A l'affiche Elles ont marqué l'histoire du sport français Féminines Omnisport Portraits du CCS

Elles ont marqué l’histoire du sport français … : Lucie Décosse

Le CCS continue sa série sur les sportives qui ont marqué l’histoire du sport français. Aujourd’hui, direction les tatamis, pour revenir sur la carrière de la championne Olympique et triple championne du Monde de judo, Lucie Décosse. 

Le début de carrière à l’US Orléans

Native de Chaumont, Lucie Décosse commence le judo à l’âge de 6 ans dans le club d’Écouan, dans le Val-d’Oise. Mais lorsque Lucie a 13 ans, sa famille décide de rentrer en Guyane, région d’origine de sa mère. La française continue malgré tout d’y pratiquer le judo et se démarque rapidement des autres jeunes filles, notamment lors des championnats de France de 3e division. Et c’est le club de l’US Orléans qui va déceler le potentiel de Lucie. À 16 ans, elle rejoint la métropole et intègre la section sport étude Orléanaise. C’est à ce moment que tout s’accélère. Titrée championne de France junior en 1999, elle participe aux Jeux Olympiques de la Jeunesse où elle décroche la médaille de bronze. Un an plus tard, c’est en Tunisie, lors du mondial junior, que la française remporte sa première médaille d’or. Lors de la finale, elle domine la Japonaise Ayumi Tanimoto, qu’elle retrouvera plus tard dans sa carrière. Cette même année, la française remporte les championnats d’Europe par équipe, aux côtés de Marie-Claire Retoux et Céline Lebrun. Le monde du judo français en a la certitude, Lucie Décosse va marquer l’histoire du judo français et se hisser sur le toit du monde. 

Un titre Européen et un tournant de carrière

En 2001, Lucie rejoint l’INSEP et évolue pour la première fois dans la catégorie séniors en -68kg. Mais après avoir remporté son premier titre européen en individuel à Maribor, elle n’obtiendra qu’une petite septième place aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004. Une période creuse pour la française qui renoue avec les podiums en 2005. Une troisième place à l’Euro puis, une victoire aux Jeux méditerranéens pour finalement obtenir une médaille d’or aux Championnats du monde, au Caire en battant une certaine Ayumi Tanimoto. Lucie Décosse devient, seize ans après Catherine Fleury, la troisième française de sa catégorie à remporter ce titre. En 2008, après une énième victoire au tournoi de Paris, elle chute en finale des Jeux de Tokyo face à… Ayumi Tanimoto ! La défaite face à la japonaise marque un tournant dans la carrière de la francilienne. Après d’innombrables entrainements acharnés, Lucie Décosse tente le tout pour le tout et passe dans la catégorie des moins de 70kg. Mais cette stratégie pour le moins risquée, va s’avérer payante. 

Lucie Décosse chute face à son éternelle adversaire. Source : (China.org)

Lucie Décosse championne du Monde et championne Olympique

En 2010, la française retrouve la première place du podium en battant par ippon, la Hongroise Anett Meszaros aux Championnats du monde de Tokyo. Lucie Décosse s’adapte parfaitement à sa nouvelle catégorie qui lui va à ravir. Un an plus tard, lors des mondiaux disputés à Paris, la française pense déjà à Londres. Frustrée de n’avoir jamais pu remporter d’or olympique, Lucie voit ces mondiaux comme un test pour pouvoir prétendre au titre olympique. Et la judokate française signe une compétition sans faute. Elle remporte l’ensemble de ses combats par ippon et terrasse la Néerlandaise Edith Bosch en finale. Avec trois titres individuels, elle rejoint Brigitte Deydier, seule autre Française couronnée à trois reprises en championnat du monde. On y est, Londres 2012, la française est la grande favorite de ces Jeux Olympiques. Après un nouveau parcours sans faute, Lucie Décosse ne fait qu’une bouchée de la Colombienne Yuri Alvear. En moins de neuf secondes, elle réalise le ippon le plus rapide des Jeux de 2012, avant de remporter le graal, l’or olympique face à l’Allemande Kerstin Thiele. Lucie Décosse devient alors, la cinquième française à obtenir un titre olympique. En 2013 après avoir signé une honorable cinquième place aux Mondiaux de Rio, la championne tire sa révérence et met un terme à sa carrière de judokate. 

Après avoir gravé son nom dans l’histoire du sport français, Lucie Décosse transmet désormais son expérience et son savoir-faire aux plus jeunes et vivra, pour la première fois l’été prochain, les Jeux Olympiques sur le banc des entraîneurs. Mais pas d’inquiétude, la relève du judo français féminin est assurée. Des jeunes pépites comme Clarisse Agbegnenou et Romane Dicko sont prêtes à nous faire vivre de grands moments d’émotion. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :