jr. (Denver – #6) : 5 pts – 2,33 reb – 0 ast

Retour à l’anonymat pour MPJ. Après deux semaines intéressantes, Michael Porter Jr. a retrouvé le fond du banc de Denver. 12 minutes de moyenne cette semaine, dont un match à seulement 3 minutes dans la défaite contre Cavs. Logiquement, quand lorsque les matchs sont accrochés, Mike Malone ne donne pas beaucoup de temps de jeu à son rookie si prometteur. Normal ou gâchis ? C’est à vous de voir.

Les liens utiles :

Retrouvez les critères utilisés pour réaliser ce classement hebdomadaire en suivant ce lien : https://cafecremesport.com/2019/11/21/rookie-report-1-presentation-et-premier-classement/

Si vous souhaitez consulter le Rookie Report #8 de la semaine précédente, cliquez ici : https://cafecremesport.com/2020/01/09/rookie-report-8-semaine-du-02-au-08-janvier/

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :