Foot Premier League

Sebastien Haller, déjà comme chez lui en Angleterre ?

Après sa saison tonitruante au sein du magnifique trio offensif de l’Eintracht Frankfort. West Ham n’a pas hésité à poser 40 millions d’euros durant le mercato de l’été 2019 afin de recruter Sebastien Haller. 20 titularisations plus tard, le français s’est déjà imposé comme étant indiscutable. Pourtant, à la mi-saison, les Hammers sont loin de la première partie de tableau. Avec 23 points, leur total est le même que le premier relégable, malgré leur nouvel attaquant. Nous avons donc voulu revenir sur la première partie de saison de l’ancien Auxerrois et nous demander si son intégration dans cette nouvelle ligue est bel et bien une réussite ?

Haller lors de sa deuxième saison avec le FC Utrecht (crédit : Getty Images)

On le sait, la Premier League est un championnat à part où les dimensions physique et athlétique ont une importance particulière. Mais pour sa 8ème saison chez les professionnels, l’ancien international espoir connait son 4ème championnat et semblait prêt à relever le défi. En effet, après des débuts contrastés en ligue 2 à l’AJ Auxerre, Haller explose à Utrecht, aux Pays-Bas. D’abord prêté pour 6 mois, les supporters mettent très peu de temps à l’adopter, jusqu’à faire campagne pour pousser le club à lever son option d’achat (700k €). Une excellente initiative, puisqu’en 2 saisons et demie, le français inscrira 45 buts et délivrera 15 passes décisives en 90 matchs. Ces belles performances lui ouvrent alors la porte de la Bundesliga et de l’Eintracht Franckort. La-bas il va encore passer rapidement les échelons. Après une première saison encourageante où il inscrira 13 buts et donnera 6 passes décisives, il va mettre tout le monde d’accord en 2018-2019. Au sein d’un magnifique trident offensif qu’il compose avec Rebic et Jovic, Haller inscrit 20 buts et fait 12 passes décisives. Tout les feux sont donc au vert pour lui et à l’été 2019, il répond favorablement à l’appel de la Premier League et rejoint West Ham United.

Haller et ses compères du trio offensif de Frankfort (crédit : Jan Huebner)

Taillé pour le défi physique anglais

Pas besoin de chercher très loin pour comprendre pourquoi son profil plait aux anglais. Long de 1.90m et doté d’une carrure imposante, Haller c’est d’abord un grand gabarit qui aime aller au duel. En 6 mois, il n’aura pas tardé à montrer sa puissance. Avec 7.7 duels aériens gagnés par match, il est tout simplement le co-leader de Premier League dans cette catégorie, avec Troy Deeney. De plus, le français travaille aussi en phase défensive. A Frankfort, il était même le meilleur intercepteur de Bundesliga chez les attaquants avec 1.7 interceptions par match. En Angleterre, ce chiffre a baissé (0.8 interceptions), mais cela est surtout dû à son positionnement, plus haut sur le terrain. Il est en effet généralement le seul attaquant de pointe, chargé d’effectuer le premier pressing et ne peut couper les lignes de passes ou presser le receveur comme il le faisait en Allemagne. Ainsi, son profil alliant qualités physiques et mentalité défensive est parfaitement adapté au défi physique anglais.

Haller, auteur d’une retournée victorieuse contre Watford (crédit : Premier League)

Dans ses temps de passage au niveau statistique

Si on s’en tient aux chiffres, Haller sous performe légèrement sur ces 6 premiers mois mais reste dans les même temps de passage que lors de ses débuts Bundesliga. Avec 6 buts, il est légèrement en dessous de ses expected goals (6.95 xg). En terme d’assists, c’est beaucoup moins bien de ce qu’il faisait à Frankfort. En délivrant une seule passe décisive en Angleterre, il est loin de son total de 12 de 2018-2019. Mais cela est dû à son nouveau rôle. L’année dernière, il faisait partie d’un trio offensif incroyable où Jovic étirait les défense avec des appels en profondeurs quand Haller opérait plus entre les lignes et dans le demi espace droit. Cette année, il est presque tout le temps utilisé seul en attaque avec beaucoup de coéquipiers aux profils différents (Anderson, Fornals, Lanzini, Antonio, Snodgrass). Ainsi, le français doit s’adapter à ce nouveau rôle où c’est lui qui est chargé d’occuper les centraux et créer des espaces pour ses partenaires. Mais malgré le niveau médiocre de son équipe et ses nouvelles tâches, Haller reste dans la lignée de ce qu’il avait montré à ses débuts allemands (6 buts et 2 assists). Statistiquement, il est même impliqué dans un quart des 26 buts de son équipe pour laquelle il est déjà précieux.

Ainsi, malgré une première partie de saison catastrophique collectivement et un nouveau rôle, le français a déjà convaincu en Angleterre. Si la situation de son équipe parvient à s’améliorer, il est fort possible que ses statistiques gonflent et que sa visibilité grimpe en flèche. Si tel est le cas, il serait tout à fait envisageable pour lui de penser à l’équipe de France et l’Euro 2020. En effet, si Giroud ne parvient pas à obtenir d’avantage de temps de jeu, ou pire, s’il se blesse, Haller pourrait faire partie des prétendants au poste. Avec Moussa Dembélé, ils semblent être les seuls attaquants à avoir un profil assez similaire à l’ancien Montpelliérain. Ainsi, si Deschamps continue à ne pas vouloir déroger à son idée de jeu, comme il l’a montré depuis la coupe du monde, il est possible d’imaginer qu’Haller fasse partie des discussions quant à l’obtention d’une place pour l’Euro 2020. Il sera donc très intéressant de suivre l’évolution de ce bonhomme, dans un royaume où il s’est déjà bien intégré.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :