Autres championnats Foot Ligue 1

EXCLUSIF : Vinsky nous raconte son voyage en Tanzanie

Cela peut nous paraître fou, mais il fut un temps ou nous étions autorisés à voyager à travers le monde afin de visiter des pays étrangers. Vinsky, Youtubeur foot et FIFA, en a profité pour visiter, début 2020, la Tanzanie. Simple tourisme ? Pas vraiment. Vinsky s’est rendu à Bukoba, ville Tanzanienne à la frontière de l’Ouganda, afin de donner un coup de main à une association locale. Mais tout ça, on a eu la chance d’en discuter avec lui, et il en parle mieux que nous.

Salut Vinsky, est-ce que tu peux te présenter ?

«  Moi c’est Vincent Maduro, alias Vinsky sur internet. En Septembre, ça fera 8 ans que je suis sur YouTube. J’ai connu pas mal de phases de création, mon contenu a beaucoup varié parce qu’on est obligé de se réinventer. Donc j’ai commencé sur Fifa, maintenant je suis quasiment 100 % foot. J’avais commencé YouTube en parallèle de mes études d’ingénierie (que j’ai validé), puis petit à petit j’ai pu m’y consacrer à plein temps. Beaucoup de gens m’ont connu grâce à une vidéo « consécration » en 2017 ou j’ai tourné avec Cristiano Ronaldo, chez lui. Ça a changé beaucoup de choses pour moi. »

Tu as publie récemment une vidéo sur YouTube retraçant un voyage que tu as effectue récemment en Tanzanie. Est-ce que tu peux nous expliquer pourquoi tu t’es rendu là-bas ?

« En fait, depuis 2019, j’ai rejoint Common Goal, une organisation co-fondée par le footballeur Juan Mata, qui a pour objectif d’améliorer le monde, de faire des bonnes choses à travers le foot, en venant en aides à des associations qui existaient déjà. Le principe c’est que les gens qui participent reversent 1 % de leur salaire à une des associations. Moi, j’ai choisi Jambo Bukoba, une association alllemande qui œuvre en Tanzanie, dans la ville de Bukoba. Après, tu peux juste verser ton salaire, on fait ce qu’on veut, mais moi, j’avais envie de voir plus loin. Il y a d’autres stars qui y sont allées, notamment Alex Morgan, et j’ai décidé de m’y rendre aussi, voir les répercussions de notre aide. Et puis, j’y suis allé à ce moment là puisque c’était la finale d’un tournoi organisé là bas. J’y suis allé pour voir la compétition et faire d’autres trucs aussi pour aider. »

Vinsky, balle au pied, lors d’un mini match avec l’équipe féminine de Bukoba.

Du coup, tu te rend en Tanzanie, j’imagine que c’est ta première fois ? C’est peut être même ta première fois sur le continent Africain ?

« J’étais déjà allé en Afrique, une fois au Maroc pour la finale du Trophée des Champions, et 2 fois au Sénégal parce que j’ai des liens là-bas. Mais effectivement, c’était ma première fois en Tanzanie. »

Sans connaître le pays, quels sont tes ressentis lorsque que tu te trouve dans l’avion, prêt à découvrir la Tanzanie ?

« Moi je pense que quand on voyage, faut avoir le moins possible d’a priori, faut pas penser à l’avance, faut être hyper ouvert, hyper libre. Donc, quand je pars en Tanzanie, j’essaie de pas y penser, surtout que je n’arrivais pas non plus seul, étant donné que j’allais être guidé par l’association et que j’avais des contacts avec des gens déjà en place là bas. »

« Je me suis senti à l’aise très vite, presque comme si j’étais de la famille! »

Vinsky.

Et une fois arrivé là-bas, quelles sont tes premières impressions, qu’est-ce que tu remarques ?

« En fait, on fait le tour de la ville, mais c’est pas une très grande ville, il n’y a pas d’immeubles, il y a beaucoup de maisons, c’est assez calme, même s’il y a un peu de monde etc. Après la petite surprise, même si on m’avait prévenu, c’est au niveau du climat. C’est vrai qu’inconsciemment, en tant qu’Européens on se dit qu’il va faire chaud. Alors, il faisait chaud, mais il pleut beaucoup à cette période de l’année en Tanzanie, et du coup c’est assez vert quand même. Par rapport au Sénégal qu’est en Afrique de l’Ouest (La Tanzanie est en Afrique de l’Est), c’est assez vert, avec une terre rouge c’est assez luxuriant. C’est très tropical, ça m’a rappelé un peu le Brésil même. »

Dès le premier jour, tu te rend chez une famille Tanzanienne pour manger avec eux. Quel souvenir tu gardes de cette rencontre ?

« Quand on va dans ce genre de pays moins développés, j’ai toujours peur qu’il y ait un malaise qui se créé. Même si quand t’arrive à Bukoba et que tu es blanc, tu attises la curiosité, il n’y a vraiment eu aucun malaise. C’est fou, dès que je suis arrivé, je me suis senti très à l’aise très vite, accueilli comme si j’étais de la famille presque ! J’exagère mais vraiment, je me suis senti très vite à l’aise et ma peur d’un « malaise », qu’on ne sache quoi se dire, s’est vite dissipée tant ils étaient accueillants. C’est dur à expliquer mais ça m’a vraiment impressionné. On a mangé, échangé un peu, c’était vraiment bien. »

Sur la vidéo, on te voir jouer avec des filles sur un synthétique qui a l’air en super état. Est-ce qu’il y a beaucoup d’infrastructures sportives à Bukoba ?

Vue surélevée de la ville de Bukoba. (Crédits : Wkipédia)

« Oui, tout le monde était surpris et même moi j’étais choqué ! C’est vrai que le synthé était propre. Je pense que Jambo Bukoba a à voir là dedans, ou une autre association, j’ai pas osé demander mais il y a dû avoir une aide. D’ailleurs, ce qui montre que c’est assez exceptionnel, il y a une équipe de D1 Tanzanienne qui habite à 80km de là qui vient jouer tous ses matchs à domicile à Bukoba. Par contre, ça doit être l’un des seuls stades de la ville je pense.« 

« Je leur parle de Mbappé, ils ne savent pas qui c’est! »

Vinsky.

Et du coup, t’as rencontré beaucoup d’enfants, quelle relation ils ont avec le football ?

« Ce qui est drôle, c’est que eux ils sont très loin de l’hyper médiatisation qu’on a, ils connaissent Ronaldo-Messi, mais je parle d’Mbappé ils ne savent pas qui c’est, ils connaissent pas les joueurs, je pense pas qu’ils puissent regarder les matchs. Et c’est drôle parce que ça contraste avec le fait qu’ils aiment le foot, qu’ils le pratiquent etc, mais ils supportent pas de club quoi. Ils ont, en revanche, une fierté nationale, c’est un joueur Tanzanien d’Aston Villa, Mbwana Samatta, je crois que c’est le premier à jouer en Premier League. »

Tu t’es rendu dans une école aidée par Jambo Kuboba, quels sont les résultats que tu as pu apercevoir ?

« Je voulais y aller pour deux-trois choses : parler et rencontrer les gens là-bas, voir les dons globaux qu’ont été faits jusque là, et moi aussi faire quelque chose directement. Et du coup à l’école, on voit les résultats : au début il y avait juste une classe, qui était d’ailleurs plus un abri. Aujourd’hui, il y a deux nouvelles classes avec du carrelage, des vitres… Ça peut paraître bête mais avant ils avaient pas de vitres ! L’éléctricité aussi, c’est assez incroyable pour eux. Donc pour ça c’est top, c’est des choses rudimentaires mais pour eux c’est hyper important. Je pense qu’il y a beaucoup de gens dans la société qui veulent aider mais qui ne savent pas comment, notamment parce qu’ils ont peut de placer leur argent sans voir les retours, mais moi je suis super content d’avoir pu voir les résultats. »

Les résultats et le voyage de Vinsky sont résumés dans cette vidéo. (Crédits : Vinsky)

Est-ce que t’as ressenti une envie de Jambo Bukoba de faire passer des valeurs qu’on associe généralement au sport : fair play, respect de l’autre ? Surtout que tu disais avoir choisi Jambo Bukoba parce qu’ils promeuvent deux valeurs : l’éducation et l’égalité homme-femme.

« Déjà, ce qui m’as impressionné de fou, mais vraiment de dingue de dingue dans leur culture, c’est vraiment leur immense gentillesse, ils sont tellement respectueux c’est impressionnant ! Après par rapport au foot, au sport, même la danse parce que c’est fou, ils dansent tout le temps. Tu leur dis d’aller s’échauffer, ils vont danser ! Donc l’association utilise vraiment le sport dans cet aspect là, mais après, j’ai vu aucun enfant crier sur l’autre, même dans la compétition .. »

Aucun geste d’humeur ?

« Oui voilà aucun geste d’humeur ! Nous on a été un peu bercés avec la télé et tout, on fait des chichis, eux pas du tout, y’a pas d’arrière pensée ! »

Et au niveau de l’égalité homme-femme ?

« J’étais surpris de voir aussi à quel point le foot féminin est aussi développé. Souvent ce qu’on a dans la tête des pays sous développés, c’est que la femme a un rôle un peu compliqué, mais la c’est pas du tout ce que j’ai vu, j’ai vraiment vu une égalité garçon fille ! En plus, pour les filles, il n’y a pas de débouchés dans le foot, donc elles doivent arrêter plus tard, mais ce qui est beau c’est qu’elles jouent vraiment que pour le plaisir. C’est aussi pour ça que j’ai adoré le voyage, moi j’essaie de montrer dans mes vidéos qu’on peut juste jouer au foot pour le plaisir, sans compétition. Et c’est ce qu’elles font.En Europe, c’est toujours compétitif, les parents, les enfants, les clubs, y’a des places dans les clubs, de l’argent et des objectifs en jeu donc ça se comprend. »

« Ca m’as donné une inspiration créative. Faire de l’international, faire évoluer les choses, c’est un truc qui me plaît. »

Vinsky.

Et aujourd’hui, qu’est ce que nous on peut faire pour aider Jambo Bukoba, de chez nous ?

« Très bonne question. Déjà, dans la description de la vidéo il y a un lien pour faire des dons et si certains ont les moyens c’est très gentil. Après aujourd’hui avec Internet, on a tous le pouvoir de partager. Il y a ma vidéo, même si il y a pas toutes les infos j’ai essayé de montrer les résultats. Mais l’objectif c’est même pas un appel aux dons, c’est vraiment de distribuer des ondes positives et encourager des gens qui peuvent se dire, « Ah mais si j’allais aider une association dans mon quartier ». Beaucoup de gens sont pessimistes sur le monde parce que le mal fait plus de bruit que le bien. Ce que je veux dire c’est qu’il y a beaucoup de bien dans le monde, faut juste faire des trucs tout bête, aider quelqu’un dans la rue, etc. Et au fur et à mesure, le bien attire le bien. Il suffit de toutes petites actions, chacun peut aider à son échelle. »

A la fin de la vidéo, tu expliques vouloir retourner en Tanzanie. C’est dans les petits papiers ?

« J’aimerai bien retourner là-bas, en Octobre 2020 il y a les qualifications du tournoi et si la situation sanitaire le permet, j’y serai. J’ai envie de construire quelque chose avec eux. Souvent les gens mettent les actions dans des cases, « ça c’est du caritatif, ça c’est du business » mais je pense qu’on peut tout allier. Moi par exemple, par business j’entends le fait de faire une vidéo avec eux, peut être un jour amener un jeune de là-bas en France. Ça m’as vraiment donné une inspiration créative. Faire de l’international, faire évoluer les choses, c’est vraiment un truc qui me plaît. »

On pourrait voir, par exemple, un match amical avec le Vinsky FC, c’est un projet qui te plairait ?

Le Vinsky FC bientôt en Tanzanie ? (Crédits : Le Parisien)

« Oui, c’est un truc auquel j’ai pensé, faut voir avec le budget, les billets d’avions etc. Mais dans l’idée c’est exactement ce genre de chose. Après j’ai des projets dont je suis très loin, mais j’ai des objectifs dans la tête, et notamment avec le Vinsky FC. C’est le début de l’histoire. J’ai des valeurs et je voudrais les transmettre notamment avec le Vinsky FC. Et ça, ça passe par le fait de véhiculer la « marque » Vinsky FC à travers le monde, afin de montrer mes valeurs. D’ailleurs, pour en parler un peu, on a une équipe qui est forte, mais j’ai pas choisi les plus forts, mais des gens avec qui j’ai ressenti qu’il y avait quelque chose, parce que l’équipe passe avant tout. Si un joueur est un génie, un crack, mais qu’il rentre pas dans le collectif, ça m’intéresse pas. »

Allez, dernière petite question, t’as progressé en Swahili (langue parlée en Tanzanie) ?

(Rires) « En fait le truc c’est qu’au lycée, j’étais pas bon du tout en anglais, même dans mon école d’ingénieur, et je me suis rendu compte avec mon erasmus qu’il faut que j’aille apprendre là-bas, j’ai du mal à apprendre hors contexte. Il faudrait que je trouve quelqu’un qui parle Swahili en France. J’ai adoré la langue en plus, elle est très très belle, très chantonnante. Si je retourne là-bas, j’aimerai pouvoir parler avec eux dans leur langue. »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :