Foot Ligue 1

Ligue 1 : AS Monaco et Olympique Lyonnais, deux pour une seule place ?

Conspuée, critiquée, haïe… L’homogénéité de la Ligue 1 Conforama a beaucoup fait parler d’elle, en mal. Trop d’inconstances, pas de concurrence au PSG, des tristes cadors. Oui peut-être, mais si l’on regardait devant ? En se projetant dans le futur, un duel palpitant s’annonce entre Lyonnais et Monégasques. L’OL comme l’ASM a besoin d’une place en Ligue des Champions l’an prochain, et pour cela il faudra vite enchaîner les bonnes performances. Ce duel à distance entre deux des très bons clubs français promet d’être passionnant.

Conspuée, critiquée, haïe… L’homogénéité de la Ligue 1 Conforama a beaucoup fait parler d’elle, en mal. Trop d’inconstances, pas de concurrence au PSG, des tristes cadors. Oui peut-être, mais si l’on regardait devant ? En se projetant dans le futur, un duel palpitant s’annonce entre Lyonnais et Monégasques. L’OL comme l’ASM a besoin d’une place en Ligue des Champions l’an prochain, et pour cela il faudra vite enchaîner les bonnes performances. Ce duel à distance entre deux des très bons clubs français promet d’être passionnant.

Deux premières places inaccessibles ?

Pourquoi l’OL et l’AS Monaco seraient-ils deux pour une seule place ? Mathématiquement, ces deux équipes peuvent encore tout réaliser. Mais partons du principe que le Paris Saint-Germain sera champion de France (quelqu’un en doute-t-il encore?), il ne reste alors que deux places sur le podium, synonymes de qualification en Ligue des Champions. Et l’actuel dauphin du club de la capitale ne semble pas vraiment enclin à laisser son siège. En effet, l’OM d’André Villas-Boas a toute les raisons de croire à cette deuxième place en fin de saison. Le retour de Florian Thauvin, conjugué à l’excellente première phase des Olympiens et au coaching du Portugais font de la deuxième place une utopie pour les malheureux Lyonnais et Monégasques.

Le calendrier aura lui aussi son importance dans cette course au podium. En effet, l’Olympique Lyonnais est encore en lice dans 4 compétitions, ce que ne cesse de répéter Jean-Michel Aulas. Les affrontements de Coupe de France et de Coupe de la Ligue ne sont pas insurmontables pour des Lyonnais qui ne cracheraient pas sur un titre. De plus, la campagne de Ligue des Champions n’est pas encore terminée. Même si les chances de qualification de l’OL face à le Juventus sont minimes, cette double confrontation sera un événement majeur de la saison lyonnaise. Avec quelle dépense d’énergie physique et mentale ?

L’ancien adjoint de Luis Enrique va devoir faire ses preuves sur le Rocher (Photo : Sport Business Mag)

Côté monégasque, la donne est différente. Pas qualifiés en Europe après une saison 2018/2019 galère, l’ASM peut se concentrer sur les compétitions domestiques. L’arrivée de Robert Moreno va peut-être insuffler un air nouveau sur le Rocher. A l’image du premier match du coach espagnol (3-3 au Parc des Princes), l’AS Monaco sera capable d’exploits. Les affrontements face aux adversaires directs seront cruciaux pour les Monégasques. La force de Monaco ? L’attaque.

Des forces offensives indéniables

A Monaco, les attaquants sont pléthore. Ben Yedder, Slimani, Gelson Martins, Keita Baldé, Jovetic… La liste est longue (et le mercato hivernal toujours ouvert). Avec 35 buts marqués, l’AS Monaco est la deuxième meilleure attaque de Ligue 1. Wissam Ben Yedder, meilleur buteur du championnat devant Kylian Mbappé, en est déjà à 14 buts auxquels viennent s’ajouter 4 passes décisives. Si l’AS Monaco est aujourd’hui 9ème de Ligue 1, il le doit en grande partie à son buteur, transfuge du FC Séville. Son association avec Islam Slimani (7 buts et 8 passes dé.) s’est révélée très prolifique lorsque l’ASM était au plus mal, et a permis à Leonardo Jardim de gagner quelques semaines supplémentaires à la tête du club princier. Avec Aleksandr Golovin au poste de numéro 10, les ballons arrivent dans les pieds des attaquants sans trop de problèmes. Récemment, Keita Baldé regagne en régularité, et affiche un état d’esprit rageur qui manquait à l’AS Monaco de Jardim. L’effet Moreno ? Attendons de voir.

L’Olympique Lyonnais est dans une situation presque similaire. Sous la houlette de Sylvinho, les attaquants s’étaient d’abord montrés très prolifiques avant de connaître un terrible trou d’air. Depuis que Rudi Garcia a pris place sur le banc rhodanien, les choses se sont quelque peu remises en place. Moussa Dembélé pèse sur les défenses et porte son total de but à 11, bien aidé en 2019 par Memphis. Avant sa blessure, le néérlandais avait inscrit 9 buts et délivré 2 passes décisives en championnat (en Ligue des Champions, il a aussi été très important). Porté par Jeff Reine-Adélaïde, Martin Terrier, Houssem Aouar et les autres, Lyon a porté son total de but à 31, soit la troisième meilleure attaque française. Mais privés de JRA et Memphis, l’attaque lyonnaise se retrouve amputée de deux éléments créateurs. L’émergence de la pépite Rayan Cherki tend à rassurer les supporters lyonnais, dépités par les performances fluctuantes de Bertrand Traoré et Maxwell Cornet. A voir aussi ce que va pouvoir apporter le nouvel arrivant Karl Toko-Ekambi, prêté avec option d’achat par Villareal. Si l’attaque va plutôt bien à Lyon, ce n’est pas vraiment le cas de la défense.

Face à Toulouse, le 2 novembre 2019, Memphis a porté les Gones (Photo : Mercato 365)

Deux défenses qui posent question

Marcelo, Glik, Andersen, Ballo-Touré, Jemerson, Tété… Partiriez-vous à la guerre si vous étiez couverts par ces joueurs-là ? Pas sur. La palme des passoires revient évidemment aux Monégasques. Avec 33 buts encaissés, Monaco est l’une des pires défenses de Ligue 1, et la charnière Glik-Jemerson n’y est pas pour rien. Les deux défenseurs titulaires lors de la saison du titre monégasque en 2017 ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes. Enchaînant les boulettes et les sautes d’attention, le Brésilien est le pire des deux. Caricatural dans l’agressivité et parfois trop lent, le Polonais tend à se reprendre en main. Côté Lyonnais, Joachim Andersen ne parvient pas à justifier le prix de son transfert aux vues de ses récurrentes erreurs et de ses relances bien en dessous de ce que l’on pouvait attendre de lui.

De plus, la crise entre Marcelo et les Ultras lyonnais n’a pas arrangé la situation. Si les tensions semblent progressivement s’apaiser, il reste tout de même un problème fondamental : la défense de Lyon est poreuse. Avec seulement 5 clean sheet en Ligue 1, le talentueux Anthony Lopes peut s’en prendre à sa défense. Si les dirigeants lyonnais ont annoncé que les profils ciblés au mercato étaient offensifs, il va falloir que l’ensemble de la défense progresse, et vite. Toutefois, Lyon reste une équipe qui encaisse globalement peu de buts, contrairement à Monaco. Si les débuts de Benjamin Lecomte ont été laborieux, l’international français s’habitue petit à petit à l’air monégasque et prend confiance.

Kamil Glik et Jemerson, champions il y a deux ans, et en perdition aujourd’hui (Photo : France Football)

Des concurrents coriaces

Si les deux écuries règlent leurs problèmes défensifs et poursuivent sur leur dynamique offensive, ils se disputeront alors la 3ème place. Et bien pas sûr. En plus de l’OM, deuxième de Ligue 1, d’autres équipes peuvent nourrir des rêves de coupe aux grandes oreilles. Si les Lillois y ont goûté cette saison, nul doute que leur triste 4ème place en phase de poule va les pousser à faire mieux. Les coéquipiers de Jonathan Ikoné sont actuellement 5ème, juste derrière de surprenants Nantais. Solide défensivement, les Canaris de Christian Gourcuff peuvent poser des problèmes à n’importe qui, en témoigne leur 1/16è de finale face à Lyon (perdu 3-4).

Un cran devant, les Rennais rééditent une belle saison. Malgré leur irrégularité, les Bretons ont 4 points d’avance sur leurs voisins de Loire-Atlantique. Capables de battre Parisiens et Lyonnais, la bande de Damien Da Silva et Jérémy Morel, surfe sur leur victoire en Coupe de France l’an dernier. L’explosion d’Eduardo Camavinga est une formidable aubaine pour le Stade Rennais. Toutefois, sur le plateau du Canal Football Club, Olivier Létang tempérait les ambitions rennaises en affirmant que l’Europa League reste l’objectif raisonnable des Bretons.

Il semblerait alors que la troisième place soit un objectif atteignable pour Monégasques et Lyonnais. Mais rien n’est acquis. Dans le sprint final, sera récompensée l’équipe la plus régulière. La défense sera primordiale et la gestion de l’effectif fera la différence. Moreno et Garcia ont de grandes responsabilités, et la clé est peut-être à ce niveau là : l’expérience décriée de Rudi Garcia face à la jeune fraîcheur de Robert Moreno. Faites vos jeux.

Les pronos du CCS

Lyon 3ème & Monaco 4ème

Lyon sera sur le podium : Quentin, Clément, Maxime, Sam

Monaco sera sur le podium : Lucas, Benjamin, Julien

Monaco et Lyon seront sur le podium : Jimmy

Ni Lyon, ni Monaco ne sera sur le podium : Matthieu, Robin, Ulysse

Un doublé et deux passes décisives pour Rayan Cherki face à Nantes en Coupe de France (Photo : Foot Mercato)
  • Jimmy > Lyon 2 et Monaco 3
  • Sam > Lyon 2 et Monaco 4
  • Quentin > Lyon 3 et Monaco 4
  • Clem, Max > Lyon 3 et Monaco 5
  • Matthieu, Robin > Lyon 4 et Monaco 5
  • Ulysse > Lyon 4 et Monaco 6
  • Lucas, Ben > Monaco 3 et Lyon 4
  • Julien > Monaco 3 et Lyon 5

(1 commentaire)

  1. article très pertinent, mais écoute ton père :
    – Marseille n’a pas de banc ! Et rien ne prouve que le retour de Flothauv sera conséquent. Ils vont perdre du terrain, mais ils ont de l’avance et vont continuer à gagner contre les petits.
    – Lille, avec une saison discrète, semble se tenir en embuscade.
    – Donc podium de « Je suis ton père », d’accord avec « je suis ton oncle » : PSG – OM – LOSC
    …et Angers dans le TOP 10 !!!!
    …et blague de tonton : ASSE barragiste

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :