Foot Mercato

La nouvelle génération de l’Ajax, meilleure que la précédente?

Ziyech à Chelsea. 40 millions d’euros. Ce transfert enlève à l’Ajax un de ses joueurs majeurs, un leader technique hors pair. Mais les dirigeants ajacides ne s’inquiètent pas. Ils savent. Ils savent que c’est la fin du cycle « De Jong-Ziyech-De Ligt », que cette génération va briller ailleurs. Ils savent aussi qu’ils sont, pour certains, dores et déjà remplacés. En effet, l’excellent système de formation de l’Ajax est en train de nous faire découvrir une nouvelle génération. Visages poupons, barbes approximatives et technique affolante, quels sont les nouveaux visages de l’Ajax ?

Partir de derrière pour construire vers l’avant…

L’américain Sergino Dest, qui commence à attirer les plus grosses écuries Européennes. (Photo: RMC Sport)

Cette saison, c’est l’Américain Sergino Dest (2000) qui impressionne tous les observateurs. Formé comme ailier, il évolue désormais sur le poste de latéral droit. Ses capacités techniques développées plus haut sur le terrain le démarquent aujourd’hui à son poste. Capable d’influer dans le jeu, de se porter vers l’avant (notamment dans les halfs-spaces ou il adore se projeter, voire dribbler), il doit encore progresser sur ses centres, où il choisit très souvent le centre en retrait. L’américain est aussi un bon tacleur, mais possède surtout la qualité, dès qu’il intercepte ou récupère un ballon, de chercher à aller de l’avant, le plus souvent par la passe. Coté droit, check, passons de l’autre côté, ou le marocain Anass Salah-Eddine (2002) est un joueur assez similaire dans le profil à Dest, bien qu’il possède peut être une meilleure qualité de centres, et une frappe de balle correcte. Bien qu’il soit bien protégé, le gardien Dominik Kotarski (2000) est aussi très bon avec le Jong Ajax (équipe réserve qui évolue en 2e division.)

Remonter le ballon et faire les différences…

Naci Unuvar lors de la signature de son premier contrat pro. (Photo: AFC Ajax)

Dans une équipe comme l’Ajax, si la défense est importante, c’est au milieu que le jeu se créé, que les différences sont faites et que les espaces sont libérés, plus que dans beaucoup d’autres équipes. Ce qui veut dire qu’il faut posséder des joueurs intelligents, techniques, avec une certaine qualité de passe. Et dans ce profil là, il y a Ryan Gravenberch (2002). Véritable meneur de jeu, il cherche constamment à aller de l’avant, que ce soit par la passe ou balle au pied. Mais sa lecture du jeu fait de lui un joueur très intelligent: si le jeu est bloqué, il ne force pas la passe vers l’avant, et va chercher à trouver un partenaire libre, mais qui lui, possède souvent l’opportunité de trouver une passe vers l’avant. Capable de marquer des buts, capable de défendre, Gravenberch est un box to box amené à aller voir très haut. Présenté comme l’un des plus grands espoirs ajacides, il sera dans les années à venir associé ou remplacé par Naci Unüvar (2003), qui se fait une belle réputation avec les équipes de jeunes de l’Ajax. Excellent meneur de jeu, il impressionne par sa capacité d’élimination, due à sa très bonne agilité, ses appuis si vifs et sa technique impeccable. Cette saison, on a aussi vu l’excellent Noa Lang (1999) être prêté à Twente cet hiver, après avoir inscrit un triplé contre cette même équipe de Twente 1 mois auparavant.

Provoquer, déséquilibrer, éliminer, finir…

Hontje Hansen, un nom à retenir. (Photo: goal.com)

Mais que faire de tous ces ballons s’ils ne sont pas propulsés au fond des filets? Ça, c’est le taff de Lassina Traoré (2001). Le Burkinabé commence à faire ses galons et inscrire ses premiers buts en équipe première récemment. Arrivée à l’hiver 2018 aux Pays-Bas, il a cette saison inscrit 13 buts en 17 matchs avec la réserve, et 4 en 10 matchs avec l’équipe première (+ 3 passes décisives). Bon dribbleur, percutant, incisif, finisseur, il est là pour conclure les actions emmenées par ses coéquipiers. Tout comme Bryan Brobbey (2002), connu des suiveur des espoirs du foot, 7 buts en 13 matchs avec la réserve, dans un style différent de Traoré. Son physique imposant, sa détermination et sa protection de balle lui permettent d’être un très bon pivot, même s’il est aussi capable de se projeter dans la profondeur au besoin. Mais le plus excitant, et sûrement le plus talentueux de cette ligne offensive, c’est sûrement Sontje Hansen (2002). Meilleur buteur avec 6 buts de la dernière CDM U17, il représente parfaitement le travail de l’académie ajacide. Outre sa palette technique et physique monstrueuse (dribbles, 1 contre 1, finition, accélération, vitesse), il représente typiquement le joueur intelligent. Se place et se déplace dans les espaces, compense les courses de ses coéquipiers, combine avec ses coéquipiers afin de déplacer ou déséquilibrer le bloc adverse (en fonction de ses combinaisons latérales ou verticales).

… et faire en sorte que tout cela fonctionne, ensemble.

Et elle est peut-être là la plus belle réussite de l’Ajax. Les articles sur la formation ajacide sont légions, et je vous conseille l’interview réalisée par Johann Crochet de Ruben Jongkind et le plan cruyff, et aujourd’hui le club forme des joueurs à son image: élégants, technique, intelligents. Ses principes, tels que le jeu avant le résultat, faire travailler les joueurs à différentes postes, sur différentes types de surfaces, font leurs preuves. Car la sélection que nous avons choisi de faire se résume à quelques joueurs, mais l’Ajax possède aussi des éléments tels que Kenneth Taylor (MC, 2002), Schuurs (DC, 1999), Pierie (DC, 2000), Ekkelenkamp (MC, 2000) etc. On connaît aussi les noms de De Ligt, Davinson Sanchez, Klaassen, Dolberg, tous formés ou post-formés à l’Ajax et aujourd’hui dans les plus grands clubs européens après avoir billé à Amsterdam. Et aujourd’hui c’est de plus en plus tôt que l’Ajax se fait piller:: Mitchel Bakker (PSG, 2000), Ki-Jana Hoever (Liverpool, 2002) et Juan Castillo (Chelsea, 2000, prêté à l’Ajax cette saison), ont déjà quitté le navire pour de très grosses écuries Européennes.

Même si les tendances visent à cela, il est compliqué de savoir si une génération est meilleure que l’autre, surtout sur des joueurs aussi jeunes avec très peu de matchs en pros. Ceci dit, le système de formation excellent des résidents d’Amsterdam, ainsi que les promesses entrevues par ces jeunes joueurs, nous permettent de ressentir une certaine excitation. L’Ajax retrouve peu à peu sa gloire d’antan, et s’il en vient peu à peu à garder ses meilleurs jeunes comme il avait réussi à le faire l’an dernier, pourquoi ne pas rêver de se réinstaller à la table des grands d’Europe.

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :