Cyclisme Omnisport Portraits du CCS

Richie Porte : la dernière chance ?

Après le basque Mikel Landa, focus cette semaine sur l’Australien Richie Porte. Grand espoir, équipier modèle et sacré poissard, le coureur de 35 ans revient cette saison 2020 avec un esprit revanchard. Vainqueur du Tour Down Under sur ses terres natales, il compte bien montrer toute sa splendeur en cette année olympique.

D’espoir à super équipier

Richie Porte est arrivé sur le tard au cyclisme sur route. Commençant par le triathlon, c’est à 21 ans qu’il se spécialise dans cette discipline. Il rejoint très vite en 2008 l’équipe professionnel Australienne Praties afin d’y faire ses dents. Dès 2010, le jeune Richie est repéré par la formation de Bjarne Riis, la Saxo bank, équipe phare du peloton comptant notamment les frères Schleck dans ses rangs.

Alors qu’Andy cherche enfin à gagner le Tour de France qu’il convoite tant, Porte saisie une belle opportunité en jouant sa carte personnelle sur le Giro. Après avoir gagné un contre-la-montre de 22km lors du Tour de Romandie et signé sa première victoire professionnelle, le jeune Australien s’aligne donc à 25 ans sur sa première course de 3 semaines. Lors d’une 11e étape, profitant d’une échappée consistante, il endosse le maillot rose durant 3 jours et finira finalement à une jolie 7e place, décrochant le maillot de meilleur jeune. Prometteur pour la suite.

En 2011 et avec l’arrivée de la légende Alberto Contador dans la formation danoise, il joue les équipiers de luxe en emmenant le madrilène vers un nouveau grand tour, le Giro, qui lui sera retiré quelques mois plus tard dès suite de son contrôle antidopage positif survenu lors du Tour de France 2010.

Pour la saison 2012, il signe chez l’ambitieuse Sky, formation britannique ayant pour but de gagner le Tour de France après avoir réalisé une excellente Vuelta en plaçant 2 coureurs sur le podium (Froome et Wiggins). Il se mue une nouvelle fois en équipier de luxe en aidant Bradley Wiggins à gagner diverses courses par étapes (Paris-Nice, Tour de Romandie, Critérium du Dauphiné). Il permet à ce dernier de gagner son premier grand tour (le Tour de France 2012). Porte se charge ensuite d’épauler l’étoile montante Christopher Froome en l’accompagnant durant ses 2 succès sur le Tour de France en 2013 et 2015. Durant ces 4 ans passées chez la nouvelle superpuissance du peloton, il se forge un certain palmarès en remportant 2 fois Paris-Nice (2013, 2015) et le Tour de Catalogne (2015).

Christopher Froome et Richie Porte durant la fin de la 18e étape du Tour de France 2013. (Photo : Bryan Lennon/ Images Europe).

L’émancipation et la malchance

En 2016, Richie Porte signe chez la formation américaine BMC racing. Après avoir démontré ces dernières années de très grandes capacités en haute altitude et des qualités de rouleur, Richie Porte semble avoir le profil pour être en mesure de gagner une course de trois semaines, chez une formation qui n’a connu que deux podiums sur un grand tour (avec la victoire de Cadel Evans sur le Tour de France 2011 et sa troisième place en 2013 sur le Giro) depuis sa création en 2010. Dès sa première grande boucle en tant que leader, Porte finit à une belle 5e place, dans un tour surdominé par Christopher Froome. Durant 3 saisons, le natif de Launceston continue d’empocher de belles victoires sur des courses à étapes, notamment sur les montagneux Tour de Romandie 2017 et Tour de Suisse 2018, sans pour autant confirmer sur le Tour. La faute a beaucoup de malchance. En 2017, il chute lors de la 9e étape dans la descente du Mont du Chat et abandonne, au même titre que le Gallois Geraint Thomas (alors deuxième du général). L’année suivante, rebelote avec un abandon sur les pavés de l’étape Citadelle d’Arras – Roubaix, encore une fois durant une 9e étape.

Richie Porte vainqueur du Tour de Suisse 2018 devant Jacob Fuglsang et Nairo Quintana. (Photo : Sirotti)

Nouvelle année, nouvelles ambitions?

Après une première saison décevante chez sa nouvelle équipe Trek en 2019, avec notamment une petite 11e place durant la grande boucle, Porte retrouve le sourire en ce début 2020. Avec une belle victoire au classement général du Tour Down Under, la première course à étapes WorldTour de la saison, Porte montre qu’il a encore faim de victoire. Avec comme point d’orgue les jeux olympiques de Tokyo, comprenant un parcours fait pour ses qualités, Richie Porte s’élancera sur Paris-Nice, le Tour de Romandie et le Critérium du Dauphiné (des courses qu’il se sait capable de gagner) en ayant comme objectif principal le Tour de France. Malgré son immense talent, Richie Porte n’a réalisé qu’un seul top 5 en grand tour durant sa carrière (sur le Tour 2016).  Alors que la grande star de l’équipe l’italien Vincenzo Nibali se concentrera sur son tour national, il sera la carte maitresse de la Trek sur la Grande Boucle et espère bien éclabousser de son talent une course qui l’a rendu si malheureux ces dernières années. Aujourd’hui, avec son âge avancé et une concurrence de plus en plus rude avec l’arrivée de jeunes pépites (Bernal, Pogacar), c’est peut être son ultime chance de briller sur la plus grande des courses cyclistes.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :