A l'affiche Foot Premier League

Arsenal : La jeune génération prête à prendre le pouvoir !

Longtemps considéré (à tort) comme un bon club formateur, Arsenal semble être en train de véritablement changer de cap et de vouloir vraiment investir dans la formation. Sous l’impulsion de Per Mertesacker, désormais directeur de l’académie d’Arsenal depuis sa retraite, en 2018, beaucoup de changement ont été opérés dans le cursus de la formation au sein du club, à commencer par l’arrivée de Marcel Lucassen, ex directeur du développement de l’équipe nationale allemande. Et comme nous l’explique le très bon thread Twitter d’Antonin Deslandes, il est également bon de noter que plusieurs pointures de la formation anglaise se sont ajoutés, comme Lee Herron (ex-Reading), Steve Brown (ex-FA), Phil Antwi (ex-Reading et Wolverhampton), Conan Watson (ex-MU et FA) et Yusuf Sajjad (ex-Brentford, Reading et Chelsea). Alors, c’est bien beau tout ce joli monde mais quel rapport avec les joueurs actuels, me direz-vous. Et bien, comme vous l’aurez sûrement constaté, le club ne se porte pas très bien, ces dernières années et même si Arsenal a historiquement fait confiance à ses jeunes, le climat actuel et l’arrivée à la tête de l’équipe de Mikel Arteta sont autant de facteurs pour permettre aux jeunes de s’exprimer au plus haut niveau. Les joueurs que nous allons évoquer dans la suite du papier ne sont, pour la plupart, pas issus de ce revirement de stratégie dans la formation mais nous, voulions tout de même vous faire part de cette tendance qui pourrait être couronné de succès à l’avenir.

Pour les intéressés, voici le thread d’Antonin Deslandes concernant le changement de cap de la formation à Arsenal.

Les anciens

Le sous-titre peut faire sourire mais certains jeunes joueurs de l’effectif actuel sont déjà des habitués de l’équipe première et sont là depuis quelques temps, maintenant. C’est le cas de Ainsley Maitland-Niles (22 ans). Ce milieu de terrain de formation, fait parti de l’équipe première depuis quatre saisons. Il a intégré l’effectif sous l’impulsion d’Arsène Wenger et a donc déjà connus trois entraîneurs à Arsenal (quatre, si l’on compte Freddie Ljungberg), sa polyvalence lui a permis de se faire une place de choix dans l’équipe, il a joué à tous les postes, ou presque mais malheureusement pour lui cette même polyvalence lui a également jouée des tours puisqu’il n’a pas réussi à s’imposer sur la durée à un poste. L’arrivée, cet hiver, de Cédric Soares au poste de latéral droit, comme doublure de Hector Bellerin, pouvait nous faire croire que Mikel Arteta voulait faire jouer “AMN” à son poste de prédilection c’est-à-dire en tant que milieu de terrain, pour l’instant ce n’est pas le cas et son avenir est très incertain. Ce dernier pourrait bien quitter le club à l’issue de la saison. Actuellement Maitland-Niles a disputé 90 matchs et inscrit 3 buts avec Arsenal.

Après un premier match de rêve et un doublé inscrit face à Norwich, en League Cup, en 2017, ce qui permis à Arsenal de se qualifier pour le tour suivant, Eddie Nketiah (attaquant, 20 ans) a peu à peu disparu de la circulation et malgré de bonnes pré saisons il n’a pas réussi à convaincre Unai Emery de lui faire plus confiance, il faut également dire que la concurrence était extrêmement féroce avec Alexandre Lacazette et Pierre-Emerick Aubameyang. Lors du dernier match de la saison 2018/2019, il inscrit son premier but en Premier League, face à Burnley. Dans la foulée, il réussit, une nouvelle fois, une bonne préparation et marque face au Bayern Munich et la Fiorentina. Il est finalement prêté à Leeds Utd, là-bas il marque 5 buts en 4 titularisations mais son temps de jeu n’est pas suffisant et Arsenal décide de le rapatrier, cet hiver. Depuis son retour, il profite de la méforme de Lacazette et a été titulaire lors des deux derniers matchs de Premier League, il a d’ailleurs inscrit son deuxième but en PL contre Everton dimanche dernier. Avec les incertitudes concernant l’avenir d’Aubameyang et Lacazette au club, le jeune attaquant anglais a clairement une carte à jouer sur cette fin de saison pour mettre le doute dans la tête de l’entraîneur et des dirigeants. En 24 matchs, Nketiah a marqué 5 buts avec Arsenal.

Autre joueur fréquentant l’équipe première depuis quelques temps, Reiss Nelson (ailier, 20 ans). Ce dernier a longtemps été considéré comme LA pépite de l’académie et à juste titre puisqu’il a littéralement roulé sur ses adversaires en U18 et U23, si bien qu’Arsène Wenger l’appelle très tôt en équipe première (2017). Si à ces débuts le coach alsacien l’utilise d’abord comme piston droit dans son 3-4-3, par la suite il joue quelques matchs comme ailier droit quand le système repasse en 4-2-3-1. Malgré quelques bonnes prestations, le jeune Nelson ne marque pas ou ne réussit pas de passes décisives. La saison dernière, il est prêté en Bundesliga (il rejoint ainsi son meilleur ami, Jadon Sancho) à Hoffenheim, le déclic va intervenir là-bas puisque lors de ses treize premiers matchs de Bundesliga, il inscrit six buts et délivre une passe décisive. Malheureusement, la deuxième partie de saison sera moins réussis, la faute à plusieurs blessures, il inscrit, tout de même, un but et termine la saison à sept buts et une passe décisive en Bundesliga. Cette saison, malgré un temps de jeu intéressant, il n’arrive toujours pas franchir ce palier tant attendus. Ceci dit son QI foot est au-dessus de la moyenne et il a la capacité de répéter les efforts, il est aussi capable de colmater les brèches défensivement, ce qui n’est pas forcément inné pour un joueur offensif et l’arrivée de Mikel Arteta lui a fait le plus grand bien dans sa capacité à conserver la balle et à lâcher le ballon au bon moment et sans sa blessure au mois de février, il aurait probablement enchaîné les matchs. Pour l’heure, Reiss Nelson n’a marqué que 2 buts en 30 matchs pour les Gunners mais nous ne nous faisons aucun soucis pour lui concernant son avenir à Arsenal, il peut être une des têtes de gondoles de cette génération.

Joe Willock (20 ans) est le dernier de cette génération déjà presque ancienne (au vu des très jeunes qui poussent) et comme ses compères, il a très vite tapé dans l’oeil d’Arsène Wenger et intègre régulièrement l’équipe première en 2017/2018. Pourtant, dans les équipes de jeunes, il ne faisait pas partis des cracks ou de ceux sur qui le club comptait le plus. En revanche, ce que l’on peut observer, c’est que ce milieu de terrain a énormément progressé ces dernières saisons, jusqu’à être un titulaire indiscutable en début de saison, sous Unai Emery et prenant la place d’Özil en numéro 10. Avec Mikel Arteta, Joe Willock continue de jouer à ce poste de temps en temps. Pourtant, au vu de ces qualités, il pourrait sûrement mieux s’exprimer dans un milieu à trois, plus hybrides et légèrement plus bas sur le terrain, malgré tout son plus gros défaut, actuellement, est probablement son inconstance, ce qui est normal pour un joueur de son âge. Il a également un bon sens du but pour un jeune milieu de terrain, en témoigne ses 7 buts inscrit avec les Gunners sur ses deux dernières saisons. Bref, il faudra voir comment Arteta compte articuler son milieu de terrain, la saison prochaine, mais Joe Willock à lui aussi une grosse carte à jouer pour s’inscrire dans la durée et devenir un joueur important de l’équipe.

Eddie Nketiah, Joe Willock et Reiss Nelson lors d’un match de présaison en 2017.
(Photo : Compte Twitter d’Eddie Nketiah)

Les recrues

Comme dit plus haut, Arsenal n’est plus un grand club formateur (si tant est qu’il l’est été, un jour), en revanche s’il y a un domaine où Arsenal est plutôt performant, c’est au niveau de la post formation. Sur les 15 dernières années des joueurs tels que Cesc Fabregas, Samir Nasri, Robin van Persie, Abou Diaby, Bacary Sagna, Gaël Clichy, Hector Bellerin, Aaron Ramsey, Wojciech Szczesny ou Emmanuel Adebayor ont été recrutés très jeunes (entre 16 et 21 ans) puis développé pour intégrer l’équipe première. Aujourd’hui encore, cette post formation reste une des forces du club londoniens, trois joueurs représentent parfaitement cette tendance.

Mattéo Guendouzi (milieu de terrain, 20 ans) est arrivé en juin 2018, en provenance de Lorient pour environ 8 M€. Son arrivée est le fruit de plusieurs mois de scouting de la part d’Arsenal, initié, en partie, par Unai Emery qui l’avait repéré lorsqu’il était entraîneur du PSG. Lors de son arrivée, beaucoup se posait des questions quant à l’intérêt d’un tel transfert. Un an et demi plus tard et après plusieurs matchs référence à son actif, chez les Gunners, le jeune parisien est devenu un joueur majeur de l’effectif et a même été titulaire lors des 14 premières journées de Premier League, cette saison. Sa capacité à casser les lignes, que ce soit par la passe ou par le dribble, a convaincu Unai Emery d’en faire un de ses hommes de base. En revanche l’arrivée sur le banc de Mikel Arteta a quelque peu changé la donne et Guendouzi traverse une période un peu plus délicate, ces derniers temps. Une brouille aurait éclaté avec le coach espagnol lors d’une tournée à Dubaï, début février, ceci dit la grosse force mentale de l’ancien lorientais ainsi que sa personnalité pourrait le faire revenir sur le devant de la scène, il faudra, néanmoins, qu’il réussisse à gommer quelques défauts, notamment, son placement en phase défensive mais également sa propension à trop porter la balle. Comme pour Willock, il a une belle carte à jouer au milieu de terrain et si d’avenir Mikel Arteta venait à jouer à trois au milieu, il pourrait être un des gagnants.

Comme pour Guendouzi, l’arrivée de Gabriel Martinelli (attaquant, 18 ans) est la résultante de plusieurs mois de scouting. En revanche, à l’inverse du milieu de terrain français, son arrivée a été longue à se dessiner, d’abord espéré au mercato d’hiver 2019, le dossier était au point mort pendant pas mal de temps. Finalement, la nomination d’Edu Gaspar (autre ancien joueur) en tant que directeur sportif, en fin de saison dernière, va relancer le dossier et le jeune attaquant brésilien, débarque d’Ituano le 2 juillet 2019, pour environ 7 M€. Depuis, c’est une véritable success story pour le jeune de Sao Paulo. Depuis le début de cette saison, il a délivré 3 passes décisives et surtout inscrit 10 buts toutes compétitions confondus, dont ce rush incroyable contre Chelsea, mi-janvier. Joueur extrêmement généreux dans les courses, aussi bien offensives que défensives, doté d’une grosse qualité technique, d’une grosse pointe de vitesse et capable d’effacer dans les petits espaces, le jeune brésilien est souvent comparé à Alexis Sanchez. Pourtant, Martinelli a peut être un potentiel plus élevé et surtout, il semble plus à même de jouer seul en pointe, là où le chilien avait quelques limites. Nous sommes clairement en présence d’un crack pour les prochaines saisons, qu’Arsenal devra rapidement blinder, s’ils ne veulent pas le voir s’éloigner du club à court terme.

Le défenseur central, William Saliba (18 ans), sera officiellement un joueur de l’effectif d’Arsenal, à partir du premier juillet 2020 (pour l’instant prêté à Saint-Étienne). Et dieu sait que cette arrivée est attendues par bon nombre de suiveurs et de supporters d’Arsenal, tant les difficultés affichées depuis quelques saisons dans ce secteur de jeu ont été légions. Cela peut paraître démesuré de mettre autant d’attentes, voire de pression sur un jeune de 18 ans, surtout à un poste aussi important mais il faut dire que ces attentes sont légitimes, en Ligue 1, le jeune William Saliba est impressionnant et malgré des dernières sorties un peu plus en dents de scies, avec l’ASSE (le climat entourant le club forézien, ne l’aide sûrement pas), son niveau est exceptionnel. Capable de relancer proprement, rapide, bon dans les duels (au sol et aériens), son seul défaut majeur et non négligeable, c’est sa propension à se blesser assez régulièrement, surtout à Arsenal, cela pourrait s’avérer être problématique. En attendant, Mikel Arteta doit être satisfait de récupérer un tel défenseur pour la saison prochaine.

Martinelli et Guendouzi à l’entraînement
(Photo : football.london)

Les prêtés

Parmi les jeunes joueurs en prêt, en ce moment, certains n’auront probablement pas d’avenir au club, nous pensons, notamment à Deyan Iliev (gardien, 24 ans), Jordi Osei-Tutu (latéral droit, 21 ans), James Olayinka (milieu, 18 ans), Joseph Olowu (défenseur central, 19 ans), Dan Ballard (défenseur central, 19 ans), Ben Sheaf (milieu défensif, 21 ans). Même si rien est inscrit dans le marbre, ces joueurs partent de trop loin pour pouvoir s’imposer sur le long terme dans l’effectif.

En revanche, deux joueurs issus de l’académie et en prêt actuellement, sont susceptibles de devenir des joueurs réguliers de l’équipe première, à l’avenir. Tout d’abord, Émile Smith-Rowe (milieu offensif, 19 ans), en prêt depuis cet hiver, à Huddersfield Town (il en est d’ailleurs à 1 but et 3 passes décisives, depuis son arrivée). Ce milieu offensif polyvalent (capable de jouer 8 ou sur un côté) a, à l’instar de Reiss Nelson, longtemps été le leader technique des U23, avant d’intégrer l’équipe première, lui aussi. La saison dernière il a, notamment, été auteur de trois buts avec Arsenal (un en League Cup, deux en Europa League). Sa facilité à jouer juste, à dribbler, à passer mais également son coffre et son gabarit (ce “faux-petit” mesure tout de même 1m83) font de lui, un joueur à suivre très attentivement et un joueur de plus dont Mikel Arteta pourra disposer dans son plan de jeu, la saison prochaine.

L’autre joueur à suivre est, sans aucun doute, Tyreece John-Jules, le jeune attaquant de 18 ans est en prêt à Lincoln City depuis cet hiver (un seul petit but inscrit). Comme beaucoup de ses coéquipier, c’est en équipe de jeune qu’il se révèle où il empile les buts avec les U18 et U23. Même si son potentiel est évident et qu’il a de bonne chance d’au moins avoir sa chance en équipe première, le plus gros obstacle à venir pour lui c’est cette incroyable densité et concurrence à son poste. Sans compter Aubameyang et Lacazette, nous pouvons rajouter Nketiah, Martinelli et d’autres jeunes de l’académie que nous allons évoquer plus tard.

L’académie

Cela peut paraître étonnant, mais Bukayo Saka (ailier gauche, 18 ans), LE phénomène d’Arsenal, cette saison, fait toujours partis de l’académie d’Arsenal. Difficile d’être passé à côté des prestations récentes du jeune anglais. Repositionné latéral gauche suite aux blessures de Kieran Tierney et Sead Kolasinac, par Mikel Arteta, Bukayo Saka a su saisir sa chance… et de quelle manière, 3 buts et 11 passes décisives, cette saison, toutes compétitions confondus. Pourtant pas très grand ou costaud, le jeune anglais est difficilement bougeable au duel, malgré tout il a quelques faiblesses défensivement et peut paraître un peu naïf de temps en temps (ce qui est normal pour un jeune joueur qui ne joue pas à son poste). Offensivement, ses dribbles et sa qualité de centre exceptionnelle avec sa patte gauche, sont dévastatrices. Il s’agit, clairement, d’une des plus grosses pépites de l’académie d’Arsenal mais également du pays.

Bukayo Saka fêtant son premier but chez les pros contre l’Eintracht Francfort.
(Photo : Transfermarkt)

Parmis les autres joueurs à suivre, faisant partis de l’académie, nous vous conseillons de suivre attentivement : Folarin Balogun (attaquant, 18 ans), Charlie Patino (milieu, 16 ans), Miguel Azeez (milieu, 16 ans), Sam Greenwood (attaquant, 18 ans), Arthur Okonkwo (gardien, 18 ans), Ben Cottrell (milieu, 18 ans), Catalin Cirjan (milieu, 17 ans) ou encore Joël Lopez (latéral gauche, 17 ans)

Alors, évidemment, tous ces joueurs ne seront pas des titulaires indiscutables à Arsenal ou auront un avenir au club, il faudra faire des choix, d’autres seront probablement attirés par d’autres clubs ou n’arriveront tout simplement pas à confirmer leur potentiel. Il n’empêche que cette génération qui arrive ou qui est déjà en train de faire son trou a tout pour refaire d’Arsenal un club majeur en Angleterre, sous l’impulsion du quatuor Mertesacker, Lucassen, Edu Gaspar, Mikel Arteta !

(1 commentaire)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :