NHL

NHL – Trophée Calder : qui sera la recrue de l’année ?

Chaque année le Trophée Calder suscite beaucoup d’excitation chez les observateurs et les admirateurs de la NHL. Avoir toujours un œil sur le futur, tel est le slogan de ceux qui se projettent pour anticiper et découvrir les stars du hockey de demain. La saison 2019-2020 a mis en lumière un grand nombre de talents qui feront probablement les beaux jours de la NHL dans les années à venir. Entre confirmation, surprise et déception, le CCS vous propose un rapide tour d’horizon des candidats pour le Trophée Calder 2020.

Particularités et explications du système de recrues en NHL

L’utilisation des recrues, ou rookie en anglais, diffèrent énormément par rapport aux autres grands championnats nord-américains. Le système des « clubs-écoles », c’est-à-dire les équipes affiliées aux franchises de NHL, est beaucoup plus exploité qu’en NFL ou en NBA. En effet, en fonction des attentes et des objectifs (ou tout simplement du niveau de maturité du jeune hockeyeur), chaque franchise décide d’utiliser ses recrues directement après leur repêchage ou préfèrent attendre qu’elles se développent dans des ligues mineures comme la LAH ou l’ECHL. De même le réseaux de recrutement en NHL est beaucoup plus internationalisé qu’en NBA et surtout qu’en NFL. Des pays comme la Suède, la Finlande ou évidemment la Russie possèdent de formidable réserves de talents et ont les infrastructures nécessaires pour pouvoir les développer sur leurs sols. Ce constat explique que les recrues internationales s’épanouissent davantage au sortir du repêchage. Ainsi, il n’est pas rare de voir exploser des joueurs en NHL qui se sont fait repêcher quelques années avant et qui ont travailler leur jeu dans ces ligues de développement.
Ce paragraphe nous a semblé nécessaire pour les amateurs de NBA ou de NFL, habitués à voir les premiers choix de Draft exploser les compteurs dès leurs arrivées dans ces Ligues.

Voici donc les trois critères pour être éligible au Trophée Calder, récompensent la meilleure recrue de NHL :

  • Être âgé de moins de 26 ans le 15 septembre de l’année du début de la saison de NHL.
  • Ne pas avoir joué plus de 25 matchs lors d’une précédente saison.
  • Ne pas avoir joué plus de 6 matchs lors de chacune des deux précédentes saisons dans toute ligue professionnelle importante.

Trophée Calder 2020 : la défense au pouvoir !
LES FAVORIS

Cale Makar (Défenseur – Colorado)

Source : ESPN

Informations

Âge : 21 ans
Sélection : 4ème choix du repêchage 2017 (Colorado Avalanche)

Statistiques* saison 2019-2020

Matchs joués : 45
Buts : 12 / Assistances : 29 / Points : 41

*statistiques arrêtées au 09 février 2020

Cale Makar, le défenseur moderne par excellence

Son nom s’élève au-dessus de la concurrence dans la course au Trophée Calder. Cale Makar domine de la tête et des épaules les autres recrues de NHL cette saison. Appelé au dernier moment par Jared Bednar pour disputer les séries éliminatoires 2019, le défenseur natif de Calgary avait déjà montré un jeu intriguant et enthousiasmant pour les partisans de l’Avalanche. Makar avait disputé 10 rencontres pour une récolte de 6 points (1 but et 5 aides). Même si ses prestations furent prometteuses, peu d’analystes l’attendaient dans la course au trophée de la meilleure recrue.
Et pourtant. Cale Makar a explosé cette saison et demeure l’un des grands artisans de la réussite de l’Avalanche du Colorado cette saison. Le Canadien montre une incroyable maturité notamment en territoire offensif où il est l’un des principaux fer de lance d’une des meilleures attaques de NHL. Au revoir les défenseurs massifs et brutaux, bonjour les jeunes défenseurs habiles sur des patins et avec la rondelle. Oui, c’est principalement dans ces deux secteurs que brillent le jeune Makar, comme son concurrent Quinn Hughes. Sa production offensive est impressionnante (12 buts/29 aides/41 points) surtout dans une équipe en course pour les Séries. Sur les 5 dernières parties de l’Avalanche, la recrue compile 6 points pour un dossier de 4-1-0. Avec plus de 20 minutes de temps passé sur la glace cette saison, Cale Makar est une pièce essentielle pour Colorado. Très propre dans le jeu, il possède un pourcentage de réussite au tir de 13%, une qualité de tir et de passe longue impressionnante et seulement 6 petites minutes de pénalité. Si cette dernière statistiques est tout à son honneur, elle révèle également le seul défaut constaté chez Makar pour l’instant, et qui semble logique pour une recrue, c’est qu’il reste assez tendre dans son jeu. Mais avec ses 29 revirements provoqués cette saison, on voit bien que Makar est plutôt efficace avec son bâton même si cela reste un secteur à améliorer pour lui.
Comparé à Kris Letang ou à Erik Karlsson (personnellement je le trouve plus proche d’un Roman Josi, du moins offensivement), Makar est la sensation de cette année et semble être promis à un grand avenir. En novembre, il est élu « recrue du mois » et devient le cinquième défenseur de première année dans l’histoire de la NHL à inscrire 7 buts ou plus lors d’un même mois. Makar est aussi devenu la première recrue défensive à enregistrer au moins 16 points dans le même mois depuis Alexei Zhitnik en mars 1993.
Malgré sa blessure en décembre, personne ne semble en mesure de contester Cale Makar pour le Trophée Calder 2020. A moins qu’un autre défenseur finisse la saison en boulet de canon…

Quinn Hughes (Défenseur – Vancouver)

Source : LNH.com

Informations

Âge : 20 ans
Sélection : 7ème choix du repêchage 2018 (Vancouver Canucks)

Statistiques* saison 2019-2020

Matchs joués : 55
Buts : 8 / Assistances : 33 / Points : 41

*statistiques arrêtées au 09 février 2020

Quinn Hughes, le grand frère qui impressionne

S’il y en bien un qui peut rivaliser avec Cale Makar, c’est lui : Quinn Hughes. Sélectionné en septième position par les Canucks lors du repêchage de 2017, il est le grand frère du choix numéro 1 de la dernière draft, le centre des Devils, Jack Hughes. Si son petit frère était vu comme l’un des principaux candidats pour le Trophée Calder en début de saison, comme Makar, peu d’analystes avaient vu venir l’éclosion du défenseur de Vancouver. La saison dernière, Hughes n’avait disputé que 5 petites rencontres (3 assistances) avec les Canucks, lui permettant d’être éligible au titre de meilleure recrue de l’exercice 2019-2020.
Comme son concurrent direct, Quinn Hughes fait partie de ces nouveaux défenseurs véloces, maîtrisant parfaitement la rondelle et démontrant une grande habilité sur les patins. Tout comme Makar, Hughes montre une belle présence en zone offensive, et est l’un des grands artisans de l’excellente saison des Canucks de Vancouver. Beaucoup de similitudes avec Cale Makar, vous l’aurez compris, comme son nombre de point cette saison : 41 unités, 8 buts et 33 aides. Une comparaison à relativiser puisque le défenseur des Canucks a disputé 10 rencontres de plus que Cale Makar. Maintenant que nous avons vu en surface que le style de ces deux joueurs et leurs apports offensifs sont similaires, voyons ce qui différencie l’un de l’autre. Si Makar se montre efficace sur les attaques placées à égalité numérique, Hugues brille lors des avantages numérique de son équipe. Il a inscrit 19 de ses 41 points lorsque les Canucks étaient en supériorité. Logique lorsque l’on regarde le gabarie du jeune défenseur : 1m78 pour 77 kg. Lors des avantages numériques, Hughes fait parler sa vitesse et ses qualités de passeur pour exploiter les espaces. C’est probablement le secteur de jeu dans lequel il fourni les meilleures performances. Mais voilà, ce même gabarie affecte son jeu dans d’autres secteurs, notamment défensifs. Sur ses 55 matchs disputés, Quinn Hughes n’a réalisé que 6 mises en échec. Il est clair que son manque agressivité sera à travailler, tout comme ses prises de risque avec la rondelle, lui qui accuse 52 revirements cette saison. Contrairement à Cale Makar qui fourni une production défensive plus qu’honnête en plus de son apport offensif, Hughes peine un peu derrière sa ligne bleue. L’illustration parfaite de ce constat réside dans cette statistique : Cale Makar affiche une évaluation de +9 alors que Hughes est à -5.
Quinn Hughes est sans conteste un excellent défenseur en devenir. Certes, des interrogations sur certains aspects, notamment son plafond défensif mais on peut espérer qu’une campagne de séries éliminatoires puisse le renforcer mentalement et physiquement. Les Canucks ont déniché une pépite qui pourrait bien représenté l’avenir de la franchise aux côtés d’Elias Pettersson, vainqueur du dernier trophée. Pour autant, sauf une fin de saison incroyable et une baisse de régime de la part de Makar, il sera difficile pour Quinn Hughes d’aller chercher le Trophée Calder.

Trophée Calder 2020 : LES SURPRISES

Victor Olofsson (Ailier-Gauche – Buffalo)

Source : Die by the Blade

Informations

Âge : 24 ans
Sélection : 181ème choix du repêchage 2014 (Buffalo Sabres)

Statistiques* saison 2019-2020

Matchs joués : 42
Buts : 16 / Assistances : 19 / Points : 35

*statistiques arrêtées au 09 février 2020

Difficile de ne pas mentionner celui qui fût élu « recrue du mois » en octobre dernier. Victor Olofsson, ailier gauche suédois de 24 ans, a réalisé un excellent début de saison avec les Sabres de Buffalo. Malheureusement pour lui, une blessure au bas du corps le 2 janvier le tient écarté de la glace. Même si Olofsson devrait revenir à la compétition la semaine prochaine, il sera difficile de savoir si, à 100% de sa santé, il était un prétendant sérieux au Trophée Calder. Victor Olofsson a largement contribué à l’excellent début de saison des Sabres amassant 35 points en 42 matchs. Et même, en ayant manqué une dizaine de match, le Suédois demeure le 3ème meilleur marqueur de Buffalo. Evidemment, sa production offensive est gonflée par l’excellente saison de son coéquipier Jack Eichel, mais cela n’enlève rien à ses belles prestations. S’appuyant sur une jolie pointe de vitesse et une bonne vision du jeu et des espaces, Olofsson excelle sur les jeux de puissance : il a inscrit 14 de 35 points en avantage numérique. Nous sommes impatients de voir son retour à la compétition et peut-être même de le voir briller lors des séries éliminatoires si les Sabres parviennent à se hisser à ce niveau.

Dominik Kubalik (Ailier-Gauche – Chicago)

Source : The globe and mail

Informations

Âge : 24 ans
Sélection : 191ème choix du repêchage 2013 (Los Angeles Kings)

Statistiques* saison 2019-2020

Matchs joués : 52
Buts : 21 / Assistances : 11 / Points : 32

*statistiques arrêtées au 09 février 2020

Lorsque l’on parle d’attaquant qui marque la saison en cours chez les recrues, il faut immédiatement penser à l’ailier-gauche tchèque des Blackhawks : Dominik Kubalik. Tout récemment élu « recrue du mois » de janvier, Kubalik est le meilleur buteur chez les recrues cette saison, lui qui a touché les filets 21 fois. Au cours de ce mois, la recrue de Chicago à inscrit 10 buts, témoignant de son réel talent d’attaquant. Si la force d’Olofsson s’illustre pendant les jeux de puissance, celle de Dominik Kubalik réside dans son excellente connexion œil/poignet lui permettant d’être très adroit au tir : il converti 17,9% de ses tentatives. Impressionnant pour une recrue. Il faudra surveiller sa fin de saison, car si Kubalik conserve ce rythme et permet aussi à Chicago d’atteindre les Séries, il reviendra sérieusement dans la course au Calder.

Elvis Merzlikins (Gardien – Columbus)

Source : Jackets canon

Informations

Âge : 25 ans
Sélection : 76ème choix du repêchage 2014 (Blue Jackets Columbus)

Statistiques* saison 2019-2020

Matchs joués : 25 (23 amorcés)
Bilan : 12-7-0 (5 blanchissages)
% de sauvetage : .930 – Moyenne de buts alloués : 2,19

*statistiques arrêtées au 09 février 2020

Comme sa franchise, Elvis Merzlikins est la sensation de la saison. Personne ne voyait les Blue Jackets dans la course aux Séries surtout avec le départ Sergei Bobrovsky. Après avoir soulevé des inquiétudes en début de saison, Joonas Korpisalo a assuré devant les filets de Columbus. Mais voilà, le 29 décembre le gardien finlandais se blesse et les partisans comme le staff des Blue Jackets se retrouvaient dans le flou le plus total. Lorsque soudain, surgit de la lumière, Elvis Merzlikins. Depuis le 31 décembre, il affiche un dossier incroyable de 12-3-0 et 5 blanchissages, il est le leader de la ligue dans ce secteur. De même, avec 93% de sauvetages, il est en tête de la NHL parmi les gardiens. En plus, son personnage excentrique a rapidement séduit le public de Columbus. Mais voilà, le début de saison de Merzlikins fût très difficile en seconde option et il semble que ces performances l’handicape dans la course au Trophée Calder.

Le Trophée Calder 2020 du CCS :
CALE MAKAR

Cale Makar est sans contestation le grand favoris pour le Calder cette année et il sera difficile pour les autres de venir le contester. Si Hughes réalise une superbe saison offensivement, il se peut que son manque d’influence derrière la ligne bleue lui coûte chère. Personnellement, seul Dominik Kubalik pourrait venir titiller Makar pour le Calder. Mais cela reste très hypothétique.

Ce tour d’horizon des recrues de la saison 2019-2020 en NHL nous permet de mettre en évidence de véritable pépites et des visages qui feront l’avenir de la Ligue. Mention honorable à la recrue du CH, Nick Susuki qui réalise une belle saison avec Montréal mais semble avoir émerger un peu trop tard pour entrer dans la course. On attend qu’il confirme et qu’il contribue à la réussite des Habs. De même, vous pouvez vous demander où sont passées les recrues du repêchage 2020 ? Et bien, le duel tant attendu entre Jack Hughes et Kaapo Kakko peine à satisfaire nos attentes. Le premier réalise une saison intéressante mais les galères de sa franchises obscurcissent ses prestations. De son côté, phénomène finlandais n’a encore réussi à impressionner la Ligue comme ses performances chez les juniors auraient pu nous le faire croire. Mais leurs carrières ne font que débuter et on leur souhaite de se révéler rapidement. On ne les quitte pas des yeux.

Avec cette analyse globale sur les recrues de NHL, nous constatons surtout l’émergence d’une jeune classe de défenseur très performant devant le ligne bleue. De jeunes joueurs qui contribuent grandement à la réussite de leurs franchises et qui annoncent encore de beaux jours pour la Ligue Nord-Américaine de Hockey. Et vous, voyez-vous quelqu’un capable de prendre le Calder au nez de Cale Makar ?

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :