Foot Liga BBVA Premier League

Football : Qui est le meilleur gardien du monde ?

Alors que le trophée Yachine, créé et mis en application depuis la dernière édition du Ballon d'Or France Football, a récompensé Alisson Becker, le gardien des Reds de Liverpool, qui peut être considéré aujourd'hui comme "meilleur gardien du monde" ? Eléments de répons

Il est coutume de parler des statistiques d’un attaquant, son rendement offensif ; de la simplicité et la frivolité d’un milieu de terrain créatif ou encore de la solidité et la propreté de la relance des joueurs à vocation défensive. Le gardien de but, lui, est retenu pour sa capacité à rassurer sa défense, pour ses réflexes et la qualité de son jeu au pied et/ou à la main ; voire même un certain côté spectaculaire dans l’exécution de ses gestes envolés. Alors que le trophée Yachine, créé et mis en application depuis la dernière édition du Ballon d’Or France Football, a récompensé Alisson Becker, le gardien des Reds de Liverpool, qui peut-on considérer aujourd’hui comme le « meilleur gardien du monde » ? Eléments de réponse avec une liste non-exhaustive et un focus particulier sur quatre gardiens.

André Ter Stegen

Source : Eurosport

Le portier allemand du FC Barcelone, seulement âgé de 27 ans, est moins en réussite que la saison passée. Les blaugranas sont aujourd’hui la 7e défense de Liga contre la 4e la saison dernière. Cette saison, André Ter Stegen a vu le ballon passer à 27 reprises dans ses cages en 23 matchs de Liga (24e J.). Sur l’ensemble des compétitions jouées cette saison, il concède plus d’un but par match. Trop pour une équipe de ce niveau ? Certes, l’ensemble de l’équipe ne brille pas tel qu’elle devrait vis-à-vis de l’aura internationale qui englobe ce club, il est néanmoins important de souligner le temps faible que traverse actuellement le portier allemand : à cause de ses défenseurs ?
D’un point de vue purement statistique, André Ter Stegen n’a pas raté une seule passe entre 0 et 25 mètres (TTC) cette saison – et affiche un taux de réussite de 99,3% sur ses trois dernières saisons-, et 72% de passes réussies au delà de 25 mètres. Le gardien de but prend une part importante dans le jeu d’une équipe et pas seulement quand il s’agit de servir de stoppeur. Il se paye même le luxe d’avoir deux passes décisives à son actif cette saison en championnat (pour Suarez : 41′ – victoire 0-2 contre Getafe ; pour Griezmann : 7′ – victoire 5-2 contre Mallorca). Ter Stegen compte enfin – environ – 42% de clean sheets depuis son arrivée en Espagne. Il termine 2e du trophée Yachine avec 18% des votes.
Son niveau depuis deux ans est tel qu’il n’a plus énormément de défauts à corriger. Son potentiel atteint, André Ter Stegen peut très largement prétendre à une place de meilleur gardien du monde. Néanmoins, le palmarès de l’équipe est également à prendre en compte et les prestations récentes en Ligue des Champions ne jouent pas spécialement à son avantage, surtout au regard de la déroute à Anfield (4-0 pour les Reds) le 7 mai 2019 dans le cadre du match retour des demi-finales de la prestigieuse compétition européenne (ndlr : à l’aller, 3-0 en faveur de Barcelone).

Jan Oblak

Source : Eurosport

Arrivé en 2014 à l’Atletico Madrid, Jan Oblak n’a pas mis longtemps à montrer que c’était un mur quasi infranchissable. Avec aujourd’hui 242 matchs pour le compte des Colchoneros, le portier slovène n’a encaissé que 162 buts et a réalisé 133 clean sheets, soit environ 55% de ses matchs sans encaisser de buts. Il est le premier témoin et acteur d’une équipe qui se base sur une solidité défensive remarquable. Néanmoins, les départs de cadres comme Diego Godin et Antoine Griezmann n’ont pas permis à l’Atletico de maintenir des résultats ambitieux puisqu’ils pointent cette saison à 12 points du FC Barcelone, deuxième, malgré leur quatrième place derrière Getafe. Les Colchoneros sont, certes, la deuxième défense de Liga cette saison mais le manque crucial de buts marqués les pénalise, surtout depuis le début de l’année civile où ils n’ont gagné que 2 matchs de Liga. Leur récente victoire contre Liverpool (1-0, but de Saúl Ñíguez) en Ligue des Champions est néanmoins un fait à noter.
Mais alors que dire de plus de Jan Oblak ? Quand on n’encaisse au moins un but qu’une fois tous les deux matchs, est-il important de souligner son jeu à la main et au pied ? Contrairement à son collègue blaugrana, Jan Oblak est moins en réussite sur ses passes. Le jeu de l’Atletico en est forcément un peu coupable mais il faut noter qu’il ne réussit en moyenne que 54% de ses passes par saison, toutes distances confondues. Il gagne enfin quatre fois d’affilés le trophée Zamora, récompensant le meilleur gardien de Liga, et termine 4e du trophée Yachine 2019 avec 8,3% des votes.
Pour conclure, sa capacité à faire des arrêts réflexes (cf : son triple arrêt contre Leverkusen en LDC le 15/03/2017) est tout simplement monstrueuse. Son positionnement, son sens du timing et sa régularité au très haut niveau peuvent faire de lui, sans nul doute, un prétendant au trône du meilleur gardien du monde.

Ederson

Source : Photo News

Le brésilien, fier gardien numéro 1 de Manchester City depuis 2017, peut se targuer d’être un excellent gardien pour son âge. On dit souvent qu’un gardien est meilleur quand il voit le temps passer, pour lui ce théorème ne s’applique pas forcément à la lettre. Arrivé à seulement 24 ans, il a tout de suite pris les gants de titulaire. La suite ? 47% de ses matchs joués avec les Citizens ont vu sa cage inviolée, et il n’a encaissé que 98 buts en 127 matchs soit une moyenne de 0,77 but/match. Vainqueur deux fois d’affilés de la Premier League anglaise depuis son arrivée, il vit une saison plus difficile aujourd’hui. Vis-à-vis des performances des deux dernières saisons de Manchester City, il est normal de penser qu’ils sont loin de répondre aux attentes et laissent Liverpool, impérial et intraitable, prendre le lead.
Le schéma tactique de Pep Guardiola demande à l’ensemble de son onze d’avoir une technique irréprochable pour ne rater que très peu de passes et ainsi pouvoir essouffler l’adversaire. Vous l’avez compris, le gardien de but n’échappe pas à cette règle et Ederson est l’exemple-type du joueur qui démarre les actions. Le jeu court et un pressing très haut sont à la base de la tactique de Guardiola et Ederson en est le premier acteur du terrain : il a réussi 87% de ses passes à moins de 25 mètres d’un partenaire. D’ailleurs, il fait bien moins de passes longues que de passes courtes : la tactique de Guardiola est flagrante.
Ederson est un gardien extrêmement rapide pour sortir de sa ligne. Cette vitesse lui permet d’anticiper les sorties aériennes, de mieux sortir dans les pieds et ainsi donner une certaine confiance à sa défense. Enfin, nous pouvons noter son caractère spectaculaire dans ses arrêts qui font de lui le « spider-man » brésilien.

Alisson Becker

(Source : This is Anfield)

Alisson Becker est arrivé à Liverpool en 2018 en provenance de la Roma contre 62,5 millions d’euros. En feuilletant les divers forums et réseaux sociaux, on lit un certain engouement concernant son arrivée malgré son prix élevé pour un gardien de but. « Pas aussi bon au pied qu’Ederson » lisait-on en juillet 2018 sur un forum de supporters des Reds, est-ce vrai deux ans plus tard ? D’un point de vue statistique, Alisson réussit en moyenne 83% de ses passes. En traduit le jeu rapide prôné par Jurgen Klopp, Alisson fait très peu de passes courtes. La très grande majorité de ses passes sont à moyenne et longue distance. Il est notamment l’auteur d’une passe décisive pour Mohamed Salah en toute fin de match face à Manchester United le 19 janvier dernier.
Le portier de Liverpool témoigne d’une grande maturité et d’un sang-froid hors pair. Après d’excellentes prestations rendues pour le compte de l’AS Roma et de bons souvenirs laissés derrière lui, notamment dans les grands matchs, il a su convaincre très rapidement les supporters de Liverpool et son entraîneur allemand. Et pas qu’un peu ! Le portier numéro 1 de la Seleção a gardé sa cage vierge dans 53% de ses matchs pour un total de 0,59 but/match (46 buts encaissés en 77 matchs pour 41 clean sheets).
Ses qualités sont extraordinaires. En plus de son sang-froid, il fait preuve d’une excellente technique, de réflexes imprévisibles et d’une sérénité à toute épreuve. Vainqueur du premier trophée Yachine – l’équivalent du Ballon d’Or attribué aux gardiens -, il est récompensé de son excellente saison avec Liverpool par un sacre européen en Ligue des Champions. La saison 2019/2020 est la continuité de sa première aux Reds et il est un des acteurs majeurs de l’exploit que Liverpool est en train de faire vivre à tous les fans de football. Assez pour prétendre au titire de « meilleur gardien du monde » ?

Mentions honorables

Ils n’ont pas tous été cités dans cet article mais ils auraient pu faire partie d’un classement plus long : des gardiens de but tels qu’Hugo Lloris – champion du monde -, David De Gea, Samir Handanovič – qui tient l’Inter d’une main ferme -, Kepa Arrizabalaga, Keylor Navas ou le grand Manuel Neuer. Tous ont réalisé de grandes performances sur la durée mais si nous prenons les plus récentes saisons, les portiers cités plus haut ont survolé leur catégorie.

Il est difficile de trouver et définir qui est le meilleur gardien du monde. Doit-on considérer le palmarès au même titre que les performances individuelles ? Si oui, Alisson Becker serait sans nul doute le meilleur gardien aujourd’hui, si non, André Ter Stegen voire Jan Oblak seraient tout aussi éligibles. Et pour vous, qui est le meilleur gardien du monde ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :