Café Crème Sport

3 chefs de meute pour redonner les crocs aux 3 Lions

L’Euro 2020 arrive à grand pas, et avec ça, son lot de sélections sûr-armées pour obtenir le Graal Européen. En Angleterre, 3 meneurs semblent nous rappeler au bon souvenir de 3 légendes des années 2000. (Spoiler: nous ne parlerons pas de Lingard, Barkley ou Rodwell)

James Maddison: ce Diable de petit renard !

Qu’est ce qui explique le retour de Leicester dans le Top 5 Anglais ? L’arrivée de Brendan Rodgers en tant que coach ? La renaissance de Jamie Vardy ? La vente d’Harry Maguire qui a été remplacé par Jonny Evans ? Mouais…. Pourquoi pas… Non, ce qui rend vraiment fou les fans des Foxes, c’est le jeune sophomore James Maddison. Après une première saison très prometteuse dans l’élite (38 matchs, 7 buts, 7 passes dés), l’ancien joueur de Norwich est déjà sur des bases très élevées puisqu’il en est déjà à 9 buts en 25 matchs. Capable de jouer entre les lignes, de frapper de l’extérieur de la surface ou de distribuer dans le jeu ou sur coups de pieds arrêtés, le 10 des Foxes réalise des matchs XXL qui lui ont permis de connaitre sa première sélection contre le Montenegro en Novembre dernier. Et si le natif de Coventry poursuit sur ces bases, cela lui permettra, d’une part, d’envoyer Leicester en coupe Européenne 5 ans après la folle saison du titre (15/16), et d’autres part, d’envoyer un message fort à Gareth Southgate, qui sera obligé de le considérer comme une alternative importante pour son groupe de l’Euro. Une seconde partie de saison pour confirmer et pour attirer un peu plus les convoitises, lui qui est un grand fan de Manchester United et qui a failli y signer cet été suite à une offre des Red Devils de 56 millions + Jesse Lingard.

Fun Fact: Alors qu’il connait sa première convocation avec les Three Lions en Octobre dernier, le jeune renard n’a pas pu participer au match face à la Republique Tchèque. Et pour cause, le joueur était porté malade. Malheureusement pour lui, pendant que ses copains perdaient face aux Tchèque, lui fût photographié à une table de Poker en pleine partie de Texas Hold’Em. Et il n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en 2016, Le jeune James a une altercation à un arrêt de bus de Norwich. La raison ? Le fait qu’un groupe de personnes ne le reconnaissent pas. Il aurait alors déclaré qu’il gagnait 7000 livres par semaine, plus en un mois que ce que ces personnes gagnent en un an, avant qu’un de ses amis ne prenne à parti le groupe physiquement. Déjà une Rockstar…

Mason Mount: Le fils spirituel de Frank Lampard

Est ce que cette période de vache maigre niveau transferts ne serait pas positive du coté de Chelsea ? Pendant que nous découvrions RLC (Ruben Loftus Cheek) et CHO (Calum Hudson Odoi) l’an dernier, MM (je ne parle pas de Marvin Martin) faisait ses gammes en Championship avec Derby County. Un saison qui devait confirmer le bon exercice 2017/2018 passé aux Pays Bas avec le club filiale du Vitesse Arnhem (39 matchs, 13 buts, 10 passes dés). Et pour sa première saison britannique, Il faut dire que Mason Mount fût mis dans les meilleures conditions puisque c’est Frank Lampard himself qui a choisi, pour sa première expérience en tant que coach, de faire du jeune anglais, son meneur de jeu chez les Rams. Accompagné de vieux briscards comme Tom Huddlestone, Joe Ledley ou encore Scott Carson, Mason sera l’une des meilleures armes offensives de Lampard dans une saison qui verra Derby finir 6ème et échouer en finale d’accession face à Aston Villa. Mais, qu’importe. Mission accomplie pour le jeune meneur de la Cobham Academy qui aura démontré qu’il était prêt à briller dans le plus grand championnat au monde. Et comme la saison passée, le maître Frank Lampard s’appuie sur son paddawan pour mener les attaques de Chelsea et pour accompagner un autre jeune blues qui a brillé en Championship: Tammy Abraham. Et merci pour les économies !

Fun Fact: 6 ans et l’âge de la raison. Alors que le jeune Mason vit une vie paisible à Portsmouth, les plus grandes Academy du pays sont déjà sur le dos du jeune garçon. Southampton, Portsmouth et Chelsea souhaitent que la star de la cour de récré débute sa formation dans leur centre. Le choix du petit se porte sur Chelsea, mais son père lui indique qu’hormis John Terry, aucun joueur de l’Academy de Chelsea n’a réussi à s’imposer dans l’équipe première des Blues. Le petit de 6 ans lui a alors répondu qu’il serait le prochain à s’imposer à Chelsea après John Terry. Little Guy, Big Balls…

Jack Grealish: sur ordre des Peaky Blinders

Si il y a bien un footballeur qui a style dans cette ville de Birmingham, c’est bien lui. Si il y a bien un joueur qui, malgré son jeune âge, assume pleinement son rôle de leader malgré le fait qu’il ne soit qu’un cadet, c’est une nouvelle fois lui. Jack Grealish est un vrai enfant de Birmingham qui a quasiment fait toutes ses gammes dans son club d’Aston Villa. Un prêt d’une saison en 2013 à Notts County en League One (3eme division anglaise) et le natif de Solihull n’a plus jamais quitté le 11 des Vilans. Celui qui fit ses débuts avec son équipe à 19 ans est devenu petit à petit un leader offensif polyvalent comme les anglais savent si bien le faire. Aujourd’hui, le milieu de 24 d’Aston Villa pointe à 9 buts et 6 passes en 24 matchs. Des performances qui permettront à Gareth Southgate d’avoir une nouvelle solution (ou un nouveau problème) au moment de choisir ses hommes pour l’Euro. Mais nul doute que Grealish, qui est le milieu anglais le plus décisif de la ligue, fera parti des discussions afin d’honorer ses premières capes sous le maillot des Three Lions. Et malgré des origines Irlandaises par son père, une petite carrière de football gaélique et de nombreuses sélections avec les jeunes irlandais, Jack a déjà opté pour la sélection anglaise, lui qui, malgré toutes ces aventures, se considère plus anglais qu’Irlandais. Un choix fort et un choix assumé pour le « WannaBe Beckham » qui, par ses chaussettes courtes, nous rappelle fortement des joueurs avec une forte identité comme Marek Hamsik ou Francesco Totti. La raison ? « C’est une superstition que j’ai suivie toute ma vie et je compte bien poursuivre ainsi. » Des superstitions qui ont permis à Aston Villa de remporter 10 matchs de suite l’an dernier. 10 matchs ou Jack a joué avec la même paire de crampons qui lui ont porté bonheur à son retour de blessure. De la personnalité, de l’audace et des croyances: un vrai Peaky Blinders.

Fun Fact: 10 Mars 2019, Aston Villa se déplace au St Andrew’s Stadium, fief de Birmingham dans une derby qui sent la poudre. Et après seulement 9 minutes de jeu, un striker coiffé d’une casquette plate attaque le numéro 10 des Villans et lui assène un crochet du droit alors qu’il était de dos. Grealish ne bronche pas, continue son match, et à la 67ème minute, marquera le seul but de la rencontre dans ce derby. « La meilleure réponse, c’est celle du terrain »

Exit mobile version