Bundesliga Foot Sélections nationales

Joyeux anniversaire à … Benjamin Pavard

En ces jours de confinement, l’actualité sportive est proche du palmarès de Bernd Schneider. L’occasion pour le CCS de réviser son éphéméride et de se focaliser sur ces sportifs qui fêtent leur anniversaire dans les jours à venir. Toujours en activité, à la retraite ou partis trop tôt, nous choisissons des joueurs ou joueuses qui ont marqué la mémoire collective du sport.

Aujourd’hui, samedi 28 mars, nous souhaitons un excellent vingt-quatrième anniversaire à celui qui a marqué la Coupe du Monde 2018 des bleus de la plus belle des manières : Benjamin Pavard.

Benjamin Pavard… c’est qui ?

Le natif de Maubeuge, dans les Hauts-de-France, suit très rapidement des détections, alors âgé seulement de neuf ans. Benjamin Pavard se déplace dans divers clubs dont deux professionnels : le LOSC et RC Lens. C’est finalement vers le club lillois qu’il choisit de poursuivre son parcours junior. Benjamin ne quittera pas le club jusqu’à la signature du papier d’or, le contrat professionnel, en 2015. Benjamin Pavard est un défenseur athlétique et intelligent. Il fait preuve d’un très bon sang-froid dans l’anticipation et possède une très bonne qualité de relance. C’est lors d’un soir de janvier que Benjamin Pavard fait ses débuts en Ligue 1 avec le LOSC, sous la direction de René Girard. Il enchaîne petit à petit les matchs en professionnels, profitant de la blessure de son collègue en défense, Marko Basa. La saison 2015-2016 est néanmoins plus difficile pour le jeune défenseur. René Girard, puis Hervé Renard, remerciés, c’est Frédéric Antonetti qui est désigné entraîneur des Dogues en novembre 2015, après plus de deux ans sans entraîner. La charnière Basa-Civelli est préférée par le coach corse et Benjamin Pavard n’est quasiment pas utilisé de la saison avec seulement 13 matchs en Ligue 1. Il décide alors de quitter le club lillois.

Benjamin Pavard sous les couleurs de Stuttgart (source : Foot Mercato)

L’été 2016 est le signe du nouveau départ pour le jeune défenseur prometteur. En effet, il quitte le LOSC pour trouver du temps de jeu et atterrit à Stuttgart en Bundesliga 2. Lors de sa première saison sous ses nouvelles couleurs, Benjamin Pavard est un élément clé de la montée du club rouge et blanc. La saison 2017-2018 est celle du challenge puisqu’il faut que Stuttgart se maintienne en Bundesliga après sa brillante montée. Benjamin Pavard joue les 34 matchs de sa première saison dans le championnat allemand et est une véritable révélation aux yeux des amateurs du football d’outre-Rhin. Il est même élu meilleur jeune joueur du mois de février 2018. C’est durant cette superbe saison qu’il est appelé en Equipe de France A. Il débute sous le maillot bleu ses dix premières minutes contre les Pays de Galles. Enfin, Benjamin Pavard est appelé par Didier Deschamps pour participer à la Coupe du Monde 2018 qui a lieu en Russie. Il jouera la quasi-totalité des matchs titulaires en tant que latéral droit – tous les matchs sauf celui face au Danemark -, et va marquer de son empreinte la compétition des bleus. Enfin, Benjamin Pavard rejoint le Bayern Munich lors du mercato de janvier 2019 et est directement prêté à Stuttgart. Le jeune défenseur retrouvera ses nouveaux coéquipiers en juillet de la même année, lors de l’ouverture du marché estival.

Mon souvenir de Benjamin Pavard : France – Argentine (4-3, CDM 2018)

Vous n’avez évidemment pas pu le manquer, la France est championne du monde en Russie en 2018 après son imposant parcours qui s’est terminé par une victoire contre la Croatie (4-2). Le groupe entier est le fruit de cette victoire : un collectif huilé à la perfection par Didier Deschamps, une bonne humeur hors du terrain et une quasi-perfection sur la pelouse ont donné ce résultat. Néanmoins, nous pouvons citer quelques joueurs qui ont marqué à leur manière la compétition des bleus. Griezmann, pour sa compétition impériale techniquement, Mbappé pour sa vivacité et son imprévisibilité qui ont permis à la France d’avoir un poids offensif lourd, Kimpembé et Mendy pour leur joie de vivre, ou encore Lloris et la charnière centrale, infranchissables. Autre fait qui n’a pu échapper à personne, un certain France-Argentine. De là où j’étais, je suivais le match sur téléphone, entouré de proches, d’amis de proches. Le débordement de Lucas Hernandez, plein d’énergie – la France perdait alors 2-1 -, est bon et son centre ne trouve personne. La balle rebondit et personne n’aurait pu imaginer une suite pareille. Après un quart de temps de flottement, Benjamin Pavard reprend du pied le ballon qui fuse vers la lucarne opposée. Sa frappe était pure, limpide, parfaite. Il fouetta la balle d’une telle force que le gardien argentin fut trahi non seulement par la puissance mais aussi par la trajectoire. La personne chargée de filmer de l’angle si particulier que fut celui depuis le dos de Pavard, apportait aux supporters français une occasion rêvée de se dire à nouveau « mais quel but ! » (voir GIF ci-dessous).

Benjamin Pavard but contre l'Argentine - image animée GIF

Voilà mon souvenir de Benjamin Pavard. Il est sûrement partagé par de nombreuses personnes – et c’est normal -, mais son but est tellement exceptionnel. Il a lieu dans un match éliminatoire, au moment où la France est menée depuis une dizaine de minutes. Il permet, d’un geste indescriptible, de redonner espoir à toute une nation, à toute son équipe. La suite du match tournera en la faveur des bleus puisque Kylian Mbappé inscrira un doublé.

Qu’est-ce que le sport retiendra de Benjamin Pavard ?

Benjamin Pavard n’a que 24 ans et il a déjà marqué l’histoire de son sport ; d’un coup d’éclat, certes, mais son histoire est belle, apostrophée d’un bijou qui n’arrive que très rarement dans une génération de footballeurs. Il n’avait joué qu’un match entier en Equipe de France avant d’être appelé par le sélectionneur pour aller jouer la Coupe du Monde. Depuis mars 2015, il restait invaincu en sélection en Equipe de France toutes catégories confondues. La Coupe du Monde en a fait les frais puisque la France n’a perdu aucun de ses matchs. Durant plus de trois ans et trente-cinq matchs, Benjamin Pavard fut le porte-bonheur des bleus. Le sport retiendra son éclat, son geste de génie – comme disait Thierry Gilardi pour Pauleta -, le chant en son hommage, mais également son interview donnée à Frédéric Calenge à Téléfoot, durant laquelle il n’était plus possible de s’arrêter de rire. Je vous laisse avec ces images.

L’ensemble de l’équipe du Café Crème Sport te souhaite un merveilleux anniversaire !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :