A l'affiche NFL Omnisport

NFL – Les meilleures classes Draft de l’histoire

La cuvée 2020 approche à grands pas et sera dévoilée à partir du 23 avril prochain. Principale porte d’entrée pour rejoindre la ligue sportive la plus suivie aux États-Unis, la Draft fêtera les 23, 24 et 25 Avril prochains son 85e anniversaire. En raison de la pandémie de COVID-19 et de ses conséquences sur son fonctionnement, elle entre déjà dans l’histoire de la Ligue. Pour autant, avec des joueurs prometteurs comme Chase Young, Joe Burrow ou Tua Tagovailoa, elle pourrait s’inscrire comme l’une des plus talentueuses de ces dernières années. Focus sur les plus marquantes de l’histoire de la NFL.

1967-1968-1969 : La trilogie NFL/AFL

Premiers choix :
1967 : Bubba Smith (DT), Baltimore Colts
1968 : Ron Yari (OT), Minnesota Vikings
1969 : O.J. Simpson (RB), Buffalo Bills

Hall of Farmers :
1967 : Ken Houston (DB), Alan Page (DE), Bob Griese (QB), Willie Lanier (MLB), Gene Upshaw (OG), Lem Barney (DB), Rayfield Wright (OT), Floyd Little (RB)
1968 : Elvin Bethea (OT), Art Shell (OT), Ron Yary (OT), Charlie Sanders (TE), Curley Culp (DT), Larry Csonka (RB), Claude Humphrey (DE), Ken Stabler (QB)
1969 : Joe Greene (DT), Ted Hendricks (LB), Roger Wehrli (CB), O.J. Simpson (RB), Charlie Joiner (WR).

Joueurs notables : Gene Washington, John Gilliam et Rick Volk (1967), Harold Jackson (1968), George Kunz, L.C. Greenwood and Mercury Morris (1969)

Pro Bowlers :
1967 : 14
1968 : 23
1969 : 28

Chacune a marqué l’histoire de la NFL a sa manière, dès lors difficile de déterminer laquelle a eu le plus d’impact sur son temps. La cuvée de 1967 possède le plus de Hall of Famers avec huit et reste la première de l’histoire après la décision de fusionner la NFL et l’AFL. La suivante de 1968, n’est pas la plus glamour mais comporte également le nombre record de huit Hall of Farmers (co-détenu avec celle de 67). Parmi eux, Ken Stabler, quarterback gaucher qui domina sa catégorie durant la fin des années 60 et les années 70, en remporta notamment un Superbowl sous les ordres de Madden aux Raiders.

Lors de la Draft 1969, les Steelers de Pittsburgh sélectionnent Joe Greene au premier tour. La dynastie est fondée (Photo : Twitter)

Celle de 69 est plus emblématique grâce à ses figures médiatiques : Joe Greene et O.J. Simpson, tous deux sélectionnés au premier tour. Le choix de Greene, ainsi que ceux de Kolb et Greenwood, marque l’avènement de la dynastie des Steelers de Pittsburgh qui dominera la décennie suivante des 70’s. En outre, la cuvée 69 a également sorti l’une des meilleures classes de running back puisque, au delà de Simpson, Mercury Morris, Larry Brown, Calvin Hill et Ron Johnson ont été à de multiple reprises Pro Bowlers. C’est également la dernière draft conjointe entre la NFL et l’AFL, puisque la fusion est effectuée en 1970.

1981 : La plus défensive

Premier choix : Georges Rogers (RB), New Orleans Saints

Hall of Farmers : Lawrence Taylor (LB), Ronnie Lott (CB), Mike Singletary (LB), Howie Long (DT), Rickey Jackson (LB), Russ Grimm (G) et Kenny Easley (SS)


Joueurs notables : Dennis Smith (S), James Brooks (RB) et Cris Collinsworth (WR)


Pro Bowlers : 32

Il sera très difficile pour une classe de Draft de dépasser celle de 1981 d’un point de vue défensif. Sur ses sept joueurs inscrits à Canton, six ont joué en défense. Singletary et Taylor sont deux des joueurs les plus emblématiques de la NFL et Ronnie Lott a été le visage de la défense des 49ers de San Francisco pendant leur domination dans les années 1980.


Cette classe étoilée a eu à la fois un impact immédiat et une grande longévité. La NFL est devenue un phénomène dans les années 80 et cette classe y était pour beaucoup. Cette cuvée de Draft a également contribué à ce que les Redskins atteignent quatre Superbowls de 1982 à 1991 et en remportent trois. Avec May, Grimm et Joe Jacoby – qui était un agent libre non drafté dans cette cuvée – les Redskins ont formé la fameuse ligne offensive « Hogs ».

1983 : La plus légendaire

Premier choix : John Elway (QB), Colts Baltimore

Hall of Famer : Bruce Matthews (OT), John Elway (QB), Jim Covert (OT), Dan Marino (QB), Darrell Green (CB), Eric Dickerson (RB), Jim Kelly (QB) et Richard Dent (DE).


Joueurs notables : Chris Hinton (G), Joey Browner (CB), Karl Mecklenburg (LB), Mark Clayton (WR) et Roger Craig (RB).

Pro-Bowlers : 42

Elle fait pratiquement l’unanimité lorsqu’on pose la question, « quelle classe de Draft est la meilleure de l’histoire ?  » Avec ses six quarterbacks au premier tour, dont 3 Hall of Hamers, elle est à ce jour inégalé en terme de prestige et de performance à ce poste. Pour preuve, 11 des 15 saisons qui suivront, verront un QB de la cuvée 1983 arrivé au Superbowls (dont Elway à cinq reprises, Kelly à quatre). Toutefois, limiter sa légende au poste de quarterback serait réducteur. Le poste de Running Back est également l’un des mieux fourni de l’histoire et à vu Eric Dickerson établir le record de gain au sol sur une saison (2105 en 1984 avec les Rams). Neuf autres Running Back ont dépassé les 3000 yards au sol durant leur carrière et six ont été Pro Bowlers (dont Curt Warner et Roger Craig).

John Elway (à droite) est dubitatif, sélectionné en premier choix par les Colts, il ne souhaite pas jouer à Baltimore et force son transfert. Il partira à Denver, où il attendra 5 Superbowls pour un total de deux titres. (Photo : Broncos.com)

La défense n’est pas en reste, cinq defensive end ont joué plus de 10 saisons dans la ligue, un panel parmi le total impressionnant de 18 joueurs qui ont passé la barre des 150 matchs en carrière. Une équipe a par ailleurs tiré son épingle du jeu, plus qu’une autre. Les Bears de Chicago, grâce au repêchage de Jimbo Covert (OT – 1er tour), Willie Gault (WR – 1er tour), Mike Richardson (DB – 2ème tour), Dave Duerson (DB – 3ème tour), Tom Thayer (OG – 4ème tour), Richard Dent (DE – 8ème tour) , Mark Bortz (OG – 8ème tour) ont battis l’une des équipes les plus performantes de l’histoire et qui aboutira au titre en 1985.

1996 : La plus aérienne

Premier choix : Keyshawn Johnson (WR), New York Jets

Hall of Famers : Jonathan Ogden (OT), Marvin Harrison (WR), Ray Lewis (LB), Brian Dawkins (FS), Terrell Owens (WR)


Joueurs notables : Zach Thomas (LB), Mike Alstott (FB) et Eddie George (RB).

Pro Bowlers : 33 pour un total de 115 sélections

Cette classe est célèbre pour son incroyable profondeur en terme de wide receiveur, deux d’entre eux sont aujourd’hui au Hall of Fame, Harrison ayant le record du plus grand nombre de réceptions sur une saison (143 en 2002). Au total huit récepteurs différents ont été au Pro Bowl, et sept ont été sélectionnés à plusieurs reprises. C’est par ailleurs durant cette saison et après une absence de 12 ans à la suite du départ des Colts à Indianapolis, que Baltimore retrouve la NFL. Les Ravens ont eu le nez creux en sélectionnant Ogden, Ray Lewis et Jermaines Lewis, trois des acteurs majeurs de leur victoire au Superbowl XXXV.


Marquante, la cuvée 1996 l’a été également à travers ses personnages, Ray Lewis, Keyshawn Johnson et Terrell Owens ont chacun livré une multitude de conférence de presse mémorables au cours de leur carrière. En ce qui concerne les quarterbacks, c’est la dernière année où aucun n’est sélectionné au premier tour, le plus notable d’entre eux a été Tony Banks.

2001 : La plus récente

Premier choix : Michael Vick (QB), Falcons d’Atlanta

Hall of Famers : LaDainian Tomlinson (RB), Steve Hutchinson (OG)

Joueurs notables : Drew Brees (QB), Richard Seymour (DT), Michael Vick (QB), Reggie Wayne (WR), Steve Smith (WR)

Pro Bowlers : 34

Avec 2004 et 2011, elle est la plus impactante des 20 dernières années. Elle a vu le trade des Falcons afin récupérer le premier choix, ce qui a eu pour conséquence d’envoyer LaDainian Tomlinson et Drew Brees, deux Hall of Farmers (ou futur), aux Chargers de San Diego. Si aucun n’a réussi à ramener un titre dans le sud de la Californie, les deux sont les auteurs de carrières exceptionnelles. Le premier a été MVP en 2006 et s’est imposé comme l’un des meilleurs running back de l’histoire. Le second fait preuve d’une longévité fantastique et reste aujourd’hui avec ses Saints, un candidat plus que crédible pour le Superbowl (le second pour lui après 2010).

Brees, Vick et Tomlinson sont les visages marquants de cette draft 2001 (Photo : NFL.com)

Pour Michael Vick, le chemin a été plus complexe. Quarterback excitant sur le terrain, il a connu un épisode judiciaire malheureux qui le privera de NFL entre 2006 et 2009. Après 21 mois de prison, il reviendra et remporte même le titre de comeback of the year en 2010 avec Philadelphie. L’impact de cette cuvée reste à déterminer avec le futur et la possibilité de voir d’autres joueurs rejoindre Canton aux coté de Tomlinson et Hutchinson.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :