Etoiles montantes Grand Chelem Tennis Tournoi ATP

ATP Tour : Que s’est-il passé cette semaine ?

En 2020, chaque semaine, le Café Crème Sport fera un tour d’horizon des faits marquants du circuit mondial. Les joueurs majeurs, les contre perfs, les français, les performances de la nouvelle génération, le CCS essaiera d’être le plus complet possible. Cette semaine, les derniers tournois préparatoires pour le premier grand chelem de la saison, les qualifications de Melbourne et des challengers. Avec, notamment, des noms déjà cités la semaine dernière.

Le joueur de la semaine :


Deuxième tournoi de la saison, et deuxième titre pour Andrey Rublev. En balade à Doha, le russe s’est vu un peu plus chahuté cette semaine, mais le résultat final est le même : Un nouveau trophée. Miné par les blessures, les incertitudes, il avait attendu la deuxième parti de la saison passé pour vraiment faire parler de lui. Désormais, il est un nom qui fait peur. Cogneur, il ne laisse jamais son adversaire dicter le jeux, et, lorsqu’il est en confiance comme en ce moment, son jeux tout en puissance a de quoi embêter n’importe qui. Breaké dans la 3ème manche contre Felix Auger Aliassime en demi finale, il a su revenir et s’imposer au forceps. En finale, contre Lloyd Harris, il n’a pas eu a forcer son talent, et a profité pour devenir le premier joueur depuis Dominik Hrbaty en 2004 a remporter 2 trophées sur les 2 premières semaines de compétition. « Dominator » s’était arrêté au 3eme tour à Melbourne. Souhaitons à Andrey Rublev une plus belle performance dans le premier grand chelem de la saison, lui qui aura probablement le belge David Goffin sur sa route dès le 3ème tour.

Les vainqueurs de la semaine :


Cocorico ! Si Rublev a remporté le tournoi d’Adélaïde, non loin de là, à Auckland, c’est Ugo Humbert qui a triomphé. Le gaucher français s’est offert son premier titre sur le grand circuit, devenant le plus jeune français à remporter un titre ATP depuis Gael Monfils il y’a 15 ans. Humbert a sorti une très grosse semaine, s’offrent notamment Denis Shapovalov et John Isner. Contre le géant américain, il a présenté une fiche parfaite de 100% de points gagnés derrière sa première balle, soit un incroyable 38/38. Impérial au service, il lui a suffit d’un mini break dans le jeu décisif du premier set, puis d’un break d’entrée lors de la seconde manche pour s’imposer. En finale, il a tremblé pour conclure contre Benoît Paire mais est passé outre les occasions gâchés pour s’imposer au tie break du 3ème set. Désormais, direction Melbourne où il jouera un premier tour des plus compliqué contre John Millman.

La contre perf’ de la semaine :

A l’instar de la semaine dernière, peu de grosse contre performance cette semaine. Malgré tout, il faut noter le début de saison compliqué de Fabio Fognini. Papa pour la seconde fois en décembre, Monsieur Flavia Pennetta semble ne pas encore avoir totalement la tête au tennis. 13ème mondial, celui qui avait déjà sous performé à l’ATP Cup (1 victoire, 2 défaites) s’avançait en tête de série numéro 1 à Auckland. Mais dès le premier tour, il est tombé sur un os en la personne de Feliciano Lopez. Solide au service au service et létal au retour (6/9 sur balle de break), Deliciano a totalement annihilé un Fabio Fognini qui ne semblait pas dans son assiette. A Melbourne, il aura un match piège d’entrée contre un autre gros serveur, le local Reilly Opelka. Un tirage très compliqué pour un joueur comme Fognini qui a besoin de rythme pour rentrer dans son match. Une autre grosse contre performance a Melbourne est loin d’être à exclure.

Le français de la semaine :
Cette semaine, ce n’est pas un français que nous mettront en valeur, mais le tennis français dans son ensemble. Le ciel est bleu pour les tricolores. Corentin Moutet en finale a Doha, Ugo Humbert titré à Auckland, mais également Benoît Paire, finaliste malheureux dans une finale 100% française. A Melbourne, Quentin Halys et Elliot Benchetrit se sont extirpés des qualifications. Sur le circuit secondaire, Harold Mayot dont nous avions parlé la semaine dernière, s’est offert un quart de finale en challenger, en battant, au passage, son premier top 100 en la personne de Egar Gerasimov avant de tomber contre Steve Johnson, le futur vainqueur. Sur le circuit Future, Jules Marie, brillant il y’a quelques semaines à l’open de Caen, un tournoi exhibition ou il avait battu notamment Pablo Andujar et Benoît Paire, s’est imposé pour son premier tournoi depuis 1 an et demi. Évidemment, aucun français ne remportera l’open d’Australie, et il y’a peu de chance de voir un tricolore faire aussi bien que Lucas Pouille, demi-finaliste l’an dernier. Mais le tennis hexagonal va bien, et les jeunes poussent. De bonne augure pour le future.

Le teenager de la semaine :
Peu de joueur de moins de 20 ans ayant réalisé de grosse performance cette semaine. Outre Harold Mayot, quart de finaliste à Bendigo, c’est un autre joueur né en 2002 qui a fait parler de lui. Vainqueur de l’open d’Australie Junior l’an dernier, Lorenzo Musetti s’était vu attribué une wild card qualification cette saison. Opposé à Amir Weintraub au premier tour, il s’est imposé contre ce joueur qui n’a pas remporté un match pro depuis… 3 ans. Mais au second tour, c’est Marius Copil qui se dressait de l’autre côté du filet. Le Roumain, ancien 56ème mondial, a cédé en 3 manches devant l’ancien numéro 1 mondial junior. Malheureusement, l’histoire s’est arrêté contre Tallon Griekspoor au dernier tour des qualifications. Physique moderne (1m85 pour 75 kilos), casquette à l’envers et revers à une main un peu décousu, l’italien possède des similitudes visuelles avec Denis Shapovalov. Créatif, possédant une très bonne main, il sera un des noms à suivre d’un tennis transalpin en pleine forme, 6 mois après la demi-finale de Matteo Berrettini à l’US Open

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :