Articles NBA Basket

Joyeux anniversaire à… John Stockton (58 ans)

En ces jours de confinement, l’actualité sportive est proche du palmarès de Bernd Schneider. L’occasion pour le CCS de réviser son éphéméride et de se focaliser sur ces sportifs qui fêtent leur anniversaire dans les jours à venir. Toujours en activité, à la retraite ou partis trop tôt, nous choisissons des joueurs ou joueuses qui ont marqué la mémoire collective du sport.

Aujourd’hui, 26 Mars 2020, souhaitons un excellent 58ème anniversaire à celui qui est resté fidèle à la franchise du Utah Jazz, un maestro de la passe et un voleur de ballon : John Stockton

John Stockton… c’est quoi ?

John Stockton c’est un peu l’histoire d’un gars qui ressemble à monsieur tout le monde sortant de 4 ans de fac à Gonzaga, il est drafté en 16ème position par le Jazz de Utah en 1984. Ces trois premières saisons sont timides, Stockton est barré dans un premier temps par un All-Star Ricky Green. Ce n’est que durant sa quatrième saison que Stockton devient titulaire et explose de son talent. Dès 1988 il devient le patron de l’équipe en compagnie de Karl Malone (drafté en 1985) sous la houlette du légendaire Jerry Sloan.

L’intelligence de jeu de Stockton est indéniable et il l’a une grande liberté pour mener cette équipe . En effet, Stockton est un excellent passeur, un très bon intercepteur et un joueur très juste dans sa sélection de tirs. Ses statistiques en carrière parle pour lui: 13,1 pts à 51,5%, 10,5 passes et 2,2 interceptions de moyenne. Sa complicité avec Malone est impressionnante et leur duo est la parfaite application du pick and roll. On surnomme d’ailleurs Malone « The Mailman » car tous les caviars envoyés par Stockton facilitait grandement son efficacité près du cercle.

Après 10 ans de carrière à peine il devient le meilleur passeur de l’histoire de la NBA en dépassant Magic Johnson. Puis l’année suivante il devient le meilleur intercepteur de l’histoire. John Stockton devient une légende du haut de ses 1,85 m et de son physique banale, il est une icone pour la franchise de Utah et une référence pour les meneurs de jeu. Il a passé 19 saisonS à Salt lake City pour autant de participations en Playoffs. Malheureusement les campagnes de Playoffs, malgré ce duo exceptionnel, ont été infructueuseS. Avec deux Finals perdues contre les Bulls de Jordan en 1997 et 1998, Stockton n’a pu choper une bague dans sa carrière. C’est durant cette saison 1997-1998 qu’on imaginait bien Utah prendre le titre. Avec le même bilan que Chicago à la fin de la saison régulière (62v-20d), Utah se retrouve en Finals pour la deuxième année consécutive face aux Chicagoans. Mais la troupe de Jordan est encore une fois trop forte avec ce shoot mythique de MJ à 5 secondes de la fin qui crucifie Utah et couronne les Bulls après des Finals épique.

Mon souvenir de John Stockton : Finale de Conférence 1987 , Game 6 face aux Rockets de Olajuwon et Barkley, le shoot au buzzer

Il reste tout juste 3 secondes à jouer et les deux équipes sont à égalité 100 partout. Après un écran musclé de Karl Malone, Stockton se retrouve seul, reçoit la balle, pose un dribble pour se mettre en position et décoche une flèche des 3 pts à la barbe de Charles Barkley pour envoyer le Jazz en Finals. Contre Olajuwon et Sir Charles, Stockton délivre une prestation de haute volée avec 25 pts et 13 passes et ce shoot au buzzer. Il inscrit même les 13 des 19 derniers points de Utah.

Ce shoot demeure l’un des plus décisifs de l’histoire de la NBA à l’instar de celui de Damian Lillard ou Kawhi leonard plus récemment.

Qu’est-ce que le sport retient (ou retiendra) de … John Stockton?

John Stockton est un mec « lambda » par son physique qui est devenu une référence à son poste et pour la NBA . Il est un véritable monstre de régularité. Sur ces 19 saisons il n’a manqué que 22 matchs sur 1526 disputés en saison régulière. Une prouesse rare qui montre quel joueur il était. Ensuite, avec 15 806 passes et 3 265 interceptions, il reste encore à ce jour le meilleur passeur et intercepteur de l’histoire de la NBA. Un meneur d’exception dont le fils spirituel peut s’apparenter à Steve Nash, il a démontré que le QI et l’intelligence de jeu avait sa place face aux montagnes physiques et athlétiques qui ornent la NBA.

Son palmarès est tout bonnement impressionnant:

11x All-NBA
10x All-Star
9x NBA Assist leader
USA Gold Medalist (Dream team 1992)
Basketball Hall Of Fame

Bon anniversaire à toi et prenez soin de vous…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :