Foot Liga BBVA

LaLiga : En Nesyri, le soleil marocain brille à Séville

Actuellement troisième du championnat Espagnol, Séville est aussi en course en Europa League ou il s’est qualifié in extremis contre le CFR Cluj. 1 but à l’extérieur de sa recrue hivernale, Youssef En Neysri, aura suffi. Ce dernier, arrivé le 16 Janvier, a dores et déjà inscrit 4 buts, avec un temps de jeu (jusqu’ici) limité. Chargé de remplacer les échecs Dabbur et Chicharito, il sera en concurrence avec Luuk de Jong. Avec de gros objectifs a jouer jusqu’à la fin de la saison, le marocain aura un rôle à jouer et pourrait continuer à s’illustrer. Comment s’est-il intégré aussi rapidement, peut-il s’installer durablement en Andalousie ? Éléments de réponses.

Formé au Maroc, En Nesyri débarque en Espagne à 18 ans, à Malaga, ou il évoluera dans un premier temps avec l’équipe réserve. Mais, alternant le bon et le moins bon, il ne peut empêcher son club de descendre en Segunda Division. Ayant beaucoup progressé, il est tout de même sélectionné pour la coupe du monde en Russie. Son profil avait tout de même séduit certains clubs espagnols qui lui voient encore une marge de progression. Léganes remporte la mise pour 10 millions d’Euros. En Nesyri devient au passage le joueur vendu plus cher en étant formé au Maroc. Bien qu’il mettra du temps avant de s’imposer, il deviendra peu à peu le joueur décisif attendu. C’est là que Séville se penchera sur son cas et fera lever sa clause libératoire de 20 millions d’Euros.

Buteur pivot, et puis c’est tout?

En Nesyri après son premier but avec les sevillistas. (Photo: morroco world news)

Les très grand et très élancé marocain (1,92m, 77kg) a disputé l’équivalent d’environ 4 matchs sous le maillot Sévillan, et à déja inscrits 4 buts, soit un but toutes les 85 minutes environ. En doublure de De Jong, adoré par Lopetegui, il vient souvent apporter des soucis à la défense adverse, avec environ 3 duels remportés par match en moyenne avec un temps de jeu limité. En Nesyri sait aussi saisir les angles de frappes. De manière générale, avec un temps de jeu qui n’as jamais été très très élevé, il tire environ 2.92 fois par match, et 3.99 fois depuis qu’il est arrivé à Séville. Ceci s’explique sûrement par le fait que le joueur de 22 ans n’as jamais joué dans une équipe de aussi offensive que Séville. En restant sur ses frappes, c’est un joueur qui possède une bonne puissance, une grosse précision, qui lui permettent de saisir ses occasions. Ayant inscrit 21 buts depuis le début de sa carrière (18.9 Xgoals) sans tirer les pénaltys, En Nesyri nous prouve sa capacité à marquer sans avoir énormément d’occasions. Avec tout ça, on pourrait l’imaginer dans un profil à la Dzeko ou Giroud, mais le sévillan aime aussi prendre la profondeur, ou il fait parler une vitesse plus que correcte pour un joueur aussi grand. Il est aussi différent d’un Dzeko ou d’un Giroud, beaucoup moins fin techniquement, beaucoup moins bon en appui, beaucoup moins capable de trouver ses coéquipiers dans l’espace dos au jeu.

Intégration dans le plan de jeu Sévillan.

N’importe qui ayant vu jouer les blanquirrojos cette saison peut les caractériser par leur volonté de centrer sans cesse. Le profil du néo-sévillan est donc parfaitement compatible. Sa taille, sa force dans les duels aériens, son sens du jeu et ses déplacements dans la surface lui ont permis une intégration rapide dans les phases offensives orchestrées par Julen Lopetegui. Les 2 joueurs de chaque côté du 3-4-3 sévillan abreuvent donc sans cesse les ballons dans la boîte, ou le marocain brille par ses appels incisifs dus à sa bonne vitesse. Le jeu sévillan est aussi très direct en cherchant la verticalité coûte que coûte. Si bien que les longs ballons font légions, et En Nesyri se doit alors de les récupérer, soit dans un duel aérien, soit dans sa course. Bien qu’il possède la vitesse suffisante, sa qualité technique pose tout de même question. Car contrôler un long ballon nécessite une première touche de balle de qualité, et la technique n’est pas le point fort de l’ex de Léganes. Il est capable de conduire la balle, mais ce n’est pas un bon dribbleur,il n’est pas non plus à l’aise dans les 1 contre 1, et commet parfois quelques approximations techniques dommageables pour une équipe visant la Ligue des Champions. S’il y a une chose, en revanche, qui caractérise le marocain, c’est son éthique de travail. Il le dit lui même, il aime  » Travailler et tout montrer sur le terrain, je ne parle pas en dehors« . En constante progression depuis son arrivée en Espagne, ses entraîneurs soulignent souvent sa volonté d’apprendre, ce qui est un véritable motif d’espoir pour les supporters sévillans, qui possèdent entre les mains un bon joueur, perfectible mais efficace.

En Nesyri à l’entraînement au Ciudad Desportiva. (Photo: Diario de Sévilla)

En Nesyri n’est pas le n°9 complet, technique, capable d’influer sur tout le front de l’attaque et de remiser avec n’importe lequel de ses coéquipiers. En Nesyri n’est pas Haaland, Lewandoski, et encore moins Firmino ou Benzema. En Nesyri est même un profil particulier, amené à briller dans certaines conditions tactiques que le club andalou remplit. En ayant ces qualités et ces défauts décrits plus hauts, il est un joueur quasiment unique, dont le profil fait plaisir à voir dans le football si stéréotypé que l’on connaît. Bien qu’il soit impossible de prédire la suite de son aventure sévillane, force est de constater que jusque là, il gagne sa place tranquillement, et que toutes est prédisposé à continuer à le faire briller.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :