A l'affiche Bundesliga Foot News Sélections nationales

Bundesliga : Dayot Upamecano peut-il viser l’Euro 2020 avec les Bleus ?

À l'instar de la saison dernière, le RB Leipzig possède une nouvelle fois la meilleure défense de Bundesliga (24 buts encaissés) et reste plus que jamais un candidat crédible dans la course au Meisterschale, face au Bayern Munich. Une défense qui sait aussi s'exporter en Europe, pour preuve avec la première qualification en huitième de finale de Ligue des Champions du club dans son histoire. Symbole de cette solidité, Dayot Upamecano, incarne à 21 ans, l'avenir au poste de défenseur central. Celui qui est aujourd'hui sur les tablettes du FC Barcelone, d'Arsenal ou encore du grand rival Bavarois, semble de plus en plus proche de l'Equipe de France. Réalité ou fantasme ? tentative d'explication.

À l’instar de la saison dernière, le RB Leipzig possède une nouvelle fois la meilleure défense de Bundesliga (24 buts encaissés) et reste plus que jamais un candidat crédible dans la course au Meisterschale, face au Bayern Munich. Une défense qui sait aussi s’exporter en Europe, pour preuve avec la première qualification en huitième de finale de Ligue des Champions du club dans son histoire. Symbole de cette solidité, Dayot Upamecano, incarne à 21 ans, l’avenir au poste de défenseur central. Celui qui est aujourd’hui sur les tablettes du FC Barcelone, d’Arsenal ou encore du grand rival Bavarois, semble de plus en plus proche de l’Equipe de France. Réalité ou fantasme ? tentative d’explication.

Une référence en Bundesliga

Upamecano a toujours été en avance dans sa courbe de progression, passant de son club formateur, Valenciennes, au Red Bull Salzbourg à l’âge de 16 ans seulement, avant de rejoindre le club sœur de Leipzig en janvier 2017. Sans atteindre, il fait ses débuts contre le Borussia Dortmund, enchainant 12 matchs de Bundesliga sur la phase retour, et plaçant Leipzig à la deuxième place du championnat d’Allemagne en fin de saison. Cette exposition au football de haut niveau à un si jeune âge a aidé Upamecano à devenir l’une des perspectives les plus prometteuses à son poste au niveau international, « c’est vrai que je suis à l’aise physiquement, mais je mets toujours tout à l’entrainement », a expliqué le défenseur d’1m86.

Partenaire en club comme en sélection espoir, Upamecano et Konaté s’imposent comme une des références à leur poste en Bundesliga (Photo : imago/nordfoto)

Le joueur de 21 ans a disputé 74 match dans l’élite allemande depuis qu’il a rejoint les Roten Bullen au milieu de la saison 2016/17. Malgré sa jeunesse, le défenseur central français s’est rapidement fait une place de choix au cœur de la défense saxonne, preuve d’une maturité avancée. Défenseur robuste, athlétique et plein de sang-froid, des qualités qui en font un élément incontournable des différents entraineurs qu’il a côtoyé en Allemagne.

« En Bundesliga, j’apprends beaucoup contre des joueurs comme Robert Lewandowski. Je sais que je dois progresser en termes de jeu, de qualité technique mais je vais prendre mon temps ».

L’une des principales raisons pour lesquelles Leipzig avait la défense la plus solide de la Bundesliga en 2018/19 – ils n’ont concédé que 29 buts – était la forme du duo qu’il forme avec son compatriote, Ibrahima Konaté. Timo Werner et Yussuf Poulsen ont été les seuls joueurs de champ à Leipzig à jouer plus de minutes que l’ancien sochalien la saison dernière (2 431 minutes), Upamecano connaissant un problème au genou qui le priva de plusieurs semaines de compétition. Le joueur de 20 ans a également un CV à faire valoir en ayant disputé 28 matchs de championnat au cours de celle-ci, affichant un taux de clean sheet de 50 % (14/28). Sans lui sur le terrain, ces coéquipiers n’ont affiché qu’un taux de 33 % (2/6).

Un profil à la Marcel Desailly

Pourtant, le patron se nomme bien Upamecano. Avec 79 kg pour 1m86, l’ancien valenciennois possède un physique imposant qui font penser que « si vous pouvez intimider votre adversaire avant même qu’un ballon ne soit joué, c’est la moitié du duel qui est gagné ». Un adage qui se confirme dans les statistiques, avec 66 % de duel gagné, un taux qui grimpe à 81 % dans les airs, « Quand j’ai vu Dayot pour la première fois, je me suis dit, c’est un enfant dans le corps d’un adulte » raconte Olivier Bijotat, son ancien formateur à Valenciennes. Mais réduire ses qualités à un physique imposant et infranchissable serait réducteur.

Upamecano face à Robert Lewandowski lors de la 33ème journée de la saison 2018/19. (Photo : imago/DeFogi)

Doté d’une vitesse au-dessus de la moyenne pour un défenseur central, il peut rivaliser avec les attaquants les plus agiles comme les plus puissants. Pour preuve, lors du dernier Bayern – Leipzig, le Franzose a parfaitement muselé Robert Lewandowski, qui n’a pu tenter que deux tirs sur l’ensemble du match. En plus du physique, Upamecano possède aussi un QI football affirmé en étant l’un des premiers relanceurs de l’équipe de Nagelsmann grâce à un taux de passe réussi de l’ordre de 90 %. À titre d’exemple, contre le Hertha Berlin lors de la 11ème journée, il a complété 72 passes, plus que n’importe qui d’autre ce jour-là. Pas vraiment étonnant pour un joueur ayant évolué comme attaquant et milieu de terrain avant de se fixer en défense, durant sa formation à Valenciennes.

« Je n’ai pas vu un défenseur central plus rapide, et Dayot a un physique incroyable. Il peut devenir aussi bon que Jérôme Boateng s’il continue à s’améliorer » déclarait son coéquipier Timo Werner.

Un profil, des qualités et un physique qui rappellent un certain Marcel Desailly. « Le Rock » partage la même morphologie que le joueur de Leipzig : solide, fiable techniquement, inamovible. Le jeu de Desailly étant basé sur la force, la vitesse et l’anticipation, des qualités que l’on retrouve naturellement chez Upamecano. Enfin, le champion du monde 98 partage cette capacité de relanceur efficace et au cœur du jeu, qui lui a permis d’intégrer le centre de formation du FC Nantes puis plus tard Marseille, le Milan AC et Chelsea, distribuant également quelques passe au double Z en Equipe de France.

Alternative crédible à Raphael Varane ?

Originaire d’Evreux – où il s’est lié d’amitié avec Ousmane Dembélé lorsqu’ils étaient enfants – Upamecano bien que d’origines bissau-guinéennes, n’a jamais caché son rêve de représenter la France en équipe nationale. Bien qu’il n’ait pas encore été appelé pour les champions du monde de Didier Deschamps, l’homme que Ibrahima Konaté décrit comme « un joueur très complet » peut ambitionner d’obtenir sa première cap avec les Bleus dans un avenir prochain. « Tous les meilleurs joueurs font partie de leurs équipes nationales et j’aimerais être appelé un jour. Je sais que je vais dans la bonne direction, j’ai juste besoin de continuer. » Lui et son coéquipier ont été les pierres angulaires de l’équipe de France U21 battue en demi-finale du Championnat d’Europe des moins de 21 ans en 2019.

Son atout premier est d’être droitier, Didier Deschamps étant attaché à une parité entre droitiers et gauchers dans ses choix pour les quatre places de défenseurs centraux. Upamecano apparait dès lors comme une solution plus que crédible derrière l’indéboulonnable Raphael Varane. Ce dernier a été suppléé par Zouma et Rami lors des deux dernières années, des choix certes orientés vers l’expérience du groupe France et la cohésion, mais qui ne représentent pas une sécurité sportive à l’heure actuelle en cas d’absence du madrilène. Aujourd’hui, seul Issa Diop peut véritablement concurrencer Upamecano, mais le joueur de Leipzig peut se targuer d’une plus grande expérience en Equipe de France espoir et dans les compétitions européennes, apparaissant par ailleurs en l’une des référence à son poste en Bundesliga.

Ibrahima Konaté peut également venir concurrencer son coéquipier en club. Egalement droitier, celui-ci affiche des statistique impressionnante en ayant remporté jusqu’à octobre, 100 % de ses duels aériens (71,3 % en 2018/19) grâce à son 1m94 pour 93 kg. « Il s’est développé brillamment ici jusqu’à présent et ses qualités l’ont conduit à devenir un membre à part entière de notre défense » déclarait Nagelsmann il y a quelques semaine. À l’instar d’Upamecano, Konaté a gagné 64 % de ses duels et complété 83 % de ses passes, cependant il est à l’heure actuelle à l’infirmerie et ne devrait pas revenir avant plusieurs semaines. De quoi envisager un avenir en Bleu pour le duo ?

« Nous sommes devenus amis le premier jour. Je n’oublierai jamais comment il m’a aidé lors de mes premiers entrainements, pour que je puisse m’installer rapidement. Et il y a une bonne alchimie entre nous sur le terrain. Si l’un de nous a des ennuis, l’autre est là pour aider. »

Joueur peu médiatisé en France, Dayot Upamecano a connu une progression fulgurante depuis son départ de Valenciennes. À Salzbourg comme à Leipzig, le défenseur s’est imposé comme une référence à son poste, suscitant aujourd’hui l’intérêt des meilleures formations européennes. Capitaine de l’Equipe de France espoir, son avenir s’inscrit tôt ou tard avec les A. Dès l’Euro 2020 ? Sa saison actuelle peut lui faire ambitionner. Réponse en juin prochain.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :