Bundesliga Foot La Liga Santander Ligue 1 Premier League Sélections nationales

Équipe de France : la charnière centrale a de l’avenir

L’Euro 2020 arrive à grands pas, tout comme les Jeux Olympiques de Tokyo. Pour ces deux compétitions, la France aura de grandes ambitions, et pourra compter dans ses rangs de très bons défenseurs. Les différents entraîneurs des équipes nationales tricolores auront un choix royal devant eux pour composer leurs lignes défensives. D’un côté, il y a les installés ; de l’autre, il y a les jeunes premiers, les surprises, les promesses. Alors comment juger les défenseurs centraux français, d’aujourd’hui comme de demain ?

L’Euro 2020 arrive à grands pas, tout comme les Jeux Olympiques de Tokyo. Pour ces deux compétitions, la France aura de grandes ambitions, et pourra compter dans ses rangs de très bons défenseurs. Les différents entraîneurs des équipes nationales tricolores auront un choix royal devant eux pour composer leurs lignes défensives. D’un côté, il y a les installés ; de l’autre, il y a les jeunes premiers, les surprises, les promesses. Alors comment juger les défenseurs centraux français, d’aujourd’hui comme de demain ?

(Photo : Foot Mercato)

Des titulaires (quasi)indiscutables

Si les bons défenseurs centraux sont pléthore en France, il existe tout de même une hiérarchie bien établie. Tout en haut de cette hiérarchie il y a évidemment Raphaël Varane (26 ans), le petit protégé de Zinédine Zidane. Titulaire indiscutable au Real Madrid, Varane l’est aussi en Équipe de France, puisque Didier Deschamps lui octroie le brassard à chaque absence d’Hugo Lloris. Celui qui a été formé à Lens possède des qualités indéniables : vitesse, puissance physique, relance… Il a toute la palette du défenseur central moderne. D’abord élève de Sergio Ramos, il est peu à peu en train de dépasser son mentor pour devenir la tour de contrôle des Merengue.

Il y a deux ans, Samuel Umtiti (26 ans) accompagnait Raphaël Varane. Quasi-indiscutable, Umtiti l’était. Mais il ne l’est plus aujourd’hui. Miné par les blessures, l’ex-Lyonnais a vu Clément Lenglet (24 ans) lui prendre sa place à Barcelone et en Équipe de France. Les deux défenseurs ont des qualités communes : solidité, force physique, endurance. Purs défenseurs, ils ont pour rôle de permettre à Gérard Piqué quelques folies offensives. Leur capacité à marquer sur coup de pied arrêté joue en leur faveur, tout comme leur expérience du très haut niveau. A priori, Umtiti et Lenglet se disputent une place de titulaire à l’Euro. Avantage Lenglet sur les derniers mois.

La charnière championne du monde sera-t-elle reconduite à l’Euro? (Photo : France Football)

Si Samuel Umtiti n’a aucune garantie de participer au prochain Euro en raison de sa forme toute relative, il en est de même pour Presnel Kimpembe (24 ans)! Le Parisien profite des blessures des titulaires brésiliens du club de la capitale pour se montrer un peu. Quelques errements, des erreurs flagrantes, mais une force physique toujours bel et bien présente. Kimpembe est égal à lui-même. Dans la hiérarchie, il semble tout de même un cran derrière ses camarades cités précédemment. Même si son rôle d’« ambianceur » est reconnu de tous, ses performances sont discutables. Axial gauche, Kimpembe doit donc compter sur l’absence de Lenglet ou Umtiti pour se faire une place dans l’effectif bleu.

Le dernier poste à pourvoir est celui de doublure de Raphaël Varane. Le vice-capitaine des Bleus évolue au poste de défenseur central droit. Pour le suppléer, Didier Deschamps pourrait faire appel à Kurt Zouma (25 ans) qui connaît bien le groupe France malgré son faible nombre de sélections. L’ancien stéphanois, aujourd’hui à Chelsea est apprécié par DD. Les occasions de le voir briller son peu nombreuses en sélection, mais son profil athlétique et puissant lui garantit d’être dans la pré-liste des sélectionneurs. Sera-t-il appelé ? Ou est-ce qu’un autre lui sera préféré ?

Les alternatives à droite

C’est désormais une règle d’or : Didier Deschamps aime avoir à se disposition deux défenseurs droitiers, et deux défenseurs gauchers. Dans l’hypothèse où les deux postes de défenseur central gauche sont pris par Lenglet et Umtiti/Kimpembe, il reste une place derrière Varane. Kurt Zouma est sur le coup, mais il n’est pas seul. En effet, les sélections de jeunes comptent énormément de défenseurs centraux droitiers talentueux. Le premier de cette liste est Dayot Upamecano (21 ans). Régulièrement cité comme le grand espoir français à ce poste, le joueur du RB Leipzig s’impose peu à peu. A seulement 21 ans, il est titulaire dans un club prétendant au titre en Bundesliga. Sa puissance physique est son meilleur atout, mais il est également rapide et technique.

Dans le futur, ses coéquipiers à Leipzig Nordi Mukiele (22 ans) et Ibrahima Konaté (20 ans) pourrait aussi légitimement prétendre à une place en sélection A. Droitiers eux aussi, ils sont capables d’intégrer l’Équipe de France. Mukiele jouit également de sa polyvalence : l’ancien Montpelliérain est capable d’évoluer aussi bien dans l’axe que dans le couloir droit, à l’instar d’un certain Benjamin Pavard. L’heure semble un peu moins propice pour Ibrahima Konaté qui dispose de moins de temps de jeu en club. Pas assez mûr pour le niveau international, Didier Deschamps ne compte pas sur lui dans un futur proche. Même constat pour Boubacar Kamara (20 ans) : le Marseillais a un talent fou, mais il est peu probable de le voir très prochainement en Bleu, la concurrence étant féroce.

Coéquipiers à Leipzig, Upamecano et Konaté pourrait l’être en sélection dans quelques années (Photo : All Football)

Pour terminer le tour des potentiels internationaux au poste de défenseur central droit, il faut piocher dans les anciens joueurs de Ligue 1. En Espagne, l’ancien Girondin Jules Koundé (21 ans) prend ses marques à Séville. Titulaire à 12 reprises seulement en championnat cette saison, il ne semble pas prêt pour l’Équipe de France, mais son potentiel est bien réel. De même, Issa Diop (23 ans) reste une alternative crédible pour assurer la doublure de Varane, même s’il n’a jamais été appelé par Deschamps. Ses performances avec West Ham ne sont pas irréprochables, et il serait tout de même surprenant de le voir sélectionné d’ici à l’Euro.

D’autres pistes à gauche

Pour suppléer le trio Umtiti/Lenglet/Kimpembe, il existe d’autres alternatives au poste d’axial gauche. Bien qu’il soit un joueur talentueux, Aymeric Laporte (25 ans) semble d’ores et déjà écarté de la discussion. Sa relation avec Didier Deschamps et sa grave blessure ne lui laissent aucune chance de participer à l’Euro, certes, mais plus encore on peut s’imaginer que l’ancien de Bilbao ne jouera jamais en Bleu sous l’ère Deschamps.

Les noms sont plus rares à ce poste-là en ce qui concerne les jeunes, mais il y a évidemment le néo-parisien Abdou Diallo (23 ans), capable d’évoluer en défense central ou au poste de latéral gauche, mais qui ne devrait pas bousculer la hiérarchie en sélection pour le moment. Toutefois, il possède des qualités indéniables dans les airs et la relance notamment. Arrivé au PSG pour peaufiner son apprentissage et goûter au très haut niveau, il pourrait bien faire ses premières apparitions en Bleu avant la prochaine Coupe du Monde. L’Euro 2020 semble trop proche pour Diallo, mais sait-on jamais ?

Enfin, deux noms peuvent être cités pour compléter cette liste de pari sur l’avenir. Tout d’abord, il y a Dan-Axel Zagadou (20 ans). Le défenseur du Borussia Dortmund a été formé au PSG, club qu’il va affronter mardi prochain, en Ligue des Champions. Ayant suivi un brillant cursus dans les sélections de jeunes, Zagadou sera dans les prochaines années un concurrent affirmé pour l’Équipe de France ; il faut d’abord redonner aux Jaune-et-Noir une solidité défensive dont ils manquent cruellement. En Bundesliga toujours, le jeune Evan N’Dicka (20 ans) se fait progressivement un nom du côté de Francfort. Dur au mâle, le défenseur central de l’Eintracht accomplit ses gammes, enchaîne les matchs et cherche à gagner un statut. Sa détermination et ses performances convaincantes ont de quoi lui donner confiance. Son visage sera peut-être celui de l’avenir des Bleus.

L’ancien Auxerrois Evan N’Dicka pourrait se révéler aux yeux du grand public dans les années à venir (Photo : BeSoccer)

Le choix ne manque pas en défense centrale, d’autant que les actuels latéraux, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez sont aussi capables d’évoluer dans l’axe. Si Varane semble parti pour être le pilier de la défense bleue pour les prochaines années, aucun autre joueur ne parvient à se montrer indispensable. Néanmoins, ce n’est pas le talent qui manque en France à ce poste-là. Quelle serait selon vous, la charnière idéale de l’Équipe de France aujourd’hui ? Et dans 10 ans ?

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :