Café Crème Sport

Elles ont marqué l’histoire du sport français… : Camille Muffat

Depuis plusieurs semaines déjà, le CCS rend hommage aux femmes qui ont marqué l’histoire du sport français. Après un passage sur les pistes d’athlétisme puis, sur les tatamis, la nageuse Camille Muffat est à l’honneur aujourd’hui. Tragiquement disparue dans un accident d’hélicoptère en Argentine il y a un peu plus de cinq ans, Camille Muffat a largement marqué les esprits du sport français avec ses belles performances. Avec 24 médailles d’or en neuf ans, Camille Muffat est, à 24 ans, une étoile du sport français.

Jeunesse et premiers titres

Née à Nice le 28 octobre 1989, Camille Muffat est rapidement prise sous l’aile de Fabrice Pellerin. Et quelques années plus tard, à l’âge de quinze ans, Camille réalise déjà un exploit. La jeune française s’illustre à Nancy, lors des championnats de France, en battant Laure Manaudou sur l’épreuve de 200 mètres quatre nages. « Je n’étais pas du tout prête à ça. Du fait que c’était Laure, tous les médias se sont emballés. C’était difficile d’être comparée tout le temps à elle. On la montait contre moi, j’avais trois ans de moins, je me disais qu’un jour elle allait m’insulter ! » La natation française est prévenue, la Niçoise n’est pas là pour faire de la figuration ! Alors que tous les espoirs de la natation reposaient sur Laure, Camille Muffat s’approprie, par la même occasion, le record de France. Deux ans après ce premier exploit, la française décroche son premier sacre européen parmi les séniors. Alors qu’elle n’a que 18 ans, Camille arrache la médaille d’or sur le 200m quatre nages lors de l’Euro 2007 à Debrecen, en Hongrie. La carrière de la jeune Niçoise est lancée. Les feux des projecteurs commencent à se braquer sur Camille qui, du haut de son 1,83m, reste timide devant les caméras : « Je suis très timide, je n’ai jamais aimé être mise en avant » avait-elle confié à l’AFP en 2012 avant les JO de Londres. Mais malgré des débuts en fanfare (huit médailles entre 2007 et 2008), Camille Muffat rentre des Jeux de Pékin avec un goût amer. Aucune médaille pour la française qui ne parvient pas à se qualifier pour la finale. Et la saison post-olympique de la Niçoise n’en est pas moins délicate. Devancée à plusieurs reprises par sa collègue Coralie Balmy, Camille ne ramène aucune médaille des Mondiaux de Rome. 

Camille Muffat remporte ses premiers titres en sénior (Source : Elle)

Reconversion en crawl et titres mondiaux

Après l’échec des JO de Pékin et une saison 2009 compliquée, Camille Muffat décide de revoir son projet. Que faut-il pour se relever de cette période d’ombre ? À Budapest, lors de l’Euro 2010 la française est la grande favorite du 200m quatre nages. Après avoir été en tête jusqu’à la troisième nage, la française se fait dépasser par la Hongroie Katinka Hosszú et termine finalement au pied du podium. À la suite de ces résultats trop peu satisfaisant pour son entraîneur Fabrice Pellerin, Camille doit faire un choix : continuer le quatre nage libre, discipline sur laquelle elle semble en échecs depuis les Jeux de Pékin, ou bien, se concentrer sur le crawl. Désormais spécialiste d’une seule nage, la Niçoise remporte les quatre courses des championnats de France et réalise par la même occasion, un nouveau record de France sur le 100m. La même année, lors de Mondiaux en petit bassin de Dubaï, Muffat remporte un premier titre mondial en s’imposant sur le 200m nage libre et s’offre une deuxième médaille en terminant troisième du relais 4x200m avec Coralie Balmy, Ophélie-Cyrielle Étienne et Mylène Lazare. La reconversion en crawl de la Niçoise semble porter ses fruits. En 2011, les Mondiaux de Shangaï lui permettent d’ajouter deux médailles de bronze à son palmarès. 

La reconversion au Crawl lui a permis de décrocher l’or aux Mondiaux de Dubaï (Source : L’Express)

Une carrière à son apogée, les JO et des records du monde

Camille Muffat se qualifie pour les Jeux de Londres en remportant, une nouvelle fois, les championnats de France sur le 400m nage libre, et en battant d’une seconde, le précédent record de France de Laure Manaudou (4min 2 s 13). Deux jours plus tard, elle gagne également le 200m nage libre et réalise un nouveau record de France avec un temps de 1min 54s. Idéalement préparée pour les JO de Londres, Camille espère prendre sa revanche sur les Jeux de Pékin. Et bien plus qu’une simple revanche, la française apporte le 29 juillet 2012, la première médaille d’or à la délégation française sur le 400m nage libre. Avec un temps record de 4min 1s 45, la française s’approprie le nouveau record olympique de la distance et terrasse l’Américaine Allison Schmitt et la Britannique, Rebecca Adlington adulée par son public. Deux jours plus tard, elle termine deuxième du 200m nage libre, devancée par Schmitt. Le 1er août, Camille Muffat remporte une troisième médaille, en bronze cette fois, sur le relais 4x200m avec Charlotte Bonnet, Ophélie-Cyrielle Étienne et Coralie Balmy.

Camille Muffat remporte l’or sur le 400m nage libre (Source : RadioChine)

La déception de Pékin semble bien loin, Camille s’inscrit un peu plus dans l’histoire de la natation française. Avec une médaille d’or, une d’argent et une de bronze, elle devient la troisième Française (après Micheline Ostermeyer et Laure Manaudou) à gagner trois médailles lors d’une même édition. Quelques mois plus tard, à l’occasion des championnats de France en petit bassin, Muffat bat le record du monde du 800m nage libre en 8 min 54s 06. Un énième record pour la nageuse qui, après de multiples titres met fin à sa carrière le 12 juillet 2014. La suite est tragique. En mars 2015 alors qu’elle participe au tournage de l’émission Dropped, Camille est victime d’un accident d’hélicoptère en Argentine. Des grands noms du sport français comme Jeannie Longo, Alexis Vastine ou encore Florence Arthaud y perdent également la vie. 

La finale du 400m nage libre remportée par Camille Muffat

Camille Muffat a marqué l’histoire du sport français. Avec 50 médailles à son actif dont 30 en Or, Camille est sans doute, une des plus grandes performeuses françaises. « Enfant timide et fragile, tu es devenue une nageuse puis une femme curieuse et ouverte. Nous sommes tellement fiers de toi Camille. Je t’aime », avait déclaré son père lors de ses obsèques. Le monde du sport français se souviendra pour toujours des performances de la niçoise.

Exit mobile version