Basket

CCS x NBA : Debrief – LA Lakers vs Celtics

#YourGameOfTheWeek

Vous vouliez voir cette rencontre et bien vous en a pris ! Les joueurs qui se sont affrontés cette nuit au Staples Center ont donné une excellente image du basket. Le match a été à la hauteur des espérances et pour vous, le CCS revient sur cette rencontre de haut vol où personne n’a triché.

Après le plébiscite du sondage posté sur nos réseaux sociaux, nous avons posé notre regard sur cette rencontre tant attendue entre les deux plus grandes franchises de l’Histoire NBA en terme de championnats remportés.

Les faits de match

Avery Bradley, auteur du premier shoot de la rencontre, ne pensait pas si bien ouvrir le bal pour les locaux. Les Lakers commencent bien la rencontre malgré quelques moments de flottement en attaque. En vérité, c’est surtout la défense qui a été excellente d’entrée (quelle surprise!). Smart de loin, Tatum sur un floater, Hayward sur un step-back et Theis sur un tir de près se sont successivement cassés les dents devant le mur Purple and Gold. Si les entames de match ont parfois été un problème pour les Lakers, celle-ci est bien réussie puisque des deux côtés du terrain, la proposition de basket est cohérente. LAL mène très vite de neuf points à la suite d’un Three point shoot de LeBron James qui profite d’un Hayward sur le reculoir pour le punir longue distance. Theis remet très vite les C’s à six points et l’écart se stabilise, se matérialise par une avance des locaux oscillant entre six et neuf points d’écart. Boston est tout de même revenu au contact sur un shoot longue distance de Marcus Smart (17-18, 9′).

Si le premier quart-temps est à l’avantage des Lakers grâce à tout l’effectif, Kuzma étant omniprésent lors de son entrée en jeu, le deuxième acte a été dominé là-aussi par les locaux mais a surtout été éclaboussé par un joueur des Celtics. Ce joueur porte un nom : Jayson Tatum. Hors-course dans le premier quart-temps, le franchise player en puissance de Boston a été phénoménal, inscrivant 18 points, contre 1 seul dans la précédente période. Il n’a manqué que trois shoots sur onze tentatives et a montré l’étendue de sa palette offensive. Shoot longue distance, jumper, step back, finition main droite/main gauche… Il ne reste qu’une chose sur laquelle s’interroger pendant ce QT concernant Jayson Tatum, c’est de savoir s’il a été touché par Dieu Kobe. Quel superbe coup de chaud.

Exemple parmi d’autres. Tout le monde ne va pas au bout avec les deux points sur cette action. (Crédit : NBA)

Malgré tout, les Lakers rejoignent les vestiaires avec l’avantage du score (54-56) mais le duo Tatum-Brown excelle et pose des problèmes à la défense locale, excellente off-ball (KCP, Green et Bradley en tête) mais parfois un poil trop courte notamment sur Tatum. Cela s’explique par le fait que le duel des n°0 – Kuzma v/ Tatum – a été remporté par l’ancienne star de Duke. Les Lakers, oui, sont devant et ont même eu jusqu’à onze points d’avance grâce au retour gagnant de LeBron James et par les bonnes séquences du trio Kuzma-Rondo-Howard.

L’écart s’est aminci à la marque avant la pause et est resté très mince dans la deuxième partie de rencontre. Le troisième quart-temps est clairement pour Boston, qui a pu compter sur un Jayson Tatum resté à une température interne équivalente à 81 degrés. Theis et Smart (tous deux à trois points) ont bien lancé Boston avant que Tatum ne pose son dunk signature en transition, après une passe trop molle de LeBron interceptée par Marcus Smart. Bref. Boston pose son maingame pendant les deux-tiers du troisième quart-temps mais les Lakers retrouvent petit à petit une impulsion positive, si bien qu’après un P&R, Anthony Davis attaque le cercle et box-out très intelligemment pour Caldwell-Pope qui score derrière l’arc pour redonner le lead aux Lakers (83-85).

Le money-time est à voir. C’est un conseil. Il n’y a que quatre changements de leader mais l’ambiance est de plus en plus devenue pesante au Staples Center. Les sept dernières minutes ont été une guerre de tranchées, que les Lakers ont finalement remporté grâce à leur défense et à leur gestion parfaite des temps fort/temps faible. On a bien cru que la victoire allait revenir à Boston, après un Three point splendide de Jaylen Brown. Sauf que… Un fadeway délicieux de LeBron James à 45 » de la fin, additionné à de précieux LF d’AD ont permis aux Purple and Gold de l’emporter. 112-114, score final. LAKERS WIN.

Un succès très important pour les Lakers

Ce succès tombe à point nommé pour les Lakers qui, après le All-Star Break, se devaient de continuer leur marche en avant en ayant comme point de repère avant les Playoffs quelques matchs référence face à de très grosses cylindrées de NBA. Comme l’a dit Ben dans son article d’avant-match, les C’s présentaient un excellent bilan sur les dix dernières rencontres (9 victoires, 1 seul revers). Il fallait aller la chercher et les Lakers l’ont fait avec des armes divers et variées. Si le tandem AD-LBJ a été évidemment prépondérant – 62 points à deux -, d’autres joueurs ont su se montrer sous un beau jour. Kyle Kuzma a répondu présent en limitant ses erreurs bêtes habituelles et en étant efficace. Dwight Howard a lui-aussi fait le travail en terrassant en quinze minutes chrono un secteur intérieur too short du côté de Boston (10 pts-7 rbd). Rajon Rondo s’est révélé précieux dans la gestion de balle et dans la défense passive/active (5 interceptions). KCP a été très utile aussi mais a surtout été excellent comme chien de garde, slidant très bien entre les écrans et en étant plus agressif sur le porteur de balle qu’il a pu l’être en début de saison. Le seul a être vraiment passé à côté de son rendez-vous, c’est Danny Green côté LAL.

Allez, on remet ça dès dimanche prochain ?

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :