A l'affiche News NFL Omnisport

NFL – Ce qu’il faut retenir du début de la Free Agency

La saison 2020 de NFL est enfin lancée, avec l’ouverture de la Free Agency lors de la semaine passée. Marquée notamment par le départ de Tom Brady des Patriots, elle s'impose comme l'une des plus folles de la dernières décennies. Les mouvements s'enchainent, le CCS fait donc le point sur ces sept derniers jours.

La saison 2020 de NFL est enfin lancée, avec l’ouverture de la Free Agency lors de la semaine passée. Marquée notamment par le départ de Tom Brady des Patriots, elle s’impose comme l’une des plus folles de la dernières décennies. Les mouvements s’enchainent, le CCS fait donc le point sur ces sept derniers jours.

La valse des Quarterbacks bouleverse la NFC South

C’est la signature majeure de cette Free Agency et probablement l’un des plus grands mouvements de l’histoire de la NFL. Tom Brady a quitté les Patriots après 20 ans d’histoire commune, pour paraphé un contrat de deux saisons, et 50 millions de dollars, aux Tampa Bay Buccaneers. Avec cette signature, les floridiens espèrent retrouver les séries éliminatoires, leur dernière campagne remontant à la saison 2007. Pour cela, Brady, en plus de son expérience et son talent, pourra compter sur l’appui d’un des meilleurs groupes de receveur de la Ligue, avec une ligne offensive composée de Mike Evans, Chris Godwin, O.J. Howard et Cameron Brade. En outre, des renforts devraient également intervenir dans le secteur du jeu au sol, très déficitaire à Tampa Bay mais arme principale des Patriots ces dernières années. Le cap space actuel, à hauteur de 24 millions de dollars, le permet.  

En lien avec cette arrivée, c’est toute la NFC South qui se retrouve bouleversée. Car décrocher les Play-Offs dans cette division sera loin d’être une partie de plaisir. Face à lui, le vainqueur de six superbowls, croisera la route de vieilles connaissances, notamment Drew Brees et Matt Ryan. À 41 ans, le quaterback des Saints sera lui aussi de retour en septembre prochain, avec l’objectif de décrocher une seconde bague après le titre de 2010. En signant pour seulement 25 millions de dollars la saison, il a permis aux siens de se renforcer avec les arrivées du Safety, Malcolm Jenkins (en provenance de Phila) et du receveur, Emmanuel Sanders (récent perdant du Superbowl avec les Niners). Avec trois superbowls remportés à leur actif, c’est un apport en qualité et en expérience non négligeable pour un groupe déjà lourdement armé, mais qui peine ces dernières saisons dans les séries éliminatoires.  

Si les Saints sont un gros morceau, que dire des deux outsiders ? Matt Ryan a encore en travers de la gorge la remontée subit lors du Superbowl en 2017. Cependant, lui aussi pourra composer avec des renforts de choix, en la personne de Todd Gurley et Dante Fowler. Le désormais ex-running back des Rams (triple All-Pro) retrouve la Georgie, où il a effectué son cursus universitaire. Si des interrogations demeurent sur son physique, Atlanta représente une belle opportunité pour se relancer et cela à moindre coût pour les Falcons. Pour Fowler (11,5 sacks avec les Rams), il vient combler un besoin crucial, puisque Atlanta n’en avait réalisé que 28 en 2019, en signant pour 3 saisons et 48 millions de dollars. Enfin les Panthers, auront également leur mot à dire. Ces derniers tournent une page puisqu’ils ont décidé de se séparer du MVP 2015, Cam Newton (blessé toute la saison passée) pour miser sur l’ancien back up de Brees, Teddy Bridgewater. Celui-ci aura l’occasion de confirmer tout son potentiel dans la peau d’un titulaire, avec à la clé, un contrat à 21 millions de dollars la saison sur 3 ans (33 sont garantis) et un staff renouvelé à l’intersaison.

Des changements qui en entraineront d’autres

Autre victime de ce chambardement, Jameis Winston, lui, paye ses 30 interceptions au cours de la saison passée. Malgré une saison à plus de 5000 yards et 33 touchdowns. Son inconstance chronique -88 interceptions en 72 matchs- et son manque de résultats probants (pas de qualification en PO), le place sur la liste des partants. Sa nouvelle destination n’est pour l’heure, pas encore connue mais les prétendants ne devraient pas manquer aux vues du marché. Rivers a quitté les Chargers pour les Colts, Denver a coupé Flacco, les Patriots se retrouvent sans QB titulaire vétérans même si Brian Hoyer est de retour, derrière Stidham. Pittsburg et Jacksonville sont des destinations possibles, même si Andy Dalton est également dans le viseur des Jaguars. À noter que Nick Foles (MVP Superbowl 2017) a été tradé chez les Bears de Chicago, en échange d’un 4ème tour de draft, pour concurrencer Mitch Trubisky, décevant en 2019 après les progrès entrevus en 2018.

À l’inverse, chez les Vikings et les Titans, on a misé sur la stabilité en prolongeant Kirk Cousins (deux ans et 66 millions) et Ryan Tannehill (quatre ans et 118 millions), tous deux, satisfaisants durant la dernière campagne de Play-Offs. Des prolongations qui ont précipité les départs de, Mariota du Tennessee vers les Raiders de Las Vegas, afin d’y jouer le rôle de back up de Derek Carr, alors que Derek Henry est conservé grâce au Franchise Tag, rejoint par Vic Beasley (Atlanta). Tandis que Stefon Diggs a été tradé du Minnesota vers les Bills en l’échange, notamment du 22ème choix de la draft, un mal pour un bien étant donné que l’entente n’était pas au beau fixe entre le receveur et son QB. Dans l’impasse, Dallas n’a pas réussi à retrouver la post-season, pourtant faute de mieux, la confiance est maintenue pour 1 an envers Dak Prescott, qui s’est vu proposer le Franchise Tag (contrat d’un an à hauteur du salaire moyen des 5 plus gros contrats au poste du joueur en question). La connexion avec Amari Cooper restera effective. Le receveur a lui aussi prolongé, pour 5 ans et 100 millions (60 garantis). Par conséquent, Robert Quinn n’a pas été retenu et s’en est aller pour 70 millions de dollars (5 ans) à Chicago, où il formera un duo très costaud avec Khalil Mack. Clinton-Dix fait lui le chemin inverse.

Les Los Angeles Rams et les Houston Texans ont lancé la saison des braderies

Dès le premier jour, la Free Agency a pris une tournure folle. Pour cause, Bill O’Brien a tradé au Cardinals son receveur star et référence à son poste, DeAndre Hopkins, avec un 4ème tour de draft contre David Johnson et deux choix de draft (2ème et 4ème tour). Un échange qui a provoqué les railleries du monde de la NFL. Sur le plan sportif, la belle dynamique de la dernière saison, marquée par une qualification en demi-finale de conférence, semble déjà remise en question chez les Texans qui se retrouvent sans receveur n°1. Au contraire, Kyle Murray peut se réjouir du côté d’Arizona, avec un Hopkins au sommet (104 passes captées, 1165 yards et 7 TD), qui s’ajoute à un secteur offensif déjà bien pourvu avec Larry Fitzgerald, Kenyan Drake et Christian Kirk.

Dans la même division que les Cardinals, les Rams ont également surpris leur monde en coupant à la fois Todd Gurley, mais aussi Clay Matthews, qui ne sera resté qu’une seule saison à Los Angeles. Le premier n’a pas réussi à être tradé, sans doute en raison de son salaire et de l’état de son genou gauche qui suscite des interrogations. Ainsi afin de faire quelques économies (5,5 millions), les Rams ont préféré le couper. Pour compenser au départ du second, Leonard Floyd débarque en provenance des Chicago Bears

La parole est à la défense

En bref, les derniers mouvements majeurs ont concerné des éléments défensifs. Du côté de Détroit, le Safety, Duron Harmon et le defensive tackle, Danny Shelton, rejoignent la colonie des Ex-Patriots de Patricia dans le Michigan. Constat quelques peu similaire chez les Dolphins, très actifs afin d’amorcer un nouveau cycle, où on retrouve parmi les renforts majeurs le linebacker, Kyle Van Noy, ainsi que le pass-rusheur, Shaq Lawson. Chez les Ravens, Calais Campbell (Jaguars), tradé contre un 5ème tour de draft, et Michael Brockers, après huit ans chez les Rams, viennent prêter mains fortes à Brandon Williams pour former l’une des meilleures lignes défensives de la Ligue.

Parti sur des chapeaux de roue, cette Free Agency 2020 réserve encore quelques belles surprises. Par exemple, à l’instar de Logan Ryan et d’autres, Jadeveon Clowney est toujours disponibles et ne croule pas sous les propositions, hormis celle de son équipe des Seahawks. Par ailleurs, la valse des quaterbacks promet de rythmer encore pour quelques jours la suite de cette intersaison.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :