A l'affiche

ATP Tour : Que s’est-il passé cette semaine ?

En 2020, chaque semaine, le Café Crème Sport fera un tour d’horizon des faits marquants du circuit mondial. Les joueurs majeurs, les contre perfs, les français, les performances de la nouvelle génération, le CCS essaiera d’être le plus complet possible. Cette semaine, c’est le retour des tournois 250, ainsi que le début de la saison sur terre battue, en Amérique du sud. En février, on joue sur tout les continents, sur toutes les surfaces. Avec le repos des meilleurs joueurs de la planète, c’est l’occasion pour les seconds couteaux de briller. Et certain on parfaitement saisi l’occasion.

Le joueur de la semaine :

3 tournois cette semaine, ce qui offre 3 candidats pour le titre de joueur de la semaine. Notre choix s’est porté sur Jiri Vesely. Miné par des blessures et une inconstance chronique, le tchèque ne sera jamais le joueur qu’il aurait pu ( qu’il aurait du) être. Mais, cette semaine, il est allé chercher le 2ème titre de sa carrière sur le grand circuit, 5 ans après le premier à Auckland. Dans un tournoi de Pune certes très faible (un seul joueur du top 70) il aura fait preuve de combativité pour remporter la mise, sauvant des balles de matchs contre Ilya Ivashka en quart de finale et Ricardas Berankis en demi finale. Le gaucher, ancien numéro 1 mondial junior et possédant un incroyable talent, retrouvera le top 100 mondial. Capable de jouer un tennis d’un niveau ahurissant, il avait notamment battu Novak Djokovic à Monte Carlo en 2016, quelques semaines avant le titre de ce dernier à Roland Garros, ou encore atteint les 8ème de finale à Wimbledon quelques semaines plus tard, il n’a jamais réussi à trouver la constance qui l’aurait logiquement emmené solidement installé dans le top 50, voir mieux. Son gros service et ses frappes sourdes le rendent potentiellement dangereux pour tout le monde, mais, à l’inverse, le rendent vulnérable à beaucoup de mondes. Souhaitons que la saison 2020 soit celle du renouveau pour Vesely, lui qui n’a encore que 26 ans.

Les autres vainqueurs de tournois :

Les tournois en Argentine et au Brésil lors de ce mois de Février sont toujours des vrais combats. Chaleur, humidité, avec, comme force en présence, que des purs terriens jouant une grosse partie de leur saison à ce moment là. Christian Garin est sorti vainqueur du round numéro 1. A Cordoba, le discret chilien a réalisé une semaine de haute volée, la finissant par un 6-0 infligé à la tête de série numéro 1, Diego Schwartzman. Sur ses 3 derniers tours, le chilien a passé 6 heures sur le cours, jouant 6 sets. Véritable combattant, il se rapproche doucement mais sûrement du top 20 mondial (26ème). A 23 ans, il vient d’empocher son 3eme titre en moins d’un an. Ancien vainqueur de Roland Garros junior, en 2013 contre un certain Alexander Zverev, lauréat de son premier match sur le grand circuit à 16 ans, la confirmation est enfin là pour celui qui doit rêver de suivre le chemin de Marcelo Rios, le seul chilien numéro 1 de l’histoire du tennis. C’est en Grand Chelem qui devra désormais élever le niveau, lui qui n’a remporté que 2 matchs en 7 participations en Majeur.

La contre perf’ de la semaine :

Un tournoi sans star, en Inde, après l’Open d’Australie. Tout cela placé plus ou moins au milieu de vacances. Tête de série numéro 1 à Pune, Benoît Paire avait fait le choix assez surprenant de venir en Asie, avec des points d’une demi finale a défendre. Tout cela ressemblait à une fausse bonne idée. Opposé d’entrée au qualifié Roberto Marcora, 174ème mondial, l’avignonnais à totalement perdu pieds, se frustrant, et livrant une performance indigne d’un top 20 mondial. Battu en 2 sets, il a manqué une occasion en or d’aller remporter un nouveau trophée, laissant le chemin libre et le titre à un joueur hors top 100. Avec seulement 46% de première balle passé, et un seul break converti sur 8 chances, le français s’est totalement sabordé. Cette semaine, il est de retour en Europe et en Indoor, du côté de Rotterdam.

Le français de la semaine :

Comme la saison passé, Gael Monfils s’est offert un titre lors des 2 premiers mois de la saison. Titré à Rotterdam il y’a 1 an, c’est à Marseille que le meilleur joueur français actuel est allé soulever son 9ème titre. Dans la cité phocéenne, « LaMonf » aura justifié son statut de tête de série numéro 1. Si son premier tour fut compliqué (breaké dans le 3ème par Adrien Mannarino), Il a ensuite enchaîné 3 victoires convaincantes, notamment en finale contre Vasek Pospisil. Toujours dangereux en Indoor avec sa capacité d’accélérer n’importe quel balle, il jouera gros au Pays Bas, puisqu’il y défendra donc son titre et les 500 points qui vont avec. Dans un tournoi très relevé, avec notamment Daniil Medvedev, il sera compliqué de faire aussi bien qu’en 2019. Mais, 7ème à la race, le français réalise un début de saison dans la lignée de l’année dernière. Un point positif pour le tennis tricolore.

Le teenager de la semaine :

Craquer le top 100 mondial est toujours un grand moment. L’assurance de jouer les Grand Chelem, et d’obtenir le prize money qui va avec. Un changement de catégorie. A 20 ans, Emil Ruusuvuori n’y ai pas encore tout à fait, mais une première victoire sur le grand circuit lui a entrouvert la porte. Cette semaine, le voilà 101ème mondial. Habitué des challengers et des futures, le finlandais aura gagné 500 places en 1 an, et 200 depuis Septembre. Une ascension fulgurante que l’on ne voyait pas particulièrement venir. Grand (1m89), rapide, contreur, possédant un revers à 2 mains et un coup droit puissant, Ruusuvuori coche toutes les cases du joueurs modernes, mais il ne possède pas encore des qualités qui feront de lui un joueur spécial. Et pourtant, il enchaîne les succès. Si il n’a pas, en revanche, franchi les qualifications à Rotterdam, il peut espérer une éventuel place de lucky looser du côté des Pays Bas. Désormais, le plus dur arrive : franchir la dernière barrière puis, une fois dans le top 100 ATP, réussir à s’y maintenir.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :