Articles NBA Basket Ils ont marqué la décennie Les Douceurs du CCS

Ils ont marqué la décennie : Stephen Curry : Le shooteur révolutionnaire

En cette période creuse, confinement oblige, de l’activité sportive, le Café crème sport vous propose de revenir sur les sportifs qui ont fait les années 2010. Si aucun classement ne vous sera proposé, l’idée est de vous proposer le gratin des athlètes de la dernière décennie. Domination, longévité, record, personnalité, tout les facteurs seront pris en compte. Pour son deuxième épisode, le CCS ne change pas de sport et reviens sur les 10 années d’un surdouée de la balle orange.

Dans l’histoire de la NBA, nous trouvons trace d’une multitude de catégories de joueurs. Mais la liste des joueurs ayant révolutionné la manière de jouer au Basket est mince. Elle se compte sur les doigts de la main. Là ou un joueur comme Lebron James, aussi talentueux soit il, a marché sur les traces d’ ailier all around comme Scottie Pippen ou encore le génial Grant Hill, Stephen Curry à l’instar de Wilt Chamberlain ou de Michael Jordan, a créé une nouvelle manière de jouer à ce sport.

Mettre un ballon dans un panier. Voilà la définition la plus simpliste possible pour expliquer le basket ball. Et ça tombe bien, c’est la dedans que Stephen Curry excelle. En 10 ans, le fils de Dell s’est imposé comme l’un des meilleurs meneurs de l’histoire, grâce, en grande partie, à un shoot fabuleux. C’est bien simple, Stephen Curry peut marquer de n’importe où, dans n’importe quelle position, avec n’importe qui sur le dos. André Iguodala, son ancien coéquipier dans la baie déclarait récemment que, peu importe le sport où la coordination main/œil rentrer en jeux, Steph était au dessus de la moyenne. Du travail, évidemment, mais également un don naturel. C’est à 3 points que le joueur des Warriors s’est construit sa réputation. Des la saison 2012-2013, il plante 272 tirs primés, battant le vieux record de Ray Allen. 2 ans plus tard, il porte ce record à 286. Mais c’est bien l’année suivante ou Baby Face s’ancre dans la légende. Alors que son propre record est figé à 286, il va inscrire 402 shoot derrière l’arc lors de cette saison 2015-2016, explosant sa marque de 116 shoot. Il intègre également le mythique club 50-40-90, comprenez 50 % à 2 points, 40 % à 3 points et 90% aux lanceurs. 

Dingue, injouable, et visuellement incroyable, Steph score du milieu de terrain, sur une jambe, en plongeant, en tombant, en dégainant avec 20 secondes de possession à 3 mètres derrière l’arc. Il devient un phénomène, et est imité par les gamins du monde entier. Avec lui, tout semble facile, rien n’est forcé, et ses échauffements improbable ainsi que son sourire en coin de sale gosse qui vient de faire une bêtise font le tour de la planète. Il révolutionne le jeux, et de par son talent et sa capacité à dégainer à tout moment, seme la zizanie dans les défenses NBA. Cette année la, il porte ses Warriors à un bilan irréel de 73 victoires pour 9 défaites, battant le record des Bulls de Jordan que personne ne pensait atteignable. Il en profite également pour devenir le premier MVP à l’unanimité de l’histoire de la ligue Nord Américaine.

Mais résumer Curry à son shoot serait absurde. Être un excellent shooteur ne suffit pas en NBA, des joueurs comme Jimmer Fredette ou Adam Morisson peuvent en témoigner. L’ancien joueur de Davidson est une arme offensive incroyable. A tout moment, grâce à son premier pas dévastateur, il peut effacer son vis à vis et finir soit à mi distance, soit aller au panier, utilisant son œil incroyable pour finir dans n’importe quelle position. Sa vision du jeux est également plus que décente, le faisaient tourner à plus de 6 passes par match sur la décennie. Si la défense reste son relatif point faible, il reste un voleur de ballon de premier plan, finissant meilleur intercepteur de la ligue lors de sa fameuse saison 2015-2016.

Mais c’est également et surtout grâce à ses succès collectifs que Stephen Curry obtient sa place dans ce classement. Entre 2015 et 2019, il joue 5 finales NBA, remportant 3 titres aux côtés notamment de Klay Thompson, avec qui il forme les Splash Brothers. Rejoint par Kevin Durant, les Warriors forment une super team qui ne semblent avoir aucun rival, et les Cavaliers de LeBron James sont vaincus 3 fois en 4 ans. Paradoxalement, en 2015-2016, il ne peut rien au retour de Cleveland, qui remonte un déficit de 3-1 en finale pour s’imposer 4-3. Un échec, tout comme celui de 2019, ou Toronto fait tomber le double tenant du titre.

Mais plus que tout ça, c’est un héritage que va laisser Stephen Curry. Ses « enfants » arrivent déjà en NBA, comme Trae Young, frêle meneur au shoot rapide et dévastateur. La nouvelle génération a grandi et a rêver devant le double MVP. Il a ouvert la voie à un nouveau genre de NBA, basé sur du shoot à 3 points à tout va, quitte à en abuser. Tout cela, c’est la conséquence de la carrière de l’autre enfant d’Akron.

Palmarès 2010-2020 :

Triple champion NBA (2015,2017,2018)

Double MVP de saison régulière (2015,2016)

5 Finales NBA consécutives (2015-2019)

3 sélections dans la ALL NBA First Team

6 fois All Star

6 fois joueur du mois

1 fois meilleur marqueur et intercepteur de la NBA

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :