Cyclisme Omnisport Portraits du CCS

Tadej Pogacar : Itinéraire d’un prodige

Grande attraction de cette saison WorldTour 2020, le jeune Tadej Pogacar réalise un début de saison tonitruant. 3e de la Vuelta l’an dernier pour son premier grand tour, la pépite de l’équipe UAE Emirates ne compte pas venir en 2020 sur le Tour de France pour admirer les paysages. Retour sur le parcours d’un homme programmé pour gagner.

Un talent précoce

Né le 21 septembre 1998 dans la petite ville du nord-ouest de la Slovénie, Komenda, Tadej Pogacar est un coureur cycliste slovène membre de la team UAE Emirates. Très tôt dès 2016, il se fait remarquer en montrant les premières étendues de son talent. Il remporte le championnat de Slovénie du contre-la-montre junior, est médaillé de bronze du championnat d’Europe sur route junior, puis remporte surtout le Giro della Lunigiana à l’aube de ses 19 bougies. Cette course par étapes de 4 jours voit certains des meilleurs grimpeurs de la catégorie junior s’affronter. Elle a notamment vu gagner des grands champions comme Gilberto Simoni en 1989 ou encore Vincenzo Nibali en 2002.

Dès 2017 et pendant 2 ans, Tadej Pogacar court pour deux équipes continentales slovènes, Rog-Ljubljana et Ljubljana Gusto Xaurum. Mais c’est avec cette dernière lors de la saison 2018 que le prodige va attirer le feu des projecteurs. Il remporte le Tour de l’Avenir 2018 (considéré comme le Tour de France des juniors) pour sept petites secondes. Cette course confirme le fait qu’il puisse être un futur cador du peloton. Quintana, Lopez, Bernal, beaucoup de poids lourd du peloton World Tour ont remporté cette épreuve junior et par la suite prouvé leur grand talent chez les pros.

Tadej Pogacar vainqueur de Tour de l’Avenir 2018.

En 2019, alors âgé de 20 ans, Pogacar signe l’équipe World Tour UAE Emirates. Constituées de très bons sprinters comme Fernando Gaviria ou le norvégien Alexander Kristoff, l’équipe du Moyen-Orient ne semble pas avoir de grands leaders capables de lutter pour un podium de grand tour (Fabio Aru et Dan Martin étant moins performant que par le passé). Cela offre une carte à jouer au jeune Pogacar qui ne sera pas cantonné à jouer les équipiers de luxe. Dès le mois de février, il remporte une étape et le classement général du Tour de l’Algarve (course de l’UCI Europe Tour 2019) devançant pour 31 secondes le récent deuxième de la dernière Vuelta, l’espagnol Enric Mas. Rien que ça. Mais c’est en mai que Pogacar prend une autre dimension, non pas au Giro, mais au Tour de Californie, une autre course World Tour. Il remporte cette course devant Sergio Higuita et Kasper Asgreen et devient le plus jeune coureur à remporter une course par étapes World Tour.

Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) vainqueur de Tour de Californie 2019 devant Sergio Higuita (Education First) et Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step).

Passage dans une autre dimension

En août, Pogacar s’aligne sur sa première course de 3 semaines, la Vuelta. Il débarque sur les routes espagnoles sans trop de pression en étant aligné dans une équipe jouant la carte des (quelques) sprints avec le colombien Gaviria et une place convenable au niveau du général avec le sarde Fabio Aru, qui 4 ans après son succès sur le Vuelta 2015, espère retrouver ses jambes d’antan après sa 14e place au Tour de France.

Dès la première étape de montagne, il finit septième à 51 secondes (avec son coéquipier Fabio Aru) du vainqueur du jour Alejandro Valverde dans une arrivée très difficile avec 4km à 12%. Deux jours plus tard lors de la 9e étape de cette Vuelta, Pogacar montre déjà sa classe en l’emportant en solitaire devant Quintana (23’’) et de Primoz Roglic (48’’) dans une arrivé à plus de 2000 mètre d’altitudes et un enchaînement de 5 cols. Alors à (seulement) 1 minute et 42 secondes du nouveau maillot rouge Nairo Quintana, le jeune slovène se met à rêver d’un podium à Madrid, d’autant que l’un des favoris de cette édition, Miguel Angel Lopez, a montré quelques signes de faiblesse en terminant à plus d’une minute.

Pogacar remporte sa première victoire sur un grand tour durant la 9e étape de la Vuelta 2019.

Le contre-la-montre de la 10e étape 100% française entre Jurançon et Pau le rapproche un peu plus de cet objectif qui parait de moins en moins utopique. Après cette étape qui a vu Quintana dire adieu à son rêve de Vuelta (on le sait, le chrono n’est pas vraiment la spécialité du colombien) et Roglic reprendre son trône, Pogacar ne pointe plus qu’à 54 secondes du 3e Lopez. Trois jours plus tard, il remporte la 13e étape (encore sur une arrivée extrêmement difficile dans un col hors catégorie) et fait coup double en piquant la tunique du meilleur jeune à Lopez ainsi que sa troisième place sur le podium. Ce deuxième succès est celui de la confirmation pour Tadej et le place comme attraction de cette fin de grand tour, dans une Vuelta 2019 où Primoz Roglic fut assez largement au-dessus du lot. Il finira sa Vuelta par une autre victoire lors de la dernière étape de montagne (sa troisième sur ce tour) et montera sur la troisième marche du podium d’un grand tour surdominé par son compatriote Roglic. Il continue de battre des records de précocités en devenant le plus jeune à terminer sur le podium d’un grand tour depuis l’italien Gianbattista Baronchelli lors du Giro 1974.

Podium finale de la Vuelta 2019 : Primoz Roglic (1er), Alejandro Valverde (2e) et Tadej Pogacar (3e et meilleur jeune).

Déjà grimpeur hors norme, le natif de Komenda possède une marge de progression énorme et est déjà en train de vouloir s’améliorer en contre-la-montre, qualité nécessaire pour avoir un avantage concurrentiel sur ses adversaires. Cette saison l’encre définitivement dans une génération de virtuose de la pédale emmenée aussi par Egan Bernal (vainqueur du Tour de France à 22 ans) et Remco Evenepoel (vainqueur de la Clasica San Sebastian à 19 ans).

2020, l’année de la confirmation ?

Pogacar commence alors la saison 2020 avec un tout autre statut, passant de rookie à très grand espoir. A 21 ans, le slovène a choisi de s’aligner sur la Grande Boucle. Après une grande réussite pour son premier grand tour, il va donc découvrir la plus grande course du monde. Cette course sera un véritable test pour le slovène. Il sera connu et attendu par ses adversaires et aura donc une pression plus grande que lors de sa première saison World Tour. Cependant, l’intéressé n’a pas l’air de le voir de cet œil et vient avant tout pour découvrir la Grand Boucle et assister Fabio Aru, sans avoir vraiment d’objectif personnel. « J’irai au Tour avec les mêmes objectifs que sur la Vuelta. Je vais essayer d’en apprendre le plus possible. Si Aru se sent vraiment bien, nous irons chercher le maillot jaune et je le soutiendrai à 100 pour cent. J’aime ce rôle. Je n’ai pas tant de stress ou de pression. Le résultat n’a pas d’importance. C’est juste pour découvrir, avec une vue sur l’avenir. Je peux me détendre et découvrir l’aventure de trois semaines qu’est le Tour » a t-i déclaré à CyclingNews.

Pogacar ne semble pas vouloir griller les étapes. Il aurait pu être leader sur le Giro mais a déclaré (toujours à CyclingNews) avoir « besoin d’en apprendre davantage sur le rôle de leader » et « avoir besoin d’un peu plus de temps ». Cependant, le slovène ne cache pas ses ambitions futures et compte bien gagner un grand tour dans les prochaines années. Difficile de ne pas le voir comme l’un des favoris du Tour de France 2020 tant sa progression et sa maturité en course est impressionnante. Excellent en montagne, fort tacticien et loin d’être mauvais en contre-la-montre, il présente un profil idéal de futur vainqueur.

Tadej Pogacar et Fabio Aru seront alignés ensemble sur le Tour de France 2020.

En ce début de saison, Tadej n’attend pas l’été pour être dans la lumière. Il a déjà remporté le classement Tour de la Communauté de Valence (ainsi que deux étapes) et est a participé à l’épreuve WT de l’UAE Tour où il a hier remporté la cinquième étape au sommet du Jebel Hafeet. Une victoire qui va faire plaisir à son équipe, UAE Emirates, qui court à domicile lors de cette épreuve. Avec l’arrêt prématuré de la course (à cause du coronavirus) dès la fin de cette cinquième étape, Pogacar se classe donc deuxième du général derrière Adam Yates.

(3 commentaires)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :