A l'affiche Foot Ligue 1

Ligue 1 : Et si le PSG avait conservé ses meilleurs jeunes ?

Classé meilleur centre de formation de France par la DTN en 2019, et 12ème au classement international avec 50 joueurs évoluant dans les cinq grands championnats, le PSG peut se targuer de posséder un programme de développement des jeunes de très haute qualité. Pourtant depuis 2014, malgré une finale de Youth League en 2016, on constate un depart massif de ces meilleurs éléments vers d’autres formations européennes avant même la signature d’un contrat professionnel avec l’équipe première. Signe d’un manque de considération de la part des dirigeants qataris ? Dont la volonté est axée sur une réussite immédiate, symbolisée par les investissements conséquents depuis leur arrivée en 2011. De quoi imaginer un onze des meilleurs talents passés par le club francilien.

Avant-propos : Afin de réaliser cet article, nous avons pris en compte les joueurs, toujours en activité, ayant passé au moins une saison au sein du club du centre de formation du club parisien. De plus, pour composer le meilleur onze possible, nous nous sommes basés sur les valeurs marchandes en cours, du site spécialisé, transfermarkt. Le onze des titulaires est formé des valeurs marchandes les plus élevées en respectant les positions habituelles ou plus occasionnelles de chaque joueur (Ex : Amine Harit est placé ailier droit puisqu’il a joué à ce poste durant son passage au FC Nantes).

Mike Maignan (Gardien) : L’actuel gardien du LOSC, grâce à sa constance comme gardien titulaire, devance Alphonse Aréola dans la liste des gardiens formés au PSG. Ce dernier, malgré son titre de champion du monde doit se contenter d’une place de remplaçant, rôle qu’il occupe actuellement au Real Madrid. Pour Maignan, formé entre 2009 et 2015, le choix de partir s’est avéré être salvateur, pour celui qui est devenu incontournable dans les cages nordistes depuis 2017, au point d’être appelé par Didier Deschamps en mai dernier.

Valeur marchande : 22 millions d’euros

Dan-Axel Zagadou (Def. Centrale) : 20 ans, mais déjà indispensable dans la rotation de Lucien Favre au Borussia Dortmund. C’est en effet du côté de l’Allemagne que Zagadou a décroché son premier contrat pro en 2017 malgré six ans au PSG (2011-2017) et une finale de Youth League disputée. Faute de réelle perspective dans la capitale française, le cristolien d’origine s’exporte donc Outre-Rhin, avec succès, en alternant les postes de latéral gauche et de défenseur central. A cette occasion, il retrouvera son club formateur, mardi, en Ligue des champions.

Valeur marchande : 28 millions d’euros

Presnel Kimpembe (Def. Centrale) : Arrivé dès 2005, le champion du monde 2018 est l’un des rares éléments formés au club à s’être illustré sous les couleurs parisiennes. Révélé un soir de Ligue de Champion contre le FC Barcelone (victoire 4-0), il a depuis dépassé la centaine de match avec le PSG, avec lequel il a fait ses débuts en 2014. Suffisant pour amasser quatre titres de champion de France, tout en acquérant un statut de vice-capitaine, dernière Thiago Silva et Marquinhos.

Valeur marchande : 35 millions d’euros

Ferland Mendy (Arrière gauche) : Encore un élément faisant actuellement partie de l’équipe de France. Le Madrilène a connu le centre de formation du PSG entre 2004 et 2012, insuffisant cependant pour se voir offrir un contrat pro. C’est finalement du côté du Havre, en Ligue 2, qu’il rebondit avant d’exploser à l’Olympique Lyonnais. Transféré au Real Madrid cet été, il s’impose aujourd’hui comme le successeur de Marcelo

Valeur marchande : 35 millions d’euros

Colin Dagba (Arrière droit) : Formé au RC Lens (2010-2013), c’est par la case amateur que le latéral droit intégrera le PSG en 2016. Repéré à Boulogne en CFA 2, il navigue entre la réserve du club francilien et la Youth League (2016-2018) avant de taper dans l’œil de Tuchel en 2018. Latéral moderne et pas avare en effort, le béninois est aujourd’hui un élément solide dans l’effectif des parisiens.

Valeur marchande : 18 millions d’euros

Adrien Rabiot (Milieu défensif) : Le plus capé des Titis parisiens de l’ère qatari (227 matchs) est arrivé en 2010 dans la capitale après diverses expériences, dont une à Manchester City. Intégré dès 2012 dans l’effectif pro, et après un prêt à Toulouse (2013), il fait rapidement l’étalage de son talent, devenant incontournable. Malheureusement, l’embellie ne dure pas et son état d’esprit, ainsi que l’influence néfaste de sa mère et agent, Véronique, ternissent son aventure parisienne (et en sélection nationale), qui se termine en 2019 par un départ libre à la Juventus sans avoir joué sur les six derniers mois de son contrat.

Valeur marchande : 32 millions d’euros

Mattéo Guendouzi (Milieu relayeur) : À l’instar de Mendy, le constat est amer lorsqu’il s’agit d’évoquer le milieu des Gunners. Neuf saisons (2005-2014) mais pas d’opportunité en professionnel, c’est donc du côté de Lorient qu’il s’exporte. Un pas en arrière pour deux pas en avant, symbolisés par un transfert à Arsenal en 2018. En PL, le sosie capillaire de David Luiz s’impose comme une belle promesse dans l’entrejeu des londoniens et intègre l’Equipe de France en septembre 2019 à seulement 20 ans.

Valeur marchande : 50 millions d’euros

Jonathan Ikoné (Milieu offensif) : Coéquipier de M’Bappé à l’AS Bondy, Ikoné débarque au PSG en 2010. Finaliste malheureux de la Youth League en 2016, il se console en signant son premier contrat pro avec son club formateur cet été-là. Peu utilisé par Emery, il démontre son talent du côté de Montpellier à partir de 2017, incitant par la suite, le LOSC à miser sur lui. Bonne pioche, chez les Lillois il forme un trio virevoltant avec Pépé et Bamba et décroche une place de vice-champion de France. Une ascension fulgurante qui lui ouvre les portes de l’Equipe de France en 2019.

Valeur marchande : 30 millions d’euros

Kingsley Coman (Ailier gauche) : De 2005 à 2013, il connait toutes les classes du centre de formation francilien, tout en démontrant ses qualités de percussion et de vitesse balle au pied. Pourtant promis à un belle avenir dans la capitale, il ne signe pas de contrat pro à ses 18 ans malgré 4 apparitions en équipe première. Direction la Juventus pour le destin qu’on lui connait et le Bayern aujourd’hui. A seulement 23 ans, il totalise huit titre de champion (France x2, Italie x2, Allemagne x4) mais sa carrière reste en dent de scie à cause de ses soucis physiques réguliers.

Valeur marchande : 60 millions d’euros

Amine Harit (Ailier droit) : Baladé de club en club dans sa jeunesse, il n’a connu le PSG qu’une seule saison (2007-2008). C’est finalement à Nantes qu’il se pose et devient un espoir prometteur en Ligue 1. Milieu offensif ou ailier a fort caractère, c’est maintenant a Schalke que l’international marocain s’épanouit.

Valeur marchande : 30 millions d’euros

Moussa Dembélé (Avant-centre) : Coéquipier de Coman et Rabiot entre 2004 et 2012, c’est une nouvelle fois la peur d’un manque de temps qui le perçoit de quitter son club formateur. Il s’engage dès lors avec Fulham où il s’impose comme un avant centre doué techniquement et puissant physiquement, inscrivant 19 buts en 64 apparitions. C’est au Celtic Glasgow qu’il explose véritablement avec 51 buts en 94 matchs, suscitant les convoitises des meilleures formations européennes. À l’été 2018, il retrouve la France en signant à l’OL.

Valeur marchande : 40 millions d’euros

Remplaçants : A.Aréola (16M), S.N’Soki (10M), M.Sakho (12M), Y.Sabaly (10M), S.N’Zonzi (13,5M), B.Soumaré (27M), C.Nkunku (22M), Y.Brahimi (21M), M.Diaby (20M), O.Edouard (15M), J-K.Augustin (14M)

Avec 560,5 millions de valeurs marchandes dont 380 pour les onze titulaires, ce Paris Saint-Germain se classerait, aujourd’hui, deuxième en valeur comptable de Ligue 1 derrière.. l’équipe actuelle du PSG, qui compte plus d’un milliard d’euros de valeur. Un effectif qui se caractérise par sa qualité et sa grande jeunesse avec les seuls Sakho et Nzonzi comme joueurs « expérimentés » (30 ans et 31 ans). Preuve en est que la politique de recrutement de jeune de banlieue, débuté en 2000 avec les Anelka, Distin ou Dalmat en têtes d’affiche, ne s’est pas avéré être un si grand échec sportif. Une philosophie qui a surfé sur la vague « Black-Blanc-Beur » du mondial 98 et qui profite du bassin parisien, qui représente la plus grande concentration de jeune talent d’Europe, comme vivier. La majorité des joueurs de l’effectif evoluent par ailleurs dans des grands clubs européens, avec 10 internationaux français. De quoi envisager un virage dans la politique de valorisation des jeunes au PSG ? Pas impossible avec la construction du nouveau centre de formation, prévue pour 2022 à Poissy.

%d blogueurs aiment cette page :