NHL Omnisport

NHL – Transactions : Gagnants et perdants, tous les effets de la Date Limite des Échanges

Le marché des transferts de la NHL s’est achevé le lundi 24 février dans une euphorie plutôt plaisante de l’autre côté de l’Atlantique. Deux scénarios étaient envisageables pour cette trade deadline 2020 : soit les franchises allaient rester frileuses au vue d’une course aux Séries très serrée, soit les directeurs allaient s’employer pour concrétiser leurs plans et ajouter LA pièce qui fera la différence dans les mois qui arrivent. Avec 30 transactions, soit 7 de plus que la saison dernière, cette édition 2020 a suivi le second scénario.

Si le transfert de Jean-Gabriel Pageau (d’Ottawa vers les Isles de New-York) reste probablement le plus marquant, les transactions ont surtout sur le renforcement des rotations et agrandir la profondeur des effectifs. Le CCS revient pour vous sur les grandes heures de cette trade deadline 2020, en essayant de dégager les gagnants et les perdants aux différentes échelles de la Ligue.

Les poids lourds se renforcent pour la Coupe Stanley

Gagnants : Boston – Tampa Bay – Vegas

Boston Bruins : le bon coup Ondrej Kase

Les objectifs des Bruins pour cette période de transactions étaient simples : dégager de la marge salariale et renforcer la profondeur de leur, déjà excellent, effectif. Paris tenu ! Les Bruins sont parvenus à expédier 75% du salaire du vétéran David Backes en échange de l’ailier gauche des Ducks d’Anaheim, Ondrej Kase. Le tchèque de 24 ans est un excellent joueur de transition, capable de faire la différence en zone neutre, et apportera également sa bonne précision au tir. Boston ne prend pas beaucoup de risque avec lui, même si son état de santé est le principal facteur d’inquiétude. Avec un contrat de 2,6 millions, renouvelable en 2021, Boston peut le tester cette fin de saison et la prochaine avant de lui proposer, ou non, un meilleur contrat l’année prochaine.

Tampa Bay Lighting : le recrutement intelligent de Coleman et Goodrow

Les « Bolts » se trouvent dans une situation similaire à celles de Bruins : un gros effectif mais un plafond salarial qui sera difficile à gérer à l’été 2020. Dans cette situation, l’idéal est de réaliser des mouvements proactifs pour anticiper le marché prochain, celui de tous les dangers pour le Lighting. Dans ces conditions, les acquisitions de Blake Coleman en provenance des Devils et de Barclay Goodrow des Sharks ainsi que l’agent libre Zach Bogosian, sont des jolis coups pour Tampa Bay. Des joueurs puissants capables d’apporter leurs expériences dès leurs premiers matchs et financièrement intéressants. L’association entre Cirelli et Coleman devrait faire peur aux adversaires, alors que Goodrow trouvera du temps de jeu dans le troisième trio offensif de Tampa Bay. En revanche, le Lighting a donné beaucoup en échange : le 1er choix de repêchage 2020 (ou 2021) de Vancouver pour Coleman et un choix de première ronde 2020 (le leur) pour Goodrow. Des échanges onéreux mais, lorsque l’on regarde la situation financière à venir du Lighting, semblent tout à fait logique.   

Las Vegas Golden Knights : de la densité pour décrocher la Coupe Stanley

Si tout reste encore à jouer dans la Division Pacifique, le momentum est en faveur de la plus récente équipe d’expansion : Las Vegas. Les trois seules équipes avec un meilleur différentiel de buts que les Golden Knights aujourd’hui sont le Lightning, le Blues et l’Avalanche et Boston qui est la seule équipe maîtrisant mieux les chances de marquer. Si le classement de Vegas n’est pas aussi dominant que les autres, c’est en grande partie à cause du manque d’efficacité de ses gardiens. Marc-André Fleury, véritable baromètre des Knights, a montré son vrai visage en février avec 4 blanchissages, le poste de gardien n’est pas l’assurance tout-risque à Vegas. Problème résolu avec l’acquisition surprise de Robin Lehner en provenance de Chicago. Probablement l’un des 5 meilleurs gardiens cette saison, Lehner apportera sans aucune doute une véritable assurance en doublure de Fleury. Avec une bonne attaque, Vegas a également renforcé sa défense avec l’arrivée d’Alec Martinez en provenance des Kings de Los Angeles. De l’expérience et du talent qui seront précieux sur cette fin de saison.  Au vu de la réussite de Vegas en ce moment, cela semble suffisant pour voir les Golden Knights prendre le dessus dans la Pacifique.

Perdants : les inactifs ?

Les perdants de ce marché des échanges sont peut-être les franchises qui sont restées immobiles. L’Avalanche de Colorado, les Stars de Dallas, les Predators de Nashville, les Maple Leafs de Toronto… Tous sont à la lutte dans la course aux Séries et leurs noms reviennent souvent parmi les outsiders pour la Coupe Stanley, mais personne n’a bougé. Avec une large marge salariale, Colorado été le plus à même de tenter quelque chose, notamment lorsque l’on voit que le poste de gardien n’est pas le plus rassurant. Nous verrons bien qui aura eu raison de rester immobile.

Une course à l’armement pour la course aux Séries

Gagnants : Edmonton – Carolina

Edmonton Oilers : du soutien pour McDavid et Draisaitl

La blessure à court terme de Connor McDavid a peut-être précipité le GM de la franchise, Ken Holland, à prendre les devants pendant cette trade deadline 2020. On le sait, McDavid n’a besoin de personne pour sa production personnelle, mais si les Oilers veulent passer un cap, il était nécessaire d’apporter de la vitesse à l’aile et de la profondeur à l’effectif. C’est chose faite ! En attaque, Edmonton a réussi à attirer l’ailier des Red Wings, Andreas Athanasiou : rapide et efficace, il réalise une saison moyenne avec Detroit, souvent à l’infirmerie. Mais au cours de la saison 2018-2019, l’ailier canadien avait inscrit 30 buts et avec le duo McDavid/Draisaitl, il pourrait retrouver cette marque. De même, les Oilers font l’acquisition de Tyler Ennis qui apportera lui aussi de la vitesse dans la rotation. Parlons également de l’arrivée de Mike Green qui lui donnera de la profondeur en défense et pourra être une excellente option en supériorité numérique grâce à son excellent jeu long. Malheureusement, le défenseur vient tout juste de se blesser au genou et manquera 2 à 3 semaines de compétition. Des bons coups, bon marché, pour les Oilers qui peuvent enfin entrevoir un retour au premier plan de la Ligue.

Carolina Hurricanes : un marché astucieux

La politique des Canes pourraient nous faire penser à celle des Blues de St-Louis lorsqu’ils ont réussi à attirer Ryan O’Reilly en construisant autour de Tarasenko. Le destin de Canes sera-t-il similaire à celui des Blues ? C’est un autre sujet… Pour ce qui est de cette trade deadline 2020, Carolina continue d’opter pour des contrats sans risques mais prometteurs. Les Canes ont récupéré l’attaquant Vincent Trochek. Ce centre de 26 ans sera parfait dans la rotation offensive de Carolina avec Aho et Staal. Il apportera sa puissance physique et sa polyvalence. L’un des secteurs qui nécessitait le plus d’ajustement chez Canes est sans aucun doute la défense avec les blessures à long terme de Dougie Hamilton et Brett Pesce. Astucieusement, Carolina a fait l’acquisition de Brady Skjei et Sami Vatanen. Deux éléments aux compétences différentes mais qui seront assurément précieux pour les Canes en vue de la course aux Séries. L’un est une force physique et l’autre un défenseur à vocation offensive de 25 ans capable de scorer de manière récurrente. Les Canes réalisent de belles opérations aussi bien sur le plan sportif que financier.

Perdants : Florida – Buffalo

Florida Panthers : à quoi jouent-ils ?

Les Panthères ont-elles abandonné ? Agressif sur le marché avec beaucoup d’argent dépensé, Florida n’était à 2 points de Toronto pour la troisième place de la Division Atlantique à la date limite des transactions. En laissant partir un décevant mais amené à produire Vincent Trochek, on s’attendait à voir les Panthères monter une transaction pour récupérer de l’aide en défense. Mais pas du tout ! Cette mauvaise gestion du marché est symptomatique de la politique flou et discontinue de Florida depuis des années. Dommage pour une équipe qui pouvait espérer accrocher les Séries, les partisans sont désespérés.

Buffalo Sabres : Jack Eichel toujours esseulé

Auteur d’une saison digne du Trophée Hart, Jack Eichel a probablement espérer bien plus que Wayne Simmonds pour l’épauler dans la course aux Séries. L’ailier des Devils n’est plus à son meilleur niveau même s’il sera tout de même utile aux Sabres. Dans tous les cas, il n’est pas à la hauteur d’un Jack Eichel tonitruant. De même, l’arrivée de Dominik Kahun sera un atout pour les Sabres, mais cela manque clairement d’ambition pour Buffalo. L’organisation de Buffalo n’a pas réussi à construire un groupe d’attaquants capable d’accompagner Eichel. Dommage, mais Buffalo ne disputera probablement pas les Séries pour la neuvième fois consécutive.  

En route pour le repêchage !

Gagnants : Ottawa – Los Angeles – Detroit

Six choix de première ronde ont été échangés durant ce marché des transferts. Parmi les équipes qui ont fait le plein d’actifs pour le repêchage 2020, on retrouve les Sénateurs qui cumulent pas moins de 3 choix de première ronde, 4 choix pour la deuxième et 13 choix au total. De quoi voir venir pour Ottawa. Les Kings ne sont pas en reste avec 6 choix dans les 3 premières rondes et 11 au total. Les Red Wings ont également 6 choix dans les 3 premières rondes et 10 au total.

Perdant : Les Canadiens de Montréal…

Difficile de savoir précisément dans quelle situation se trouve le CH. Marc Bergevin est armé de 14 choix de repêchage, dont 4 dans les deux premières rondes et 9 dans les quatre premiers tours. Dans l’absolu, les transactions sont plutôt avantageuses pour le CH. Mais voilà, les partisans et les observateurs arrivent à saturation sur l’incertitude et le manque de projet clair de la part du GM des Canadiens. Avec de tels choix, l’idée serait d’axer sur la reconstruction sachant que la franchise historique de Montréal n’a remporté que 2 rencontres en Séries sur les 5 dernières années… Alors dans cette situation, il parait incompréhensible que Bergevin n’est pas tenté de tirer le maximum pour des joueurs comme Jeff Petry ou Tomas Tatar. Le directeur général du CH pense sûrement que son équipe est proche du niveau des Séries et souhaite faire un gros coup sur le marché estival avec ses tours de ronde… Tout reste flou du côté du CH.

Le marché des transactions en NHL a été mouvementé aussi bien dans le haut du panier de la Ligue que des les bas fonds… Certains se renforcent, d’autres préfèrent l’immobilisme mais tous convoitent la Coupe Stanley. Avant le tournoi printanier, il reste encore cette terrible, intrigante et passionnante course aux Séries ! Nous verrons rapidement qui a réaliser les meilleures opérations sur le marché des transferts.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :